Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 33
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 12

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


« La Paysanne » Marseillaise de GASTON COUTE « le gâs qu’a mal tourné ! »

Le 31 janvier 2012 à  04:49
Rubriques : CHANTS de REVOLTE

Couté : (1880-1911), le « chemineu », le libertaire, ce poète méconnu  précurseur de Brassens, a chanté :

« O gouvernants bourgeois à la poigne cruelle
Emprisonnez les gens, faites en des martyrs,
Tuez si ça vous plaît toutes les hirondelles,
Vous n'empêcherez pas le printemps de venir
. »

 

Qui est Gaston Couté ?

Encore lycéen, il fournit des textes à la revue littéraire et sténographique du Loiret et intègre, quelque temps plus tard, le journal Progrès du Loiret en qualité de reporter. En 1898, alors qu'il vient d'avoir 18 ans, il décide de partir pour Paris, arrive à Montmartre et débute au cabaret Al Tartaine. Vaches maigres et alcoolisme précoce. 1902 marque le début d'une période de succès dans les cabarets de Montmartre. Il partage la bohème de Carco, Mac Orlan, Max Jacob, Dullin et au détour d'une rue, il croise peut-être Apollinaire et Picasso... En 1907, il ouvre, avec d'autres chansonniers, le cabaret La truie qui file. Quelques mois plus tard, ils le ferment. Atmosphère lourde et absinthe épaisse. Trois ans plus tard, Gaston Couté collabore aux revues La barricade et La guerre sociale. En 1911, il décède à Paris à l'âge de 31 ans. La misère et l'alcool ont eu raison de lui. Peu avant sa mort, La guerre sociale annonce que Couté va être poursuivi en cour d'assise pour cause de chanson révolutionnaire. L'inculpation fut prononcée quelques semaines plus tard et la justice condamna sévèrement... un mort.

Source :  evene



Suite de l'article...

Lectures : 6451    Commentaires : 15     Partager



En piste avec Le Clown de NINI ROSSO et sa trompette !!

Le 30 janvier 2012 à  06:13
Rubriques : Musique de toujours

Raffaele Celeste "Nini" Rosso (19 Septembre 1926 /5 Octobre 1994) est un italien de jazz trompettiste et compositeur .

Né à Turin les parents  de Rosso tentent de l'envoyer à l'université , mais à 19 ans, il choisit la trompette et quitte la maison. Après son emploi dans une boite de nuit, résilié par la police, il rentre chez lui, mais peu après quitte sa famille  à nouveau pour relancer sa carrière. Il devient vite  l'un des trompettistes de jazz les plus connus en Italie, atteignant la crête de sa popularité dans les années 1960.

 Il est connu dans le Royaume-Uni en 1962 lorsque son enregistrement du «Concerto Disperato" ouvert par Ken Thorne et son orchestre devient un hit sous le titre «Le thème de« La Légion Last Patrol » (…). Son succès mondial 1965 " Il Silenzio " se classe n ° 1 pour l'Italie , l'Allemagne , l'Autriche et la Suisse. Il se vend plus de cinq millions d'exemplaires d'ici la fin de 1967. Il reçoit un disque d'or .

Rosso est décédé d'une tumeur en 1994, à l'âge de 68 ans.

 

source : wiklipédia



Suite de l'article...

Lectures : 3490    Commentaires : 15     Partager





La LUNE, entre l'ici et l'ailleurs

Le 29 janvier 2012 à  05:11
Rubriques : Mots-miroirs

Lune, insondable et mystérieuse. Symbole des rythmes biologiques, des marées, flux et reflux, du temps qui passe. Elle est reliée à l’Eau, à la Pluie, à la fécondité des femmes, à celle des animaux, de la végétation, aux rites initiatiques.

Lune qui, pendant trois nuits, chaque mois lunaire, est comme morte, elle a disparu… Puis elle reparaît et grandit en éclat.

Lune, passage entre l’ici et l’ailleurs chez beaucoup de peuples. Astre des nuits dont la lumineuse beauté éclaire les ténèbres. Reflet du soleil : il est le yang, elle est le yin.

Merci à EtoileFilante, auteur de la vidéo sur une musique de Jens Gad, compositeur, producteur et guitariste danois.



Suite de l'article...

Lectures : 3177    Commentaires : 19     Partager



BELLES et OMBRELLES

Le 28 janvier 2012 à  05:26
Rubriques : Peintres

"En plus de protéger du soleil, l'ombrelle, également appelée parasol, fut jadis un accessoire de mode. Dès la Grèce et la Rome antiques, les hommes et les femmes ont utilisé l'ombrelle pour se préserver avec élégance des rayons du soleil. À l'origine, cependant, sa fonction était plus complexe : elle était également un insigne de l'autorité et du rang de ceux qui détenaient le pouvoir.

À la fin du dix-huitième siècle, cet accessoire connaissait une popularité grandissante et figurait souvent dans les gravures de mode qui avaient commencé à faire leur apparition en France. La vogue de l'ombrelle s'est ensuite étendue à l'ensemble du monde occidental.



Suite de l'article...

Lectures : 4887    Commentaires : 24     Partager



Ces PIONNIERES du CIEL !

Le 27 janvier 2012 à  05:07
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

La grande époque de l'aviation féminine entre les 2 guerres mondiales, avec Hélène Boucher, Adrienne Bollant, Maryse Bastié, Maryse Hilsz, Amy Johnson et Amelia Earhart.
Durant la deuxième guerre mondiale, 600 jeunes femmes russes se sont battues au sein de régiments aériens entièrement féminins.

Hélène Boucher (1908-1934), brillante aviatrice, a battu de nombreux records du monde entre juillet et novembre 1934. Elle mena une vie intense et passionnée jusqu'au jour où elle trouva la mort, à l'âge de 26 ans, aux commandes de son avion lors d'un vol d'entraînement à Guyancourt. En septembre 1933, elle se lance dans l'acrobatie aérienne.

Adrienne Bollant (1895/1975) première femme pilote d'essai engagée par la société des avions Caudron en février 1920, premier pilote à traverser la Cordillère des Andes le 1er avril 1921. En 1934, elle s'engagera avec Maryse Bastié et Hélène Boucher dans le combat féministe et devient militante pour le vote des Françaises au côté de Louise Weiss. Elle prend une part active à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.



Suite de l'article...

Lectures : 5483    Commentaires : 20     Partager



GILBERT BECAUD : (1927/2001) « Le pianiste de Varsovie »

Le 26 janvier 2012 à  04:48
Rubriques : Voix de toujours

Gilbert Bécaud se produisit trente-trois fois sur la scène de l'Olympia où il gagna son surnom de « Monsieur 100 000 volts », en raison de son sens du swing, mais aussi à cause des passions qu'il soulevait dans son sillage. Il laisse l'image d'un homme électrique, toujours en mouvement. Sa cravate à pois, ses quelques quatre cents chansons et sa main sur l'oreille (pour mieux s'entendre) lors de ses concerts, sont d’autres images spécifiques qui ont marqué les esprits.



Suite de l'article...

Lectures : 3680    Commentaires : 14     Partager



THEO ANGELOPOULOS, cinéaste, « l’esthétique du non-dit" du « hors champ »

Le 25 janvier 2012 à  05:41
Rubriques : ENTRACTE

… tel qu’il définissait lui-même son travail. Ce lundi après-midi du 24 janvier 2012 il tournait son dernier film L'autre mer dans une rue périphérique d'une banlieue du Pirée. En la traversant durant le tournage, il a été renversé par un motard. Sous le choc, graves blessures crâno-encéphaliques, une hémorragie interne et plusieurs fractures. Transporté d’urgence dans un hôpital privé, il a succombé à ses blessures vers 22h40 âgé de 76 ans.

J’ai choisi cet article signé Thomas Baurez (l’Express.fr), intitulé : « Cinq choses à savoir sur Theo Angelopoulos »

 

« Mal aimé, raillé mais célébré, le cinéaste grec laisse une oeuvre politique et poétique.

Theo et la politique

Theo Angelopoulos est né à Athènes le 27 avril 1935. Ses débuts de réalisateur se confondent avec l'instauration de la dictature dite des colonels débutée par un coup d'Etat en avril 1967 qui va plonger le pays dans un brouillard politique jusqu'en 74. Son premier long-métrage

La reconstitution (1970) critique indirectement les institutions en place et leur aveuglement face à la réalité d'un crime. Dès lors, l'engagement politique du cinéaste se fera de plus en plus visible. Ainsi l'ensemble de son oeuvre évoque le déracinement, les crimes d'Etat, l'absence de liberté... Angelopoulos définissait lui-même son style comme une "esthétique du non-dit". En effet, chez lui, l'horreur se situait toujours hors-champ comme pour mieux la mettre à distance et réfléchir déjà à l'après. 

(Vidéo : musique du compositeur grec Mikis Theodorakis( Né en 1925) pour illustrer cet extrait de "La suspension Étape de la Cigogne "(1991) réalisé par Theo Angelopoulos avec Marcello Mastroianni et Jeanne Moreau.)

 



Suite de l'article...

Lectures : 2802    Commentaires : 14     Partager



L’Art de suivre « la Voie des fleurs » ou l’IKEBANA,

Le 24 janvier 2012 à  04:56
Rubriques : Mots-miroirs

L’Ikebana également connu sous le nom de kado la Voie des fleurs ou l'art de faire vivre les fleurs est un art traditionnel japonais basé sur la composition florale.

Au contraire de la forme décorative des arrangements floraux dans les pays occidentaux, l’arrangement floral japonais crée une harmonie de construction linéaire, de rythme et de couleurs. Alors que les Occidentaux tentent d'accentuer la quantité et les couleurs des fleurs, portant leur attention essentiellement sur la beauté de la fleur, les Japonais accentuent l'aspect linéaire de l’arrangement. Ils ont développé un art qui valorise aussi bien le vase, les tiges, les feuilles et les branches que la fleur elle-même. La structure complète de l'arrangement floral japonais est axée sur trois points principaux symbolisant le ciel, la terre et l’humanité à travers les trois piliers, asymétrie, espace et profondeur.

(…)Par exemple, les branches de pin symbolisent les pierres et les rochers, et le chrysanthème blanc symbolise une rivière ou un petit ruisseau. L’art rikka devint populaire au XVIIe siècle, et il fut considéré comme une décoration pour les cérémonies et les fêtes. De nos jours, il est perçu comme une forme antique d’arrangement floral et est de plus en plus rarement pratiqué.



Suite de l'article...

Lectures : 5450    Commentaires : 21     Partager



ZAZ ZUH ZAZ… « Ils sont ZAZOUS … »

Le 23 janvier 2012 à  04:33
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Les zazous étaient un courant de mode de la France des années 1940. Il s'agissait de jeunes gens reconnaissables à leurs vêtements anglais ou américains, et affichant leur amour du jazz Le terme de zazou vient de la chanson Zaz Zuh Zaz, de Cab Calloway.

Attitude pendant la guerre :

Pendant l'Occupation, les zazous exprimèrent leur non-conformisme et leur opposition au régime en organisant des concours de danse, qui les opposaient parfois aux soldats allemands. Lorsque les lois raciales de Pétain et des Nazis obligèrent les Juifs à porter l'étoile jaune, un certain nombre de zazous, par défi, s'affichèrent avec une étoile jaune marquée Zazou, Swing ou Goy. Ils furent arrêtés et conduits au camp de Drancy avant d'être relâchés.

Vian et les zazous

Les zazous étaient contemporains de l'existentialisme. Boris Vian avait adopté une attitude assez voisine de celle des zazous qu'il fréquentait parce qu'ils étaient d'abord « très très swing et qu'ils aiment le jazz», sans pour autant en être un. Ni adopter leurs tenues vestimenaires.

(wikipédia)

Chanson interprétée ici  par Pierre Mingand (1900/1982) chanteur, pianiste et acteur. Mais elle aurait été crée, ai-je compris, par Johnny Hess (1916/1983)

 



Suite de l'article...

Lectures : 5119    Commentaires : 19     Partager



BON JOUR !

Le 22 janvier 2012 à  06:59
Rubriques : Mots-miroirs

quelques notes perlées

quelques brindilles de gelée

étoilées

quelques mots immaculés

pour vous inviter

à vivre une douce et belle journée

de janvier

nimbée

de luminosité

 

© Thea


Suite de l'article...

Lectures : 3030    Commentaires : 18     Partager




Page 1 de 4

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES