Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 36
Les nouveaux membres : 7
Anniversaires aujourd'hui : 9

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


« Dans le même bateau » (chant de marins) par LES DERNIERS TROUVERES

Le 13 décembre 2010 à  05:21
Rubriques : CHANTS DE MARINS

Les Derniers Trouvères

est un groupe de
musique médiévale français, fondé en 1992 par Roland Deniaud et Marie Milliflore. S'inspirant de musiques du répertoire traditionnel médiéval français, certains de leur morceaux sont issus de leur propre production. Leurs paroliers attitrés sont Roland Deniaud et Florian Lacour, et si la plupart des mélodies sont des airs traditionnels, ils reçoivent parfois des composition d'Isline Dhun, ou jouent des production de Roland Deniaud, entre autres...

source wikipédia

 

Ce (très beau) clip à été tourné dans l'église de Bégny (Ardennes) et sur la jonque chinoise "la Dame de Canton" (Paris 13e)

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 5984    Commentaires : 18     Partager



VOYAGE : l’INFINIMENT PETIT & l’INFINIMENT GRAND

Le 12 décembre 2010 à  06:11
Rubriques : Mots-miroirs

Je vous invite à un voyage dans les univers de l'infiniment petit (cristaux et ailes de papillons entre autres, vus au travers du microscope) et de l'infiniment grand (galaxies,nébuleuses,étoiles...) accompagné au piano par R.B.Weaver.

 



Suite de l'article...

Lectures : 2510    Commentaires : 9     Partager





LEONARD DE VINCI (1452/1519) : un fragment de manuscrit à NANTES.

Le 12 décembre 2010 à  09:21
Rubriques : Peintres
fragment du manuscrut retrouvé

7 décembre 2010 :

Par Le Point.fr (sources AFP et Reuters)
Le fragment de manuscrit attribué à Léonard de Vinci (1452-1519) redécouvert dans les archives de la médiathèque de Nantes après plus de 130 ans d'anonymat a été identifié et certifié par un expert international. Carlo Pedretti, historien italien spécialiste de Léonard de Vinci installé à Los Angeles, a été joint et interviewé par la rédaction de Presse-Océan, dont l'un des journalistes est à l'origine de la redécouverte du manuscrit dans un fonds d'archives appartenant à la ville de Nantes.

Selon Carlo Pedretti, l'existence de ce fragment de manuscrit, légué en 1872 à la ville de Nantes par le collectionneur Pierre-Antoine Labouchère, "a été révélée la première fois par Renzo Ciachi, en 1957", qui l'a identifié comme issu de Codex Atlanticus (recueil des notes de l'artiste, NDLR). "Il s'agit de notes sur l'air et le vent, en rapport avec une étude sur le vol des oiseaux", ajoute-t-il, et il "date d'environ 1504", soit au moment où il peignait sa fameuse Joconde, et seule une poignée de spécialistes de Vinci en connaissait encore l'existence. Le manuscrit nantais est un fragment, mais, selon Carlo Pedretti, "on connaît la page originale grâce à une photographie de 1872. On en a retrouvé deux fragments : un de la collection Govi, l'autre, c'est celui de Nantes. Le troisième, c'est-à-dire le coin en bas à gauche, a disparu".



Suite de l'article...

Lectures : 1338    Commentaires : 6     Partager



IOULIA, seule femme « ataman » c’est-à-dire chef cosaque

Le 11 décembre 2010 à  05:54
Rubriques : Mots-miroirs

Sabre à la ceinture et grand manteau de feutre sur les épaules, Ioulia Tkatchenko patrouille dans la forêt, suivie d'une dizaine d'hommes en uniforme rouge et noir. Une exception en Russie: elle est la seule femme "ataman", c'est-à-dire chef d'une troupe de cosaques.

Historiquement, cette communauté d’aventuriers servait le tsar et existe toujours aujourd’hui. Pourtant, dans la région d’Alexandrov, à une centaine de kilomètres de Moscou, une femme a été élue à la tête d’une troupe d’environ trois cents Cosaques. Petite femme de 66 ans aux yeux gris.

Une anomalie au sein d'une population connue pour son attachement farouche à la tradition et dominée depuis toujours par des figures masculines.  Pas tant que ça, selon elle.

"Aujourd'hui, les hommes sont un peu faibles, ils sont désemparés (...), les femmes sont plus fortes. Peut-être pas physiquement, mais moralement, c'est sûr, nous sommes plus fortes", assure Ioulia Tkatchenko.


ATTENTION !  Je m'aperçois en finalisant cet article que la vidéo a été bloquée et que vs ne pouvez donc la voir ici. C'est vraiment dommage ! Si donc vous êtes intéressés, voici le lien sur Youtube évidemment. Désolée !

http://www.youtube.com/watch?v=zBR-XcVyiTw

 



Suite de l'article...

Lectures : 3260    Commentaires : 9     Partager



Un peu de rêve et de poésie avec CELTIC LEGEND - THE BOATMAN

Le 11 décembre 2010 à  12:41
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Un étang

Une jeune femme dans une barque

La mer

Une jeune femme sur le rivage

 

Un jeune homme qui arrive par la mer…

Une  légende d’herbes folles, d’eaux paisibles, de nénuphars, de sable et d’écume…

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 3999    Commentaires : 13     Partager



HOMME LIBRE LIE A SON CHEVAL, LE COSAQUE…

Le 10 décembre 2010 à  05:11
Rubriques : Mots-miroirs

« De tous les Russes, le Cosaque est le plus turbulent et le plus intrépide »

(August von Haxthausen, "Etudes sur la Russie profonde",1843.)


A l’origine ce sont des hommes qui refusent les contraintes et la discipline imposées par le gouvernement central moscovite. Leur apparition date très certainement du XIVe siècle, au milieu des immenses terres herbeuses de la steppe russe et ukrainienne. L’attachement à la patrie et aux traditions est né ici. Symbole vivant de l’aspiration humaine à une vie de liberté, les cosaques se sont toujours battus contre toute forme de pouvoir établi. Ils attiraient à eux les serfs fugitifs et favorisaient les soulèvements. Adversaires déterminés de l’oppression tsariste notamment sous l'impulsion d'un des leurs, Pougatchev, ils perdirent pourtant leur indépendance au cours du XVIIIe siècle. Lassé de cet exemple de liberté, le régime tsariste décide de les intégrer à ses garnisons de cavalerie tout en leur octroyant en contrepartie certains avantages en nature. Ils devinrent ainsi le rempart des empereurs successifs. Dissous officiellement au début du XXe siècle et victimes de répressions, ils finirent cependant par rejoindre dès 1936, sous la pression d’une politique d’assimilation, l’ensemble des forces armées soviétiques, formant ainsi le noyau des régiments de cavalerie.

Cette vidéo est un document rare dont les premières images datent de 1924, suivies de celles de 1936 et, en couleurs, celles de 1966.D'où ses inégalités.



Suite de l'article...

Lectures : 3266    Commentaires : 11     Partager



DANSE DES COSAQUES D’UKRAINE

Le 10 décembre 2010 à  08:33
Rubriques : DANSES DU MONDE
La réalité des Cosaques dépasse la fiction. J'en parlerai plus tard, aujourd'hui je n'ai pas le temps.

Je vous laisse en leur compagnie en attendant.


Suite de l'article...

Lectures : 4319    Commentaires : 14     Partager



GOLDEN GATE QUARTET - GOSPEL MEDLEY

Le 9 décembre 2010 à  06:26
Rubriques : Musique de toujours

The Golden Gate Quartet est un ensemble vocal américain de gospel et de negro spiritual.


Le Golden Gate Quartet, fondé par quatre étudiants à Norfolk aux États-Unis en 1934 sous le nom de Golden Gates Jubilee Singers, a été l’un des emblèmes principaux et, de par son exceptionnelle longévité, a marqué profondément la grande histoire de la musique religieuse afro-américaine
.



Suite de l'article...

Lectures : 1659    Commentaires : 9     Partager



RAGA de musique indienne avec RAVI & ANOUSHKA SHANKAR

Le 8 décembre 2010 à  04:51
Rubriques : Musiques du Monde

Anoushka Shankar (née le 9 juin 1981 à Londres) est une joueuse de sitar et une compositrice indienne. Elle est la fille et élève du célèbre Ravi Shankar, dont elle a écrit une biographie, Bapi, l'amour de ma vie (publiée en français en 2004).


Actuellement, elle l'accompagne lors de toutes ses tournées et a sorti elle-même plusieurs albums.


Sa demi-soeur est
Norah Jones, autre fille de Ravi Shankar.



Suite de l'article...

Lectures : 1782    Commentaires : 9     Partager



RAVI SHANKAR, le “DIEU DU SITAR INDIEN”;

Le 7 décembre 2010 à  05:00
Rubriques : Musiques du Monde

Qui dit sitar dit Shankar. Rarement le nom d’un musicien a été autant assimilé, de façon quasi exclusive pour le néophyte, à celui de son instrument de prédilection : un long manche posé sur une calebasse, dont les cordes sympathiques, placées sous les frettes, vibrent en résonance avec les notes jouées. Cet instrument, emblème de la musique de l’Inde du Nord, n’a trouvé sa forme actuelle qu’au XIXè siècle, mélange d’influences indiennes et persanes.


En fait, Ravi Shankar, s’il était prédestiné aux arts, ne l’était pas forcément au sitar. C’est dans la troupe de son frère chorégraphe, Uday Shankar, qu’il fait ses débuts : il danse, fait de la musique, écrit des poèmes, et découvre le monde au cours de tournées internationales.



Suite de l'article...

Lectures : 4596    Commentaires : 9     Partager




Page 178 de 226

178

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES