Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


BREL : « C’était au temps où Bruxelles bruxellait »(1962)

Le 4 février 2011 à  08:29
Rubriques : Voix de toujours

Cette chanson me trotte dans la tête depuis ce matin…J’ai l’esprit Belle-Epoque ! Voui, voui...

Belle Epoque. Cinéma muet. C'est la mode des moustaches et des barbes pour les hommes qui se doivent d'avoir un pli parfait : pour ce faire ils dorment avec un... fixe-moustache !!  Les femmes, quant à elles, se doivent d'avoir une silhouette en S grâce à un corset ou une guêpière visant à faire ressortir la poitrine et d'accentuer la cambrure. Les éventails sont en vogue.

C'est l'apparition des premiers manteaux de fourrure, l'apogée du haut-de-forme,  des manches gigot et des chapeaux volumineux pour les femmes….


C’était avant la suppression du corset  féminin par Paul Poiret, avant l’avènement du complet veston pour les hommes, avant  les années folles…

Je mets cette chanson pour le fun.

 



Suite de l'article...

Lectures : 5622    Commentaires : 12     Partager



« Athènes, Ma Ville »(1973) : MELINA MERCOURI & VANGELIS

Le 3 février 2011 à  05:14
Rubriques : Voix de toujours

Une composition musicale, une voix, deux talents réunis pour glorifier Athènes : Vangelis et Mélina Mercouri, Mélina Mercouri et Vangelis.

Honneur à la femme :

Melina Mercouri (1930/1994) Une forte personnalité, actrice/comédienne de talent et femme de combat.

 

Née dans une famille de la grande bourgeoisie athénienne, Melina Mercouri se marie à 15 ans pour fuir le milieu familial. Trois ans plus tard, elle divorce et s'inscrit à l'institut dramatique du théâtre national d'Athènes. Sa carrière de comédienne commence alors, à la fois à Athènes et à Paris. Elle doit son premier rôle au cinéma à Michael Cacoyannis qui l'inscrit au générique de 'Stella' en 1955. Ce rôle lui offre rapidement une certaine notoriété. L'actrice est ensuite amenée à rencontrer le réalisateur Jules Dassin, dont elle devient la muse et, plus tard, la femme (en 1966). Elle joue dans huit de ses films, dont 'Jamais le dimanche' qui lui vaut le prix d'Interprétation féminine du Festival de Cannes. A la suite d'un coup d'Etat en Grèce en 1967, Melina Mercouri quitte son pays où elle est privée de ses droits civiques. Elle revient en Grèce en 1974, dès la chute de la dictature, et y entame une carrière politique, laissant derrière elle le cinéma. Elle devient députée en 1978 et ministre de la Culture de 1981 à 1989 puis de 1993 à sa mort l'année suivante. La fondation qui porte son nom continue un combat cher à l'actrice : la préservation des monuments grecs antiques.

 

 source EVENE



Suite de l'article...

Lectures : 4965    Commentaires : 12     Partager





En prélude au NOUVEL AN CHINOIS voici la flûte de bambou

Le 2 février 2011 à  05:25
Rubriques : Musiques du Monde

Entre le 2 et le 17 février 2011 plus de 1,3 milliards d’habitants vont célébrer la nouvelle année à l’occasion de la Fête du Printemps.Le petit Lapin va renvoyer le Tigre dans sa tanière à la première heure du 3 février, instaurant une période de tranquillité relative avant de laisser place à son tour au Dragon le 23 janvier 2012.Les personnes nées sous le signe du Lapin sont sociables, discrètes, raffinées, astucieuses, perspicaces et sensibles. Elles s’entendent bien avec celles nées sous le signe de la Chèvre ou du Cochon.

Selon une légende chinoise, les signes du zodiaque chinois auraient pour origine un réveillon du Nouvel An auquel furent invité douze animaux par Bouddha. Ils arrivèrent un par un au rendez-vous : le Rat, le Buffle, le Tigre, le Lapin, la Dragon, la Chèvre, le Serpent, le Cheval, la Chèvre, le Singe, le Coq, le Chien et le Cochon. Pour les remercier de leur visite, Bouddha leur consacra à chacun une année et les informa de leurs compatibilités avec les autres animaux, et ils surent quelles seraient les années favorables ou défavorables selon l’élément de l’année.

www.americas-fr.com/.../nouvel-an-chinois-2011-lannee-du-lapin-

 



Suite de l'article...

Lectures : 2680    Commentaires : 9     Partager



MES SOULIERS SONT ROUGES chante : « Bassin d’Irlande »

Le 2 février 2011 à  08:06
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

 

Avec un nom pareil, impossible de les louper !  Je les découvre par hasard. Qui sont-ils ?


Le groupe s’est formé à Caen, en 1991 avec à la base Emmanuel (Manu) Savinelli, Dominique Adrix (Jimi) et François Boros. Très, vite, le groupe se spécialise dans les chansons satiriques et paillardes, avec une très grosse influence traditionnelle. En gros, ils chantent à l’ancienne, reprenant des chansons traditionnelles d’origine françaises et québécoises, rythmée, aux paroles simples et aux accents très festifs, et invitent le public à leur donner la répliques avec des chansons répétitives que les spectateurs peuvent reprendre en cœur avec le groupe. Se contentant de reprendre et d’arranger des chansons traditionnelles, le groupe s’est petit à petit mis à composer de plus en plus.

Avec le départ récent de François Boros, tous les fondateurs ont quitté la formation.

Le groupe n’existe plus depuis décembre 2006.  Ainsi se terminent 15 ans de succès sur tout le territoire français et même parfois au-delà : le groupe a fait plusieurs tournées en Europe (Belgique, Suisse, Royaume-Uni, Pays-Bas), mais aussi aux États-Unis et en Australie.

Le 17 mars 2011, le groupe se reforme pour un concert unique au Zenith de Caen.

 

source : mixage sites consacrés au groupe et wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 2826    Commentaires : 11     Partager



CREPES en FETE pour la CHANDELEUR ...

Le 1 février 2011 à  01:31
Rubriques : Mots-miroirs

ou Lupercales chez les Romains, et  Imbolc chez les Celtes, soit la Lumière renaissante (cf vidéo).


La Chandeleur tient son nom d'une fête à l'origine latine et païenne : la fête des chandelles (festa candelarum) : Lupercus .Celle-ci était célébrée au cours des Lupercales en l'honneur du dieu Pan et les Romains parcouraient alors la ville en brandissant toute la nuit des flambeaux.


On trouve également une trace de la Chandeleur dans la symbolique celte (Imbolc)  où elle était un hommage rendu au soleil. La crêpe, ronde et dorée, représentait l'astre, et assurait de bonnes récoltes de blé, évitant que le grain ne pourrisse.


Imbolc est une
fête religieuse celtique irlandaise, qui était célébrée le 1er février de notre calendrier, soit au début du mois d’anagantios selon le calendrier de Coligny dans la mythologie celtique.  Invocation de la Lumière chez les Celtes à cette occasion: « Louée sois-tu ; gloire à toi, Déesse Mère, en ce jour de fête de la lumière ! » C'est la fête sur laquelle les sources littéraires médiévales sont les plus faibles.

Le sens du nom Imbolc  est « lustration », il s’agit donc d’une purification qui prend place à la fin de l’hiver. En Irlande la célébration de sainte Brigitte à cette date, conduit à penser qu’Imbolc se déroulait sous le patronage de la déesse préchrétienne Brigit. Elle pourrait avoir pour fondement un culte lié à la fécondité.






Suite de l'article...

Lectures : 4083    Commentaires : 13     Partager



MARIE-CLAUDE PIETRAGALLA dans « La Tentation d’Eve »

Le 31 janvier 2011 à  05:43
Rubriques : DANSES DU MONDE

Eve sort de sa chrysalide, quitte le Paradis Perdu représenté par la Pomme,  enfante (s’enfante ?) et se métamorphose. « Je suis une femme hantée et j’élabore une mythologie » dit une voix off. Véritable voyage à travers le Temps, la mémoire, les époques  et les identités multiples : Eve guerrière (Jeanne d’Arc ?) Eve Reine impérieuse, Eve grillagée, Eve femme »Pliz », ménagère des années 50/60, Eve femme d’affaire stressée, Eve-Barbara, la Dame  Brune, cigarette et déshabillé, Eve en quête d’elle-même, éperdument.

 

Voilà ce que me dévoilent les extraits de ce solo de Marie-Claude Pietragalla dont je viens de découvrir la vidéo. Elle y incarne Eve dans une succession de costumes et une dizaine de tableaux.  Elle est actuellement sur une scène parisienne et partira ensuite en tournée.

 

Mais, qui est Marie-Claude Pietragalla ?

Née le 2 février 1963, elle est repérée à l’âge de 9 ans à l'école de danse de l'Opéra de Paris par la directrice Claude Bessy, frappée par la force de sa présence sur scène. Elle rejoint le corps de ballet à 16 ans et remporte le premier prix du Concours international de Paris en 1984. Devenue première danseuse en 1988, elle est de toutes les distributions, que ce soit en classique (Lac des cygnes) ou  parmi les pièces du répertoire contemporain telles que 'Notre Dame de Paris' elle s’y meut avec aisance et travaille avec Roland Petit, Maurice Béjart, etc.

Elle est  nommée Etoile le 22 décembre 1990.

 



Suite de l'article...

Lectures : 1532    Commentaires : 7     Partager



LE BLUES DE LA ( petite) FOURMI !

Le 31 janvier 2011 à  12:27
Rubriques : Clins d'oeil blogueurs

"… ça n’existe pas, ça n’existe pas "  allez-vous me dire, pastichant Robert Desnos sur une musique de Joseph Kosma…

 

…et pourtant ça existe puisque je vous le dis.

 

La fourmi que je suis a quelquefois le blues. Elle se demande ce qu'elle va mettre ici, dans le bateau-blog...Elle cherche, comme une vraie fourmi. Et puis elle rêve d’être coccinelle pour voler, cigale pour  jouer du saxo, oui oui. Rêve de farniente et tout et  tout. Rêve de parler des escargots, des coléoptères, ou de rien. Oui, rien ! Ni dedans ni autour. Du vrai RIEN ! Avec seulement des pointillés ……………………………………………………………………………………

comme ci ……………………………………………………………………..

ou comme ça ………………………………………………………………..

des... rouges

des... bleus

des... verts

des...  violets

des...  bruns

des... oranges

des... transparents

que sais-je encore !

 



Suite de l'article...

Lectures : 3387    Commentaires : 8     Partager



EDDIE CONSTANTINE (1917/1993) - Cigarettes, whisky et p'tites pépées

Le 30 janvier 2011 à  05:19
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Large sourire, cheveux gominés et trois pièces immaculés, Eddie Constantine a ravi toute une génération par la séduisante désinvolture affichée dans ses films de série B. Fils et petit-fils de chanteurs d'opéra, émigrés de Russie, il reçoit très tôt une formation musicale. Né le 29 octobre 1917, près d'Hollywood - ville de tous les espoirs déçus et des gloires éternelles, Eddie Constantine se fait un nom en devenant un crooner américain dans les années 40, mais sa carrière patine. Ni une ni deux, il s'expatrie en France et entame cette fois sa vie professionnelle dans les films de série B, où son accent américain apporte un certain exotisme.

 



Suite de l'article...

Lectures : 2779    Commentaires : 6     Partager



Tous au MUSEE GREVIN !

Le 29 janvier 2011 à  05:31
Rubriques : Mots-miroirs

Ce musée a été créé à l'initiative d'Arthur Meyer en 1882, soit presque 50 ans après le Musée Tussaud de Londres, ouvert par une Strasbourgeoise mariée à un anglais.

Ce type de musée répondait à un véritable besoin du public qui désirait pouvoir identifier les personnages de l'actualité, à une époque où la photographie n’était pas encore utilisée dans la presse. Alfred Grévin (1827-1892) dessinateur humoristique, créateur de costumes de théâtre et sculpteur, semblait être la personne idéale pour donner corps aux personnages.

On vient ici voir les reproductions de cire de personnages célèbres de l'Histoire mais aussi de notre temps. Certains y rentrent même de leur vivant car chaque année c'est environ 4-6 nouvelles personnalités marquant l'actualité française et étrangère qui sont ainsi statufiées.

Il s'agit donc d'un lieu bien particulier à Paris, où l'on découvre également un Palais des Mirages, installé à Grévin en 1906 après l'Exposition universelle au Trocadéro, et un cabinet fantastique.

Après plusieurs mois de travaux en 2001, le musée a rouvert ses portes avec une collection de personnages de cire enrichie de près de 80 personnages et de nouveaux univers : brasserie, studio de danse, défilé de mode... ainsi que d'un parcours
découverte pour les enfants.

Géré et animé par la Compagnie des Alpes, il est cependant encore loin de la puissance du Groupe Madame Tussaud qui possède un musée à Londres, mais aussi New York, Las Vegas, Amsterdam et
Hong-Kong.

www.cityvox.fr/visiter_paris/musee-grevin.../



Suite de l'article...

Lectures : 3670    Commentaires : 10     Partager



« Les Filles de Lorient » par MARC ROBINE (1950/2003) l’Homme au Chapeau

Le 28 janvier 2011 à  05:38
Rubriques : CHANTS DE MARINS

Chanteur oublié des médias, avec « des chansons d’errance, d’amour et d’aventures qui  étaient des jalons d’itinéraire griffonnés en hâte sur un coin de bar, une banquette d’aéroport ou le couvercle d’un étui de guitare, comme « des feuillets épars d’un carnet de route jamais tenu à jour, jamais daté, jamais classé, jamais relié ». Un fragment de mémoire, porté par le regard attentif et tranquille d’un spectateur de passage dont les mots aimaient à se frotter à toutes sortes de musiques, et dont la soif s’étanchait à toutes sortes de rencontres. Un spectateur en éternel transit, curieux de la marche du monde et de l’histoire quotidienne de ceux qu’il croisait en chemin – pour quelques heures ou des pans entiers de vie. « 

sicavouschante.over-blog.com/article-marc-robine blog de Fred Hidalgo

 



Suite de l'article...

Lectures : 3578    Commentaires : 14     Partager




Page 168 de 223

168

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES