Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 28
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


PARIS au MOYEN AGE comme nous ne l’avons jamais vu !

Le 28 mars 2011 à  05:08
Rubriques : Mots-miroirs

Promenade dans le coeur de Paris, sur l'île de la Cité et ses alentours en 1550, comme elle se présentait sous le royaume de Henri II, avant les grandes transformations de la Renaissance. Une vision de Paris presque intégralement disparue.

L'histoire des monuments et des lieux est retracée et commentée
.




Suite de l'article...

Lectures : 5401    Commentaires : 11     Partager



Au revoir Mme HELENE SURGERE(1928/2011) « grand-mère chérie de la Comédie Française »

Le 27 mars 2011 à  06:04
Rubriques : ENTRACTE

(…) Cette comédienne rare et peu connue du grand public est partie sans bruit dans la nuit du 26 au 27 mars 2011. A 81 ans. A  la veille de la dernière du spectacle  Les Trois sœurs d'Anton Tchekhov*  (deuxième saison) mis en scène par Alain Françon dont la première a eu lieu le 23 mai.

Le temps n'avait eu aucune prise sur sa beauté, son charme, sa malice. Hélène Surgère avait intégré la troupe de la Comédie-Française à un âge où les plus énergiques font des confitures. Mais, et elle le disait, cet engagement sur le tard, lui avait redonné de l'énergie. Elle n'en avait jamais manqué et elle avait toujours joué au théâtre, tourné pour le cinéma et la télévision. Sans jamais devenir très célèbre, très connue du grand public. Mais parce qu'elle avait toujours fait des choix rigoureux, audacieux. Sans exclusive en même temps. Rien de plus large d'esprit que cette femme libre.

Comme le destin est étrange qui se joue de chacun. Hélène Surgère, comédienne aimée de réalisateurs comme Pier Paolo Pasolini,  André Techiné et  principalement  Paul Vacchiali, avait été engagée il y a tout juste un an, le 3 mars 2010, à la Comédie-Française pour jouer, dans Les Trois sœurs d'Anton Tchekhov * Anfissa, la vieille nourrice des filles du Général Prozorov. « Notre grand-mère chérie » disait hier dans un communiqué Muriel Mayette, Administrateur général de la Comédie-Française, précisant que Les Trois sœurs seraient données ce soir «malgré notre chagrin, selon la tradition, pour elle, en l'honneur d'une immense artiste  



Suite de l'article...

Lectures : 3869    Commentaires : 12     Partager





Pause musicale avec La PRIMAVERA de VIVALDI (1678/1741)

Le 27 mars 2011 à  01:45
Rubriques : Musique de toujours

Légèreté, grâce, délicatesse... le Printemps papillonne et vocalise de fleur en fleur,  une source jaillit et s’arrondit  sous le vent léger des violons.  Mélodie baroque  et harmonieuse toute en nuances et pétillements. On devine une farandole de nymphes galantes aux rires joyeux qui célèbrent l’arrivée  du Printemps.



Suite de l'article...

Lectures : 2609    Commentaires : 10     Partager



Je m'appelle MICKAEL MIRO : L’horloge tourne…

Le 26 mars 2011 à  06:52
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Un jeune chanteur compositeur bien de son époque qui se présente lui-même :

"Je m’appelle Mickael Miro, j’ai 31 ans, je suis Lyonnais d’origine et je fais partie de ces gens qui conservent précieusement certains sms, comme des bouts de souvenirs qu’il ne faudrait jamais oublier…

De cette manie est née une chanson intitulée “L’horloge tourne”, mon premier single.

 Ah oui j’oubliais, j’écris et je chante des chansons depuis une dizaine d’année. 

 Au début pour déclarer ma flamme et jouer le garçon romantique sur les bancs de la fac de droit, et puis, progressivement, sur scène avec des musiciens devant 5, 10, 50 personnes, parfois plus….

 Certains sms me rappellent ainsi mes premiers concerts au Sentier des Halles, au Réservoir, à la Scène Bastille. Ou encore ces inoubliables premières parties de Zazie à Londres ou plus récemment de Justin Nozuka à l’Olympia…

 Mais ils me rappellent aussi  à mes amours anciennes, mes joies, mes peines, mes premières fois, mes dernières…

 Et c’est un peu de tout ça que je raconte dans mon premier album.

 Des chansons souvenirs, des portraits, des déclarations d’amours, que nous tentons, en studio comme sur scène, d’habiller d'arrangements pop folk.

 Un SMS vient d'arriver, j'ai 31 ans :

 « Prends ta guitare, on part faire le tour de la France en première partie Florent Pagny !!!! »

 Je m’appelle Mickael Miro et j’espère vous croiser très prochainement sur scène…"

source : www.universalmusic.fr/mickael-miro/biographie

 



Suite de l'article...

Lectures : 4668    Commentaires : 11     Partager



PIERRE RAPSAT nous le chante : « Les rêves sont en nous »

Le 25 mars 2011 à  05:59
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Une voix oubliée, méconnue, celle de Pierre Rapsat, né Pierre Raepsaet (Ixelles 28 mai 1948 - Verviers 20 avril 2002) un auteur-compositeur-interprète belge, né d'un père flamand et d'une mère qui était la fille de réfugiés asturiens (natifs de Gijon-Miéres) durant la guerre civile espagnole, ce qui par ailleurs a inspiré ses chansons Adéu (inspiré d'un village catalan El port de la Selva où il se rendait régulièrement en vacances) et Aurore (inspiré par sa grand-mère maternelle espagnole). À l'âge de dix ans, ses parents s'installent à Verviers, qui va devenir sa ville d'adoption jusqu'à sa mort en 2002.

Après avoir joué dans différents groupes, il entame une carrière en solo en 1973. Son style puissant, oscillant entre rock et chanson française, est original et plaisant mais ne lui permet guère de percer. Rapsat s'obstine cependant, travaille ses textes et sa musique, sort album sur album.



Suite de l'article...

Lectures : 3288    Commentaires : 16     Partager



Prenons le large avec les FIGURES de PROUE !

Le 24 mars 2011 à  06:08
Rubriques : Sculpteurs

La pratique de décorer les vaisseaux et les galères remonte aux époques les plus lointaines de l'Antiquité. (…) La figure de proue représente le symbole de la terre et de l'eau, le trait d'union d'un continent à un autre et souligne l'idée d'assimiler le bateau à un être vivant idéalisé, divinité, humain, ou animal souvent fabuleux, dont la tête sera la proue, le corps la coque et la queue la poupe, à l'image, par exemple, des bâtiments d'apparat des empereurs d'Annam naviguant sur la rivière des parfums à Hué au milieu du XIX siècle avec une tête de dragon à la proue, le corps écaillé peint sur les brodées et la queue du dragon terminant, à la poupe, la décoration.


Autres motifs décoratifs : la volute, la spirale, la fleur (fleur de lys) et surtout le soleil sous l'époque du Roi-Soleil. Les anciens allaient jusqu' à placer des offrandes à la proue, sorte d'autel, de façon à satisfaire les dieux de la mer ; cette coutume s'est transmise jusqu'à notre époque, en Polynésie notamment, où fleurs et fruits ornent la proue des pirogues.



Suite de l'article...

Lectures : 5861    Commentaires : 18     Partager



Inspiration /respiration océanes

Le 24 mars 2011 à  06:45
Rubriques : Mots-miroirs

Une petite fiole de vent sauvage

délivre les  étincelles de lumière

sur l’âme nue des pierres

et calligraphie celle des coquillages

à l’infini sur le grimoire des plages

 

A quoi sert d’interroger le mystère

de l’Océan dont le cœur bat au large

 

Sa voix d’airain creuse un cratère

à engloutir tout  langage

et le silence s’épluche comme un fruit

dont la pulpe adoucit le cri

 

 

© Thea 24 mars 2011



Suite de l'article...

Lectures : 2922    Commentaires : 6     Partager



ELISABETH TAYLOR, (1932/2011) la star aux yeux violets, n’est plus.

Le 23 mars 2011 à  02:06
Rubriques : ENTRACTE

Le monde du cinéma porte grand deuil. Liz Taylor, l'une des dernières légendes d'Hollywood, est décédée mercredi. Devenue à 10 ans l'enfant chérie de l'Amérique en jouant dans Fidèle Lassie, avant d'être la troublante jeune fille de Une place au soleil, elle bouleverse les spectateurs en incarnant la Maggie de La chatte sur un toit brûlant de Richard Brooks en 1958, puis Catherine Holly dans Soudain l'été dernier, le film que le grand Jospeh L. Mankiewicz tire de la pièce éponyme de Tennessee Williams. En 1963, elle rencontre Richard Burton sur le tournage de Cléopâtre. Si le film ne rencontre pas le succès, un couple sulfureux s'y crée : Liz Taylor et Richard Burton, deux fois mariés et divorcés, partageront onze fois l'affiche, dont celle de l'inoubliable Qui a peur de Virginia Woolf ? en 1966

Le Point



Suite de l'article...

Lectures : 4767    Commentaires : 13     Partager



MAITRE CAPELLO, amoureux FOU de la langue française, s’en est allé

Le 22 mars 2011 à  06:29
Rubriques : ENTRACTE

Certains se souviennent du petit homme à grosses lunettes et chevelure épaisse.

Maître Capello (1922/2011), personnage légendaire du petit écran, maître du calembour et de l’art du palindrome, célèbre pour sa « phrase » interminable, et son fameux « de bon aloi » est donc parti, en tout discrétion, le Week-end dernier, à l'âge de 88 ans. Pour les plus jeunes, ce nom ne veut pas dire grand-chose... et pourtant ! Dès 1979, Maître Capello est devenu une star du petit écran. Comment ? Grâce à l'émission les Jeux de 20 Heures.

Maître Capello,   véritable encyclopédie des mots et de la langue, a quand même réussi l'exploit de se faire aimer du grand public, grâce à des thématiques disons ... ennuyeuses, comme les langues, la grammaire ou l'orthographe.

Adeptes de bons mots et bourré d'humeur, Maître Capello se faisait rare avec le temps. Sa fille, via communiqué, a parlé des derniers jours de son père "il était très fatigué (...) son départ est une délivrance pour lui". Emouvant.

Pour le plaisir, voici une petite vidéo. Maître Capello, ou l'art de nous faire aimer les mots.

Adobuzz



Suite de l'article...

Lectures : 8704    Commentaires : 24     Partager



En amont du film "DESSINE-TOI" de Gilles PORTE (2)

Le 22 mars 2011 à  01:27
Rubriques : ENTRACTE

Gilles Porte, né le 11 mai 1965 à Lyon, « enfant à risques, inconscient et téméraire » est un réalisateur, scénariste, directeur de la photographie et photographe français.

En 2003, il co-réalise avec Yolande Moreau son premier long métrage Quand la mer monte..., pour lequel ils reçoivent en 2005 le César du meilleur premier film et le prix Louis-Delluc comme meilleur premier film.

Rappel : Le film « Dessine-moi » constitue l’ultime étape d’une démarche entamée par hasard en 2005, dans une école maternelle du 18e arrondissement de Paris où sa fille Syrine (alors âgée de 3 ans) venait d’entrer. Fasciné par les autoportraits d’enfants servant à repérer leurs portemanteaux, il leur demande de se dessiner au crayon blanc sur du papier noir sans savoir où ça va le mener

Il filme les enfants à la manière de Clouzot

Comme expliqué dans l’article précédent, Gilles Porte a passé 6 ans de sa vie à arpenter le monde pour planter inlassablement son objectif devant des milliers de jeunes enfants dessinant leur autoportrait. Leur donnant pour seule consigne : « Dessine-toi comme tu veux en prenant le temps que tu désires. » Un projet mené avec obstination, et dont la dernière étape est un long métrage – sorti mercredi 26 janvier 2011 en salles – intitulé Dessine-toi.

Du Bénin au Sri Lanka, de la Colombie à la Moldavie, des enfants de moins de 6 ans se dessinent au feutre noir sur une vitre transparente. Il les filme à la manière de Clouzot dans Le Mystère Picasso, scrutant de sa caméra immobile leurs regards, leurs mimiques, leurs efforts de concentration ou leurs hésitations, tandis qu’ils font surgir les lignes cassées, les courbes et les ronds empilés qui les représentent.



Suite de l'article...

Lectures : 3196    Commentaires : 13     Partager




Page 162 de 224

162

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES