Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 12
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


QUAND LA GRANDE BARBARA CHANTE l’AUTOMNE…

Le 23 septembre 2011 à  04:48
Rubriques : Voix de toujours

Ça ne ressemble à aucune autre chanson et ça vous met au cœur une singulière musique qui vibre de mille écheveaux de couleurs, d’odeurs et de rêves car « il automne miraculeux »  craquant, mystérieux dans la voix de Barbara. Châtaignes brunes et brillantes sous les bogues entrouvertes, feuilles et brumes rouillées, dessins d’enfants libérés des cahiers d’écolier, oiseaux au plumage arc-en-ciel tutoyant les nuages effilochés tout en haut des marronniers. Beauté de l’arrière-saison déployée comme une tapisserie médiévale aux riches enluminures. C'est le Sacre de l'Automne !

Thea 23 septembre 2011



Suite de l'article...

Lectures : 3635    Commentaires : 13     Partager



QUAND je BOIS du VIN CLAIRET (1530)

Le 22 septembre 2011 à  05:32
Rubriques : CHANSONS POPULAIRES

Ballade médiévale,  à l'éloge du bon vin :  danse et chanson. On appelle ça le Tourdion.

Le tourdion (ou tordion) est une danse de couple rapide, légèrement sautée, constituant l'un des éléments de la basse danse. En vogue en France au début du XVIe siècle, le tourdion disparaît avant la fin du siècle.

Thoinot Arbeau donne la première description complète du tourdion dans son Orchésographie publié en 1589 , le tourdion a subsisté comme chanson à boire

Source

Musique : édité par Pierre Attaignant, Premier Livre de Danceries (1530)
Texte : César Geoffray (1949) d'après des chansons à boire du XVIeme siècle

corwin.nexenservices.com/wikitrad



Suite de l'article...

Lectures : 15610    Commentaires : 12     Partager





SOLEDONNA, polyphonie corse au féminin

Le 21 septembre 2011 à  05:25
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Fondatrices des Nouvelles Polyphonies Corses, il y a 10 ans, entourées alors de voix masculines, Patrizia Poli, Patrizia Gattececa et Lydia Poli qui forment le Trio, tracent depuis leur route, au féminin, dans le paysage discographique. Au répertoire des trois chanteuses, des Chants traditionnels, bien sûr, mais aussi et surtout leurs propres Compositions.

 

arnet.pagesperso-orange.fr/



Suite de l'article...

Lectures : 3886    Commentaires : 9     Partager



MONIQUE MORELLI, voix profonde nourrie de vécu

Le 20 septembre 2011 à  05:23
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Monique Morelli. 
«  Sa voix  nous emportait au bout du monde comme celles de Germaine Montéro et de Colette Magny (…) une voix profonde nourrie de vécu. Qui n’avait pas besoin d’orchestre tonitruant, d’éclairages au laser pour exister. »( gastoncoute.free.fr/monique_morelli)

 

Née Monique Dubois à Béthune, le 19 décembre 1923 et morte à Montmartre, le 27 avril 1993, Monique Morelli est une chanteuse française qui créa en 1962 le cabaret Le Père Ubu, où elle accueillit de nombreux artistes, parmi lesquels Brigitte Fontaine ou encore Colette Magny.

Après l'échec de ses études de pharmacie, elle monte à Paris et commence par faire du théâtre au Vieux-Colombier puis du cirque au Cirque d'hiver, avant de commencer une carrière de chanteuse. En 1949, elle fait l'ouverture du cabaret La Rose rouge. À partir de 1958, Monique Morelli travaille avec le compositeur Lino Leonardi, son mari. En 1969, elle passe en première partie de Georges Brassens. Puis, elle se laisse un peu oublier.

Monique Morelli a été nommée Officier des Arts et Lettres et elle a plusieurs fois été distinguée par le prix de l'Académie Charles-Cros ainsi que celui de l'Académie du disque.

Elle se produit au théâtre et joue sous la direction d'Abel Gance, dans Valmy, en 1967. En 1972, elle interprète le rôle de La Carline dans le feuilleton telévisé Mandrin de Philippe Fourastié. Elle chante par ailleurs la chanson du générique (une adaptation de la complainte de Mandrin). Elle interprète les plus grands poètes, de Pierre Mac Orlan à Louis Aragon, et prête sa voix à L'Affiche rouge.

(wikipédia)



Suite de l'article...

Lectures : 4784    Commentaires : 10     Partager



Candide et romantique, le petit monde de SARAH KAY

Le 19 septembre 2011 à  04:11
Rubriques : Peintres

- Dis, maman, tu nous habilles comme les petites filles de Sarah Kay ?

- Dis, maman,  tu nous coiffes comme les petites filles de Sarah Kay ?

Elles ont 5/7 et 8/10 ans. Elles adorent l’univers de Sarah Kay avec ses fillettes et ses garçonnets romantiques et naïfs dont elles dévorent les aventures dans les albums qu’elles collectionnent et commentent, le soir, dans leur chambre.

Et le rituel commence aux beaux jours :

Robes claires en coton, avec petits volants, mancherons froncés ou bretelles et souvent des poches brodées, bien pratiques. Ou salopettes. Socquettes de coton assorties, bien sûr,   chaussures babies ou salomé. L’année où elles les ont choisies … roses, je m’en souviens, croyez-moi. Surtout après une partie de  toboggan au parc !!! La cata !

Les cheveux maintenant.  Je peigne les leurs qu’elles portent longs: châtains clairs pour la plus grande, noirs pour la dernière. Souples, légèrement bouclés. Relevés  en queue de cheval, avec des mèches coquines sur les joues ou le front, attachés en couettes toujours agrémentées de babioles qu’on appelle aussi des « puces »… Fines tresses dans lesquelles - mode oblige - je glisse de minuscules perles de bois multicolores ou des minis chouchous. Ou encore longue natte dans le dos avec un ruban, comme leurs modèles… Les idées ne manquent pas. Les leurs et…  les miennes.

Chapeaux en toile pour se protéger du soleil, et en avant les demoiselles  « Sarah Kay » dans la Cité.



Suite de l'article...

Lectures : 5116    Commentaires : 14     Partager



Magie automnale de SEGRET GARDEN

Le 18 septembre 2011 à  04:13
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Agréable pause musicale tandis que s’éloigne l’ETE doucement dans les allées des jardins, des squares et des sous-bois. Le vent dans les cheveux, le soleil dans les yeux, quelques  perles de pluie sur les joues et au coin des lèvres...



Suite de l'article...

Lectures : 3271    Commentaires : 11     Partager



Au revoir Mme CORA VAUCAIRE (1918/2011) « la Dame blanche de Saint-Germain-des Prés »

Le 17 septembre 2011 à  04:28
Rubriques : Voix de toujours

Blanche parce qu’elle se présentait traditionnellement au public vêtue d’une longue robe blanche pour masquer les tremblements dus au trac qu’elle avouait n’avoir «jamais pu maîtriser». C’était aussi par refus du noir, couleur dominante après la guerre, et associée à la pauvreté: «je voulais apporter du bonheur, j’ai joué le blanc».

La chanteuse Cora Vaucaire, décédée samedi à l’âge de 93 ans, avait été une subtile interprète de la chanson à textes «rive gauche» à partir des années 50, au service de poètes comme Prévert, Aragon, Trénet, Barbara ou Ferré. Surnommée «la Dame blanche de Saint-Germain-des-Prés» (Juliette Gréco étant «la dame en noir»), créatrice avant Montand de la chanson de Prévert et Kosma «Les Feuilles mortes» (enregistrée en 1948), elle défendait ce qu’elle appelait, «l’esprit français des textes qui expriment souvent la joie de vivre et toujours des sentiments forts».

Trois fois couronnée par l’Académie Charles Cros, elle immortalisa notamment «La Complainte de la Butte» qu’elle interprète dans le film de Renoir «French cancan» en 1955 et «Trois petites notes de musique» dans celui de Colpi, «Une aussi longue absence» en 1960.

Silhouette menue, le sourire éclatant, la voix claire et la diction parfaite, Cora Vaucaire – qui a débuté au théâtre – chantait en comédienne, ciselait chaque chanson en une petite pièce de trois ou quatre minutes, l’interprétant avec charme, émotion et sincérité.



Suite de l'article...

Lectures : 4668    Commentaires : 18     Partager



OMAR KHAYAM, mathématicien, astronome, philosophe et poète persan

Le 16 septembre 2011 à  04:26
Rubriques : Des AUTEURS, des MOTS

Omar Khayam serait né le 18 mai 1048 à Nichapur en Perse (actuel Iran) où il est mort le 4 décembre 1131.

 Son tombeau, situé à Nichapour, fut retrouvé, longtemps après sa mort, par son élève Nizami, à qui il avait laissé cette seule indication : 

« Ma tombe sera dans un lieu où le vent du Nord pourra l'ensevelir sous les roses effeuillées. »

 André Velter, dans sa préface de Rubayat, Gallimard 1994, écrit : « Il repose comme il l’avait prévu lui qui n’appréciait guère les prophéties et  pas du tout les prophètes. »

Mathématicien, astronome et philosophe persan, auteur de l'une des œuvres poétiques les plus célèbres au monde, les Robayat.

Né à Nichapour (aujourd'hui en Iran), Omar Khayam (ou Umar Khayyam) signait ses ouvrages du nom de Omar ibn Ibrahim al-Khayami, ce qui signifie «?Omar le fabricant de tentes?». Astronome de la cour du sultan seldjoukide Jalal al-Din Malik Chah, il participa, avec d'autres scientifiques, à la réforme du calendrier persan, qui aboutit à l'adoption d'une nouvelle ère, l'ère de Seljuk ou jalaléenne. Khayam fut aussi un disciple du médecin et philosophe Avicenne. Ses écrits sur l'algèbre, la géométrie et des sujets connexes nous montrent qu'il fut aussi l'un des mathématiciens les plus illustres de son époque.

 

En Occident, il fut surtout connu pour son œuvre poétique, notamment ses Robayat : environ mille de ces quatrains épigrammatiques lui sont attribués. Khayam leur donna une tonalité satirique, pessimiste et épicurienne, tout en conservant un style lyrique. Le poète et traducteur anglais Edward Fitzgerald fut le premier à révéler à l'Occident l'œuvre poétique de Khayam, grâce à la traduction qu'il fit, en 1859, d'une centaine de ces quatrains.

  Encyclopédie Encarta (c) Microsoft

 

damienbe.chez.com/biokha.htm

Vidéo : voyage au pays natal d'Omar Khayam, le pays des roses



Suite de l'article...

Lectures : 4807    Commentaires : 19     Partager



TCHIN TCHIN les amis ! ( avec Hugues Aufray)

Le 15 septembre 2011 à  04:59
Rubriques : Mots-miroirs

Pour nous requinquer un peu, une chanson toute simple, succès de 1976 chanté par Hugues Aufray.

Mais d’où vient l’expression Tchin Tchin ? Tchin-tchin, prononcé [t?in.t?in], est une expression française utilisée pour trinquer, par exemple à l'apéritif.

Au Moyen Âge, trinquer était un signe de confiance. L'empoisonnement étant courant, trinquer consistait à échanger un peu de son breuvage avec la personne avec qui on trinque. Trinquer se faisait en deux temps : l'un des buveurs frappait son verre contre celui de l'autre en y versant un peu de son breuvage, puis le second frappait son verre contre celui du premier faisant ainsi de même. À l'époque, les verres étaient en fait des chopes en bois, en métal ou en terre, beaucoup plus solides que du verre.

« Tchin ! Tchin ! » symbolise le bruit des verres

De nos jours, on ne cogne qu'une seule fois les verres entre eux, mais on continue à dire deux fois « tchin ». On peut aussi dire « Tchin ! Tchin ! » en trinquant à l'américaine, c’est-à-dire en levant le verre sans les entrechoquer.

Bien que cette explication semble séduisante, il semble plutôt que les étymologistes s'accordent pour affirmer que l'expression viendrait de « tsing tsing », qui signifie « salut » en pidgin de la région de Canton, en Chine.

*Attention cependant, car en japonais Tchin Tchin signifie  pénis Donc si vous devez trinquer avec un japonais, utilisez plutôt la signification japonaise en disant "Kampaï"

wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 5211    Commentaires : 10     Partager



Les ANNEES 80 avec GOLD et « Capitaine abandonné »

Le 14 septembre 2011 à  05:37
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Gold est un groupe de musique français, essentiellement actif dans les années 1980. D'origine toulousaine, il est constitué dans sa formation à succès de cinq musiciens : Lucien Crémadès, Alain Llorca, Bernard Mazauric, Étienne Salvador, et Émile Wandelmer.

En 1985, le groupe devient célèbre avec son premier tube Plus près des étoiles. Par la suite, il enchaîne les succès et tous les singles suivants atteignent le Top 10 des ventes jusqu'à Calicoba en 1987. En 1990, le chanteur Émile Wandelmer quitte le groupe suite à un désaccord. Il rejoint le groupe Images en 1998. Après le départ d'Émile Wandelmer, même si le groupe ne caracole plus en tête du Top 50, ce dernier continue de jouer.

En France, Gold a vendu plus de 4 millions de disques (singles et albums confondus

(…) Le groupe est toujours rodé à la scène, mais c'est en 2009 que lors de leurs concerts, Lucien Cremadès interprète un pot-pourri à la façon de Rockollection de Laurent Voulzy, qui s'intitule Hard Rock Collection, composée d'extraits de chansons hard rock.

Wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 5125    Commentaires : 16     Partager




Page 154 de 236

154

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES