Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 28
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Tendre et déchirant « Le P’tit Bonheur » de FÉLIX LECLERC

Le 1 janvier 2014 à  04:03
Rubriques : Voix de toujours

Après une enfance heureuse au milieu de dix frères et soeurs, Félix Leclerc (1914-1988) part suivre ses études classiques à Ottawa en 1928. Ce premier déchirement et les longs moments de solitude au pensionnat ont contribué à développer l'esprit rêveur et créateur du jeune homme. Entre 1934 et 1950, Leclerc s'éparpille dans différents domaines de création culturelle. Il s'impose surtout à la radio où il met à profit ses talents d'écrivain dans des radioromans et des contes lus à la radio qu'il publiera plus tard : Adagio (1943), Allegro et Andante (1944). Il commence à se produire comme chansonnier à la fin des années 40 mais il n'a encore qu'un public restreint. Ses chansons de la nature n'intéressent pas les citadins qui veulent à tout prix se dissocier de l'image du colon canadien. En 1950, Jacques Normand fait entendre à l 'imprésario français Jacques Canetti un enregistrement de la chanson Le train du Nord. Il est accueilli en roi à son retour au Québec : la chanson québécoise venait de gagner ses premières lettres de noblesse grâce à lui. En 1951, on le considère déjà comme un grand de la chanson et il suscite l'admiration de jeunes lièvres tels que Jacques Brel et Georges Brassens. Il enregistrera encore quelques albums mais dès les années 70, le poids des années commence à se faire sentir et des problèmes de santé le retiennent dans sa retraite paisible à l'île d'Orléans.

 

EVENE

Illustration : compo perso détenteur de copyright

Tous droits réservés

Photos : chartsinfrance.net/ friendship-first.com/ pierdelune.com/ memoirechante.wordpress.com/ rcinet.ca/ carnetjpr.com



Suite de l'article...

Lectures : 1854    Commentaires : 10     Partager



31 DECEMBRE : avec les « GRANDES VOYAGEUSES » !!!

Le 31 décembre 2013 à  03:31
Rubriques : VOYAGES

Elles, les malles, ce sont de « Grandes Voyageuses », n’est-ce pas ?

Malles anglaises  en osier, malles cintrées des années 1930, malles armoires mobiles, (malles Wardrobe), malles commodes, malles à chapeaux, malles cabine, étroites, qui se positionnent sous le lit d'un paquebot, malles en bois, j’aime toutes les malles…

Elles ont une mémoire. Surtout si porteuses d’étiquettes de gares, de ports, d’hôtels  (écoutez attentivement ce que nous apprend le collectionneur à propos  du « code » de placement des étiquettes !) 

Humbles ou luxueuses elles sont toujours un peu secrètes et nous  font rêver.  De trésors et de voyages lointains, bien sûr, des paquebots transatlantiques d’abord jusqu’aux trains de légende en passant par les premiers aéronefs. Passionnantes, insolites comme les malles-lit, malles de cirque… cantines des officiers de marine et coffres des marins. Je me souviens de celle de mon grand-père qui y conservait soigneusement son « quart » de soldat en fer étamé et puis des livres, beaucoup de livres : les premiers Jules Verne, des Almanachs, mais aussi quelques ouvrages dont ma grand-mère disait qu’ils n’étaient pas corrects d’un air réprobateur. Et seul mon grand-père pouvait ouvrir ce « coffre » énigmatique et nous permettre quelquefois d’y jeter un œil. Que d’émotions !

Je possède une vieille malle en bois qu’il faudrait restaurer. En attendant j’y classe des numéros de Sciences et Avenir et autres magazines comme Ulysse etc.

Et j’ai souvenir des valises et mallettes en bois, des valises en carton bouilli aussi qui m’ont suivie longtemps. De gares en gares.

©  Thea

Texte et Illustration (compo perso ) détenteur de copyright inscrit 

Tous droits réservés



Suite de l'article...

Lectures : 850    Commentaires : 12     Partager





Pierre-Joseph REDOUTÉ le « Raphaël des Fleurs »

Le 28 décembre 2013 à  07:17
Rubriques : Peintres

 « Les roses de Redouté ». Qui ne connaît ces roses célèbres ? Pulpeuses, charnues ou finement posées sur leurs tiges dans un écrin de verdure ciselé. J’ignorais tout de l’auteur de ses aquarelles dont j’ai admiré des reproductions le jour de Noël dans un merveilleux salon de thé . Un endroit douillet, coquet, une parenthèse dans un conte de fées ou un livre de botanique fin 18ème. Une pause hors du temps alors que la pluie et le vent gonflaient l’Atlantique. Vert et gris l’Océan, gris le vol des goélands sur la baie de La Baule  (officiellement Baie du Pouliguen) : un ruban de sable fin  qui s’étend du  Pouliguen à Pornichet, sur près de 9 km. Ce 25 décembre les vagues froissaient leurs collerettes blanches sur la plage dénudée où s’ennuyaient quelques palmiers en pots tout déplumés autour des paillotes désertes…

© thea
Tous droits réservés 

 

 

 

Qui est l’artiste qui a peint ces roses qui m’ont fait rêver le jour de Noël ?

Pierre-Joseph Redouté (Saint-Hubert, le 10 juillet 1759Paris, le 19 juin 1840) est un peintre wallon et français célèbre pour ses peintures de fleurs à l'aquarelle, et plus particulièrement de roses. Il est surnommé « le Raphaël des fleurs ».

D'ailleurs une école bruxelloise porte son nom en hommage l'Institut Redouté-Peiffer à Anderlecht.

Il s'installe à Paris en 1782 aux côtés de son frère Antoine-Ferdinand Redouté. Il rencontre Charles Louis L'Héritier de Brutelle et René Desfontaines, qui l'orientent vers l'illustration botanique, discipline alors en plein essor. En 1787, il part étudier les plantes au Jardin botanique de Kew près de Londres.

En 1788, Redouté rentre à Paris où L'Héritier l'introduit à la cour de Versailles. La reine Marie-Antoinette devient sa protectrice. Redouté reçoit le titre de dessinateur et peintre du Cabinet de la Reine.

En 1792, c'est l'Académie des sciences qui l'emploie.

En 1798, Joséphine de Beauharnais devient sa protectrice et en fait, quelques années plus tard, son peintre officiel.

Illustration : compo perso détenteur de copyright

Tous droits réservés

Photo : P.J. Redouté vers 1800 par  Louis Léopold Boilly (1761-1845). Reproduction Palais des Beaux-Arts de Lille. 


Suite de l'article...

Lectures : 854    Commentaires : 11     Partager



« Plus loin que la nuit et le jour », « VOYAGE, VOYAGE » avec GREGORIAN

Le 24 décembre 2013 à  10:30
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Ici le groupe s’inspire du Roi Arthur et de la Table Ronde, déjà évoqués dans un article précédent, je n’y reviendrai donc pas. Je laisse la psalmodie des voix, les jeux de lumière, l’esthétisme des vêtements monastiques et les visages expressifs vous conduire en voyage vers ces contrées lointaines « Plus loin que la nuit et le jour ». Pour qu’un peu de rêve bleuté et de magique forêt  lluminent  cette journée.

 

Gregorian est un groupe de musique allemand dirigé par Frank Peterson, reprenant de nombreux titres du répertoire populaire moderne (entre autre Depeche Mode, ou Led Zeppelin) mais dont les chanteurs s'inspire de l'esthétique du Grégorien. Il s'inscrive dans la pop grégorienne (avec l'ensemble Enigma (musique) notamment) apparu vers 1990.

Une grande mise en scène comprenant robe de bure, chorégraphie (très limitée par l'habit cependant) et jeu de lumière, nimbe leurs productions (video clips, concert, esthétique...). Tout ces éléments ne font que reprendre l'image populaire actuelle du moine : robe de bure très épurée, absence totale de vibrato dans la technique vocale (se rapprochant bien plus du cliché de la psalmodie grégorienne, linéaire, que des pièces bien plus mélismatiques et demandant des chanteurs de très hauts niveaux) ou encore les atmosphères sombres, jaune ou bleutée rappelant les couleurs qui napperait la chapelle d'un monastère

 

llustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés



Suite de l'article...

Lectures : 658    Commentaires : 12     Partager



« D’or et de flamme », L'OISEAU DE FEU, D’IGOR STRAVINSKY

Le 23 décembre 2013 à  03:29
Rubriques : DANSES DU MONDE

 

« Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer C'est l'oiseau inconnu. Il chante avant de s'envoler. »

(René Char)



Orchestre et ballet du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg (juin 2008)
Dir. musical : Valery Gergiev
Chorégraphie et livret (1910) : Michel Fokine
Reconstitution (2008) : Isabelle Fokine et Andris Liepa
Décors et costumes : Alexander Golovin, Léon Bakst et Michel Fokine
Reconstitution : Anatoly Nezhny

 

L’Oiseau de feu (en russe : ???-?????, Jar-ptitsa) est un ballet en deux tableaux d’après un conte national russe. La musique a été composée par Igor Stravinsky en 1909-1910 sur la commande de Serge de Diaghilev. Il a été créé à l’Opéra de Paris le 25 juin 1910 par lesBallets russes sur une chorégraphie de Michel Fokine et sous la direction de Gabriel Pierné.

Il s’agit du premier grand ballet du musicien, qui le rendit aussitôt célèbre. Diaghilev renouvela par la suite régulièrement ses commandes pour Stravinsky jusqu’en 1928. Les premiers ballets à suivre L’Oiseau de feu ont été Petrouchka en 1911 et Le Sacre du printemps en 1913.

Destiné au ballet, L’Oiseau de feu a fait l'objet d'arrangements pour piano et ensemble de chambre et de trois suites pour orchestre datées de 1910, 1919 et 1945.

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photo : Fac-similé du manuscrit. Saint-Pétersbourg, 1909-1910. Études et commentaries par Louis Cyr, Jean-Jacques Eigeldinger, Pierre Wissmer. Geneva: 



Suite de l'article...

Lectures : 864    Commentaires : 10     Partager



CONCHA BUIKA, une voix remarquable dans « La Bohemia »

Le 22 décembre 2013 à  05:57
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

La Bohème est une chanson de Charles Aznavour et Jacques Plante écrite en 1965. Elle raconte l'histoire d'un peintre qui se souvient avec nostalgie de sa jeunesse passée sur les hauteurs de Montmartre. J’aime l’interprétation intense et prenante de cette jeune artiste : Concha Buika.

« Une voix brûlée, rauque, impressionnante, une  voix remarquable, proche de celle de Chavela Vargas, Lola Flores ou Sarah Vaughan qui fait d’elle la nouvelle référence du flamenco, qu’elle ponctue de sonorités soul, jazz et funk ».

 

Maria Concepción Balboa Buika, plus connue sous le nom de Concha Buika, est née le 11 mai 1972 à Palma de Marjorque. Originaire de Guinée-équatoriale que ses parents ont fui sous la dictature. En réponse à cette époque coloniale, un tatouage orne aujourd'hui sa peau : « Ce sont les noms tribaux de mes proches […] en Guinée équatoriale, les prêtres espagnols venus nous baptiser nous ont obligés à prendre des noms chrétiens, mais nous avons conservé les noms traditionnels. Le premier est celui de ma mère, puis le mien, Kitailo, hérité de ma grand-mère. Ensuite ceux de mes sœurs, puis de mes nièces, enfin celui de mon fils. »

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

photos : partition youscribe.com



Suite de l'article...

Lectures : 686    Commentaires : 10     Partager



Tous en piste ! VIVE LE CIRQUE Années 30/31 !!!

Le 21 décembre 2013 à  05:45
Rubriques : ENTRACTE

... et le Cirque de tous les temps... Sa Piste aux Etoiles, ses clowns, acrobates, écuyères, dompteurs, équilibristes, funambules, trapézistes... 


La conception occidentale du cirque s’inspire d’une façon ou d'une autre des jeux antiques romains ainsi que des bateleurs et troubadours du Moyen Âge. La première représentation d’un cirque moderne date du 9 janvier 1768 et a été présentée par Philip Astley à Londres : spectacles équestres égayés par des bateleurs. Le mariage du monde équestre militaire et du monde forain autour du cercle est établi. Cette nouvelle forme de spectacle fut ensuite introduite en France par Astley en 1774, puis reprise par Antonio Franconi et ses descendants. C'est seulement au XIXe siècle lors des vagues de colonisation que furent introduits en France et en Allemagne les premiers animaux sauvages.

Au XIXe siècle, le cirque équestre s'est développé dans les cirques stables construits dans différentes villes de France, à Paris puis en province. La famille Franconi fonda successivement, à Paris, trois théâtres de cirque portant le nom de « Cirque Olympique »

 

En 1856, Théodore Rancy fonda son premier cirque (chapiteau ambulant) à Rouen, puis construisit les suivants en dur : à Genève (1875), Lyon (1882), Le Havre (1887), Boulogne-sur-Mer (1888), Amiens (1889), Rouen (1893), etc

 

Le dernier cirque stable à ouvrir ses portes dans la capitale française fut le Cirque Métropole (1906-1930) connu sous l'enseigne de Cirque de Paris, lequel mit souvent des dompteurs en vedette.

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photos : lusile17.centerblog.net/ etlepetitoastquivavec.com/


Suite de l'article...

Lectures : 1390    Commentaires : 6     Partager



Un VOYAGE, une BALADE dans les « COULEURS D'ARMOR »

Le 20 décembre 2013 à  03:46
Rubriques : VOYAGES

Pour le fun, une vidéo que je trouve très originale car c’est, comme le précisent ses créateurs, « un véritable court-métrage ». Mais je leur laisse la parole :

  « Tout d'abord, cette vidéo est une invitation à découvrir notre site, Couleurs d'Armor (www.couleurs-armor.fr). Elle donne un aperçu de son esprit et de son contenu, reprenant d'ailleurs certains de ses éléments dont la présentation a été réadaptée. Essentiellement composée de séquences en accéléré (time-lapse) sur des échelles de temps variées, son montage a fait l'objet d'un travail long et minutieux : toutes les séquences ont été choisies et recalculées pour un défilement en osmose avec notre musique. Leur succession se veut porteuse de sens et de symbolique. Cela donne au final un véritable court-métrage et une réalisation à part entière de Couleurs d'Armor. N'oubliez pas d'allumer vos enceintes ! Nous espérons que vous apprécierez. »

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

carte : Victor Levasseur (1800–1870)  carte de 1852 Carte Levasseur du département des Côtes-d'Armor, anciennement Côtes du Nord



Suite de l'article...

Lectures : 696    Commentaires : 12     Partager



Du rythme vénézuélien : « MOLIENDO CAFÉ » de HUGO BLANCO

Le 18 décembre 2013 à  05:57
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Les plantations de café, le rude travail des hommes qui y  travaillent à le moudre sans pouvoir se reposer. Léthargie de la nuit remplie des chagrins d'amour, jusqu'au lendemain où tout recommencera..

Hugo Blanco (né le 25 Septembre 1940) est un musicien populaire vénézuélien. Il est surtout connu comme l'auteur de " Moliendo Café "et d'autres chansons comme" El Burrito de Belén "(aussi connu comme" El Burrito Sabanero ")," Leche Condensada "," Luces de Caracas "," Sierra Nevada "," Mananita ZULIANA ", et d'autres. "Moliendo Café", écrit en 1958, Hugo Blanco était seulement âgé 18 ans : il est devenu l'un des compositeurs de chanson vénézuéliens  le plus reconnu  dans le monde entier

Wikipédia traduction

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photos Hugo Blanco : wikipédia/ coveralia.com/

 



Suite de l'article...

Lectures : 1021    Commentaires : 13     Partager



Hisse et ho ! « Dans le même bateau »que les DERNIERS TROUVERES !

Le 17 décembre 2013 à  04:22
Rubriques : CHANTS DE MARINS

Voici un groupe très dynamique que j’apprécie beaucoup. Je les  remets en ligne car ce sont des gens joyeux, remplis d’enthousiasme et dont l’humour sain est digne de celui de leurs ancêtres médiévaux des XII et XIIIème siècles qui allaient  de pays en pays, de villages en villages. Qui se produisaient  sur les parvis des cathédrales, à la cour des rois et  des seigneurs, sur les places publiques et  dans les tavernes.

Oui, embarquons avec eux !

« Les Derniers Trouvères est un groupe de musique médiévale français, fondé en 1992 par Roland Deniaud et Marie Milliflore. S'inspirant de musiques du répertoire traditionnel médiéval français, certains de leur morceaux sont issus de leur propre production. Leurs paroliers attitrés sont Roland Deniaud et Florian Lacour[], et si la plupart des mélodies sont des airs traditionnels, ils reçoivent parfois des composition d'Isline Dhun, ou jouent des production de Roland Deniaud, entre autres... »

source wikipédia

 

Ce clip à été tourné dans l'église de Bégny (Ardennes) et sur la jonque chinoise "la Dame de Canton" (Paris 13e)

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Bateau norvégien : Bayeux Tapestry, Bayeux / Personal picture taken by user Urban, February 2005_-Un exemplaire de la licence est inclus dans la section intitulée GNU Free Documentation License



Suite de l'article...

Lectures : 984    Commentaires : 9     Partager




Page 62 de 224

62

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES