Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 8
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


On s’offre « La Dernière Séance » avec EDDY MITCHELL ?

Le 5 avril 2011 à  05:07
Rubriques : ENTRACTE

Les p’tits cinémas d’quartier, leurs odeurs, les jeunes filles qui vous accompagnaient jusqu’à votre place, les fauteuils rouges,  les « actualités »,  BALZAC 00.01 de Jean Mineur, les « réclames » comme on les appelait alors, la présentation des films à l'affiche, les fameux «  bonbons, caramels, esquimaux, chocolat », qu’une jeune fille accorte présentait aux spectateurs à l'entracte, la lumière qui s’éteignait progressivement. Chuuuuut, le cœur battant on s’installait confortablement. Le générique de Pathé-Marconi, Paramount, Gaumont, Walt-Disney … illuminait le grand écran et la séance  commençait :  westerns, premiers films en Cinémascope,  épopées  genre péplum, comédies musicales, policiers américains etc.

On sortait de la guerre, il fallait se couper du décor quotidien, de la routine, rêver, et le cinéma était une magnifique boîte à images et à rêves.

On ne connaissait pas encore la télévision : le cinéma c’était le rendez-vous du samedi soir ou du dimanche. Avec sa magie et l’obscurité complice de la salle.



Suite de l'article...

Lectures : 4268    Commentaires : 23     Partager



ASTOR PIAZZOLLA (1921/1992) maître du Tango Argentin

Le 4 avril 2011 à  05:56
Rubriques : Musique de toujours

Astor Piazzolla a fait danser des générations d'aficionados adeptes de cet art exigeant. Le petit Astor grandit dans le quartier italien de New York. Tout irait bien si papa ne lui avait pas offert un bandonéon au lieu des patins à roulettes. Quelle idée ! Enfin, venu d'un passionné de tango, cela n'est pas étonnant. Sans conviction, Astor joue de temps en temps de ce bizarre instrument en forme de chenille. Le retour à Buenos Aires accélère le destin du jeune garçon désoeuvré qui a la révélation lors d'un concert de violon donné par Elivno Vardaro. Ce dernier devient son modèle et décide Astor de son destin : il sera bandonéoniste  !

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 4529    Commentaires : 9     Partager





Z'étaient Chouettes les BORDS de MER en 1900 !!!

Le 3 avril 2011 à  04:54
Rubriques : ENTRACTE

Pendant longtemps l’idée de prendre plaisir à se baigner semblait saugrenue. La mer était une ennemie, au mieux une indication thérapeutique. Les bains de mer ne deviennent à la mode qu’au XIXe siècle.

La mer, mauvaise et mangeuse d’hommes… Peuplée de monstres, labourée de tempêtes, la mer fait peur depuis des millénaires. Le Moyen Âge imagine l’océan comme une frontière du monde, la peste arrive par les bateaux, les naufrageurs rôdent sur les côtes, les pirates et les orages en pleine mer, la mort est partout. Les villages en bord de côtes sont souvent plus agricoles que marins.

« Il y a trois sortes d’hommes, écrivait Victor Hugo, les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer ». Personne n’apprenait à nager, pas même les matelots : pourquoi s’épuiser à nager en cas de naufrage à une époque où, faute de radio, personne ne vient à votre secours…

La mer, c’est bon pour les malades ! Le seul bon côté de la mer, en dehors bien sûr de la nourriture qu’elle offre, ce sont les vertus que lui prêtent les médecins. Au XVIe siècle, on prescrivait les bains de mer contre la rage ! Les malheureux malades se voyaient délivrer un certificat pour obtenir le libre passage aux frontières de Bretagne ou du Poitou et gagner l’Atlantique à temps…



 



Suite de l'article...

Lectures : 6722    Commentaires : 13     Partager



Et maintenant, "ELLE " fait SON SHOW...

Le 3 avril 2011 à  10:13
Rubriques : ENTRACTE

Son nom ?  HFP-4C !

Oui, je sais, un  prénom un peu… froid. Pas très poétique A rebaptiser… Ceci dit, c’est hallucinant ! Les mouvements sont un peu lents mais quelle parfaite synchronisation avec les 4 vraies danseuses japonaises dont les gambettes sont quand même autrement plus agréables à regarder !!!



Suite de l'article...

Lectures : 2786    Commentaires : 9     Partager



Chorégraphie de ROBOTS sur l’air du Boléro de Ravel…

Le 2 avril 2011 à  06:09
Rubriques : ENTRACTE

Vingt robots NAO programmés de la même façon lancés simultanément et vous obtenez une chorégraphie synchro de robots. Une prouesse  technologique!!

Insolite. Robot humanoïde construit pour le divertissement.



Suite de l'article...

Lectures : 3039    Commentaires : 7     Partager



PATRICIO MANNS, Arriba En La Cordillera

Le 2 avril 2011 à  10:23
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Une voix ample et magnifique qui vous prend par les tripes et le cœur et ne vous quitte plus. « Ce prince de la ballade, très populaire en Amérique latine, auteur, chanteur et compositeur, est aussi romancier et poète ; il a d’ailleurs reçu les plus hautes distinctions littéraires. Cette célébrité s’étend aujourd’hui à tous les continents, dans la lignée d’un Pablo Neruda. Il a publié Cavalier seul, aujourd’hui disponible en poche, un roman qui fait l’unanimité des critiques francophones . »

(extrait d’un article de Michel Grivet, Le Pays, 5 octobre 2000)

 



Suite de l'article...

Lectures : 3819    Commentaires : 15     Partager



BONJOUR les GENS, LA SNCF S’AMUSE !

Le 1 avril 2011 à  01:18
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs

Homer Jay Simpson est le principal personnage fictif de la série animée télévisée Les Simpson  (1987)et le père de la Famille Simpson.

Premier avril oblige, la SNCF a osé recruter Philippe Peythieu, la voix française d'Homer Simpson, pour passer des annonces au micro d'une quinzaine de gares françaises  le 1er avril 2009 !  Franc Succès dans les gares où cela à été diffusé mais en région parisienne les gens n'ont même pas fait attention... Espérons avoir cela plus souvent…

 

sources : youtube wikipédia et actu loisirs

 



Suite de l'article...

Lectures : 4487    Commentaires : 11     Partager



« L’Inconnu du Nord-Express », FARLEY GRANGER, a pris le dernier train…

Le 1 avril 2011 à  05:20
Rubriques : ENTRACTE

Le dandy des années 50, fantasme des midinettes, l'acteur Farley Granger (1925/2011) est décédé «de causes naturelles», à son domicile de Manhattan. Il avait 85 ans et venait de révéler, avec fracas, sa bisexualité dans ses mémoires, intitulées Include me Out.

Découvert à l'âge de dix-huit ans, Farley Granger est recommandé au producteur Samuel Goldwyn pour jouer dans le film de Lewis Milestone, L'Etoile du Nord, en 1943. Cette apparition lui permet de briguer un rôle plus important dans Les Prisonniers de Satan, du même réalisateur. A son retour de la marine, alors qu'il tape en vain à la porte des studios, Nicholas Ray lui fait passer un casting pour Les Amants de la nuit. Avant même que le film ne soit montré, Granger est déjà sur le plateau de La Corde pour Alfred Hitchcock, aux côtés de James Stewart et John Dall.

(…) Le beau jeune homme fragile se débat, comme ses personnages, dans un système - hollywoodien - qui le dépasse. A la MGM,
Samuel Goldwyn lui fait signer un contrat de cinq ans, années durant lesquelles le producteur n'aura de cesse de transformer Granger en star(…) Refusant d'être une nouvelle fois prêté à un studio concurrent pour un mauvais projet, l'acteur est suspendu par Goldwyn. Et en profite pour retrouver Hitchcock.



Suite de l'article...

Lectures : 3145    Commentaires : 6     Partager



ODILON REDON (1840/1916), le créole et apatride « rêveur éveillé ».

Le 31 mars 2011 à  04:49
Rubriques : Peintres

Celui qu’on appelle « Le Prince du rêve »  est à l’affiche au Grand Palais depuis le 23 mars, jusqu’au 20 juin 2011. Il s’agit de la première rétrospective parisienne consacrée à l’artiste depuis 1956.

Peintre symboliste de la fin du XIXe siècle, Odilon Redon est l'auteur d'un oeuvre pétri d'onirisme, de mythes et de fantasmagories. Particulièrement influencé par ses origines créoles, l'artiste apatride développe un univers axé sur le rêve et le voyage, comme en atteste le motif récurrent de la barque. D'une complexion fragile, le jeune Redon est élevé par une nourrice, puis chez son oncle, à la campagne. Il s'initie alors au fusain pour retranscrire la mélancolie et l'étrangeté des paysages, qui constitueront l'essence même de son oeuvre. A l'âge de 7 ans, il découvre les musées de Paris, dont les toiles de Millet, de Corot, de Gustave Moreau, mais aussi Delacroix frappent son imaginaire. De retour à Bordeaux, il décide d'être artiste et prend des leçons de dessin et d'aquarelle avec Stanislas Gorin. C'est en vain que son père l'incite à étudier l'architecture car Redon préfère se former à la technique de l'eau-forte et à la sculpture. Il commence d'ailleurs une série de onze eaux-fortes volontiers oniriques.

 



Suite de l'article...

Lectures : 4574    Commentaires : 11     Partager



LE JOUEUR DE PIPEAU

Le 31 mars 2011 à  03:55
Rubriques : Mots-miroirs
Chanson traditionnelle des Pyrénées


Suite de l'article...

Lectures : 4311    Commentaires : 14     Partager




Page 160 de 223

160

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES