Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


NINA SIMONE, la petite fille « privée de ses rêves… »

Le 19 novembre 2013 à  03:07
Rubriques : Voix de toujours

qui ne put entrer à l’Institut l'Institut Curtis pour  être concertiste à cause de la couleur de sa peau.  Je suis touchée par son interprétation de ce poème d’Aragon, chanté par Brassens également. Elle lui confère une tonalité émouvante. Elle se met à nu, avec ses failles, ses manques, ses errances, ses déchirures. Sa voix ne ment pas.

Ils ont écrit :

Nina Simone « Une chanteuse difficile à classer  aussi à l'aise avec le blues, le gospel que la comédie musicale. (…) une chanteuse "soul" en termes d'émotion (…) une artiste éclectique qui a insufflé des qualités mélancoliques à tout ce qu’elle a chanté. Ces qualités faisaient partie de ses points forts ; paradoxalement, c'est peut-être aussi ce qui l'a empêchée de toucher un public de masse. ~ » Richie Unterberger

©www.deezer.com/fr/artist/744

et :

« De la petite fille privée de ses rêves à la diva icône de la cause noire américaine, la vie de Nina Simone est un roman. Dix ans après sa mort, l’écrivain Gilles Leroy recompose le destin d'une femme blessée par l'Amérique et par les hommes. Il porte un regard tendre et intime sur les errances de l'artiste contrariée et sa quête perpétuelle d’un absolu qui lui échappera toujours… sauf sur scène. » / Nina Simone, le roman (Mercure de France) 2013

©www.tv5.org › InformationTerriennes

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

photos : Nina Simone : eil.com/Brassens : vimeo.com/Aragon : devoir-de-philosophie.com

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 557    Commentaires : 10     Partager



Comme surgi d’une citée engloutie, le monde de JASON DE CAIRES TAYLOR

Le 18 novembre 2013 à  04:31
Rubriques : Sculpteurs

Être sirène et nager dans ce monde du silence peuplé de personnages qui ressemblent aux humains vivant à la surface, habitants de la côte et des rivages. Se laisser coloniser par les  coraux, les algues et les poissons, bercer par les courants, les mouvements de l’eau et ses turbulences.

Etre là, dans cet Océan empreint de mystère et faire partie de ce mystère. Laisser les couleurs jouer et se modifier au gré des heures, des jours, des années. Se dire que dans combien d’années ou de siècles, on s’interrogera sur la présence de cette population de pierre que la faune et la flore auront  transformé.

J’y vois comme une sorte d’Eden sous-marin.

©Thea 

Découvrez les œuvres de Jason de Caires Taylor sur son site Internet : www.underwatersculpture.com

Et l’évolution de son travail  avec explications sur : L'évolution silencieuse selon Jason de Caires Taylor : Toutes les www.20minutes.fr/planete/diaporama...jason...taylor/toutes-les-photos

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photos : underwatersculpture.com



Suite de l'article...

Lectures : 439    Commentaires : 13     Partager





Légendaire ATTRAPEUR de RÊVES…

Le 17 novembre 2013 à  04:27
Rubriques : Mots-miroirs

Dans la culture amérindienne, le capteur de rêves d’origine est un objet artisanal (appelé asubakatchin en ojibway) composé d'un anneau, généralement en saule, et d'un filet lâche. Les décorations qui ornent chaque capteur de rêves sont différentes. Elles peuvent être faites de plumes et de perles. Le capteur de rêves est censé empêcher les mauvais rêves d'envahir le sommeil de son détenteur. Le capteur de rêves conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour. On retrouve désormais le capteur de rêves dans l'artisanat de la plupart des cultures nord-amérindiennes.

Selon ces cultures, le rêve est le véhicule qui permet l'échange entre l'Homme et le Grand Esprit. Le rêve est l'expression des besoins de l'âme. Il est aussi primordial de satisfaire les besoins de l'âme que ceux du corps. Si on écoutait la démarche que les rêves nous proposent, on comprendrait beaucoup mieux les besoins de l'âme.

À l'origine, le capteur de rêve était destiné aux enfants qui faisaient de mauvais rêves. Nous savons que les capteurs de rêves étaient fabriqués et utilisés par plusieurs tribus amérindiennes en Amérique du nord. Comme pour la plupart des objets traditionnels, les capteurs de rêves ont subi des modifications importantes au fil des siècles. Les changements touchent autant les matériaux utilisés que leur forme et leur dimension.

© Chaire religion, culture et société.2012. In Le capteur de rêves. En ligne

http://www.crcs.umontreal.ca/patrimoine/connaissance/amerindiennes/capteurdereves.html

consulté le 16 novembre 2013

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Crédits Photos :  © Jorge Barrios, / © Rafael Ortega Díaz/ œuvres  placées dans le domaine public par leurs auteurs 



Suite de l'article...

Lectures : 594    Commentaires : 10     Partager



JACQUELINE DULAC, voix oubliée « Ceux de Varsovie

Le 16 novembre 2013 à  03:57
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

 

Jacqueline-Rosine-Adrienne Dulac est une chanteuse française née le 27 octobre 1934 à Vichy.

Fille unique, Jacqueline Dulac vit sa jeunesse dans une ambiance provinciale et traditionnelle. Très tôt, sa vocation était de chanter : « C'est Charles Trenet, dit-elle, qui m'a révélé la chanson ». Cependant, pour répondre à l'opposition de ses parents, elle décide de suivre des cours de dessin et de peinture pendant deux ans, puis prend des leçons de chant à Paris où elle doit faire des petits boulots pour survivre. En 1962, à force d'obstination, Jacqueline Dulac décroche des engagements dans des cabarets parisiens comme Le Cheval d'Or, L'Échelle de Jacob, Le Caveau de la Bolée. Elle sort son premier disque super 45 tours chez Barclay en 1963.

 

Pour aider un dompteur rejeté par les cirques, au cours d'un gala en Bretagne, le 27 juin 1969, elle accepte d'entrer seule dans une cage avec quatre lions pour y faire une photo. L'un d'entre eux se jette sur elle, suivi rapidement par les trois autres et c'est le carnage ! Son imprésario intervient en entrant, seule, dans la cage, et lui sauve la vie. À la sortie d'une longue et douloureuse période d'hospitalisation, elle entreprend une grande tournée d'un mois en U.R.S.S., suivie par un voyage au Japon où elle présente son récital.

 

Youtube et wikipédia

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photo J.Dulac priceminister.com/



Suite de l'article...

Lectures : 1865    Commentaires : 17     Partager



KITARO le magicien et le Great Voyage

Le 15 novembre 2013 à  04:04
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Grand Voyage sidéral. Musique de l’Univers. Plonger et se perdre hors du temps dans l'oeil immense de l’Infini… avec un magicien.

 

Kitaro est un musicien de musique New Age né le 4 février 1953 à Toyohashi au Japon. Sa renommée en Occident vient de son album intitulé « Live in Asia » réalisé en 1984.

Son vrai nom est Masanori Takahashi. Son pseudonyme lui a été donné plus tard par quelques amis, pour qui sa chevelure évoquait celle du personnage principal du manga d'épouvante de Shigeru Mizuki Kitaro le repoussant, qui était diffusé alors sous forme d’anime au Japon.

C'est le fils de fermiers de religion shintoïste, qui influe sur ses compositions : la nature et l'eau en particulier sont très présentes dans ses œuvres. Il quitte le domicile parental lorsqu'il leur annonce son envie de vivre de sa musique.

En 1972, il voyage en Europe et rencontre le musicien et compositeur allemand Klaus Schulze qui lui ouvre des horizons insoupçonnés en l'initiant à l'utilisation des synthétiseurs

En 1977, après avoir fait partie de différents groupes en tant que guitariste, comme the Far East Family Band, de 1971 à 1977, il commence sa carrière soliste et devient le compositeur préféré des adeptes du mouvement new age naissant. En 1980, il est engagé par la chaîne de télévision publique japonaise NHK pour composer la musique d'une série de documentaires, sur cinq ans, ayant pour titre "Silk road". Cette composition lui amène une certaine popularité au Japon et au niveau international et fixe un style reconnaissable.

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photo Kitaro : globalticket.wordpress.com/



Suite de l'article...

Lectures : 526    Commentaires : 11     Partager



ESTAS TONNE, étonnant « Petit Prince troubadour charismatique des temps modernes ».

Le 14 novembre 2013 à  03:38
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Ce guitariste est une flamme slave et tzigane qui s’élance, crépite, s’enroule, se déroule et rejaillit plus haut, plus loin, sous ses doigts vifs ou enjôleurs. Une plume à sa guitare et sa guitare « comme une princesse gitane dont il caresse avec grand respect les meurtrissures » écrit d’Estas Tonne Sylvie Da Silva. 

Né et élevé dans l'ex-Union soviétique, cet artiste a étudié la musique classique à l'école de musique locale. Pendant plus de  dix ans il a mis sa guitare de côté. Sa passion et son amour pour la musique ont finalement été réactivées par le jazz-guitariste Django Reinhardt. L'inspiration ravive alors le  feu qu’il porte en lui.

 

"Estas apparaît, telle une peinture de Titouan Lamazou, poursuit Sylvie Da Silva  dans - Novembre 2009 - http://automnalesballain.free.fr/ - www.estastonne.com, Fragile comme une esquisse, les cheveux longs et ondulés, le port altier, l’allure slave et le regard d’un enfant dont on peut déjà lire toute la sagesse, Estas est lumineux. A croire qu’il capte l’énergie qui l’entoure. Serait-il un troubadour des temps modernes  perdu dans l’espace temps ? Lorsque ses doigts effleurent les cordes de sa guitare, il se produit comme une alchimie… Les notes roulent et nous enroulent, doucement, à la manière d’un Orient Express dans lequel nous serions montés sans nous en apercevoir.   Le paysage défile et nous voila, le nez collé à la vitre, hypnotisés par la beauté des paysages que nous traversons dans un voyage immobile.

(...) 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

photos : iveinternet.ru/cxnegra.wordpress.com/ marbach-culture.fr.gd/ novak.it



Suite de l'article...

Lectures : 9255    Commentaires : 12     Partager



Décapant, COLUCHE et la Pub’

Le 13 novembre 2013 à  02:52
Rubriques : ENTRACTE

Approchez, Mesdames ! Coluche les appelle, elles sont  là, elles sont toutes là ! Qui ça ? Mais les lessives, les chères lessives des  Pubs’, voyons ! Mesdames, soyez à la page un peu ! En bonnes ménagère et femmes au foyer, enfin quoi !

Regardez, il y a OMO qui lave plus blanc que blanc !

Il y a PERSIL ... an ... ti ... re ... dé ... po ... si ........ tion ... !!! C’est for-mi-daaaa-ble !

Il y a GAMA qui nettoie les taches de marqueur, de hamburger. L’Unique, la seule marque de PROPRETE !

Il y a BONUX  dont le premier cadeau c’est la BLANCHEUR ! Une lessive anti-calcaire, en plus !

Mais au-dessus de tout  il y a CALGON qui fait FUIR  LE CALCAIRE ! Celui qui encrasse votre machine à chaque lavage. C’est le technicien qui l’apprend à Mme Tout-le-monde  car, bien sûr, elle n’y connaît rien la pôvre,  et l’écoute, bouche-bée, avec son tablier, sa serpillière  et les pieds dans l’eau qui déborde…

Et  puis il y a encore ALA, le détachant glouton multi-enzymes qui dévore absolument TOUTES les taches : chocolat, vin, sang, sauce, fruit, que sais-je encore !! Essayez, vous verrez.

Au final Coluche fait venir à la rescousse la Mère Denis et son mythique «  Ch'est ben vrai cha ! »

« Sixième enfant d’une famille de paysans humbles du Morbihan à qui un ami et voisin, Pierre Baton, publicitaire parisien,  ouvre en 1972 les portes du succès et de la célébrité. A 79 ans elle devient la vedette des appareils ménagers Vedette, avec le succès que l’on sait. » nous apprend le professeur Wikipédia.

© thea 11/2013

 

PS : Au moment de choisir des images pour l’illustration, en tapant Lessive, je suis tombée sur des gifs qui, pour la plupart, mettent en scène des femmes et leurs filles, preuve s’il en est que les clichés publicitaires n’ont pas tellement évolués !

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

 

 

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 613    Commentaires : 15     Partager



IL ETAIT UNE FORÊT de LUC JAQUET : invitation au voyage...

Le 12 novembre 2013 à  03:39
Rubriques : ENTRACTE

 

Découvrez la première bande-annonce du film Il Etait une Forêt, le 13 novembre au cinéma !

Retrouvez tout l'univers du film sur : http://www.kpsule.me/iletaituneforet

 

 

 

Je cite :

 « Avec son nouveau film Luc Jacquet nous emmène dans un extraordinaire voyage au plus profond de la forêt tropicale... au cœur de la vie elle-même. 

Pour la première fois, une forêt tropicale va naître sous nos yeux. De la première pousse à l'épanouissement des arbres géants, de la canopée en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s'écouler sous nos yeux. 

Depuis des années, le cinéaste Luc Jacquet filme la nature, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. 
Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimonial sur les ultimes grandes forêts primaires des tropiques, sanctuaires de la biodiversité planétaire. 

Il Etait une Forêt offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage resté dans son état originel, en parfait équilibre, où chaque organisme - du plus petit au plus grand - joue un rôle essentiel. »

 

D’après youtube

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Photos :fr.dreamstime.com


Suite de l'article...

Lectures : 585    Commentaires : 11     Partager



LES INFIRMIÈRES au Front en 14/18.

Le 11 novembre 2013 à  03:54
Rubriques : ENTRACTE

Cette vidéo évoque les  infirmières militaires canadiennes qui ont joué un rôle capital au cours de la Grande Guerre. Deux mille cinq cent quatre ont servi en Europe entre 1914 et 1918. Ce film nous permet de suivre le parcours d'une d'entre elles.

(youtube)

 

Personnellement je n’ai pas trouvé de documents précisant le nombre d’infirmières de tous pays qui étaient au front.

 

§§§§§

 
Les combattants :
 

Il y eut non seulement des soldats canadiens, britanniques, belges etc qui combattirent aux côtés des soldats français mais également "des troupes néo-zélandaises et aussi des Kanaks qui sont venus sur le chemin des Dames, par exemple. En outre, il faut rappeler qu’il y a eu aussi énormément de main-d’œuvre, des ouvriers chinois ou indochinois notamment.

Pourtant, durant les quatre années de ce sanglant conflit qui fit près de 1,7 million de morts côté français, la puissance coloniale qu’est alors la France aura appelé quelque 500 000 hommes du continent africain à se battre aux côtés des 8 millions de soldats mobilisés en métropole. Parmi ces combattants composant les rangs de ce qu’on appelle alors l’Armée coloniale se trouvent 175 000 Algériens, 40 000 Marocains, 80 000 Tunisiens et 180 000 Subsahariens, plus communément appelés "tirailleurs sénégalais » .

© Nicolas Offenstadt: "...

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

 

photos : www3.onf.ca/ souvenir-francais-92.org/ pages14-18.mesdiscussions.net/ lepoignardsubtil.hautetfort.com/ larousse.fr/ fr.wikipedia.org



Suite de l'article...

Lectures : 1414    Commentaires : 12     Partager



JEAN FERRAT « Paris Gavroche » : une chanson peu connue ?

Le 10 novembre 2013 à  04:29
Rubriques : Voix de toujours

Une chanson dont je ne me souvenais pas, un Ferrat de 1961 avec l’accent faubourien de Mouloudji. Un Ferrat gouailleur et un rien cabotin, malin et peu farouche, véritable Gavroche, le gamin des banlieues et des pavés parisiens.

 

« Sur ses galoches
Le bec au vent, l'oeil effronté
Le pantalon effiloché »

 

avec son « festin dans sa musette » et ses cabrioles sous les tambours.

Un vrai p’tit gars de Paname qui ne sera jamais le larbin des

 

« Bourgeois goguenards,
Bourgeois louis-philippards »

 

 

C’est en quelque sorte un jeune frère de Ferrat ou un autre lui-même.

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Tous droits réservés

Dessin gavroche et couv les Misérables  : Émile Bayard (1837–1891)/ Jules Chéret (1836–1932)/ oliaklodvenitiens.wordpress.com/lexilogos.com

 



Suite de l'article...

Lectures : 1480    Commentaires : 11     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES