Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 36
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 9

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


POUR SERGE REGGIANI : «Le monde est femme » (1999)

Le 28 septembre 2015 à  03:34
Rubriques : Voix de toujours

Le vidéaste précise qu’il  a illustré cette chanson avec des peintures de femmes dont la plupart appartiennent à la période Impressionniste car Serge Reggiani avait découvert sa passion pour la peinture.

Et d’ajouter « dans ma langue, le monde est non seulement femme, mais féminin(e), aussi... »

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit :

Tous droits réservés

Crédit photos Serge Reggiani: musiqueray.org/ukebox.fr/

 



Suite de l'article...

Lectures : 1604    Commentaires : 8     Partager



ARPÈGES pour un AUTOMNE en SAVOIE, Guitare et blues, par STÉPHANE MARTIN

Le 24 septembre 2015 à  02:58
Rubriques : Mots-miroirs

 

Cette promenade automnale vous est proposée par Steph Martin.
Si ces sonorités vous inspirent, vous pouvez écouter d'autres morceaux sur : http://www.musique-relaxation.net

 

 

Comment puis-je oublier ces dix-sept automnes en Haute-Savoie ?  Samoëns,  le Mont Salève, et puis le Mont Blanc  tant de fois admiré, la Mer de Glace… les sentiers de forêts agrippés à la montagne, le chuchotement des sources et le rebondissement des torrents, les cascades de Sixt Fer à Cheval qui jaillissent des falaises…

Non, je n’ai pas oublié.  Il me vient quelquefois une pointe de nostalgie à l’automne quand l’air se fait un peu vaporeux, un peu roux. Ça sent l’humus, la mousse et les champignons. Je me retrouve alors là-bas avec le rire des enfants et leurs jeux au milieu des feuilles qui jonchaient la cour… Je retrouve les chats  qui détalaient comme des fous autour du noyer… Je revois les grandes tablées  du soir avec les amis autour d’une raclette ou d’une fondue savoyarde.  Et je  me dis que le  bonheur est  fragile. Donc précieux.

Ce sont  ces automnes-là qui m’ont le plus marquée.

 

 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

Crédit photos : ledauphine.com/

 



Suite de l'article...

Lectures : 1115    Commentaires : 9     Partager





Un vœu de Jacques BREL : « L’homme dans la cité » (1958)

Le 22 septembre 2015 à  03:25
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Une chanson que j’avais oubliée et qui résonne avec force en ces temps souvent obscurs et hostiles où l’humanité dresse encore et encore des barricades, élève des murs de pierres, de barbelés et de mots autour d’elle-même…

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/ xxxxxxxx Tous droits réservés

Crédit photos :http://www.toolito.com/voyage/siteuniverseldespelerins.org/paroissecolomiers.com/

 



Suite de l'article...

Lectures : 1510    Commentaires : 9     Partager



ALMA au pays de…

Le 19 septembre 2015 à  05:00
Rubriques : ENTRACTE

Alma est une petite fille espiègle et curieuse, une petite fille d’aujourd’hui

Avec des yeux verts et les dents du bonheur

Elle court en sautillant dans la rue enneigée

Alma écrit son nom sur les murs

Alma s’arrête devant une vitrine et…

 

 

©Escrito e dirigido por: Rodrigo Blaas-
Produzido por: Cecile Hokes-
Música: Mastretta-
Diretor de Arte

 

 
Merci au vidéaste.

J’aime énormément les films d’animation. Il y en a de très bien faits. Comme celui-ci, tendre et poétique.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

 



Suite de l'article...

Lectures : 1480    Commentaires : 13     Partager



« La vérité » de GUY BEART, en live. Au revoir, troubadour

Le 17 septembre 2015 à  03:24
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Lui, l’oublié des médias, est l’un des derniers troubadours qui, après avoir été la coqueluche du Tout-Paris,  fut congédié il y a trente ans pour délit d’opinion.

Lire l’émouvant article que lui consacre Fred Hidalgo sur son blog : SI ÇA VOUS CHANTE

sicavouschante.over-blog.com/2015/09/guy-beart-c-est-trop-tard.html

 

Guy Béart a dit :

 «J'aime m'intituler, avec un certain orgueil, ingénieur des ponts et chansons.» Le Journal du Dimanche, 16 juin 2013.

 

Des yeux bleu azur, une voix douce et voilée qui nous a emmenés au fil de l’Eau Vive  jusqu’au  Bal chez Temporel avec Les Couleurs du Temps…en passant par Allô, tu m’entends… et bien d'autres mélodies.

Le chanteur, qui avait fait ses adieux à la scène le 17 janvier dernier à L'Olympia, lors d'un concert fleuve de près de quatre heures, avait fêté ses 85 ans le 16 juillet.

 

Il s'est écroulé ce mercredi 16 septembre en pleine rue, dans la ville où il habitait depuis près de 50 ans.

 

Grande médaille de la chanson française de l'Académie française en 1994, Guy Béart  est né  le 16 juillet 1930 au Caire en Égypte. Entre une carrière de musicien ou d'ingénieur, le coeur de Guy Béart balance longtemps, avant d'opter pour une vie d'artiste. Ses premiers pas dans les cabarets parisiens lui valent d'écrire pour Patachou ou Zizi Jeanmaire, qui font découvrir au public ses talents de compositeur grâce aux titres Chandernagor ou Le Bal chez Temporel. Dans la lignée de ces succès, son premier album est récompensé en 1958 du grand prix de l'Académie du disque français. En enregistrant L'Eau vive en 1960, Guy Béart assoit sa réputation de chanteur à textes, mais ses morceaux naïfs et légers ne font pas le poids face à la déferlante du rock'n'roll sur la scène française. La mode yéyé lui fait de l'ombre, au point qu'il est contraint de monter sa propre maison de disques pour sortir ses albums. Le chanteur se tourne vers la télévision et anime jusqu'en 1973 l'émission de divertissement Bienvenue, dans laquelle il reçoit le gratin des artistes. Parallèlement, il enrichit sa discographie de nouveaux opus, dont Vive la rose en 1966, mais qui ne touchent qu'un public restreint. Il faut attendre 1994 et la sortie de 'Il est temps' pour que Guy Béart renoue avec la popularité. Couronné la même année par le grand prix de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, cet infatigable poète, père de l'actrice Emmanuelle Béart, lègue à la postérité un héritage impressionnant, bien que relativement méconnu. Absent de la scène depuis 1999, Guy Béart prend sa retraite après plus de 60 ans passés sur les planches et donne un dernier concert à l'Olympia le 17 janvier 2015. Il est décédé le mercredi 16 septembre 2015 à l'âge de 85ans à Garches dans les Hauts-de-Seine.

EVENE

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/Tous droits réservés

Crédit photos : / foretsauvage.over-blog.fr/ m.ebay.fr/ dailymotion.com/


Suite de l'article...

Lectures : 1095    Commentaires : 11     Partager



Un chant poignant, LES BATELIERS de la VOLGA avec Leonid Kharitonov

Le 15 septembre 2015 à  06:06
Rubriques : Voix de toujours

Tableau les haleurs de la Volga - Barge Haulers on the Volga - ??????? ?? ????? -- Bourlak sur la Volga
Soliste Leonid Kharitonov - ?????? ?????????

 

Cet air puissant  me trotte souvent dans la tête :  mon âme slave se réveille !

La vidéo est très bien faite, en travelling sur les corps ployés, puis les visages et les pieds fatigués. Gros plan sur certains visages, lente progression du chant qui se déploie ensuite en contrepoint de la "chaîne" entière de ces hommes épuisés. C’est prenant.

Merci au vidéaste.
 
Nous connaissons tous ce chant. Les Bateliers de la Volga est une célèbre chanson traditionnelle russe, répertoriée par Mili Balakirev et publiée en 1866 dans son livre de chansons folkloriques. Elle a inspiré Ilya Repine pour son tableau Les Bateliers de la Volga, dépeignant la souffrance des basses classes de la société dans la Russie impériale. Destiné aux bûcherons à l'origine  il est devenu le porte-parole du peuple sous le joux du servage et de la souffrance.

La chanson a été popularisée par Fédor Chaliapine *et est devenue un titre apprécié du répertoire des basses et des chœurs russes.

Igor Stravinski en a fait une orchestration pour vents et batterie en 1917.

Le compositeur espagnol Manuel de Falla en a écrit un arrangement publié en 1922 sous le titre Canto de los remeros del Volga.

En 1941, une interprétation de Glenn Miller a été numéro un aux États-Unis sur laBillboard Best Sellers chart sous le titre Song of the Volga Boatmen.

En 1968, Ivan Rebroff en a fait l'un de ses succès, connu en Allemagne sous le nom de Lied der Wolgaschlepper.

Elle fait partie du répertoire des Chœurs de l'Armée rouge et du Chœur des Cosaques de l'Oural.

D’après Wikipédia

 

* J’ai mis Fédor Chaliapine sur mon blog  en 2012 ou 2013

 

Illustration : tableau dans le domaine public.

compo perso détenteur de copyright inscrit. Tous droits réservés.



Suite de l'article...

Lectures : 1482    Commentaires : 11     Partager



ICEBERGS, ces « cathédrales sans religion » (H. Michaux 1934)

Le 13 septembre 2015 à  04:03
Rubriques : VOYAGES

Falaises, plissements, arcs de glace... Statuaires, bestiaires et cathédrales gigantesques, ces « cathédrales sans religion… »  selon Henri Michaux, ( 1899 – 1984)  écrivainpoète et peintre d'origine belge d'expression française naturalisé français en 1955

 

« Icebergs, sans garde-fou, sans ceinture, où de vieux cormorans abattus et les

âmes des matelots morts récemment viennent s'accouder aux nuits enchanteresses

de l'hyperboréal.

Icebergs, Icebergs, cathédrales sans religion de l'hiver éternel, enrobés dans la

 

calotte glaciaire de la planète Terre.
Combien hauts, combien purs sont tes bords enfantés par le froid.

 

Icebergs, Icebergs, dos du Nord-Atlantique, augustes Bouddhas gelés sur des

mers in contemplées, Phares scintillantes de la Mort sans issue, le cri éperdu du

silence dure des siècles.

Icebergs, Icebergs, Solitaires sans besoin, des pays bouchés, distants, et libres de vermine.

Parentes des îles, parents des sources, comme je vous vois, comme vous m'êtes familiers. »

 

Tiré de La Nuit remue 1934

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxTous droits réservés

Crédit photos : Pingouins d'Adelie branchant de l'iceberg P/notre-planete.info(3)/ routard.com/spotravel.com/



Suite de l'article...

Lectures : 1963    Commentaires : 9     Partager



TEREZA « Je l'aime, je l'aime" hymne officiel des Gitans

Le 11 septembre 2015 à  05:21
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Quelle voix superbe ! Intense, riche, émouvante. Qui nous bouleverse. 
Je l'avais quelque peu oubliée  et suis heureuse de la re-découvrir.

 

Merci au vidéaste : octobre 59 qui écrit :

« Une perle de la musique traditionnelle gitane, l'hymne officiel des Gitans du monde entier, repris et enregistré par TEREZA fin des années 60. Dans un premier temps, la chanson se fit connaître auprès du grand public en tant que bande originale du film "J'ai même rencontré des tziganes heureux", un grand succès du cinéma ex-yougoslave. L'auteur de l'adaptation française est Pierre BAROUH. Ce 45T a valu à TEREZA plusieurs Disques d'Or en France.
A écouter!!! »

 

 

La biographie de cette artiste est extrêment riche. Je n’en mets qu’un extrait. Si vous êtes intéressés, veuillez consulter Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tereza_Kesovija

 

Tereza Kesovija (ou tout simplement Téréza à Paris) est une chanteuse croate de variétés née le 3 octobre 1938. Une partie de sa carrière se déroula à Paris. Tereza naît à Dubrovnik, une ville située sur la côte adriatique. Tereza a enregistré à peu près 1 000 chansons en onze langues (croatefrançaisitalienanglaisrusseallemand,slovènemacédonienportugaisespagnol et latin). En chantant elle voyage dans le monde, elle fit de nombreuses tournées en ex-URSS, au Mexique, en Égypte, au Japon, aux États-Unis, en Tunisie, etc.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxxx.htmTous droits réservés

Crédit photos : mojzagreb.info/youtube.com/ classiqueanalectes.eklablog.com


Suite de l'article...

Lectures : 1433    Commentaires : 7     Partager



GEORGES CHELON « La flaque d’eau » ou la vie en mille éclats

Le 9 septembre 2015 à  02:58
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Quelque peu oublié, Georges Chelon est un artiste sensible et discret. Ce chanteur, auteur-compositeur-interprète, français, est né à Marseille le 4 janvier 1943. Auteur de Père prodigue, Sampa, Morte saison, il a été Prix de l'Académie Charles-Cros du disque français en 1966 et nommé Chevalier des Arts et Lettres en 1985. Après 40 ans de carrière d'auteur-compositeur-interprète et une trentaine d'albums originaux, il met en musique, entre 2004 et 2008 et en 6 CD, l'intégralité des Fleurs du Mal de Baudelaire

 

Wikipédia

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxx.htm

Tous droits réservés

 

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 1030    Commentaires : 9     Partager



SYLVIE JOLY, pionnière du one-woman-show

Le 6 septembre 2015 à  03:46
Rubriques : ENTRACTE

L'humour ? Une mission, faire du bien aux gens” a-t-elle dit.

BIOGRAPHIE DE SYLVIE JOLY qui vient de nous quitter à 80 ans :

Née le 28 octobre 1934 à Paris, dans une famille nombreuse, elle est la descendante de Jules Carpentier, fille de Lucien Joly, officier de marine qui fut maire d'Arromanches-les-Bains de 1947 à 1963, et Françoise Lacaille, et petite-fille de Louis Joly, directeur des plus anciennes usines d'une société d'optique en activité continue dans le monde, Benoist-Berthiot (voir Essilor et Censerey)

Avocate, elle exerce cinq ans malgré une jeunesse turbulente : « Les pauvres bonnes sœurs, je leur en ai fait voir! ». Elle est éjectée de sept institutions religieuses. Elle quitte le barreau pour les planches, plus précisément le cours Simon. Humoriste populaire, Sylvie Joly est une femme aux multiples facettes, capable d’incarner des personnages allant de la top-modèle à la centenaire fortunée.

Jamais lasse d'apprendre, elle franchit les portes du Petit Conservatoire de Mireille mais également de la classe de music-hall de l'Olympia. Le travail ne l'effraie pas, elle cumule les spectacles : 'Ne riez jamais d'une femme qui tombe', 'Heula', 'Show bourgeois', 'La si jolie vie de Sylvie Joly' qui lui vaut d'ailleurs une nomination aux Molières. L’humoriste dirige le premier spectacle de Pierre Palmade : 'Ma mère aime beaucoup ce que je fais'. Elle a quelques prix à son actif dont celui de l'académie Charles-Cros et celui de l'humour noir.

 

Déjà malade, elle  réussit à jouer les dernières représentations de son spectacle La Cerise sur le gâteau et le filmL'Auberge rouge de Gérard Krawczyk en 2007. Mais, depuis, elle n'avait plus été capable de remonter sur scène. 

"Sylvie souffrait d'une maladie de Parkinson sévère, qui n'est pas forcément mortelle. Elle s'est éteinte d'un arrêt cardiaque en fin de nuit, à notre domicile à Paris", a déclaré Pierre Vitry, son mari.

A noter : Le travail d’écriture et de mise en scène de ses sketches était réalisé par des proches, dont sa sœur Fanny et, au début, son frère Thierry

Extraits de EVENE, Wikipédia

© http://www.tetu.com/©http://www.lexpress.fr/culture/cinema/

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxxxxTous droits réservés

Crédit photos : clubic.com/ dailymotion.com/ youtube.com/

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 1065    Commentaires : 10     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES