Le blog de Facedange45 sur Amicalien

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 8
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Infiniment vaste est le grenier de Dieu…


Le 17 mars à 10:07

Rubriques : Les belles expressions...


Dans l’esprit de ma tante, les choses étaient donc très claires:
même si on n’aime pas ce qui nous arrive, on doit l’accepter.


Les belles expressions de ma tante. 


À ceux qui aimaient l’écouter, ma tante conseillait souvent:


-          Ne dites et ne faites que du bien et puis demandez à Dieu tout ce que vous voulez. S’il ne vous donne pas la chose que vous avez demandée, c’est qu’Il est entrain de vous réserver une autre, encore meilleure. Il faut accepter les «Bas» de la vie et leur ouvrir toute grande votre porte: vous verrez que les «Hauts» voudront en profiter et s’empresseront d’entrer.


Dans l’esprit de ma tante, les choses étaient donc très claires: même si on n’aime pas ce qui nous arrive, on doit l’accepter. Parce que ce qui nous arrive est logique mais nous n’en comprenons pas toujours les raisons. Et puis, cela ne nous empêche pas de continuer à espérer le meilleur. Par contre, si nous disons NON à ce qui nous déplaît, ce Non sera valable pour tout le reste, et ce reste pourrait inclure nos rêves les plus chers.


Pour souligner la puissance et la générosité de Dieu, elle nous dit un jour:


-          Infiniment vaste est le grenier de Dieu. Tout le monde y puise ses provisions et il en reste toujours.


Et, pour illustrer d’une certaine façon, ses propos, elle nous raconta cette petite histoire:


Un jour, un pauvre voyageur arriva dans un village; il était épuisé, affamé et … sans argent. Quelqu’un lui dit qu’il y avait justement un aubergiste très généreux qui nourrissait gratuitement tous les étrangers de passage, seulement, il y avait un hic, une chose plutôt bizarre: après avoir donné à manger à ses hôtes, l’aubergiste les frappait.


-          Ça ne fait rien, pense le voyageur, j’ai très faim, je n’ai pas de quoi payer et J'accepte bien de recevoir quelques coups en contrepartie.


Vu qu’il était affamé et qu’il n’était pas si pressé de recevoir les coups qui étaient «programmés», notre voyageur mangea tout ce qui lui était proposé; et au fur et à mesure qu’il mangeait, il remarquait que l’aubergiste devenait de plus en plus joyeux.


Quand arriva le moment où il ne put vraiment plus rien avaler, il resta assis et regarda l’aubergiste comme s’il attendait encore quelque chose.


-          Eh bien, qu’attends-tu maintenant, lui demande l’aubergiste?

-          Eh bien, monsieur, j’attends d’être battu.


L’aubergiste lui répond alors en souriant:


-          Mais non, mon cher! Si je bats les gens, c’est que, je ne sais pas pour quelle raison, ils arrêtent de manger sitôt avoir commencé... et me privent ainsi de la joie de servir. Mais toi, au contraire, tu as bien mangé et, crois-moi, ça m’a fait un immense plaisir.

 




Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES