Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 13
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


L’ÎLE DE PAQUES et ses énigmatiques MOAÏS

Le 7 avril 2012 à  05:54
Rubriques : ENIGMES

Nous avons tous entendu parler de l’île de Pâques et admiré ces photos de ce qui fait la renommée mondiale de cette petite île.... ses Moaïs, c'est à dire, les colosses de pierre qui y trônent, et qui la symbolisent.

 

L’île de Pâques (en espagnol Isla de Pascua, en langue rapa nui Rapa Nui « la grande Rapa ») est une île isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaïs) et son unique écriture océanienne, le rongorongo.

"L’île se trouve à 3 700 km des côtes chiliennes et à 4 000 km de Tahiti, l’île habitée la plus proche étant Pitcairn à plus de 2 000 km à l’ouest. L’île de forme triangulaire, d'environ 23 km dans sa plus grande dimension, couvre 162 km2. La population comptait 3 304 habitants en 2002[2]. Son chef-lieu est Hanga Roa.

Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques, le 5 avril 1722, et comptait alors près de 4 000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d'isla San Carlos, mais l'Espagne s'en désinteressa par la suite ; des Français s'y installèrent après 1864 et l'île devint une possession chilienne en 1888.



Suite de l'article...

Lectures : 7172    Commentaires : 17     Partager



Miroitement des ETANGS de LUMIERE de Julien BOULIER

Le 6 avril 2012 à  06:19
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Dentelle de feuillage, de troncs élancés, de ramures fines et de fougère qui frémissent à la surface de l’eau. Paysage inversé, miroitant, murmures et trouées de lumière, clarté première. Contre-jour. Simplement. Librement. Embellie et renaissance. Gardien du lieu, un héron veille...

 

© Thea 6 avril 2012

Musique "Arriving Whistle" de Julien BOULIER
www.julien-boulier.net

Montage et photographies de Christine HENNEQUIN
www.myspace.com/christinehennequin



Suite de l'article...

Lectures : 5108    Commentaires : 16     Partager





Au pays des Tsars, LES ŒUFS de FABERGE (1846/1920)

Le 5 avril 2012 à  05:13
Rubriques : Mots-miroirs

Il est de coutume, en Russie, d’offrir des œufs peints de vives couleurs pour Pâques (œufs naturels, en bois ou en pierre).

Un joaillier de talent

Les Oeufs de Fabergé ont fait connaître dans le monde entier le nom de leur créateur.
Peter-Karl Fabergé est né en 1846 à
Saint-pétersbourg dans une famille de bijoutiers protestants.

Après avoir fait son apprentissage auprès des plus grands joailliers d’Europe, Peter-Karl Fabergé reçoit en 1882 la médaille d’or de l’exposition Pan-Russe. Il se fait ainsi remarquer par la Cour et obtient le "Privilège de Fournisseur de la Cour" en 1884.

En 1885, le tsar Alexandre III commande un œuf en joaillerie à la Maison Fabergé. Il s’agissait d’un présent destiné à son épouse l’impératrice Maria Fedorovna pour les fêtes de Pâques. C’est ainsi que Peter-Karl Fabergé a créé le premier des célèbres "œufs de Fabergé".



Suite de l'article...

Lectures : 9799    Commentaires : 23     Partager



BATBAYAR, cavalier MONGOL (II)

Le 4 avril 2012 à  04:48
Rubriques : TERRE CITOYENNE

Suite au précédent article de Claudie Baran (1er/2avril) et à la vidéo qui l’accompagnait sur les cavaliers Mongols, je pensais trouver la suite à propos du nomade dont elle parle : Batbayar. Mais rien, du moins de cette journaliste. Je le regrette et j’ai choisi un extrait de la série « Rendez-vous en Terre Inconnue : Bruno Solo(comédien) chez les Mongols « car on y retrouve Batbayar.

Néanmoins je trouve particulièrement bien fait le reportage de Claudie Baran qui explique la façon de vivre de ce peuple attachant, dresse le portrait de Batbayar et par là même de l’accueil des Mongols. Aussi je  lui laisse la parole :

 

« A la croisée de nulle part, au terme d'aucun chemin, une yourte, une moto sur sa béquille et quelques chiens témoignent d'une présence humaine. Batbayar et sa famille se sont établis ici le temps d'une saison. Son visage a les traits de son peuple. Pommettes taillées à la serpe, peau brûlée par le soleil, tannée par le froid vif. Enveloppé dans son del - épais et lourd manteau traditionnel caractérisé par d'interminables manches destinées à protéger les mains du froid cinglant de l'hiver-, l'homme observe longuement les voyageurs couverts de poussière présents devant lui. L'accueil est un devoir que les Mongols accomplissent avec honneur.



Suite de l'article...

Lectures : 6803    Commentaires : 16     Partager



Embarquons « Dans le même bateau »que les DERNIERS TROUVERES !

Le 3 avril 2012 à  04:53
Rubriques : CHANTS DE MARINS

Voici un groupe très dynamique que j’apprécie beaucoup. Je les  remets en ligne car ce sont des gens joyeux, vivants, colorés, poétiques et remplis d’enthousiasme. Leur humour sain est digne de celui de leurs ancêtres médiévaux des XII et XIIIème siècles qui allaient  de pays en pays, de villages en villages. Qui se produisaient  sur les parvis des cathédrales, à la cour des rois et  des seigneurs, sur les places publiques et les chemins, dans les foires et  dans les tavernes. Chantant des ballades, dansant, récitant des poèmes épiques ou d'amour courtois pour les jolies Damoiselles et Dames de Coeur...
Oui, embarquons avec eux !

« Les Derniers Trouvères est un groupe de musique médiévale français, fondé en 1992 par Roland Deniaud et Marie Milliflore. S'inspirant de musiques du répertoire traditionnel médiéval français, certains de leur morceaux sont issus de leur propre production. Leurs paroliers attitrés sont Roland Deniaud et Florian Lacour, et si la plupart des mélodies sont des airs traditionnels, ils reçoivent parfois des composition d'Isline Dhun, ou jouent des production de Roland Deniaud, entre autres... »

source wikipédia

(Ce clip à été tourné dans l'église de Bégny (Ardennes) et sur la jonque chinoise "la Dame de Canton", Paris 13ème)

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 5630    Commentaires : 23     Partager



Le Mozart noir (Joseph Boulogne (1747/1799) ou CHEVALIER DE SAINT-GEORGE

Le 2 avril 2012 à  05:42
Rubriques : Musique de toujours

Dimanche 25 mars Nantes inaugurait le Mémorial de l’abolition de l’esclavage, un projet de longue haleine ; je n’ai pu y assister mais je le visiterai et y reviendrai ici. En attendant je viens de découvrir, en cherchant autre chose, l’existence du Chevalier de Saint-George, un personnage fascinant, non seulement  compositeur de musique mais escrimeur et athlète accompli dans plusieurs disciplines, né esclave à la Guadeloupe au milieu du XVIIIème siècle. J’ai pensé que ce serait une bonne façon d’aborder le Mémorial un peu plus tard.

Fils de Anne, dite Nanon (née vers 1723 au Lamentin, en Guadeloupe) une esclave d'origine africaine, et de Georges de Bologne de Saint-George (1711-1774), colon protestant d'origine néerlandaise, qui lui donna une éducation soignée, Joseph Bologne de Saint-George, plus connu sous le nom de Chevalier de Saint-George ou, plus simplement, Saint-George, est un escrimeur et musicien français né vers 1747 à la Guadeloupe (sur le site de la Sucrerie de Clairefontaine) et décédé le 12 juin 1799.

Né esclave Saint-George fut, par sa position sociale, une figure de l'émancipation des esclaves des empires coloniaux européens et fréquenta les milieux abolitionnistes du XVIIIe siècle. Militaire, il devint à la Révolution française un citoyen actif ayant fait le choix politique des valeurs françaises et s’engagea pour la défense du territoire de la République. Désireux de « continuer et de s'immortaliser par sa valeur et son enthousiasme pour la liberté », il se mit à la tête de la Légion franche des Américains composée d'Afridescendants passés en France(…)

Vidéo : Violin Concerto In G Major, Opus VIII, No. 9 (1780): III. Rondeau"



Suite de l'article...

Lectures : 5312    Commentaires : 25     Partager



Au pays des HOMMES LIBRES : les cavaliers MONGOLS (I)

Le 1 avril 2012 à  04:37
Rubriques : TERRE CITOYENNE

Un article, signé Claudie Baran, Figaro Magazine, et une vidéo, tranche de vie de ce peuple, nomade, pasteur, cavalier et libre. Dont l’âme est liée aux steppes et à ses paysages infinis « une aventure hors du temps »(je cite)  que je ne puis mettre en entier aujourd’hui  tant elle est riche. En deux ou trois parties peut-être.

 

« Cavaliers dans l'âme, les Mongols sont aussi nombreux que leurs montures (2,5 millions de part et d'autre). Nous avons chevauché à leurs côtés pour une traversée de la steppe. Une aventure hors du temps.



Suite de l'article...

Lectures : 5817    Commentaires : 26     Partager



BOURVIL/DE FUNES : POISSON D’AVRIL de 1954 (un bon millésime)

Le 31 mars 2012 à  06:13
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs

La fausse naïveté de l’un n'a dégale que la rouerie de l'autre qui applique le règlement à la lettre...  Scène bon enfant et savoureuse  que j’ai choisie pour illustrer avec humour le 1er Avril. De quoi se régaler !

Un poisson d’avril est une plaisanterie, voire un canular, que l’on fait le 1er avril à ses connaissances ou à ses amis. Il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet.

Cette tradition trouverait son origine en France, en 1564. La légende veut que jusqu’alors, l’année aurait commencé au 1er avril (en fait le 25 mars correspondait selon le calendrier julien au Jour de l'an), à la fête de l'Annonciation à Marie avec la tradition de s'échanger des cadeaux. Mais le roi de France Charles IX décida, par l’Édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le 1er janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps. Mais en fait, l’année civile n’a jamais débuté un 1er avril.



Suite de l'article...

Lectures : 5842    Commentaires : 14     Partager



Ile de LIMNOS (mer Egée) : le LANGAGE des PIERRES

Le 30 mars 2012 à  04:48
Rubriques : Mots-miroirs

Qui nous l’apprendra ? Elles se trouvent à Gomati, une plage de cette île mythologique encore sauvage du monde antique de la mer Egée, en forme de papillon disent les uns, de poisson disent les autres… Une merveille géologique. Le vidéaste n’en dit pas plus et je ne n’ai rien trouvé de précis à leur sujet. En passionnée des pierres, je les scrute et interroge avec curiosité ce paysage minéral, témoin du dieu Héphaïstos  (Vulcain en latin)  sans pouvoir le décrypter. Veines, marbrures, alvéoles poreuses, étranges sculptures volcaniques  où  les millénaires ont laissé leurs traces entre le ciel et l’eau… (22ème millénaire avant J.-C…) Vertige !

Limnos

Informations générales: Limnos ou Lemnos est une île magnifique, située dans la mer Égée du Nord. C'est une île volcanique, et dont le dieu du feu, Héphaïstos, était particulièrement vénéré dans l'Antiquité.
Il s’agit d’une île très verte et luxuriante, elle a béni son peuple en lui offrant une terre fertile où les habitants cultivent des olives, des fruits et du blé, élèvent des animaux et font du miel des nombreuses fleurs qui recouvrent Limnos. En général, les insulaires sont ici très traditionnels, ce qui signifie qu'ils considèrent encore l'hospitalité comme quelque chose de presque sacré, et ont gardé beaucoup de coutumes anciennes.
Pour les vacanciers, Limnos offre de belles plages et beaucoup de choses à voir. L'île est une station balnéaire populaire pour les Grecs et étrangers, mais a conservé son atmosphère authentique.



Suite de l'article...

Lectures : 5496    Commentaires : 12     Partager



GERALD de PALMAS, entre blues et rock : « L’Etranger »

Le 29 mars 2012 à  05:26
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Voici un compositeur et interprète Victoire de la Musique 2002 que je redécouvre avec plaisir. Doubles origines, métissage, en font un artiste particulier. Il porte en lui les vagues de l’Océan Atlantique, les côtes et landes bretonnes gorgées de sel et puis les bouillonnements d’une île de cascades, de lave et de basalte au milieu de l’Océan Indien. D’un côté des écueils, des cathédrales d’écume, des grèves et des odeurs de genêts, de moules et d’embruns ; de l’autre des cratères et des fournaises, des geysers, des plages de sable noir incandescent, des bougainvilliers  et des odeurs de vanille mêlées à celles des sardines grillées… Quelle richesse !



Suite de l'article...

Lectures : 4588    Commentaires : 12     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES