Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 42
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 9

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Quelques FILMS ROMANTIQUES…

Le 24 juillet 2013 à  03:07
Rubriques : ENTRACTE

Un peu de romantisme et de légèreté.

Un joli retour en arrière sur les  années adolescentes

Ou les années jeunesse

Un  coin de rêve brodé sur le cœur

La dernière séance 

Au fond des salles obscures du ciné…

 

Une mise en ligne de sujet sans prétention en ce jour d’été

Où les idées - et les mots !- se dissolvent en bulles de chaleur

 

© thea

 

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Photos :

Pour qui sonne le glas : Gary Cooper et Ingrid Bergman Wikipédia

Autant  en emporte le vent :  Clark Gable et Vivien Leigh / mediafilm.ca 

Le Titanic : Leonardo DiCaprio et Kate Winsle/ uneportesurdeuxcontinents.com Titanic



Suite de l'article...

Lectures : 1748    Commentaires : 8     Partager



« Bouffons de société » de JEAN-MARIE VIVIER, un artisan de la chanson « dégagé de tout »

Le 23 juillet 2013 à  03:36
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

J’ai découvert il y a déjà un moment cette chanson  « Bouffons de société » dont le thème, les saltimbanques, et l’interprétation me plaisent beaucoup. Je la remets en ligne. Avec enthousiasme.

Une voix de grand large. Puissante et ample. Une voix dont les accents et les paroles vous prennent  aux tripes et ne vous lâchent pas. J’ai déjà  mis plusieurs fois cet auteur compositeur interprète né en 1942, ce grand « gamin » de Coutances  qui, après des études classiques, est entré dans l’enseignement. Parallèlement il fait des tournées avec des amis et à partir de 1966, il décide de continuer seul.

 

En 1969, il fait la connaissance de Jehan JONAS qui lui écrira de nombreuses chansons pendant une douzaine d'années. Lors d'un spectacle à Nantes, le 24 Avril 1970, il rencontre Félix LECLERC et sur les conseils de celui-ci abandonne l'enseignement ; ensuite il fait une tournée de trois semaines en Suisse avec Félix. La même année, il est choisi pour interpréter le rôle de UBU ROI au Centre Dramatique de Lausanne. En 1978, première tournée au Québec et parution d'un disque chez Polydor-Canada. En 1987, il rencontre Yannick MATHIAS. Ensemble ils écrivent les textes et les musiques de nombreuses chansons. A partir de 1988, il entre dans les manuels scolaires allemands avec ses chansons "Monsieur Petit" et "Vieillir"; d'autres suivront. En 1990, Jean-Marie VIVIER monte un spectacle en hommage à Félix LECLERC, spectacle qu'il présentera une dizaine de fois dans plusieurs pays. 

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

photos: grimaces et misères des saltimbanques F. Pelez 1888

Les saltimbanques de Gustave Doré : 1874

Polichinelle : de Maurice Sand : 1860



Suite de l'article...

Lectures : 2062    Commentaires : 13     Partager





SERGE JORJET, musicien magicien, nous emmène AU PAYS DES RÊVES…

Le 22 juillet 2013 à  02:07
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Dans ce Pays

J’ai rencontré une licorne blanche

Des notes en cascades et tourbillons

Une lune en médaillon

Au cou de l’horizon

 

Est-ce un oiseau ou un ange ?

Une aile invisible frôle nos fronts

 

© thea

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

 

Nous avons fait sa connaissance hier, et je pousse aujoud'hui la porte  de son univers.



Suite de l'article...

Lectures : 1802    Commentaires : 6     Partager



Qui est SERGE JORJET ?

Le 21 juillet 2013 à  02:34
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Avec sa moustache à la Jean Ferrat, cet  auteur compositeur  autodidacte, comme il se définit lui-même, ne vit pas de sa Musique, il en fait «  pour se faire plaisir et nous faire plaisir ». Ici il  nous introduit dans son home studio où il nous offre un véritable concert après nous avoir expliqué avec simplicité jusqu’où l’emmène sa passion pour la musique, sans bling-bling, sans paillettes, avec du matériel de récup’ souvent hors d’usage ! Son univers est multiple, on voyage de l’Afrique à l’Amérique du Nord en passant par le Pays des Rêves, celui de la Flûte de la Liberté, Mon île à moi, Aurore et Envies d’ailleurs…  Son âme est mélodieuse, sensible et tendre. C’est magique ! C’est de la belle ouvrage ! Ca mérite nos encouragements et c’est impressionnant. Bravo l’artiste ! Et mille fois merci pour tous ces partages musicaux. Passionnément.

 

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 2741    Commentaires : 12     Partager



Un voyage des sens avec le THÉ À LA MENTHE

Le 20 juillet 2013 à  04:34
Rubriques : VOYAGES

 «  Il faut trois conditions pour faire le  thé : le temps, les braises et les amis. »

 

(Proverbe Touareg)

 

La cérémonie du thé au Sahara est un espace de retrouvailles qui allie un ensemble de plaisirs : la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût, mais aussi et surtout l’esprit. C’est  une  tradition, un art, une philosophie, étroitement liés aux coutumes d’hospitalité dans la halte du voyageur qu’est l’oasis.

A la différence de la cuisine, faite par les  femmes, le thé est traditionnellement une affaire d’homme : préparé par le chef de famille, il est servi à l’invité et ne se refuse pas. Le cérémonial du thé est fondamentalement  basé sur la recherche de l’équilibre dans un milieu hostile, la consultation, la contemplation et la bienséance envers les voyageurs. Etancher la soif d’une caravane sillonnant le désert avec cette boisson est le summum de la bienveillance.

Bien plus qu’une boisson, le thé à la menthe ravit tous les sens. Papilles et narines s’enivrent de son parfum, tandis que la musique du liquide moussant, versé de haut, charme l’ouïe ; la beauté du geste et la couleur chatoyante du sirop ambré complètent ce voyage des sens pour le plaisir des yeux.

En plus d’être délicieux et rafraîchissant, le thé à la menthe a bien des vertus : digestives, tonifiantes, car il réunit les propriétés digestives et tonifiantes de la menthe et celles du thé vert riche en antioxydant. A consommer sans hésitations !

(sources diverses dont Wikipédia)

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Photo femme servant le thé :  : voyage meharee sahara maroc - Uniktour - Maroc voyages

uniktour.com

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 1859    Commentaires : 16     Partager



Richesse des MARIONNETTES SICILIENNES

Le 19 juillet 2013 à  03:35
Rubriques : ENTRACTE

Chatoyantes, typiques,  les  marionnettes siciliennes exercent une grande fascination sur le public, populaire d’abord, international ensuite. Sorte de grande fresque s'apparentant à la Bande dessinée et au vitrail, elles passionnent encore les foules. Mais comment est né le théâtre de marionnettes sicilien Opera dei Pupi ?

C’est une forme théâtrale dont les protagonistes sont les chevaliers du Moyen Âge représentés par des marionnettes particulières, appelées Pupi. Les dialogues des marionnettistes s'inspiraient principalement de la poésie italienne de la Renaissance, de textes hagiographiques ou de l'histoire de brigands célèbres.

Originellement proclamé en 2001, l'Opera dei Puppi est inscrit en 2008 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO.

Il est typique de la tradition sicilienne des cuntastorie (en italien: cantastorie), et fut un genre de spectacle qui eut un succès considérable dans la Sicile du xixe siècle. Pour beaucoup, il faut chercher son origine dans Don Quichotte.

Richement décorées et finement ciselées avec une structure en bois, les marionnettes avaient des véritables cuirasses et les techniques de manipulations variaient selon l’appartenance à l'école de Palerme ou de Catane.

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

Photo marionnettes : 03.06.2006 Travail personnel  /auteur : Clemensfranz /

licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

Photo personnage Rinaldo : Immagine creata da Rinina25 & Twice25 / Luogo: Tiglieto (Genova) /Données: 17/1/06)

Ce fichier est sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic licence.

 



Suite de l'article...

Lectures : 2150    Commentaires : 15     Partager



La révolte de « L’Indien » (1973) par GILBERT BECAUD (parolier Maurice VIDALIN)

Le 18 juillet 2013 à  04:37
Rubriques : Voix de toujours

Quarante ans après, cette  chanson écrite par Maurice Vidalin et mise en musique par Pierre Delanoë, ne cesse de résonner: rien n’a changé ! Les Empires bétonnés ont grignoté et escamoté le territoire des Indiens d’Amérique du Nord dont les ancêtres, pourtant, ne cessent de crier sous le bitume de Broadway et Times Square.

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 2536    Commentaires : 18     Partager



Retrouver la Morning splendor avec SECRET GARDEN

Le 17 juillet 2013 à  04:38
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

premier  regard

premier sourire

comme au premier matin du monde

quand tout est neuf et silencieux

dans la paume du Temps

où naissent l’Aurore et la Vie

 

The@

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2



Suite de l'article...

Lectures : 1770    Commentaires : 14     Partager



REMBRANDT, autoportraits des clairs-obscurs de sa vie

Le 16 juillet 2013 à  02:09
Rubriques : Peintres

On connaît le peintre Rembrandt de  la Ronde de nuit, La Leçon d'Anatomie,  Bethsabée au bain tenant la lettre de David  qui, en  raison de son empathie pour la condition humaine, fut appelé «l'un des grands prophètes de la civilisation » mais que sait-on de l’homme Rembrandt ? De ses clairs-obscurs ? Ses autoportraits nous montrent un homme, né le 15 juillet 1606, qui savait qu’il n’était pas particulièrement beau et qui se peint sans complaisance avec ses imperfections et ses rides. La centaine d'autoportraits qu'il a réalisés tout au long de sa carrière permet de suivre son parcours personnel, tant physique qu'émotionnel.

J'aime Rembrand. J’ai choisi ce diaporama d’autoportraits accompagné par  une musique de Bach :"Choral n ° 4, le pneu de la cantate BWV 140: Le veilleur". Et  je laisse la parole à Pascal Bonafoux,  Ecrivain et critique d'art. Professeur d'histoire de l'art à l'université.

« Regarder les autoportraits de Rembrandt, regarder ses métamorphoses, voir le temps qui grave et qui pétrit son visage, c'est, au-delà de toute psychologie, au-delà des circonstances particulières que l'histoire de l'art rapporte, avoir à faire à l'une des entreprises les plus graves qui ait jamais été tentées, tenir tête à la mort. Rembrandt affirme par cette démarche tragique que ses portraits sont un acte de foi et une prière. La peinture est sa rédemption. La série de ses portraits est une ascèse. Elle ne sert pas une ressemblance, mais un défi. Rembrandt qui se peint mélancolique ou goguenard, débonnaire ou morose, sensuel ou insolent, représente une conscience inquiète, et désabusée peut-être, qui fait face à l'irrémédiable. Rembrandt peint une solitude qui ne cesse d'être « le meilleur témoignage que nous puissions donner de notre dignité »Pascal Bonafoux Mars 1999/ Copyright Clio 2013 - Tous droits réservés – L’étude qu’il consacre aux autoportraits de Rembrandt est particulièrement intéressante : http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/lenigme_de_rembrandt.asp

 

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2
Merci au vidéaste 



Suite de l'article...

Lectures : 2086    Commentaires : 12     Partager



Incontournable, « L’homme à la moto » ! par Edith PIAF

Le 15 juillet 2013 à  03:03
Rubriques : Voix de toujours

« Créée à l'Olympia en 1956 par Édith PiafL'Homme à la moto est une adaptation du rock américain Black Denim Trousers and Motorcycle Boots de Jerry Leiber & Mike Stoller, connus pour leur travail avec Elvis Presley.

La chanson originale était interprétée par le groupe américain The Cheers sur l'album The Diamonds Collection. Sortie à l'automne 1955 elle sera classée numéro 6 aux États-Unis.

Le texte, adapté en français par Jean Dréjac, se compose de deux couplets et trois refrains (avec une variante pour le dernier). Il raconte l'histoire d'un terrible motard qui, après avoir délaissé sa petite amie, trouvera la mort contre une locomotive. »

 

Depuis le début j’ai toujours associé cette chanson à « L’Equipée sauvage », un film-culte de 1953, qui a marqué toute une génération avec Marlon Brando dans le rôle de Johnny, à la tête d’une  quarantaine d’adolescents, les Rebelles noirs :  casqués et bottés, revêtus de blousons de cuir marqués d'une tête de mort, ils prennent la route sur leurs motos. Ils assistent à une course de motos, envahissent la piste et volent un prix. Ils disparaissent jusqu'à la petite ville voisine qu'ils vont occuper peu à peu jusqu'à la mettre complètement à sac.

 

Or, en cherchant l’origine de cette chanson sur Wikipédia, j’apprends justement ce que j'ignorais, à savoir :
 « C'est le film L'Équipée sauvage avec Brando qui m'a inspiré ainsi que tous ces jeunes en blouson de cuir qui apparaissaient dans les banlieues »  confiera Jean Dréjac en 1996." Les paroles originales sont pratiquement les mêmes que celles en français."

Comme quoi, l'intuition ... Merci 
Wikipédia !!


Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 00052471-2

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 2985    Commentaires : 18     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES