Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 7
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 9

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


ÉNIGME : des hiéroglyphes Égyptiens en Australie ?

Le 24 juillet 2014 à  06:13
Rubriques : ENTRACTE

Anomalies archéologiques en Australie : 300 gravures représentant des glyphes égyptiens sculptés dans la roche, furent découvert dans les années 1970 sur le site de Gosford,* à Kariong, dans la Nouvelle-Galles du sud en Australie à 70 km au nord de Sydney.
Ils pourraient avoir plus de 5000 ans et recoupent la tradition orale des Premiers habitants de l'Australie, les Aborigènes, affirmant que leur civilisation a fait le tour du globe. Une migration aurait pu avoir lieu il y environ 11 000 ans vers l'Egypte, le Japon, l'Afrique, l'Inde et l'Amérique, apportant sa contribution sociale, religieuse, mystique et technologique à ces contrées reculées. Pour la science, ces glyphes sont des faux. Pourtant des analyses génétiques réalisées par le Projet d'inspection anthropologique de l'Inde ont prouvé que des mutations génétiques étaient partagées entre les Indiens des temps modernes et les Aborigènes. Ils ont identifié 7 peuples, des tribus de Dravidiens du Centre de l'Inde aux Austro-Asiatiques partageant des traits génétiques ne se trouvant que chez le Peuple Premier d'Australie. Des études scientifiques ont montré une similitude certaine avec les Aborigènes sur des crânes découverts en Amérique du Sud sur la terre de Feu. Près de Kimberley (Australie), une peinture représentant un bateau est la plus ancienne trouvée au monde. L'histoire est-elle à ré-écrire ? A vous de juger... !

Source : youtube

*Gosford (3 021 habitants) est une ville de Nouvelle-Galles du Sud, située à 75 km au nord de Sydney, sur l'estuaire de la Hawkesbury River et sur la Brisbane Water.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés.

Crédit photos : carte : tide-forecast.com/ koyeba.blogspot.com/ 2012nouvelmorguemondial.over-/

 



Suite de l'article...

Lectures : 872    Commentaires : 14     Partager



RENÉ-LOUIS LAFFORGUE et Julie la Rousse « p’tite gueule d’amour »

Le 23 juillet 2014 à  04:46
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Qui connaît encore ce chanteur ?

René-Louis Lafforgue (né le 13 mars 1928 à Saint-Sébastien en Espagne et décédé le 3 juin 1967 à Albi) est un auteur, compositeur et chanteur français d'origine espagnole.

Ce personnage haut en couleurs restera dans l'histoire de la chanson et du cinéma. La passionnée du 7ème art que je suis  garde le souvenir de sa gouaille et de son charisme.

Bien entendu il était mal vu, dans notre province corsetée et traditionnelle, de chanter « Julie La Rousse ». Vous pensez, un anar ! Parents clergé le jugeaient un brin sulfureux mais on passait outre avec une belle impertinence !

 

 

Avec ses parents anarchistes du Pays Basque Sud René-Louis Lafforgue subit la guerre d'Espagne, puis l'exil en France, où son frère trouve la mort en participant à la résistance. Lui-même s’est engagé à 16 ans.
Après avoir exercé plusieurs métiers (boucher, apprenti menuisier, etc) il devient comédien puis chanteur compositeur. Les années cinquante voient son talent reconnu, après les premières parties des spectacles de Georges Brassens, il passe à l'Olympia. Ses chansons comme: "Julie la Rousse" (1956) lui assurent la popularité.

 

Filmographie :« Sous le ciel de Paris » (acteur) de Julien Duvivier (1950), « Julie la Rousse « (acteur/compositeur)  de Claude Boissol (1958), «  Les Amants de Teruel » (acteur/compositeur/dialoguiste)  de Raymond Rouleau(1961) jusqu’à « La Communale » de Jean L’Hôte (1965). Il a joué dans L'Éventail de Séville, série TV sortie en 1968[1].

Avec sa compagne Claudie, il ouvre un cabaret rue Mouffetard "L'Ecole Buissonnière", lieu de rendez-vous des libertaires et pacifistes pour qui il anima de nombreuses fêtes. Il est mort dans le sud de la France lors d'un accident de voiture.

Sources : sites Internet divers

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

Crédit photos : notrecinema.com/ cdandlp.com/ moicani.fr/encyclopedisque.fr/

 



Suite de l'article...

Lectures : 422    Commentaires : 10     Partager





Six minutes d’évasion avec LE PETIT TRAIN RÉBUS de Maurice BRUNOT

Le 22 juillet 2014 à  04:17
Rubriques : ENTRACTE

 

1960. L’époque de la RTF. Le petit train est léger et musical : "Endlessly" signé Clyde Otiset et Brook Benton et interprété par Marc Taynor et son orchestre. Il parcourt la campagne verdoyante comme un grand, mais à son rythme ! Il nous permet de patienter quand les problèmes techniques de diffusion et les "trous" entre les émissions sont légion. Afin d'animer un peu tous ces temps morts, la chaîne confie à Maurice Brunot la création d'un interlude, "Le Petit train rébus". Il anime le petit écran  jusqu’en 1963, date à laquelle il est remplacé par "Le Petit train de la mémoire" où il s'agit de reconstituer un dessin à partir des morceaux distillés sur les wagons. Arrivé en gare La Solution le rébus est résolu ! 
A partir de 1974, il n'y aura plus de petits trains. »

 

Emprunts à  : www.coucoucircus.org/emissions/39-Petit-train-rébus

 

 

Ce train lilliputien « qui a pourtant l’allure de ses ancêtres du Far-West, et qui emmène plusieurs fois par semaine, dix millions de téléspectateurs, est né de la fantaisie de Maurice Brunot, sculpteur, statuaire, décorateur… et cinéaste.  Son enfant mécanique a pris une telle place au tableau d’honneur des réussites qu’il en est devenu l’esclave. Il ne travaille plus que pour lui et court la campagne à la recherche de nouveaux décors de perspectives qui lui permettent de filmer son sujet de manière  à donner l’illusion d’un convoi grandeur nature. Il a appris les mille et une recettes du truquage et, amoureux de la perfection, travaille au millimètre près.
Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/Tous droits réservés

 

crédit photos : pour15minutesdamour.blogspot.com/ coucoucircus.org/mon-maitre-scapin.com/bachybouzouk.free.fr/ francoisfrappe.blogspot.com/ ageheureux.centerblog.net

 



Suite de l'article...

Lectures : 776    Commentaires : 12     Partager



QUAND NAISSENT LES ÉTOILES…

Le 21 juillet 2014 à  07:52
Rubriques : Mots-miroirs

Lumineuses, mystérieuses, vertigineuses, elles ont fasciné les hommes de tout temps.

Combien de fois les avons-nous observées et contemplées à l’infini par les beaux ciels d’été ? Leurs noms nous font rêver : Etoile du Sud, Etoile du Berger…Grande Ourse, Petite Ourse…

 

Un peu comme les humains, les étoiles naissent, maturent, travaillent et meurent un jour. Ce sont dans d'immenses régions poussiéreuses du cosmos que se condensent les matériaux qui vont donner naissance à une Etoile. Mais comment tout cela fonctionne-t-il?

 

« En Finlande on les dit faites de fragments de la coquille de l’œuf cosmique. Etoile est aussi le nom d’une divinité gauloise dont l’existence est bien attestée par l’épigraphie d’époque romaine, Sirona. Suivant les Yacoutes*, les étoiles sont les fenêtres du monde. Dans les mythes aztèques, les étoiles sont appelées mimixcoati (serpents-nuages) parce que Mixcoatl, Dieu de l’éEtoile Polaire, s’est multiplié en elles.  Sans la glyptique Maya, elles sont souvent représentées comme des yeux.

L’Etoile du matin revêt une signification particulièr. De couleur rouge, annonciatrice de la renaissance perpétuelle du jour(principe de l’éternel retour) elle est le symbole même du principe de la vie. Elle est honorée en ce sens par les Indiens de la prairies, etc.

(Dictionnaire des Symboles)

 (youtube)

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/Tous droits réservés

photos : sciencesetavenir.fr et div. libres de droits



Suite de l'article...

Lectures : 350    Commentaires : 10     Partager



FRANCIS GOYA, guitare et romantisme : »Veronica, mon Amour »

Le 19 juillet 2014 à  06:04
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

... pour rêver un peu...

 

Francis Goya, de son vrai nom Francis Weyer, naît à Liège en 1946. Première guitare à l'âge de 12 ans.  Quatre ans plus tard, il crée son premier groupe, les Jivaros. En 1966, Lou Deprijck, futur membre de Two Man Sound, rejoint la formation, rebaptisée à l'occasion en Liberty Six.
Dès 1970, le jeune Francis rejoint, lui,  un groupe professionnel de soul musique, le JJ Band. Ensemble, ils sortent 2 albums. Le second, produit par Brian Bennet, batteur des The Shadows, lance véritablement le band, qui part en tournée sur les routes européennes et africaines.
A la même époque, Francis devient guitariste de studio et collabore avec les plus grands, tels que Demis Roussos, Three Degrees ou encore Vicky Leandros.

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/Tous droits réservés

 



Suite de l'article...

Lectures : 508    Commentaires : 10     Partager



Suivons EDDY MITCHELL « Sur la (mythique) Route 66 »

Le 18 juillet 2014 à  03:36
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

La voix chaude et rocailleuse d’Eddy Mitchell, né Claude Moine en 1942,  grande vedette du rock'n'roll et du blues, créateur du groupe Les Chaussettes Noires en 1959,  dit la  nostalgie de cette légendaire Route 66 (officiellement US Route 66) :  une route américaine qui joignait Chicago (Illinois) à Santa Monica (Californie), entre les années 1926 et 1985 aux États-Unis. Pendant  la Grande Dépression des années 1930, elle fut parcourue par les fermiers à la recherche d'un emploi qui migraient  vers la Californie. Sa longueur a beaucoup varié au gré des années et des remaniements de son tracé, notamment à partir de 1937, où la Route 66 a cessé de desservir la ville de Santa Fe, au Nouveau-Mexique. (…)La Route 66 traverse trois fuseaux horaires et 8 États. Les Américains la surnomment The Mother Road ou Main Street USA. Un exemple de la célébrité de cette route est qu'elle a une place très importante dans le film de John Lasseter, Cars. De plus, elle est un des lieux principaux de l'action du grand roman de John Steinbeck, Les raisins de la colère.

Eddy Mitchell nous laisse à entendre ces regrets d’une Route officiellement déclassée le 27 juin 1985. Mais sa légende demeure et c’est sans doute la route la plus connue des Etats-Unis que sa voix nous restitue avec une  sensibilité à fleur d’âme et de peau.

Sources : Wikipédia

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

crédit photos : qobuz.com/ centerblog.net/ theamericadream.forumdefan.com/ henri-isaia.fr/ airvacances.ch/



Suite de l'article...

Lectures : 494    Commentaires : 12     Partager



Quels secrets dissimulent les VIEUX MURS

Le 16 juillet 2014 à  04:13
Rubriques : Mots-miroirs

Vieux murs parcheminés, boursouflés, morcelés, décolorés par le soleil et les pluies, ravinés par les vents, ennoblis par le lierre ou la glycine… Recouverts d’illisibles graffitis. Ici et là une date gravée dans la pierre au fronton d’une porte nous révèle un peu de votre histoire.

Vieux murs abandonnés et endormis dans les banlieues des villes, enfouis dans les chemins de campagne ou les sentiers aujourd’hui herbus.

Mémoire de certains vieux murs de mon enfance colonisés par les giroflées sauvages qui poussent dans les fissures contre lequel nous nous adossons. Leurs pétales jaunes, leur odeur entêtante et poivrée me surprennent encore par intermittence.

Vieux murs, je vous découvre, j’écoute votre langage, je devine vos secrets dans vos lézardes, vos alvéoles, vos encoches, mais …

 

© Thea

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

Crédit photos personnelles



Suite de l'article...

Lectures : 391    Commentaires : 4     Partager



CLOS LUCÉ, la dernière demeure de L ÉONARD de VINCI

Le 14 juillet 2014 à  04:49
Rubriques : VOYAGES

Clos Lucé à Amboise. Un château que j’ai visité avec émotion il y a quelques années. Un parc où j’ai rencontré le sourire énigmatique de Mona Lisa entre les frondaisons. Elle est là, translucide. Elle nous regarde et nous attend. Elle habite le paysage.
Quand je vous aurai dit que les ciels, ici, au-dessus de la Loire, ressemblent aux ciels de Toscane , vous comprendrez mieux, comme moi, combien Léonard de Vinci dut les apprécier.


Clos Lucé.

Le génie, le gardien et l'âme du lieu c’est lui, Léonard de Vinci (1452-1519) .

Découvreur (un terme que je préfère à Inventeur) ingénieur et architecte. C’est pendant l’hiver 1516-1517 qu’il franchit les Alpes à dos de mulet pour se rendre à Amboise. Accompagné de Francesco Melzi son élève, Salaï son disciple et Mathurine sa servante, il emporte avec lui trois de ses plus belles œuvres : La Joconde, la Sainte-Anne et le Saint Jean-Baptiste, alors inachevé. Pour la première fois, malgré son grand âge, Léonard est enfin propriétaire. Toute sa vie, il l’aura passée à voyager, principalement entre Florence, Rome et Milan, dispensant ses talents d’ingénieur au service des seigneurs et souverains italiens. En France, il est enfin « libre de penser, rêver et travailler » et de s’arrêter. En retour à cette charmante hospitalité et à la rente de 700 écus que lui a octroyée.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/

Tous droits réservés

Crédit photos : jardinez.com/2Nadègevillain — Travail personnel/elisaorigami.blogspot.com/larepublique77.fr/archives-lepost.huffingtonpost.fr/ martiniste.org



Suite de l'article...

Lectures : 507    Commentaires : 5     Partager



Par LE CHŒUR de L’OURAL : Le sorbier de l'Oural

Le 12 juillet 2014 à  05:19
Rubriques : CHANTS du MONDE

Les voix russes sont belles. Amples, généreuses, elles ont la faculté de nous transporter dans les plaines et montagnes, les steppes et les toundras qui les ont vues naître. Ici ce sont celles des ouvrières d'une usine dont le coeur s'interroge.

 

Le Sorbier de Russie, feuilles vertes, dentelées, découpées. Bouquets printaniers de fleurs blanches suivis de gros fruits rougeâtres comestibles et ornithologiques. Spectaculaire coloris automnal rouge foncé. Port pyramidal, très évasé.

 

 

Symboles /mythes/légendes :
Le Sorbier est l'arbre de vie ou "donneur" de vie. Familièrement on l'appelait " le sorcier". Les baies du Sorbier des oiseleurs étaient la nourriture des dieux. C'est un talisman contre la foudre et, par extension, contre les sortilèges.
Il est magique pour les Celtes et les Germains. www.arfe.fr/mythes/mythes_arbres_europe.htm

 

 

 

Le sorbier de l’Oural , un chant qui date de 1950, est interprété ici par le Chœur de l'Oural (film de 1969).
Le Chœur des Cosaques de l'Oural est un groupe de chanteurs russes et ukrainiens ; leur but est de communiquer au monde le bien culturel de l'Église orthodoxe russe, mais également les chants et traditions du peuple russe.

 

 

« Le sorbier de l’Oural est le prototype de la chanson populaire russe/soviétique de cette époque.(1950) Evgueni Rodyguine, Le compositeur de la mélodie est originaire d’Ekaterinbourg, ville qui s’appelait à l’époque, Sverdlovsk. Cette mélodie fut jugée par le directeur du cœur populaire de sverdlovsk où jouait Rodyguine, comme non représentative du folklore russe. Se regard puriste fut démenti par l’enjouement, d’abord en union soviétique, puis à travers le monde, que rencontra cette chanson qui fut traduite en plus de dix langues. Elle est un peu l’hymne de cette région du centre Oural, à la fois faite d’une magnifique nature, et d’un paysage fortement industrialisé. Evgueni Rodyguine a actuellement 80 ans et prend tous les jours sa voiture, y compris en hiver, pour aller se baigner au lac Chaptach. Il est question de lui confier la composition musicale de l’hymne de l’oblast’ de Sverdlovsk. »

© http://www.femme-russe.org/le-sorbier-de-loural

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

crédit photos : 1 Borodino-Concerts — Travail personnel (Eigenes Photo) GNU Free Documentation License./2ugraland de Moscow, Russia Creative Commons paternité 2.0 générique


Suite de l'article...

Lectures : 3389    Commentaires : 14     Partager



Un marteau, un burin pour « l’Ermite de haute folie « à ROTHENEUF (rochers sculptés)

Le 10 juillet 2014 à  04:35
Rubriques : Mots-miroirs

Ainsi se proclamait l’abbé Adolphe Fouré.

A 5 kilomètres de St-Malo, face à la mer, il a sculpté une œuvre gigantesque à ciel ouvert, érodée par les vents et les embruns. Un univers de 500 mètres carrés,  peuplé de personnages d’un autre temps, sorte de gargouilles médiévales  et d’êtres fantasmagoriques de cathédrales, façonnées par les mains d’un seul homme : l’Abbé Adolphe Fouré (né en 1839 à Saint-Thual (Ille-et-Vilaine) et décédé en 1910 à Rothéneuf). A  55 ans, une attaque cérébrale le laisse sourd et muet. Retiré à Rothéneuf, l’Ermite, comme on l’appelait, a sculpté, pendant 15 ans, et à même le granit, plus de 300 personnages.

De cet art brut il ne reste aujourd’hui que des vestiges, le temps et les éléments ayant érodé cette œuvre gigantesque. Le vandalisme aussi, probablement. Roches descellées mangées par les lichens, visages mi-humains mi-animaux quelquefois,  monstres marins, tel est le  monde hallucinant de l’Abbé Fouré.

( avec des emprunts à wikipédia)

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/

Tous droits réservés

Crédit photos : lepoignardsubtil.hautetfort.com/ user:Fanoflesage — Travail personnel  xandreani http://www.flickr.com/photos/jxa/gavroche60.com/://breizhshot.blogspot

 



Suite de l'article...

Lectures : 968    Commentaires : 14     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES