Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 29
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 12

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Un centenaire, le TOUR DE France !

Le 30 juin 2013 à  01:42
Rubriques : Mots-miroirs

Dédié aux amoureux de la Petite Reine de la famille !

 

Tout mômes, avec le frangin de deux ans mon cadet, on jouait à être Coppi, Robic ou Bobet dont la TSF et les journaux transmettaient les exploits. Nous n’avions pas de vélos, des trottinettes suffisaient ou tout simplement un « guidon » de notre fabrication. Avec la casquette distribuée lors de courses locales et l’indispensable bidon !! Et on traçait, et on se prenait pour les rois de… la petite reine !  Sans applaudissements ni bouquets de fleurs à l’arrivée !

Bien que le cyclisme ne soit pas vraiment mon… rayon,  les 100 ans de cet événement sportif qui appartient à notre patrimoine national sont importants. Mais l’itinéraire de cette année néglige la moitié  nord et est de l’hexagone…

 

« Créé en 1903, interrompu à deux reprises par la guerre, le Tour de France célèbre donc sa centième édition cette année. Henri Desgrange, ancien cycliste puis journaliste, est surtout le père fondateur du Tour de France. Il en fut également l'organisateur jusqu'en 1939 avant de passer la main à Jacques Goddet, un autre journaliste sportif.

Maurice Garin, 1er vainqueur du Tour de France en 1903.

Tout un symbole. Le premier vainqueur de la Grande Boucle est à l'image de cette France du début du XXe, un laborieux. Maurice Garin est un immigré italien venu chercher meilleure fortune de l'autre côté des Alpes. Avant de devenir coureur cycliste, il est ramoneur, ce qui lui vaudra un surnom affectueux dans la presse de l'époque. Alors que la IIIe République est déchirée par l'affaire Dreyfus, il permet, en remportant le premier Tour de France de l'histoire, de réunir le pays autour de sa victoire. A 32 ans, Garin boucle le parcours en 94 h 33' et 14' (et 25 km/h de moyenne), devant Lucien Pothier et Fernand Augereau, qui pointent plusieurs heures derrière. 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

 



Suite de l'article...

Lectures : 2402    Commentaires : 19     Partager



Touchants « Les Mots de rien »(1966) JEANNE MOREAU /SERGE REZVANI parolier

Le 29 juin 2013 à  04:59
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Ces mots de tous les jours empreints de tendresse et d’amour « des mots comme ça/des mots de tous les jours/Des mots tout gris des petits mots de rien/ Des mots de rien du tout » Le matin au réveil, dans la journée, le soir au coucher. Ce langage où tout est dit en... peu de mots. Avec les intonations, les regards et les silences. 

 

Une voix, un visage atypiques, reconnaissables entre mille. Ceux de  Jeanne Moreau. La Grande Dame au charme incontestable, née le 23 janvier 1928, happée par le “tourbillon de la vie” de 'Jules et Jim', le chef-d'oeuvre de François Truffaut en 1962.  Son nom est associé à un nombre impressionnant de projets, y compris à la télévision, en témoignent ‘Les Rois maudits’. Légende vivante, on la sollicite et on l'honore régulièrement : présidente du Festival de Cannes, officier de la Légion d'honneur, présidente du Festival de New Delhi, césar d'honneur en 1995 et en 2008…

 

Elle chante ici l’amour. L’auteur de ces « Mots de rien » est Serge Rezvani, né le 23 mars 1928 à Téhéranpeintreécrivain (romans, pièces de théâtre), ainsi qu'un auteur-compositeur-interprète de chansons (il se qualifie de pluri-indisciplinaire3).

Il a écrit plus de 40 romans, 15 pièces de théâtre et deux recueils de poésie, et est l'auteur de la célèbre chanson Le Tourbillon, interprétée par Jeanne Moreau dans le film Jules et Jim, ainsi que de J'ai la mémoire qui flanche (chansons qu'il signa sous le pseudonyme de Cyrus Bassiak).

 

D’après Evene et Wikipédia

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 2351    Commentaires : 9     Partager





Que chuchotent les FENÊTRES ouvertes sur le MONDE. quand...

Le 28 juin 2013 à  03:57
Rubriques : Mots-miroirs

… Gheorghe Zamfir les accompagne à la flûte de Pan ?

 

De lierre ou de vigne-vierge festonnées

De tulle transparent et léger

Ou de brocards et velours habillées

Les fenêtres  discrètes humbles ou solennelles

Observent le monde

                        Une main effleure un rideau

                        Un visage guette la rue le ciel

                        Une bouche fait un zéro

                        Sur la buée  des carreaux

                        Un chat égare ses pattes sur le lit

                        Des rêves bleus de l’été assoupi

Et puis

                        Un volet  ajouré clôt ses paupières sur la nuit

                        Dont les pieds nus glissent dans les allées

                        Du jardin ou sous les réverbères de la ville

                        Sous l'oeil de Vénus l’Etoile du Berger

 

 

 

© 27 juin 2013 Thea 

 

texte et Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2


Suite de l'article...

Lectures : 1886    Commentaires : 14     Partager



Moteur, on tourne ! BORIS VIAN nous emmène au « Cinématographe » ! (1954)

Le 27 juin 2013 à  03:05
Rubriques : Voix de toujours

« Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots » Boris Vian  (1920/1959)

Il est difficile de classer Boris Vian, l’atypique. A défaut je le mets ici dans la chronique « Voix de toujours » en tant que chanteur compositeur interprète dont « Le Déserteur » une chanson-culte,  mais il fut plus que cela ! Un talent aux multiples facettes qui se sont concentrées sur  39 ans ! Et que les jeunes générations découvrent au lycée avec l’étude de « L’Ecume des jours. »

« Ingénieur de formation, Boris Vian débute sa carrière artistique en tant que trompettiste dans les clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. Malgré le succès et le scandale provoqué par les pastiches de romans noirs américains qu'il écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, parmi lesquels 'J'irai cracher sur vos tombes', l'un des best-sellers de l'année 1947, 'Et on tuera tous les affreux' et 'Les Morts ont tous la même peau', les romans qu'il publie sous son véritable nom dans les années d'après-guerre, 'Vercoquin et le plancton', 'L'Ecume des jours' ou encore 'L'Arrache-coeur', ne lui apportent pas la notoriété escomptée. Egalement auteur de pièces de théâtre, de chansons et de poèmes, de critiques musicales, Vian mêle dans ses romans humour et mélancolie à une écriture poétique qui met en valeur son imagination débordante.

Il est également l'auteur de peintures, de dessins et de croquis. Outre son œuvre littéraire il a, pendant quinze ans, milité en faveur du jazz, qu'il a commencé à pratiquer dès 1937 au Hot Club de France. Ses chroniques, parues dans des journaux comme CombatJazz-hotArts, ont été rassemblées en 1982 : Écrits sur le jazz. Il a aussi créé 48 émissions radiophoniques Jazz in Paris, dont les textes, en anglais et en français étaient destinés à une radio new-yorkaise et dont les manuscrits ont été rassemblés en édition bilingue en 1996

Boris Vian, réputé pessimiste, adorait l'absurde, la fête et le jeu. Il est aussi l'inventeur de systèmes parmi lesquels figure le « peignophone », un instrument de musique composé d'un peigne et d'une feuille de papier à cigarettes dont il jouait au lycée.

Malade du coeur depuis l'adolescence, il succombe à l'âge de 39 ans d'un arrêt cardiaque, lors de la projection de l'adaptation cinématographique de son livre J'irai cracher sur vos tombes laissant derrière lui une oeuvre riche et variée qui reste à ce jour inimitable. »

D’après EVENE et Wikipédia

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2


Suite de l'article...

Lectures : 1932    Commentaires : 12     Partager



Et… si on SE DONNAIT LE TEMPS… ?

Le 26 juin 2013 à  05:00
Rubriques : Mots-miroirs

Dame Tortue et Famille escargots me l’ont dit : «  Ne va pas si vite ! Ne cours pas ! » 

Et j’ai observé le monde autour de moi. Récemment surtout. Les hommes et femmes d’affaires ou d’infos immédiates pressés (obligés de par leur fonction ) d’atteindre l’autre bout du monde en un temps record, collés à leur « troisième oreille» ou leur « troisième œil » sempiternellement connectés à leurs écrans ! Séparément ou simultanément. Sans répit. Les familles et les enfants surexcités encombrés de bagages, les indécis qui transitent entre deux destinations, deux domiciles. Les enracinés, les déracinés en transit et vous et moi, pris malgré nous dans la toile enchevêtrée et le torrent des nouvelles que charrient la radio, la TV, les réseaux sociaux, et les sites Internet pour les accros toujours en recherche d’une quête éperdue de bonheur ou d’expériences nouvelles.

Dame Tortue et Famille escargots m’ont mise en garde : « Tu peux, vous pouvez multiplier les trajectoires autour de la planète ou de votre lieu de vie, mais ralentis, ralentissez. Prends, prenez le temps de vous arrêter, d’observer, d’écouter, là, dans cette salle des départs à la porte du cœur. Là où tu auras, où vous aurez un autre regard, un autre vécu.»


Quelques citations en écho :  

« Dans tout ce que tu faishâte-toi lentement.  » dit un Proverbe français.

Et : « La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force. »  Plutarque (Extrait du Vie de Sertorius)

ou encore : « Tout ce qui doit durer est lent à croître. » Louis de Bonald.


En conclusion, je ne sais si je deviendrai un jour Dame Tortue ou Famille escargots, je sais seulement que je peux essayer de cultiver la plante de la « lenteur », la vraie, la seule, l’essentielle. De me donner le temps de... Celui qui échappe à toutes les trajectoires et destinations.

© Thea
La vidéo me plaît bien dans sa simplicité... Merci à Martine Asselin 

Texte et illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 2052    Commentaires : 9     Partager



BEETHOVEN/ERNESTO CORTAZAR célèbrent le SILENCE avec Les Peintres et la Lecture

Le 25 juin 2013 à  04:48
Rubriques : Musique de toujours

J’ai, comme beaucoup d’entre nous, un besoin intense de Silence dans le tohu-bohu du monde, plongée en apnée là où « parle » ce que d’habitude nous n’entendons pas/plus. Besoin d’être comme la feuille ou la toile blanche, en attente des mots, du trait, de la note de musique. Le Silence peut être déchirant et même dérangeant pour ceux qui ne peuvent vivre sans  bruits de fond et donc se concentrer. Ce monde de sonorités et de tumulte est épuisant, il perfore l’esprit. Oui, j’ai besoin de Silence et la Lecture est une pause nécessaire.

J’aime ce proverbe japonais : « Les mots qu’on n’a pas dits sont les fleurs du silence ».

Quelques citations :

« Ce qu’il y a de merveilleux dans la musique de Mozart, c’est que le silence qui la suit est encore du Mozart »  Sacha Guitry.

« Les toiles sont les journaux intimes des peintres. » Zan Wou-Ki

« Face à un livre, nous sommes totalement seuls, plongé dans un silence absolu » et « Entre chaque battement de cœur court le silence »  Marc de Smedt, « Eloge du silence »

« Dis-moi ce que tu tais, je te dirais qui tu es » (phrase placée en exergue de Le Petit Silence Illustré », ancêtre du journal satirique Hara Kiri)

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 2545    Commentaires : 18     Partager



L'ESPRIT des MONTAGNES

Le 24 juin 2013 à  03:52
Rubriques : Mots-miroirs

Elles sont l’Esprit de la Montagne. Du Vercors au  mont Cenis, en passant par le col de l'Iseran, le Pilat… Elles, les fleurs : colchiques, myosotis, edelweiss, digitales pourpres, pervenches, asters, gentianes, renoncules, iris etc..  Plusieurs milliers d’espèces de la plus humble à la plus prestigieuse. Leurs clochettes, calices, et grappes couronnent le front de la Montagne, s’épanouissent à foison et parfument ses flancs rocailleux ou herbus quand le dieu Soleil les sacre avec magnificence.

Ces merveilles vous sont offertes sur des extrait des albums de Michel Pépé dont la musique est une Ode à la Nature et à l’âme. Qu'elle élève.

Merci au vidéaste.

© the@

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

 



Suite de l'article...

Lectures : 3792    Commentaires : 11     Partager



GÉRARD BERLINER émouvant avec « Le Tendre »

Le 23 juin 2013 à  04:40
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Un timbre de voix très particulier, une émotion à fleur de cœur et de peau, beaucoup de sensibilité et de tendresse. Qui ne laissent pas indifférent. Des portraits de personnnages avec des histoires de vie prises à la source. Qui ressemblent à des proches, des voisins... Sortes de croquis ou de fusains aux traits précis. Des hommes comme " Le Tendre "  il y en a dans nos souvenirs.
 

« Gérard Berliner, né le 05 janvier 1956- décédé 13 octobre 2010, des suites d'une crise cardiaque avait gardé en lui des exigences d’absolu, des forces fragiles. Homme solide et tendre, il semblait avoir construit ses remparts à l’aplomb d’une faille (gouttedeau.blog.lemonde.fr/.../gerard-berliner

Boudé par la  télé et la radio, Gérard Berliner, l’enfant de Ménilmontant,  enregistre son premier 45 tours à quinze ans et demi et, malgré le succès de « Louise » en 1982  (plus d'un million et demi d'exemplaires.), que lui écrivit le parolier Frank Thomas, il a connu la galère des années noires.


Dès l'âge de 13 ans, Gérard Berliner fréquente l'école du spectacle et entame une carrière de comédien à travers plusieurs petits rôles au cinéma et au théâtre. Très vite il va suivre les cours d'art dramatique de Claude Viriot. 

Mais la chanson, son autre passion, pointe déjà le bout de son nez et c'est en 1974 qu'il sort le tube 'Pour toi je veux vivre'. Il commence par faire ses premières tournées avec les Martin Circus et Georgette Plana sur le podium d'Europe 1. 
Conquis par ces premières expériences scéniques, il fait de la figuration sur les plateaux de télévision de Maritie et Gilbert Carpentier afin de rencontrer des auteurs et des compositeurs. En 1978 Serge Lama le repère et lui propose d'emblée de partager avec Marie Paule Belle les premières parties de sa tournée française. Il doit néanmoins attendre quatre années pour qu'un auteur, Frank Thomas, lui propose le texte intitulé 'Louise' en 1982. La collaboration se poursuit et plusieurs albums paraissent : 'Voleur de maman', 'Je porte ma vie', 'La Mémoire profane'. En tant qu'auteur-compositeur il signe 'De toi à moi' et 'Le Vertige des fleurs'. En 1994, il sort 'Chien de voyou', produit par Charles Aznavour. Vient ensuite la collaboration avec Jean-Loup Dabadie pour l'album 'Heureux' orchestré par Catherine Lara.
Se prenant de passion pour Victor Hugo, il décide de raconter sa vie à travers des textes du grand poète et monte le spectacle théâtral et musical 'Mon Alter Hugo', nommé aux Molières en 2006 dans la catégorie du meilleur spectacle musical. »
Source EVENE


Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 1733    Commentaires : 9     Partager



MORT SHUMAN nous prédit « Un été de porcelaine »

Le 22 juin 2013 à  03:08
Rubriques : Voix d'aujourd'hui, Voix de toujours

Une chanson très romantique de Mort Shuman. Sur des paroles de Michel Lang.  Tendre et  délicate.  Il flotte comme un parfum suranné de roses thé, de rideaux à peine effleurés, de soie et de satin sur les marches d’un bel escalier d’une demeure victorienne… (Thea)

 

 

Né à New York City, New York le 12 novembre 1936
Décédé à Londres, Angleterre le 03 novembre 1991. Interprète, auteur et compositeur, Mort Shuman - Mortimer de son prénom - écrit tout d'abord des musiques avec son ami Doc Pomus qui de son côté, se penche sur les textes des chansons. Remarqués par de grandes vedettes, ils sont à l'origine de certains tubes d'Elvis Presley, dont le titre 'Surrender'. C'est en Angleterre que Mort Shuman poursuit la composition de ses chansons. Après avoir tissé quelques liens avec Jacques Brel, il décide de s'installer à Paris. 'Le Lac majeur' est l'une de ses chansons les plus connues. Plébiscité, sollicité, il multiplie les enregistrements en studio. Mais l'homme, très discret, préfère composer dans l'ombre et apparaît très peu sur scène. Il tourne en 1976 dans deux films 'La Petite Fille au bout du chemin' de Nicolas Gessner et 'Rue haute' d'André Ernotte. Connu pour avoir écrit des standards de la pop comme 'Save the Last Dance for Me' ou 'Teenager in Love', il a aussi travaillé pour Janis Joplin, Andy Williams et The Smale Faces. Mort Shuman est un personnage reconnu et estimé dans le milieu musical.

 

 

source  EVENE

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

 



Suite de l'article...

Lectures : 2761    Commentaires : 19     Partager



Multiples et infinies SPIRALES…

Le 21 juin 2013 à  05:00
Rubriques : Mots-miroirs

De l'infiniment petit à... l'infiniment grand, la spirale se décline depuis notre milieu naturel et quotidien : escargot, volubilis, hampes des tiges de la vigne, etc...jusqu'aux profondeurs de la galaxie Elle est riche de symbolisme. « Elle évoque l'évolution d'une force, d'un état. C'est un motif ouvert et optimiste. Il est très facile de partir d'une extrémité et d'atteindre l'autre. » nous apprend le dictionnaire des symboles .

« Elle manifeste l'apparition du mouvement circulaire sortant du point originel; ce mouvement, elle l'entretient et le prolonge à l'infini : c'est le type de lignes sans fin qui relient incessamment les 2 extrémités du devenir... (la spirale est et symbolise) émanation, extension, développement, continuité cyclique mais en progrès, rotation créationnelle. » (G. de Champeaux)

La spirale hélicoïdale se rattache symbolisme cosmique de la lune, au symbolisme érotique de la vulve et au symbolisme aquatique de la coquille, au symbolisme de la fertilité. Elle représente les rythmes répétés de la vie, le caractère cyclique de l'évolution. La spirale est un symbole de fécondité, aquatique et lunaire. C'est un symbole cosmique. Elle est dans toutes les cultures. La spirale symbolise le voyage de l'âme après la mort, le long des chemins qu'elle ne connaît pas.

Le symbolisme de la spirale plane diffère peu. Elle s'apparente plus au labyrinthe, évolution à partir du centre, involution, retour au centre. La spirale double c'est les 2 sens de ce mouvement, la naissance et la mort, la mort initiatique et la renaissance en un être transformé. La double spirale c'est aussi le double enroulement des serpents du caducée ou la double hélice autour du bâton brahmanique. La double spirale à enroulement opposé est symbole des changements lunaires et du tonnerre.

De par sa signification d'involution et d'évolution la spirale rejoint le symbolisme de la roue. »

D'après "le dictionnaire des symboles", Jean Chevalier et Alain Gheerbrant

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2 avec une spirale en noir et blanc dite hypnotique … au milieu de l'illustration. REGARDEZ BIEN !

 



Suite de l'article...

Lectures : 2149    Commentaires : 13     Partager




Page 1 de 3

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES