Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 7
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


« JE T’AIME » dans toutes les langues

Le 19 février 2011 à  01:33
Rubriques : Mots-miroirs

Une musique  légère comme l’aile d’une colombe

Une guirlande de « Je t’aime » dans toutes les langues  - ou presque -

Une chanson ancienne interprétée par Corneil Domitile, un artiste de la Réunion dont je n’ai trouvé aucune biographie.

Je vous les offre en partage pour finir la semaine et la journée en douceur.

 



Suite de l'article...

Lectures : 4756    Commentaires : 8     Partager



TITI ROBIN et ses orchestres pluriculturels

Le 18 février 2011 à  01:10
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Thierry Titi Robin, l'Angevin, né le 26 août 1957, passionné de dialogues entre différentes cultures musicales, a un parcours peu banal. Il s'intéresse à la musique de façon autodidacte, et suggère des passerelles inédites entre des traditions musicales très diverses. Dès les années 1980, il constitue des orchestres pluriculturels, mêlant musique tzigane, indienne, marocaine ou celtique, de l'oud au luth, des cordes, et une approche nomade de la musique. Aussi inspiré par le maestro irakien Munid Bachir que par la maîtrise flamenco de Camaron de la Isla, Titi Robin ouvre sa guitare à des horizons très personnels. De ces mariages musicaux, citons le disque 'Un ciel de cuivre', sorti en 2000, qui représente, selon Thierry Robin, son univers singulier dans toute sa diversité. En 2008, Titi Robin propose un disque et un spectacle, 'Kali Sultana'. L'ombre du ghazal, dans une démarche esthétique incroyable permettant de faire le lien entre l'Andalousie et le nord de l'Inde. Infatigable voyageur, Titi Robin donne à voir les musiques du monde par le milieu...

EVENE 



Suite de l'article...

Lectures : 3182    Commentaires : 13     Partager





AH LES (jolis) CONGES PAYES des années 50 !

Le 17 février 2011 à  05:29
Rubriques : Mots-miroirs

1er août 1936 :

De toutes les décisions adoptées par le gouvernement du Front Populaire, celle concernant les congés payés a pris au fil du temps une dimension mythique. "Voir la mer" devient enfin un rêve accessible pour une majorité d'ouvriers et d'employés.

Bien sûr, dans un premier temps, l'évasion sera de courte durée (douze jours ouvrables) et logiquement limitée par le faible niveau de vie. Qu'importe, l'échappée est belle, même si la mer n'est aperçue que le temps d'un rapide aller et retour en train.

Les côtes normandes sont envahies par une nouvelle clientèle en casquette, sortant le casse-croûte et la chopine de la musette pour le pique-nique en famille. Une fête bruyante et colorée loin d'être au goût des riches habitués, qui ferment alors leurs belles villas pour partir vers des destinations plus lointaines. C'est le temps où les plus jeunes - ou les plus courageux - n'hésitent pas à enfourcher vélos et tandems pour aller planter leur mauvaise tente de camping sur les bords d'une rivière poissonneuse, se faire héberger par la famille à la campagne ou s'offrir une pension complète dans une modeste auberge.



Suite de l'article...

Lectures : 4532    Commentaires : 17     Partager



CORA VAUCAIRE « La Dame Blanche de St-Germain des Prés » : Noms de Rues (1949

Le 16 février 2011 à  06:58
Rubriques : Voix de toujours

Un brin de gouaille et des chansons réalistes ou poétiques.


Cora Vaucaire, de son vrai nom Geneviève Collin, née le 22 juillet 1921 à Marseille, est une chanteuse française, surnommée « La Dame Blanche de Saint-Germain-des-Prés ». Elle est la veuve de Michel Vaucaire.

.



Suite de l'article...

Lectures : 3659    Commentaires : 14     Partager



Et si LES COULEURS… (sur une musique de J.M. Jarre)

Le 16 février 2011 à  05:18
Rubriques : Mots-miroirs

Oui, si nous les regardions autrement ? Nous verrions les BLEUS les MAUVES, les VERTS , les JAUNES les ROUGES  onduler, se déployer, s’épanouir, se multiplier, s’estomper et renaître ailleurs, en pointillés, en corolles et transparence… festonner les escaliers et les porches, encapuchonner les toits et les arbres…

Leurs métamorphoses sont  réelles, il suffit de les voir.

Elles éclatent sous nos yeux de toute leur beauté…Elles chantent...

Leur beauté et leur chant nous sont offerts gracieusement.

Thea 16 février 2011



Suite de l'article...

Lectures : 2489    Commentaires : 7     Partager



IDIR chanteur berbère : A Vava Inouva (« mon papa à moi »)1972

Le 15 février 2011 à  11:01
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Né à AÏt Lahcène en 1949. De son vrai nom Hamid Cheriet, Idir (« Il vivra » en berbère, nom traditionnellement donné à un enfant né difficilement, pour l'encourager à vivre) est un célèbre chanteur de musique kabyle. Fils de berger, il entreprend des études de généalogie. Il  commence sa carrière de chanteur par hasard sur Radio Alger en interprétant une chanson qui va devenir son premier succès 'Rsed A Yidess'. Il s'installe à Paris en 1975 et signe son premier contrat avec Pathé Marconi qui lui produit son premier album 'A Vava Inouva' dont le titre éponyme devient un succès planétaire. Il sort un nouvel album en 1979 'Ay Arrac-Nney'. Il fait son retour en France en 1999 en enregistrant 'Identités' notamment aux côtés de Manu Chao et de Zebda et revient en 2007 avec 'La France des couleurs'. Fervent défenseur de la musique kabyle, Idir transmet sa richesse culturelle à travers le monde

(EVENE)



Suite de l'article...

Lectures : 5824    Commentaires : 27     Partager



AU CLAIR DE LA RUE (2) illustré par une chanson DE GRAND CORPS MALADE

Le 14 février 2011 à  05:27
Rubriques : Mots-miroirs

L'aventure !

Les 27 et 28 janvier 2011 les ex-SDF de "Au clair de la rue" ont témoigné à Bruxelles, dans le cadre de "l'Agora sur la crise de la pauvreté" (...) Sous les lumières du Parlement, le choc a été visuel d'abord, entre les parlementaires, les fonctinnaires et ces gens issus de la rue, aux physiques marqués par une vie de galère. "Je voulais qu'ils viennent, explique Sylvie Goulard, députée européenne du modem, à l'origine de l'invitation, pour ne pas parler de la misère d'une manière artificielle." Et la rencontre entre deux mondes a bien eu lieu. (...)



Suite de l'article...

Lectures : 3250    Commentaires : 9     Partager



LE MUR des JE T'AIME sur une chanson d'Elvis Presley "Can't Help Falling In Love"

Le 14 février 2011 à  05:31
Rubriques : Mots-miroirs

Dans un monde marqué par la violence, dominé par l'individualisme, les murs, comme les frontières, ont généralement pour fonction de diviser, de séparer les peuples, de se protéger de l'autre. Le mur des je t'aime est au contraire, un trait d'union, un lieu de réconciliation, un miroir qui renvoie une image d'amour et de paix.



Suite de l'article...

Lectures : 3576    Commentaires : 7     Partager



DEMIS ROUSSOS nous dit « Quand je t’aime »

Le 14 février 2011 à  03:13
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Pour ceux qui ont aimé, qui furent aimés et qui se souviennent

Pour ceux qui aiment, qui sont aimés et qui s’en souviendront

Pour ceux qui aimeront, qui seront aimés et qui ne le savent pas encore ...

 



Suite de l'article...

Lectures : 4278    Commentaires : 11     Partager



« C’EST PAS L’HOMME QUI PREND LA RUE, C’EST LA RUE QUI PREND L’HOMME » 1

Le 13 février 2011 à  10:53
Rubriques : Mots-miroirs

Cette phase, pastichant la chanson de Renaud, figure sur le logo de l'association de la chorale "Au clair de la Rue" à Nantes. De toute manière, Serge, Ted, Daniel, Balthazar et les autres choristes savent d'où ils viennent : de la rue. Eclopés, cassés, le corps et l'âme cabossés à jamais par les coups durs de la vie.

L'aventure est née d'une rencontre, en 2007 : celle d'un bénévole de l'association "Vérité Misère", Yannick Jollivet, dit Pierrot ( à cause de la chanson) et de Serge, dit Le Gaulois. "Je faisais la manche près du marché de Talensac. Yannick discutait régulièrement avec moi. Je lui expliquais que ça me faisait ch... de voir les copains de la rue crever dans leur coin, sans même une chanson. Maintenant, nous allons chanter l'Auvergnat de Brassens autour de leur cercueil."

Serge Le Gaulois, un ancien marin, grande cacasse, moustache et tatouages, a vécu sous un arbre pendant 6 ans, près de la gare de Nantes, au début des années 2000." Je n'avais pas d'autres choix. Quand on est parti dedans, difficile de s'en sortir". Un autre dormait l'hiver dans le box des chevaux de l'hippodrome
.



Suite de l'article...

Lectures : 2843    Commentaires : 13     Partager




Page 166 de 223

166

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES