Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 32
Les nouveaux membres : 4
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


MAREE BASSE et PIANO

Le 9 septembre 2012 à  11:10
Rubriques : Mots-miroirs

Bateau-blog est à marée basse aujourd’hui, les mots sont en veilleuse.  Il interroge le sable et l’empreinte des coquillages, des pattes d’oiseaux, des algues, celles des pas des femmes, des hommes, des enfants, et des sabots des chevaux peut-être. Les chevaux de la mer  aux naseaux fougueux. L’écume frangée des vagues pianote sur son cœur d’ivoire qui frissonne. Il rêve…

 

©Thea 9 septembre 2012

 

*illustrations : compositions personnelles



Suite de l'article...

Lectures : 3707    Commentaires : 24     Partager



Ah, GUÊPIÈRE & LONGS JUPONS…

Le 7 septembre 2012 à  04:46
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Vidéo montage avec des images d'actrices fin des années 40 début des années 50. Chanteuse : Yvette Giraud, née en 1916, qui a fait la majorité de sa carrière au Japon. Elle est recrutée à 23 ans, en 1945, pour les besoins du Théâtre aux Armées des Forces armées britanniques et souvent présentée comme une ambassadrice de la chanson française avec sa chanson « Mademoiselle Hortensia ». « Les Lavandières du Portugal» l'ont rendue célèbre. Elle a cessé son activité de chanteuse en 1999.(selon wikipédia) photo ©virginmega.fr

 

Passionnée de cinéma, Maman prenait souvent Cinémonde et Mon Film, et je les lisais en cachette, bien entendu. Nous rêvions  de ces stars qui ne tournaient pas dans les films de série B, les seuls que nous étions autorisés  à voir à la salle paroissiale !! Et encore ! Quant aux guêpières, elles étaient bien sûr réservées aux dames de petite vertu !!! Maman, elle,  était abonnée au Petit Echo de la Mode dont j’ai déniché des numéros à la brocante. Années 1947 et 1951.

 « Corset ou gaine ? » demande une certaine Denise. Réponse  de la spécialiste :  le premier dispose d’un bon nombre de baleines et de préférence en coutil broché. Et le lacet ? Il doit dissimuler ses nœuds à l’intérieur pour rester insoupçonnable.(…) Conseils d’entretien qui me font sourire : » insister sur les jarretelles, rincez à l’eau tiède, puis enveloppez dans un linge pour essorer le plus possible. Faire séchez rapidement afin d ’éviter les rouille des baleines métalliques » !!!Quant aux patrons des vêtements ils commencent à la taille 42 et les  44/46 sont les plus courantes !

 



Suite de l'article...

Lectures : 5524    Commentaires : 25     Partager





Magnifiques, les VITReAUX de mer d’HENRI ESKENAZI

Le 6 septembre 2012 à  05:08
Rubriques : PHOTOGRAPHIES

VITReAUX de mer,  Un livre de Henri Eskenazi.

 L’art est dans la nature. On le dit souvent. Et si c’était vrai ?

« La beauté est parfois craintive, elle ne se montre pas toujours au grand jour. Elle se love et se cache parfois dans l’immensité des océans, dans le murmure chaotique des vagues d’une mer toute proche, ou s’enfouit dans les profondeurs du noir le plus absolu. Il faut je crois, des artistes au grand coeur comme Henri Eskenazi, plongeur aguerri, photographe sensible, homme de conviction, amoureux des choses de la mer, pour aller débusquer les multiples formes, reflets, visages du beau et surtout nous les révéler … »
Extrait de la préface de Jacques Salomé

Cité dans : www.eau-magazine.fr/2011/.../vitreaux-de-mer-de-henri-eskenazi/

Ajoutée par CousteauFilmFestival le  6 déc. 2010, cette vidéo de Henri ESKENAZI a remporté le Prix de l'Originalité Méditerranea 2010 dans la catégorie "Photo - Série sonorisée". Artiste : Nicos
Retrouvez les oeuvre de M. Eskenazi sur
www.henrieskenazi.com



Suite de l'article...

Lectures : 3328    Commentaires : 16     Partager



ALLAIN LEPREST (1954/2011) chante « RIMBAUD »

Le 5 septembre 2012 à  04:21
Rubriques : Voix de toujours

Qui pense encore à cet artiste ? Ce méconnu du grand public pourtant reconnu par ses pairs et par ses aînés : Ferrat, Gréco, Nougaro, avec  1000 chansons écrites mais très peu d’éditées ?

Qui diffuse encore ses chansons d’écorché vif à la voix de rocaille et d’herbe sèche ? Qui se souvient d’Allain (avec deux l !) LEPREST ? Cet artisan du mot, ce virtuose du Verbe né dans le Cotentin qui a construit son œuvre comme on construit un mur, pierre à pierre, et a décidé de quitter la vie le 15 août 2011 en Ardèche ? Qui ?

Homme et chanteur discret, révélé au public lors du Festival de Bourges en 1985 « Plume facétieuse et tendre », sollicité comme parolier pour de nombreux artistes, Juliette Gréco et  Francesca Solleville, entre autres. Récompensé en 1992 par le grand prix de l’académie Charles Cros. Reconnaissance unanime du public, adhésion au grand jour au parti communiste : il participe à plusieurs Fêtes de l’Huma où il rencontre Sally, sa compagne d’origine mauritanienne.

Les collaborations artistiques se multiplient avec : Jacques Higelin en 1998, Olivia Ruiz en 2005. Les succès commerciaux mitigés ne l’empêchent pas de poursuivre son exploration de la langue au gré d’arrangements folk et reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de son œuvre. C’était en 2008 : un an plus tard, le Grand Prix des Poètes de la SACEM lui est remis. Et puis, en rémission d’un cancer des poumons,  il a décidé de quitté la vie ce 15 août 2011 : des concerts étaient programmés  du 1er octobre 2011 au 4 mai 2012.

Ecrit d’après  Evène et Wikipédia

Qui pouvait chanter Rimbaud de cette façon gouailleuse et tendre ? Rimbaud, son pote, son frère, son double, son fils en poésie et mal-être ?  Qui, sinon Allain Leprest ? Rejoignant ainsi le  « Dormeur du Val » … dans les glaïeuls.

Photos 1 © actechanson.fr d'Allain Leprest

Illustrations :compositions personnelles à partir d’un livre de ma bibliothèque : "Rimbaud. Poésie. Une saison en enfer. Illuminations " Préface de René Char, éd. Gallimard 1965 et 1999. A partir également d’une broche bleue que je porte quelquefois.



Suite de l'article...

Lectures : 3976    Commentaires : 14     Partager



Une pincée de REVE avec le CIRQUE … INVISIBLE !

Le 4 septembre 2012 à  05:34
Rubriques : ENTRACTE

Elle, c’est Victoria Chaplin, (née le 19 mai 1951,  fille de l’acteur Charlie Chaplin et d’Oona O’Neill. Actrice américaine et costumière)  femme acrobate et caméléon. La poésie et la grâce.

Lui, c'est Jean-Baptiste Thierrée, (né à Paris en 1937, fils d’ouvrier, et apprenti imprimeur, souffleur à la Porte Saint-Martin, puis comédien) clown, illusionniste, magicien et blagueur. Le rire et la dérision.

Inventivité et créativité en toute liberté.

Oui, ils ne sont que deux en scène ! Inclassables, merveilleux, en apesanteur dans la simplicité et le bonheur de broder le quotidien avec du rêve.

Espiègles, longtemps méconnus des grandes scènes dont on se demande pourquoi elles ne leur ont pas ouvert les bras plus tôt ??? 

Oui, ils sont deux et ils créent des mondes merveilleux, inconnus, invisibles, dans leurs costumes pailletés ou graciles (dessinés par Victoria). Oui, entre leurs mains tout s’allège et se métamorphose ! Oui, ils ont gardé le don d’enfance ! Oui, il faut les applaudir et les encourager ! Oui, nous avons besoin de rêveurs  comme eux !

Victoria et Jean-Baptiste nous émerveillent. Ils inventent soir après soir un monde nouveau sur scène. Dignes personnages de Lewis Caroll, ils se transforment en cycliste, lapin géant, cafetière, dragon. Deux et multipes à l’infini

Inspiré des articles de :

©  Le Monde./ © Le Nouvel Observateur  © Télérama ©http://www.spectacles.fr/le-cirque-invisible/infos-pratiques

Photos 1 : © resonance-online.com
et illustrations persos(collage-maison et compositions)



Suite de l'article...

Lectures : 3791    Commentaires : 20     Partager



DENIS CODFERT nous offre « la clé des songes »…

Le 3 septembre 2012 à  04:58
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Je n’ai pas trouvé de véritable biographie sur cet artiste. Un lien renvoie à Facebook où il est dit qu’il est batteur professionnel, professeur et musicien de scène. J’ai cru comprendre « qu’il avait 32 ans, qu’il était de Dijon et aurait  débuté sur scène à 6 ans avec son papa guitariste. Puis à l’âge de 17 ans il fonde le groupe de rock progressif Mille et Un avec son frère compositeur.Fortement imprégné par la musique de Pink Floyd, Led Zeppelin, le rock progressif et le hard rock, Denis se construira une identité musicale en participant à une multitude de groupes. Premier participation au sein de MAGNESIS" 
© www.magnesis.net/denis.htm

 

Vidéo : deniscodfert Drums, keys, composition, arrangements by Denis Codfert:

 



Suite de l'article...

Lectures : 3436    Commentaires : 26     Partager



Les VIOLONS BARBARES, voix et musiques des terres lointaines

Le 2 septembre 2012 à  05:26
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Violons barbabares est un groupe de musiques du monde, originaire de France, mêlant les sonorités balkaniques ( Bulgarie) et orientales (Mongolie). Il se compose de :

Dimitar Gougov – Bulgarie, gadulka, chant
Dandarvaanchig Enkhjargal Mongolie- morin khoor, chant diphonique
Fabien Guyot –France  percussions, chant.

Des mélodies  qui emballent le public, l’envoûtent, l’électrisent car « En offrant une musique énergique, ce trio inédit nous embarque instantanément vers des terres lointaines aux paysages sauvages » écrit à leur propos le Centre Culturel de Woluwe Saint-Pierre à Bruxelles  qui poursuit :

« Dimitar Gougov (Bulgarie) et « Epi » Dandarvaantchig Enkhjargal (Mongolie), issus des peuples « barbares », réunissent leurs instruments – la gadulka et le morin khoor – dans une rencontre acoustique inédite qui franchit les frontières stylistiques.



Suite de l'article...

Lectures : 3630    Commentaires : 23     Partager



« Nuages » (1940) par DJANGO REINHARDT (1910-1953) « le doux fauve »

Le 1 septembre 2012 à  05:06
Rubriques : Musique de toujours

"Django mort, c’est un de ces doux fauves qui meurent en cage. Il a vécu comme on rêve de vivre : en roulotte". Jean Cocteau.

 

Né dans une famille manouche de Belgique. Vie nomade et fulgurante. Météoriste à la croisée des musiques du jazz et des musiques tziganes, il a parcouru la France, l’Italie et l’Afrique du Nord. Enfant des « fortifs » ( à l’emplacement du périphérique parisien actuel, Porte de Choisy, puis Porte d’Italie) dans cette "Zone" où s’amoncelle la misère parisienne. Dès sa prime enfance   Django se passionne pour la musique : dispositions étonnantes pour le banjo, la guitare, le violon. Enfant virtuose. Sa légende se répand dans les milieux musicaux.Dès 12 ans  il cachetonne dans les bars, les bals et les demeures du gratin parisien.



Suite de l'article...

Lectures : 3927    Commentaires : 11     Partager



Avec GERARD DELAHAYE, 1 + 1 = 3 !

Le 31 aout 2012 à  06:50
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Une chanson de Gérard Delahaye pour les petits, mise en images par Olivier Greuzard : le vieux professeur est affolé par les chiffres et les additions !

Bio :

"Né à Morlaix  en 1948, Gérard Delahaye (de son vrai nom Guillou) abandonne en 1968 sa vocation de professeur d'allemand, pour se lancer dans une carrière de musicien. Son public est alors très jeune. Il participe même à la création d'émissions de télévision pour enfants, sur FR3. Depuis 1970, c'est au rythme d'un album tous les deux ans, en moyenne, qu'il œuvre pour l'ouverture culturelle de la Bretagne. En 1977, il sort son premier album pour les enfants, Le Crabe Vert.

 

(Vidéo Ajoutée par GerardDelahaye le  2 juil. 2009 )

 



Suite de l'article...

Lectures : 4543    Commentaires : 15     Partager



PLUME SERGENT-MAJOR, ENCRE VIOLETTE ET CAHIERS

Le 30 aout 2012 à  06:33
Rubriques : Mots-miroirs

Souvenirs de classe en CP :

 

Le dit de Cécile

 

« A l'école des grandes, je peine sur mes pages d’écriture. Je m'applique à faire des o bien ronds, des f, des g, des j, des p qui ne dépassent pas les lignes. Des pleins et des déliés. Des majuscules et des minuscules. Mais les lettres dansent et s’échappent des lignes ; l’encre violette se délaie et gicle partout. Lettres mal formées, jambages tordus, devoirs mal présentés, mauvaise écriture, les griefs ne manquent pas. "De vrais torchons !" disent les bonnes sœurs.  On me punit, je pleure en silence. Mes larmes s’étalent sur les pages de cahier et dissolvent l’encre. Les sœurs m'obligent à tout recommencer pendant la récréation. Ma main tremble sur le porte-plume en bois dont je ronge le bout, par dépit. «Ne t’en fais pas, me répète Maman, la belle écriture, c’est la science des sots ! " ça ne me console pas et, pour avoir rapporté les propos d’Irène à ma maîtresse d’école, je dois rester en retenue. »

 © Thea 2006 /Ed. La Part Commune ( extrait) mais rédigé en 1983 soit 23 ans avant publication ! Vous avez dit tenace ?

*Illustrations persos

Et Serge LAMA les chante aussi…



Suite de l'article...

Lectures : 5565    Commentaires : 29     Partager




Page 110 de 227

110

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES