Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 22
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Encore et toujours : »Les enfants de la guerre » par AZNAVOUR (1967)

Le 27 novembre 2012 à  05:32
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Nous étions ces enfants dont parlent Aznavour. Quelques photos retrouvées, quelques paroles échangées ce week-end, quelques  lieux cités, quelques questions et puis tout bascule…Oui, plusieurs d'entre nous " ont connu la terre à feu/ et à sang » (…) « enfants de l’orage/ et des jours incertains »(…) « qui ont  vieilli avant  l’âge »

Pas tout  à fait «des enfant sans enfance » non, mais de ceux qui se couchaient tout habillés et ne voulaient  pas s’endormir de peur de ne pouvoir fuir  à temps et gagner les abris si bombardements, ça oui…

 

© Thea 2012



Suite de l'article...

Lectures : 5209    Commentaires : 27     Partager



Quand un Liégeois en cache d’autres ... (dessins - Emile Deshayes 1875/1946)

Le 26 novembre 2012 à  04:49
Rubriques : Peintres

Je vous laisse découvrir, avec cette vidéo, un architecte et peintre dont la méthode de travail  de caricaturiste est  originale et  m’a vivement  intéressée.

Musique :  Vangelis "La petite fille de la mer"

 

Émile Deshayes  (1875-1946) : Témoin vigilant de son époque. Architecte de profession (Grand Prix de l'École St-Luc de Liège en 1901), Emile Deshayes consacre une bonne partie de ses loisirs à la pratique du dessin et de la peinture. En témoigne une abondante production qui s'étend de 1900 à 1945 et qui comprend essentiellement des portraits et des paysages. Durant l'année académique 1915-1916, Deshayes, soucieux d'acquérir une nouvelle formation artistique, suit en élève libre plusieurs cours à l'Académie des Beaux-Arts de Liège. Il y reçoit l'enseignement de professeurs réputés comme Évariste Carpentier, Adrien de Witte et Émile Berchmans et côtoie des étudiants tels que Robert Crommelynck, Jean Donnay, Ernest Forgeur, Luc Lafnet, Edgar Scauflaire, Fernand Steven ou Auguste Mambour.

 



Suite de l'article...

Lectures : 6245    Commentaires : 12     Partager





Ah, l’Amour Gourmand !

Le 26 novembre 2012 à  10:41
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs
Une recette pour rire et sourire… 
+ illustration perso 


Suite de l'article...

Lectures : 5715    Commentaires : 9     Partager



Une exquise « Salade de fruits » offerte par BOURVIL (avec paroles)

Le 23 novembre 2012 à  05:01
Rubriques : Voix de toujours

Bourvil le tendre qui illumine notre vie avec cette chanson rayonnante de douceur et d’amour. Pour exorciser la brume, la pluie et la grisaille sur la ville, la campagne et parfois dans les coeurs. Pour sourire et offrir son sourire en passant, pour aimer l’autre, tout simplement, de quelque ciel qu’il soit et où qu’il aille, parce qu’il est un autre nous-même.

Thea


Suite de l'article...

Lectures : 6097    Commentaires : 17     Partager



EVARISTE CARPENTIER ((1845-1922) et le Luminisme

Le 22 novembre 2012 à  05:58
Rubriques : Peintres

Il y a, je trouve,  quelque chose de pudique, de léger, de lumineux et de tendre pour ces gens et ces paysages qu'il a peints. Quelque chose d'unique. On se penche à la fenêtre avec lui, on découvre, on s'émerveille, on  habite le silence des êtres et des choses. A la campagne ou à Ostende. On vit d'une autre vie. La leur ?
 ©Thea
 

De lui Georges Simenon a  écrit : (Extrait de la Gazette de Liège, n° Spécial Noël 1922).

 

 « ... Né à Kuurne en 1845, élève de l'Académie de la Métropole (Anvers), Évariste Carpentier réalise un mélange intime de nos deux races nationales.
Du flamand, il possède la robustesse, sans lourdeur toutefois, une robustesse qui se traduit par la construction impeccable des masses. La race flamande lui a légué aussi le goût des couleurs riches, des lumières luxuriantes.
Sans doute doit-il au pays wallon, certain frisson nostalgique, une émotion sourde, indéfinissable, qui flotte dans ses sous-bois, agite le blé de ses campagnes. [...]
Carpentier brossa des scènes pleines de vie, magnifiques d'ampleur, qui lui valurent un succès rapide. Connu et admiré à Amsterdam, à Paris, à Nice, Berlin, Barcelone et jusqu'en Amérique, il se fixa à la Hulpe. Là, dans la campagne brabançonne, il se laissa séduire par la nature, ou plutôt par la vie sans apprêt, parée de la seule poésie, que Millet venait de révéler. Carpentier traduisit les campagnes avec son tempérament robuste, sa vision claire, sa piété simple. Ses tableaux, travaillés en pleine pâte, sont comme l'émanation même des champs.
Carpentier fut un impressionniste, en ce sens que ses toiles « font un trou » dans le mur où on les append, fenêtres ouvertes sur la saine vie ensoleillée. Cependant, il serait vain de vouloir lui assigner sa place dans une quelconque classification, il a touché à tous les genres. Il est de ceux qui échappent aux étiquettes parce que leur inspiration est diverse comme la vie elle-même... »



Suite de l'article...

Lectures : 7250    Commentaires : 21     Partager



Graf ? Tag ? « On écrit sur les murs » de DEMIS ROUSSOS

Le 21 novembre 2012 à  06:17
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Le graff, une image géante dessinée le plus souvent  sur un mur ou dans un lieu public, et le tag, un mot, un slogan ou une signature stylisée, sont souvent considérés comme du vandalisme, lequel est punissable par la loi.

Alors, vandalisme ou  art de la rue ?

Les graffiti existent depuis des époques reculées, dont certains exemples remontent à la Grèce antique ainsi qu'à l'Empire romain et peut aller de simples marques de griffures à des peintures de murs élaborées.

Les graffiti ont une grande importance en archéologie : ils font partie, avec les textes épigraphiques, des témoignages écrits non littéraires, populaires, souvent très « vivants » et aptes à nous révéler des aspects inédits des sociétés qui les ont produits. Les graffiti antiques pouvaient être aussi bien des annonces électorales, des messages de supporters à certains athlètes (sportifs ou gladiateurs), des messages à contenu politique, religieux, érotique ou pornographique, personnel, etc.

Dans la cité d'Éphèse, on trouvait des graffiti publicitaires pour les prostituées, indiquant de manière graphique à combien de pas et pour combien d'argent on pouvait trouver des professionnelles de l'amour.

On trouve souvent des graffiti, parfois très anciens, dans des endroits abrités de la lumière, de l'humidité et peu décorés, tels que cellules de prisons, cellules monacales, casernes, cales des bateaux, caves,  catacombes (les graffiti des premiers chrétiens, dans les catacombes romaines, sont une importante source de documentation à leur sujet), etc. La tour de la Lanterne à La Rochelle, en France, est riche de graffiti de prisonniers, ouvriers et marins, qui sont pour nombre d'entre eux des bateaux : frégates, vaisseaux de guerre, etc. Certains meubles en bois sont souvent gravés d'inscriptions : tables et bancs d'écoles, portes de toilettes publiques.

Des nombreuses églises romanes ont été gravées de graffiti recouverts immédiatement par un enduit.


Suite de l'article...

Lectures : 6304    Commentaires : 19     Partager



Symbolique PAPILLON

Le 21 novembre 2012 à  05:01
Rubriques : Mots-miroirs

« Tout crépuscule est double, aurore et soir. Cette formidable chrysalide que l’on appelle l’univers tressaille éternellement de sentir à la fois agoniser la chenille et s’éveiller le papillon. »Victor Hugo.

En mythologie grecque, le papillon est le symbole de l'immortalité. En Asie, on le considère comme le symbole de l'amour éternel et de la joie. Au Japon, il est l'emblème de la femme pour son côté gracieux et sa légèreté. On affirme même que la vue d'un couple de papillons est synonyme de fidélité amoureuse. En Chine et au Vietnam, le papillon symbolise une vie longue et la beauté. Beaucoup d'interprétations pour ce petit insecte dont l'existence remonte à plus de 150 millions d’années.

 

Vidéo : Artiste : Heaven's Own Musical Ensemble

Piano Concerto #21 In C, K 467, "Elvira Madigan" - 2. Andante



Suite de l'article...

Lectures : 5835    Commentaires : 22     Partager



LUC ROMANN : l’Homme de Lune « Entre ciel et terre… »

Le 19 novembre 2012 à  06:12
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Je découvre cet auteur compositeur interprète qui doit être dans les âges de Moustaki pour qui il a composé des chansons. Il vit, retiré de la scène. Il écrit.

J’ai trouvé ces propos recueillis par Chantal SAVENIER les 17 janvier et 1er mars 2009  et retranscrits partiellement sur le site : www.autourdemoustaki.fr/lucromann.html. En voici deux extraits:

 

" Bonjour Luc Romann. Vous avez fait les premières parties de Brassens et Léo Ferré disait de vous, que vous étiez « de la famille des grands ». Mais dans une interview, vous dites que vous êtes « un survivant de ces artistes qui n’ont pas voulu composer avec le système ». Alors Monsieur Romann, pour vous présenter que faut-il dire ? 
Luc ROMANN : « Avant Brassens, j’ai fait aussi la première partie de Juliette Gréco. Et pour Léo Ferré, vous savez quand on aime les gens, on dit pleins de choses ! (rires) Et quand on aime bien, on ne peut pas dire des choses désagréables ! Dans ma vie j’ai côtoyé beaucoup de personnes qui sont très, très connues. Mais par la suite, je ne me suis pas senti pour vivre dans ce monde là. C’est un choix car je n’aime pas paraître. J’ai compris ce qu’était le monde de la chanson, j’en ai fait l’expérience. Disons que j’ai vu le film, et que je n’ai pas envie de faire de remake » 

Combien de temps êtes-vous resté dans ce monde de la chanson ? 
Luc ROMANN : « A peu près 4 ou 5 ans, parce qu’après j’ai pris une distance. Et durant ces 4 ou 5 ans, disons que j’étais complètement dans ce monde. J’étais happé par ce monde là et comme je viens de vous le dire, je n’avais pas d’autres repères. Par la suite, j’ai eu un grand vide et enfin je suis reparti. »

extrait de www.autourdemoustaki.fr/lucromann.html

 

* illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 4791    Commentaires : 15     Partager



Délicieuses GOURMANDISES de NICOLAS DRI…

Le 18 novembre 2012 à  05:11
Rubriques : Mots-miroirs

Pommes de reinette et pomme d’Api… Le monde végétal de Nicolas Dri est goûteux. Grains rubis et translucides des grenades, rondeur charnelle des grappes de raisins ou celle, plus  fine,  des groseilles,  peau veloutée et chair pulpeuse des abricots, et des pêches. Cerises grenat, pourpre, vermeil, framboises grenues, fraises alvéolées, à la saveur parfois musquée, mirabelles et melons ensoleillés, pastèques d’un rouge rose, agrumes juteux… Délices de fruits odorants, colorés, rafraîchissants. Nectars, merveilles des yeux, des narines et des papilles. A débusquer dans leurs nids de feuilles velues ou vernissées, à cueillir, croquer, déguster, puis laisser fondre sur la langue pour enchanter palais et  gosier. Ah, ces vergers, ces jardins, ces corbeilles et  paniers débordants de fruits parfumés ! Ah, ces confitures qui illuminent  les jours de frimas… Comme je vous aime !

 

© Thea 2012

 

vidéo : extrait de « Le monde végétal » de Nicolas Dri.

 



Suite de l'article...

Lectures : 4581    Commentaires : 15     Partager



LA GRANDE MAGNY, jamais domestiquée : « A SAINT NAZAIRE »(1967)

Le 17 novembre 2012 à  04:42
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

D’elle  Jean Ferrat  dira : « "Colette Magny, c'était une grande. Elle aurait pu avoir une renommée plus importante, elle avait une grande aura, mais elle avait de grandes exigences, dans ses textes comme dans les musiques. Ce n'était pas de la chansonnette. Elle a choisi une voie originale, à elle, un peu en dehors de la chanson française."

Magny, jamais domestiquée, jamais cataloguée…la Grande Magny, est née le 31 octobre 1926 et décédée le 12 juin 1997. La Grande Magny, son timbre blues, allié au jazz et au free-jazz .La Grande Magny qui chante les luttes, l’amour et la liberté. Qui chante les poètes : Rilke, Maïakowski, Aragon, Hugo, Louise Labe, Artaud, Rimbaud. La chanteuse terrienne et organique. Tout à la fois Bessie Smith et Brenda Wooton. Elle aura inventé le blues blanc.

Incendiaire, dans « Melocoton » (1963) « Les gens de la moyenne »(1964) ,« A Saint-Nazaire »(1967)  au milieu des ouvriers en grève ou, douce, des berceuses pour enfants, la voix de la Grande Magny nous bouleverse.. (…) Censurée à la radio, boycottée, et ne passe pas dans les médias Colette Magny se produit en concert dans les maisons de la culture, lors de manifestations politiques, de galas de soutien… La télé et la radio la boycottent ? Elle chante partout. Là où ses sœurs et ses frères de combat l’attendent. Avec, pour tout bagage, ses poèmes-révolution qu’elle brandit comme un oriflamme.

« Mais Magny, jamais domestiquée, a gardé son chant libre. L’entendons-nous ? »Télérama 1997.

 

* source Wikipédia et sites Colette Magny

 



Suite de l'article...

Lectures : 5584    Commentaires : 18     Partager




Page 111 de 236

111

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES