Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 12
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 12

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


La vie à bord du BÉLEM, trois-mâts de Légende !

Le 30 avril 2013 à  02:31
Rubriques : Mots-miroirs

Quand il revient « chez lui », « chez nous » l’émotion est grande ! Il y a comme une fierté dans les yeux et  dans les cœurs tant sa coque, ses voiles, ses haubans sont porteurs de houles, de voyages, de ports, d’espérances et de vies. L’envie d’embarquer pour les ailleurs est forte !!

 

« Prestigieux témoin du patrimoine maritime français, le Trois-mâts Belem est l'un des plus anciens grands voiliers naviguant au monde. Le Belem a pour port d'attache Nantes en Loire-Atlantique. Une ville qui l'a construit et lancé le 10 juin 1896, seulement 7 mois après sa commande aux chantiers Dubigeon de Nantes par Fernand Crouan, de la Compagnie nantaise Denis Crouan et Fils spécialisée dans le transport du cacao pour le compte des chocolateries Menier  il est affecté à la flotte des « Antillais » et peut transporter jusqu'à 675 tonnes de fret.

Il retrouve  régulièrement son port d’attache. Amarré quai de la Fosse, au pont Anne de Bretagne à Nantes jusqu’au dimanche 28 avril,  il va reprendre la mer en direction de Saint-Malo.

Il a eu trois vies et trois noms avant celle-ci !

1896/1914 : Bélem

1914/1921 : Fantôme II

1921/1951 : Giorgio Cini

 

Illustration : photo perso prise le 28 avril 2013 à quelques heures de son départ pour Saint-Malo



Suite de l'article...

Lectures : 3392    Commentaires : 12     Partager



MICHELE BERNARD, "dans le vif de la vie" , chante : Maria Szusanna

Le 29 avril 2013 à  07:48
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Artiste "oubliée des médias mais femme pétrie d'humanisme qui continue son chemin,

Michèle Bernard est une auteur-compositrice-interprète française née le 26 octobre 1947 à Lyon. Elle commence sa carrière au théâtre avant de se lancer dans la chanson. Elle sort son premier album (Le kiosque) en 1978 et est révélée la même année au Printemps de Bourges. Elle s'accompagne à l'accordéon et au pianoNomade est une de ses chansons connues, comme Maria Szusanna. Elle débute sa carrière dans un style réaliste des années 1930, puis évolue vers une écriture généreuse, parfois intimiste, parfois politique.

 

Relevé dans Télérama : Télérama Sortir

"Le récital de Michèle Bernard est comme une entrée en eau claire ; sa voix limpide laisse ondoyer la mélodie et la poésie de ses chansons. Accompagnée de son accordéon et de deux musiciens (contrebasse, guitare, violon, ukulélé) qui assurent des intermèdes très drôles, ses textes évoquent les désirs, le permis et l'interdit et bien d'autres “sens” cachés ou révélés. Elle offre à ses héros des personnages souvent décalés, rejetés, des chansons bouleversantes de beauté et d'humanité (“Maria Szusanna” ou “La Vieille Chéchette”). Un spectacle musical pour toutes les générations écrit et interprété à la perfection ; un pur plaisir de finesse et d'émotion." 
Françoise Sabatier-Morel

Et  Gil Pressnit écrit dans Esprits nomades : http://www.espritsnomades.com/sitechansons/bernardmichele.html

 

(…) Au coin de toutes nos rues, elle chante avec son accordéon, et toutes nos rues intérieures sont plus belles. Plus sereine, plus dans le vif de la vie :
"J'ai moins peur de la douceur et du silence. Je me sens moins comme un bazooka."
 On boit à sa tendresse, on boit à sa lucidité. »

  • illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 3346    Commentaires : 13     Partager





Ça vous dirait un tour en…. TAPIS VOLANT ?

Le 28 avril 2013 à  04:38
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs

Réaliser le rêve d’Icare, sans les inconvénients, acquérir la fougue de Pégase, flâner dans les Mille et une nuits en compagnie de Shéhérazade, Sinbad le marin ou Aladin ! Etre invincibles !

Alors, ce tapis volant ? Un tapis magique, un tapis légendaire utilisé comme moyen de transportaérien.Cet objet fabuleux apparaît dans la mythologie perse et arabe, et dans le folklore russe.

Le tapis volant est présent dans les contes et les films fantastiques, consistant en un tapis capable de voler dans les airs. Il repose sur le mythe de la lévitation et a été popularisé par Les Mille et Une Nuits. Dans la mythologie perse, selon la légende, le roi Salomon possédait un tapis volant dont certains pensent qu'il fut offert par la reine de Saba.

Et vous ? Et moi ? J’y arrive ! A défaut de vous emmener dans les contes je vous invite à une visite unique de Paris et de ses monuments ! Il suffit de trois minutes top chrono dans les studios de http://www.parismagicsouvenirs.com; En souvenir vous pourrez visionner et emporter votre film d’aventure. Alors, prêts ?

 

 *illustration : compo perso et

 Photo : 2  tapis volant Viktor Vasnetsov (1848-1926)- œuvre  dans  le domaine publique en France 

 



Suite de l'article...

Lectures : 4330    Commentaires : 12     Partager



Avec LEO FERRE à bord du « bateau espagnol… » (1953)

Le 27 avril 2013 à  03:24
Rubriques : Voix de toujours

J’ai mis tous mes rêves de jeune adolescente dans de grands sacs de matelot en ce temps-là !

J’ai rêvé de m’embarquer sur des vaisseaux si vastes et si beaux qu’ils comblaient mes vœux d’espace dans l’étroitesse de ma chambre et de la cour ou du grenier sous les toits.

J’ai rêvé de l’infini et je me suis perdue dedans…

Le thème du bateau, cher à Rimbaud que Ferré a chanté, symbolise le désir de partir au loin, vers des pays inconnus, des pays de rêve. J’avais ce désir aussi. Débusquer l’enregistrement de cette chanson de 1953 lors d’un concert donné en 1990 m’émeut car je retrouve avec elle  mon âme juvénile.

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3721    Commentaires : 8     Partager



Une chanson peu connue de NINO FERRER : « Je voudrais être noir »

Le 26 avril 2013 à  04:07
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

J’ai choisi cette chanson très belle et forte d’un Nino Ferrer (1934-1998) que l’image de dandy un peu fou aura poursuivi toute sa vie, sauf avec la poussée de « Le Sud »  en 1974.

Né de parents franco-italiens, Nino  arrive à Paris en 1947. A  15 ans, il se  lance dans le dessin et découvre le jazz.  Une fois terminées ses études supérieures à la Sorbonne, ce passionné d'Histoire commence à peindre et jouer de la musique : il compose, écrit, et devient un fervent adepte de jazz. Il découvre le rhythm' n'blues avec Otis Redding, Sam Cooke ou Sam & Dave, c'est une révélation musicale qui transforme son écriture. 1965 marque le début de sa carrière. Il réintègre le label Barclay et sort 'Mirza'. Sa notoriété est alors énorme, mais fondée sur un répertoire qui ne lui ressemble pas !!  Etouffé par sa propre réussite, Nino Ferrer repart en Italie, alors qu'en France ses titres aux textes de plus en plus iconoclastes, voire politisés, mais toujours sur un mode ironique, cynique sortent. Décidé à mener la vie et la carrière qu'il entend, il s'installe dans le Quercy. Mais la musique le tient toujours et sa rencontre avec l'anglais Mickey Finn change beaucoup de choses ; il se plonge alors dans le rock et écrit des textes plus sombres, plus proches de lui. En 1974 avec 'Nino and Radiah' viendra la reconnaissance. Seul un titre du disque aura du succès : c'est 'Le Sud'. Nino Ferrer disparaît de la scène musicale puis s'accorde une parenthèse médiatique de 1994 à 1996. Ensuite, il se repliera dans son cocon familial avant de se suicider au coeur d'un champ de blé.

D’après EVENE

 

* ilustration : compo perso avec photos tirées du net



Suite de l'article...

Lectures : 3847    Commentaires : 17     Partager



Comment allez-vous, belle MARQUISE ?

Le 25 avril 2013 à  02:54
Rubriques : Mots-miroirs

Une vieille carte postale aura suffi pour aiguiser ma curiosité. Je ne sais d’où elle provient, je viens de la dénicher dans un dossier avec quelques documents.  Elle représente un dénommé  Jean Gilletta (1856-1933) photographe de son état, fièrement juché sur son tricycle de Dion-Bouton, vers 1900. Cet artiste, dont j’ignore tout, est un mythe de la Côte d’Azur et de la Riviéra m’apprend Google.  Intéressant : j’y reviendrai !!!

 

Mais voyons ce fameux tricycle :

De Dion-Bouton est à l'origine de l'essor de l'automobile. C’est un constructeur français d'automobiles de qualité et de moteurs de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle fondé en 1883 par le comte puis marquis nantais Jules-Albert de Dion, le fabricant de jouets scientifiques Georges Bouton et son beau-frère Charles-Armand Trépardoux. L'entreprise s'implanta rapidement à Puteaux au quai National, renommé plus récemment quai De Dion-Bouton.

Georges Bouton meurt en 1938 ; Albert de Dion, en 1946.



Suite de l'article...

Lectures : 3173    Commentaires : 23     Partager



CANTILENE

Le 24 avril 2013 à  05:22
Rubriques : Mots-miroirs
CANTILENE
(Poème de mes vingt ans.
Illustation : compo avec photos perso côte sauvage du Croisic, en filigrane du scan des deux pages du recueil.  C'est le mien et j'y avais collé des fleurs séchées.
J'ai choisi une vidéo en accord.)

Mer,
ma soeur en dentelles,
ma fille aux vastes ailes,
ma rutilante nacelle,
où vas-tu ?

L'oeil ami du vent déteint
sur ton coeur infidèle
et mon oeil, pareil au sien,,
cherche en vain son image
dans le tien. 

Mer,
ma soeur de mirages,
ma fille sans alliages,
mon double décalqué
sur tous les rivages...

Ton chant bosselé
ne m'est pas inconnu :
j'en connais tous les couplets
et ce chant de tous les âges
ressemble à mon chant.

Mer,
ma soeur d'algue et de sel,
ma fille d'étincelles,
ma sirène aux yeux pervers.

J'aime ta cantilène.
Tes dents,
sous la vague déchirée,
me sont familières
et tranquillement je m'endormirai
au creux de ton aisselle.

© thea  
 
extrait d'un recueil publié aux Nouveaux Cahiers de jeunesse/Bordeaux 


Suite de l'article...

Lectures : 3103    Commentaires : 9     Partager



Incantations des Indiens SIOUX

Le 23 avril 2013 à  04:56
Rubriques : Musiques du Monde

Ce chant serait une prière traditionnelle Sioux invoquant l’eau. Elle s’accompagne de danses. J’ai trouvé ces paroles que je vous communique sous toute réserve.Quelqu'un pourra peut-être nous en dire davantage ??? Elles sont présentes dans plusieurs vidéos. 

Dans celle-ci, le « flou » des images crée une sorte de climat onirique comme si ces hommes appartenaient à un autre dimension où étaient perçus à travers un voile de fumée, silhouettes que les flammes d’un bivouac rendent vaporeuses : qui se dissolvent, se superposent, disparaissent, réapparaissent.

« Les plumes d’aigle, chez les Indiens d’Amérique du Nord ne sont pas qu’une simple ornementation, elles on un caractère sacré et représentent LA  PAIX."

« Les plumes d’aigle mènent  nos pensées et prières vers le Grand Esprit »

"Avec le don d’une plume nous recevons une partie de son essence."

"Ainsi quand une personne reçoit une plume d’aigle c’est le plus grand cadeau d’une distinction honorifique »

(cité dans amerindien.e-monsite.com/pages/les-plumes.html) un site que je vous invite à visiter, il est très beau ! 

 


PRIERE TRADITIONNELLE  SIOUX INVOQUANT L'EAU 



Ô eau,
Le long des méandres étroits du torrent, 
Là ou tu frappes le plus fort, 
Là où tu t'enroules le plus, 
Entre les mousses suintantes, 
Fait que chaque impureté, 
Qui nous entravent soit balayée


 

  • illustration : compo perso

Photos : .myspace.com/country-cheyenne.skyrock.com/wat.tv/futura-sciences.com



Suite de l'article...

Lectures : 4916    Commentaires : 18     Partager



C’est le Printemps, vive LA MUSIQUE VERTE !

Le 22 avril 2013 à  03:54
Rubriques : TERRE CITOYENNE

Qui d’entre nous n’a pas  fabriqué des sifflets avec des roseaux ?  Emis de la musique en frottant ( ou froissant) deux feuilles l’une contre l’autre ? Tout comme nos grands-parents, nos oncles et nos tantes qui savaient s’amuser avec ce que la nature leur offrait.

Rondins de bois, feuille de lierre, pissenlit, racines et…hop, on crée de la musique avec beaucoup d’ingéniosité et d’imagination. Comme le fait Frédéric Tellier qui  écrit sur son site associatif de musique bricolée :

« Je présente dans cette vidéo quelques recettes et démo de " musique verte"  (on devrait plutôt parler "d'instrument vert", ou de "lutherie verte" car il n'y a pas de musique spécifique à cette pratique de bricole populaire. Chacun joue ce qui lui passe par la tête au moment où il joue, selon ses aptitudes et ses influences musicales, selon l'environnement sonore qui l'entoure... )
Hormis le xylophone à rondin de bois et la racine sonore, les recettes présentées sont issues des cultures populaires de nos régions françaises. La plupart des anciens ont encore en mémoire ces jouets d'enfants qu'ils fabriquaient. »

Il propose aussi des stages.

Un univers ludique à découvrir sur http://www.degourdi-son.fr/Photos_F.Tellier.htm

* Illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 3942    Commentaires : 15     Partager



Belles et vivaces FLEURS DU DESERT

Le 21 avril 2013 à  04:23
Rubriques : Mots-miroirs

Douceur colorée ou blonde du désert, ces plantes d’une grande variété n’en sont que plus importantes dans ces régions arides. Joyaux et perles. 

 

François Soleilhavoup écrit :

« Dans le désert où la pluie tient du miracle, où la chaleur et la sécheresse sont leurs pires ennemies, leurs graines s’arrangent pour limiter les pertes  d’eau en réduisant leurs tailles jusqu’à l’état de petits coussins au ras du sol…Elles s’enterrent partiellement et n’exposent que des épines ligneuses et sèches qui se protègent de leurs minuscules feuilles vernissées. Plus philosophes, d’autres plantes, telle la rose de Jéricho (Anastatica hierochuntina), s’en remettent aux aléas de la pluie et du temps qui passe.

D’autres, dont la vie est très brève, produisent des graines encapsulées ans une enveloppe étanche qui leur conserve leur pouvoir germinatif. Certains végétaux vivaces, ignorant les dures conditions de la surface, plongent leurs racines dans le sol jusqu’à ce qu’elles rencontrent suffisamment d’humidité. Ainsi l’Acacia radiana, par exemple, l’un des arbres les plus typiques des plaines et des oueds sahariens, est capable d’aller puiser l’eau à trente-cinq mètres de profondeur ! Citons encore les plantes avides qui absorbent instantanément l’eau de pluie, de la rosée ou du brouillard et résistent à la dessiccation comme lichens et algues. C’est une vie au ralenti. »

L'auteur poursuit : « Le pâturage extensif, l’émondage des arbres pour nourrir le bétail et surtout les besoins en bois domestique, qui l’emportent sur les ressources et les possibilités de régénération des végétaux, menacent de désertifier davantage de vastes régions déjà désertisées. »

 

© d'après des extraits du livre de François Soleilhavoup " Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre "

 

 

* illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 3737    Commentaires : 27     Partager




Page 1 de 3

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES