Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 11
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


LUC ARBOGAST, entre moyen-âge et éternité

Le 30 juillet à  03:35
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

L'artiste chante La Tendresse, paroles de Noël Roux, composition Hubert Giraud, interprétée en 1963 par Bourvil.

De nombreux interprètes la reprendront : Marie Laforêt, Catherine Sauvage, Mouloudji etc

 

Luc Arbogast

Une voix médiévale

Une voix cathédrale

Celle de « L'Homme qui voyage à travers les mondes
Avec pour seul bagage sa liberté »

Celle de l’Homme pétri de tendresse

Qui module les sons

Entre moyen-âge et éternité

 

Quand on voit et entend Luc Arbogast pour la première fois, on reste sans voix tant la sienne, surprend. Cette voix de contre-ténor, plutôt haute-contre, est en décalage avec son physique de bûcheron et ses tatouages quand il va dans les aigus. La pureté de cette voix la rend intemporelle et sexuellement indéfinissable.

© Thea

 

« Il n’est pas de mots pour décrire les émotions les sentiments qui nous remuent lorsque s'élève une telle voix qui semble toucher le ciel et nous effleure d'un battement d'ailes»

(une internaute)

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés.

crédit photos : culturebox.francetvinfo.fr /Music Shaker /youtube.com



Suite de l'article...

Lectures : 281    Commentaires : 8     Partager



Quelques nouvelles de BATEAU-BLOG

Le 24 juillet à  05:09
Bateau-blog est au ralenti jusqu'à dimanche...
A plus tard, moussaillonnes, moussaillons,  marins et matelots. Ne soyez pas trop sages, hein ?
Thea


Suite de l'article...

Lectures : 347    Commentaires : 5     Partager





Et voici LA MARSEILLAISE des COTILLONS (1848)

Le 15 juillet à  03:54
Rubriques : CHANTS de REVOLTE

Ce chant est interprété par Rosalie Dubois, chanteuse française indépendante née en 1932

Toutes les paroles de la chanson ne sont pas dans la vidéo. Je les mets en totalité dans la 2ème partie de l’article. Il va sans dire que tous les hommes ne sont pas les tyrans décrits, heureusement!

 

En février 1848, Paris s’insurge contre le gouvernement Guizot. Surpris, Louis-Philippe abdique et la République est proclamée le 24. C’est le début d’un vaste mouvement qui va toucher toute l’Europe.

La Marseillaise des cotillons en l'an 1848 est un hymne féministe de Louise de Chaumont.

Comment est-elle née ?

Les révolutionnaires de 1793 avaient exclu les femmes de l'espace public. Le Code civil de 1804 avait institué les femmes mariées en mineures, dépendantes de leurs maris. Les républicains de 1848 les remettent à leur place « naturelle » de mères, gardiennes du foyer. Elles passent du statut de femmes actrices des révolutions populaires, à l'allégorie féminine qui incarne la République : 
la Marianne.

En 1848, la voix des femmes est encore peu entendue. Exclues du champ civique (le suffrage universel acquis sous la IIe République est exclusivement masculin), elles sont, au plan des droits civils, placées sous une tutelle masculine, exercée par le père ou l'époux. C'est contre cette double dépendance, et pour voir enfin consacrée l'égalité juridique entre les sexes, qu'œuvreront les féministes.

 

Il parut en juin 1848 dans le numéro 1 de La République des femmes, journal des cotillons édité à Paris par les Vésuviennes (1).

Il se chante sur l'air de la Marseillaise[].

Cotillon : (vieilli) jupon des femmes ; ici, synonyme de femme.

©frilouz.free.fr

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

Crédit photos : musicali-daniel-bonin.fr/rilouz.free.fr/



Suite de l'article...

Lectures : 369    Commentaires : 10     Partager



CONCERTO FRAÎCHEUR et SYMPHONIE des SOUS-BOIS

Le 14 juillet à  03:02
Rubriques : Mots-miroirs

Concerto pour clarinette (allegro) de Mozart

 

 

Balade légère sous la nef des arbres ou par les sentiers sauvages qui se perdent et s’entortillent à loisir. Labyrinthe végétal.

Perception aiguisée des sons les plus minuscules : froissement de feuilles ou de brindilles, envol d’un oiseau, passage d’une libellule ou d’un papillon…

Tout devient palpable : rai de lumière dans les charmilles, éclat d’une fleur sauvage ou douceur de la parure d’une écorce moussue, clapotis d’un filet d’eau sur les pierres et entre les herbes d’un fourré. On pourrait presque entendre pousser la sève des arbres et arbustes, celle des herbes, les fougères et des graminées…

Silence et Liberté.

 

© Thea

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm

Tous droits réservés

clichés libres de droits sur Google

 



Suite de l'article...

Lectures : 339    Commentaires : 5     Partager



Ça vous dit quoi, les ANNÉES 1950 ?

Le 8 juillet à  04:54
Rubriques : Mots-miroirs

La loco à vapeur, les pique-nique (au bord de la route… oh la la ! pour les ceusses qu’avaient une automobile!) la traction avant, les cars qui nous emmenaient voir la famille, le dimanche, mais pas tous les dimanches, les chansons à la mode à la TSF ou dans les bistrots, les joueurs de boules ou de palets. Les galopades et les jeux dans la rue : blouse grise et culottes courtes, pour les frangins, jupes plissées pour les frangines et moi et moi… galoches et chaussettes pour tous ! Qui tirebouchonnaient malgré les élastiques ! Les noces, fillettes et garçonnets d’honneur en tête, fiers comme Artaban, les mariés, demoiselles et garçons d’honneur, les invités, les parents et l’accordéoniste qui suivaient … Aux beaux jours, la pause « photos » au jardin ou dans la cour, et nos mamans, foulard noué sous le menton, eh oui… à la messe et au marché.

© Thea 07 juillet 2018

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm; Tous droits réservés

Crédit photos : pixopolitan.com / vive le tour de France !/arbeitsmed.info /Overblog /



Suite de l'article...

Lectures : 352    Commentaires : 10     Partager



Aux amoureux de la PETITE REINE

Le 4 juillet à  04:31
Rubriques : Mots-miroirs

Tout mômes, avec le frangin de deux ans mon cadet, on jouait à être Coppi, Robic ou Bobet dont la TSF et les journaux transmettaient les exploits. Nous n’avions pas de vélos, des trottinettes suffisaient ou tout simplement un « guidon » de notre fabrication. Avec la casquette distribuée lors de courses locales et l’indispensable bidon !! Et on traçait, et on se prenait pour les rois de… la petite reine ! Sans applaudissements ni bouquets de fleurs à l’arrivée !

© Thea

Historique : …

« Créé en 1903, interrompu à deux reprises par la guerre, le Tour de France a célébré sa centième édition en 2013. Henri Desgrange, ancien cycliste puis journaliste, est surtout le père fondateur du Tour de France. Il en fut également l'organisateur jusqu'en 1939 avant de passer la main à Jacques Goddet, un autre journaliste sportif.

Maurice Garin, 1er vainqueur du Tour de France en 1903.

Tout un symbole. Le premier vainqueur de la Grande Boucle est à l'image de cette France du début du XXe, un laborieux. Maurice Garin est un immigré italien venu chercher meilleure fortune de l'autre côté des Alpes. Avant de devenir coureur cycliste, il est ramoneur, ce qui lui vaudra un surnom affectueux dans la presse de l'époque. Alors que la IIIe République est déchirée par l'affaire Dreyfus, il permet, en remportant le premier Tour de France de l'histoire, de réunir le pays autour de sa victoire. A 32 ans, Garin boucle le parcours en 94 h 33' et 14' (et 25 km/h de moyenne), devant Lucien Pothier et Fernand Augereau, qui pointent plusieurs heures derrière. 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

Crédit photos : Google



Suite de l'article...

Lectures : 342    Commentaires : 14     Partager



Aimé DUVAL, le Brassens en soutane

Le 1 juillet à  04:52
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Quelques lignes dans un courrier des lecteurs à propos de ce Brassens en soutane, lié d’amitié avec le grand Georges qui lui consacra quelques rimes dans « Les trompettes de la renommée »… et les souvenirs affluent. J’ai assisté à l’un des concerts de ce curé chanteur à Saint-Nazaire, en 1957 ou 58 avec des groupes de jeunes, emballés par ses chansons, sa ferveur, sa grande simplicité. A l’issue du concert nous chantions en masse dans les rues de la ville, ce « Tout au long des longues, longues plaines » qui colle à l’actualité des exilés d’aujourd’hui.

Il a chanté les humbles et les « petits » aussi.

Il aurait eu 100 ans ce samedi 30 juin.

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

Crédit photos : Getty Images/Encyclopédisque/enghien-le-saviez-vous.eklablog.com /Lullupops.com /



Suite de l'article...

Lectures : 292    Commentaires : 9     Partager




Page 1 de 1

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES