Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 30
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Le P'TIT DEJ' dominical est servi !

Le 30 juillet 2011 à  07:16
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs

Café ? Chocolat ? Thé ? Confiture et Croissants ?



Suite de l'article...

Lectures : 4064    Commentaires : 19     Partager



DEBUSSY, La Cathédrale engloutie ( YS)

Le 29 juillet 2011 à  04:53
Rubriques : Musique de toujours

C'est grâce à sa tante que Claude Debussy découvre la musique et entre ainsi au conservatoire à l'âge de 10 ans. La baronne von Meck, protectrice de Tchaïkovski, l'engage et le fait voyager à Vienne, Venise et Moscou. En 1884, il reçoit le prix de Rome pour sa cantate 'L' Enfant prodigue' et part comme pensionnaire de l'Académie des beaux-arts à la villa Médicis. Il y compose, entre autres, 'La Damoiselle élue'. De retour à Paris, c'est avec 'Le Prélude à l'après-midi d'un faune' tiré d'un poème de Mallarmé qu'il obtient son premier vrai succès. Cependant, ce triomphe ne lui apporte ni notoriété ni aisance et Claude Debussy doit enchaîner leçons de piano et piges pour des critiques musicales. Marqué par les oeuvres de Wagner et de Chopin, il compose des oeuvres vocales, pour orchestre et pour piano. Sa vie se partage entre compositions musicales, concerts et soirées poétiques jusqu'à ce qu'il meure, à 56 ans, des suites d'un cancer.

EVENE

(Réalisation vidéo Attilio Cossu pour France 3 Musiques en mer, Pascal Gallet, piano.)

La mer a beaucoup inspiré Debussy. La cathédrale engloutie fait référence à la ville légendaire d’Ys, censée avoir été construite dans la baie de Douarnenez (Bretagne) puis engloutie par l’océan.



Suite de l'article...

Lectures : 6249    Commentaires : 16     Partager





Quand BRASSENS chante ARAGON...

Le 28 juillet 2011 à  05:45
Rubriques : Voix de toujours

Rien n'est jamais comme avant, rien n'est jamais pareil. Les mots du poète font écho dans nos coeurs et dans notre chair.

"(…)Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé

(…)Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard

(…)Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux"


Suite de l'article...

Lectures : 5785    Commentaires : 20     Partager



Au Jardin Magique de BRUNO TORFS & MARLEEN

Le 27 juillet 2011 à  05:10
Rubriques : Sculpteurs

Sylphes et faunes surgissent des bosquets. Un pianiste interprète une symphonie ou un concerto, un guitariste s’avance dans les hautes herbes, un ermite cherche son chemin, un cavalier-à-la licorne galope sans se retourner, un couple d’amoureux se fait de doux serments, une jeune fille-escargot repose, alanguie… tandis qu'une autre joue de la flûte et que des enfants se divertissent avec les animaux. De vieux sages méditent... Enfants, hommes et femmes de bois et d’argile surpris au détour d’un sentier, d’une clairière... c'est tout un peuple qui anime cette forêt tropicale et luxuriante où se déploient d’immenses fougères... Leurs chevelures se mêlent à celles des arbres. Leurs membres épousent les troncs et les branches. Leurs visages se confondent avec ceux des esprits de la Forêt dont les regards nous observent avec étonnement, amusement, tendresse aussi. Complicité entre eux, la Forêt et nous. Promenade végétale, minérale et musicale avec la voix limpide de Loreena McKennitt, auteur-compositrice-interprète canadienne dont la musique a des sonorités celtiques.
Thea



Suite de l'article...

Lectures : 5821    Commentaires : 21     Partager



Tous au MUSEE DES ARTS ET METIERS, avec le CINEORAMA etc…

Le 26 juillet 2011 à  05:10
Rubriques : Mots-miroirs

Curieuse, j’ai voulu en savoir davantage sur un appareil : Le Cinéorama  (photo introduction) que l'on voit dans la vidéo !!

Wikipédia m’apprend que « C’est un procédé de projection cinématographique sur écran circulaire balayé par dix projecteurs synchronisés. Le procédé fut mis au point par le Français Raoul Grimoin-Sanson, breveté en 1897 et présenté à l’occasion de l’exposition universelle de 1900 à Paris »

Mais encore ?

J’arrive alors à : « La réalité virtuelle/Du mécanique au numérique »



Suite de l'article...

Lectures : 4298    Commentaires : 30     Partager



Et n’oubliez pas le guide SVP ! Le Musée des arts et métiers, 1ère visite !

Le 26 juillet 2011 à  01:24
Rubriques : Mots-miroirs

« Il faut éclairer l’ignorance qui ne connaît pas, et la pauvreté qui n’a pas le moyen de connaître »

Citation de Henri Jean-Baptiste Grégoire, fondateur du Musée des Arts et Métiers. Egalement appelé l'abbé Grégoire, né le
4 décembre 1750 à Vého (Trois-Évêchés) et mort le 28 mai 1831 à Paris.

Prêtre catholique et homme politique français, l'une des principales figures emblématiques de la Révolution française. L'abbé Grégoire se rallie au tiers état et, à l'Assemblée Constituante, il réclame non seulement l'abolition totale des privilèges et de l'esclavage mais prône aussi le suffrage universel. Fondateur du Conservatoire national des arts et métiers et du Bureau des longitudes, il participe à la création de l'Institut de France dont il devient membre ;

wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 4906    Commentaires : 20     Partager



MICHEL RIVARD –chanteur québécois -: Je voudrais voir la mer

Le 25 juillet 2011 à  05:01
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Pour  nos amis canadiens, là-bas, au-delà des mers...

Michel Rivard (
27 septembre 1951 à Montréal) est un auteur-compositeur-interprète et créateur québécois. Membre fondateur du groupe Beau Dommage, il est l'auteur-compositeur, entre autres, de la chanson La complainte du phoque en Alaska créée avec le groupe en 1974. Il mène une carrière solo depuis 1978.

Il participe à la Fondation Québec-Afrique en chantant dans le projet collectif « Les Yeux de la faim » en 1985.

Il fait partie de la Ligue nationale d'improvisation.

Il est le fils du comédien Robert Rivard avec qui il joue dans la populaire émission de télévision Rue des Pignons, au sein de laquelle il interprète le rôle de Laurent Jarry.

wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 5980    Commentaires : 14     Partager



SAINT-PREUX - Prélude pour piano

Le 24 juillet 2011 à  05:53
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

bulles de silence

               nuit diamantée

                              festonnent un pas de danse

                                             sur la Voie Lactée
         a

aa
hhhh

Thea



Suite de l'article...

Lectures : 4290    Commentaires : 17     Partager



Appelez-moi MISS…s’il vous plaît…

Le 23 juillet 2011 à  05:15
Rubriques : les Chroniques de MISS

… et montrez-moi pattes blanches, comme moi ! Je me présente : yeux verts, robe fourreau noire, plastron, collier, museau blancs (et pattes blanches, bien sûr). Finesse. Elégance. C’est très aristocratique, n’est-ce pas ? D’où le nom que m’a donné ma maîtresse : MISS.

Pourtant je ne suis pas de la « haute ! » Je viens d’une Cité HLM où Thea m’a recueillie à ma naissance il y aura 18 ans à la « mi-août », ça n’s’invente pas. J’étais une drôle de petite boule maigre et sauvage qui errait d’immeuble en immeuble. Sans défense et sans pedigree, complètement perdue et affamée. Tétanisée par le bruit et les humains. Et puis Thea m’a adoptée sans formalité aucune et m’a fait une place dans son logement au 8ème étage d’une tour … Depuis, on ne se quitte plus !!

 



Suite de l'article...

Lectures : 3191    Commentaires : 20     Partager



ARTEMISIA GENTILESCHI(1593/ vers 1652) artiste peintre mise à l’écart

Le 22 juillet 2011 à  04:39
Rubriques : Peintres

Artemisia Lomi Gentileschi est une peintre italienne de l'école caravagesque. A 19 ans, alors que l'accès à l'enseignement des Beaux-Arts, exclusivement masculin, lui était interdit, son père lui donna un précepteur privé, Agostino Tassi. Remarquablement douée, et aujourd’hui considérée comme l'un des premiers peintres baroques, l'un des plus accomplis de sa génération, elle s'impose par son art à une époque où les femmes peintres n'étaient pas facilement acceptées. Artemisia Gentileschi est la première femme à entrer à l'Académie de dessin de Florence. Elle fut également la première femme à peindre l'histoire et la religion à une époque où ces thèmes héroïques étaient considérés comme hors de portée d'un esprit féminin. Elle les insère dans une atmosphère dramatique en y accentuant le clair-obscur à la manière du Caravage si prisée par les Napolitains, contribuant ainsi à l'évolution de ce style d'une façon déterminante. On lui doit notamment une Madeleine conservée à la Galerie Palatine du palais Pitti à Florence, ainsi que son indéniable chef-dœuvre Judith et Holopherne, conservé au musée des Offices à Florence, où elle donne ses propres traits à sa Judith, attribuant à Holopherne ceux de Tassi*. Elle nous a laissé d’elle un autoportrait d'une grande vigueur où se dénote une maîtrise consommée de son art, et de l’art. (Musique : Jordi Savall - Durme, Harmoza Donzella)

youtube

*Tassi, l’ayant séduite, lui promit le mariage mais il était déjà marié. Son père lui fit un procès. Artemisia fut suppliciée pour prouver son innocence, selon les lois de l’époque : on lui entrava les doigts qui devinrent inutilisables pendant longtemps. Tassi fut condamné à un an de prison.



Suite de l'article...

Lectures : 4806    Commentaires : 13     Partager




Page 155 de 231

155

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES