mon paradis......

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 11
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


A L'EST D'EDEN..... VICKY LEANDROS ET..... LE FILM JAMES DEAN


Le 23 janvier à 01:37

Rubriques : COUP DE COEUR


1917. A Salinas, en Californie. Adam Trask a deux fils, Aaron et Cal. Il a toujours ouvertement préféré le premier et pense que le second, qu'il considère comme un mauvais garçon, est le digne fils de sa mère, Kate. Cal souffre de cette animosité. Il découvre que sa mère, que l'on disait morte, est toujours vivante et tient même un bar en ville. Pour venir en aide à son père, sans le sou, Cal monte une affaire commerciale. Il s'adresse à Kate et parvient à collecter 5000 dollars. Lorsqu'il se présente à son père avec l'argent, celui-ci l'accuse d'avoir cherché à spéculer sur la pénurie due à la guerre. Cal, profondément meurtri, révèle à son frère la vérité sur leur mère...



Des photos rares de James Dean


Genre : loin du paradis.

La vieille Amérique chrétienne et puritaine étouffe les jeunes « rebelles sans cause » qui hurlent leur fureur de vivre et leur haine des carcans. Le beau roman de John Steinbeck, publié en 1952, s'inscrit dans cet air du temps, ce goût de liberté qui donne envie de s'affranchir des codes établis. Kazan, adaptateur fidèle, en profite pour rompre avec les règles du cinéma classique : décadrages révélant la haine à peine maîtrisée d'un père pour son fils, scènes d'hystérie dans l'obscurité d'une maison close, ou ce splendide arrêt sur image, saisissant au vol la folie d'une foule de lyncheurs : un homme tient dans sa main la barrière qu'il vient d'arracher, une vieille femme brandit le poing...

Mais, surtout, le cinéaste donne toute latitude à James Dean, dont c'est le premier rôle, pour improviser un personnage à la limite de l'autisme, dont la démarche inégale et enfantine, les yeux étranges et fous, la façon de marmonner ses phrases ou de relâcher sans prévenir sa brutalité restent inégalés. Kazan avait d'abord envisagé pour le rôle un autre débutant, du nom de Paul Newman. A quoi tient un mythe... — Ophélie Wiel


Thea dit :
Merci Phatrist. Je me souviens de James Dean, jeans, tee-shirt blanc et cigarettes. Il a influencé toute une jeunesse., avec ses jeans, tee-shirt blanc, cigarettes,et sa mort prématurée.


posté il y a 17 semaine


Phatrist dit :
merci pour la visite théa je me souviens surtout de la "fureur de vivre"


posté il y a 17 semaine


Sapience dit :
PassioNnant Théa. J'ai vu il y a 2 jours sur RMC un long documentaire sur les sous-sols de Parus catacombes, grand lac en dessous de l"opéra Garnier égouts etc depuis le moyen-âge.Incroyable. MERCI...


posté il y a 17 semaine


Sapience dit :
Merci Phatrist pour cette évocation. Ces fims de James Dean me font pense à West side story avec la magnifique musique de Léonard Bernstein,la chorégraphie, la violence de cette jeunesse, une époque


posté il y a 17 semaine


Phatrist dit :
merci sapience pour la visite et le commentaire


posté il y a 17 semaine




Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES