Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 29
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


BOSPHORE mythique et envoûtant

Le 19 mai 2013 à  09:08
Rubriques : VOYAGES

Je suis allée deux fois en Turquie et, lors de mon premier voyage, ai visité un peu Istanbul, anciennement  Byzance », au moment de sa fondation, puis « Constantinople. Ville située de part et d’autre du détroit du Bosphore, donc à cheval sur deux continents : l’Europe et l’Asie. L’avenue qui la traverse fait 100 km si je ne me trompe.

Inoubliable mini croisière sur le Bosphore. D’où le panorama sur la  Mosquée bleueSainte-Sophie, Palais de Topkapi, et quartier d'affaires de Levent. Eblouissement de la découverte du berceau des civilisations qui remonte à 10.000 ans dans l’histoire et dont je ne soupçonnais pas la réelle beauté. Mon propos n’est pas de la détailler ici, il me faudrait créer un véritable carnet de voyage !! Je puis seulement vous dire qu’on se trouve vraiment immergé dans un autre monde à la limite de l’Europe et de l’Asie avec ses palais et  ses rives, l’ européenne et l’asiatique,  très animées, colorées.

J’ai regretté de ne pouvoir aller jusqu’à la maison que loua Pierre Loti lors de son 6ème et avant-dernier séjour en 1910


Suite de l'article...

Lectures : 2491    Commentaires : 20     Partager



DASHDOR BATTULGA, peintre mongol en BRETAGNE

Le 18 mai 2013 à  03:53
Rubriques : Peintres

Je découvre ce peintre  dont la minutie, la précision et la finesse du trait sont le fruit d’une longue et stricte  et patiente discipline.

Je n’ai pas ajouté d’oeuvres de cet artiste car elles sont sous droits réservés et propriété intellectuelle.

 

"Né le 6 décembre 1974 à Oulan Bator, Battulga Dashdor a très tôt manifesté un goût et des

dispositions pour les beaux arts. Il a étudié l’art traditionnel mongol avec divers professeurs aux

méthodes rigoureuses et suivi une formation complémentaire en art religieux.

En 1997, il obtient le Diplôme de l’Académie des Beaux Arts de Oulan Bator.

Ses compétences reconnues en art bouddhiste l’ont amené à restaurer les piliers et les plafonds des temples de Erdene Zuu et Amar Bayasgalant. Il est également peintre de tangkas.

Il travaille aussi les métaux précieux et pratique la sculpture et la lithographie.

Enseignant patient et compétent, il sait développer avec beaucoup de doigté les qualités

artistiques de ses élèves.

 

Battulga vit en France depuis 2004.

Il réside à Rennes depuis 2006.

En Bretagne, il expose et anime des stages de peinture traditionnelle mongole,

notamment avec l’association Encres de Chine de Rennes.

Il travaille la sculpture et la lithographie avec Marc Louise.

Il est l’auteur du livre : « Le voyage d’un peintre mongol en Bretagne »

(Ed. Ouest-France – 2008)

Il a exposé en Mongolie et en France particulièrement  en Bretgne ( Rennes, Angers

Source : www.encres-de-chine.eu/plaquette_Battulga.pdf

 

* illustration : compo avec tangka traditionnel tombé dans le domaine public. Le tangka est une peinture d'inspiration religieuse peinte sur toile ou soie, roulée, car elle peut atteindre un dizaine de mètres.


Suite de l'article...

Lectures : 2988    Commentaires : 12     Partager





Une comète appelée TERI MOÏSE nous a quittés

Le 17 mai 2013 à  04:52
Rubriques : Voix d'aujourd'hui
Visage juvénile, sensibilité à fleur de peau, voix "mêlant pop douce, musique soul et de disctètes touches caribéennes" 

 "Teri Moïse, (née à Los Angeles le 25 mars 1970, décédée le 7 mai à Madrid) est une chanteuse américaineauteur-compositrice-interprète, installée en France au cours des années 1990 durant lesquelles elle sort deux albums. Elle reçoit, en 1997, la Victoire de la musique de l'artiste interprète de l'année puis le prix Vincent Scotto.

Fille d'immigrés haïtiens, Teri Moïse naît à Los Angeles et grandit dans le quartier de South Central. Elle étudie l'économie à l’université de Berkeley, puis s'établit à Paris en 1990 en tant que fille au pair. Elle y poursuit des études de lettres à la Sorbonne, mais se passionne également pour la musique. La jeune femme étudie le solfège, joue dans plusieurs groupes et décide finalement de rentrer à Los Angeles. Elle s'inscrit dans une école privée, le Musicians Institute 

Teri Moïse retourne à Paris en 1992 et y travaille comme choriste. Elle commence à composer et réalise une maquette de trois de ses titres afin de les proposer à des interprètes, mais son entourage la convainc de les chanter elle-même. Elle se fait connaître grâce à son premiersingle, intitulé Les Poèmes de Michelle. Son premier album est édité en 1996. Teri Moïse est récompensée aux Victoires de la musique1997 dans la catégorie « artiste interprète ou groupe francophone » et reçoit le prix Vincent Scotto la même année. Son second album sort en 1998. Durant l'été, elle se produit dans plusieurs festivals, dont les Francofolies de Spa et de Montréal

Près de vingt ans après avoir connu le succès en France avec la chanson Les poèmes de Michelle, Teri Moïse aurait mis fin à ses jours le 7 mai 2013 dans sa chambre d'hôtel à Madrid en Espagne »

"Même les plus grandes voix peuvent tomber dans l'oubli; Son deuxième album s'est bien moins vendu, le public l'a oubliée totalement"
 

sources :Wikipédia/ http://www.lexpress.fr/culture/musique/site nouvel Observateur

Illustration : compo perso /crédit photos menly.fr/ actuamusic.fr/ radioscoop.com



Suite de l'article...

Lectures : 3954    Commentaires : 9     Partager



Feuilletons Le Livre des « Aventuriers » de MARC ROBINE, voix oubliée...

Le 16 mai 2013 à  03:55
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Fred HIDALGO qui l’appelle “Le colporteur de la chanson” dit de lui : Il y a des dates impossibles à oublier : le 26 août 2003 est de celles-là qui marquait, avec la disparition de notre ami et collaborateur Marc Robine (à l’âge seulement de 52 ans), une perte irréparable pour la chanson française. Les médias n’en parleront pas davantage cette année que les précédentes, le « métier » restera fort discret à son sujet, mais les uns et les autres – du moins les vrais « pros » – savent combien la collectivité nationale est redevable à Marc Robine de son action sans pareille de préservation de notre patrimoine chansonnier.

extrait :  Le blog de Fred Hidalgo - Si ça vous chante

sicavouschante.over-blog.com/article-marc-robine

dont  je vous recommande la lecture. Elle en vaut la peine.

 

Marc Robine( 1950-2003)

 « Une voix cassée, un souffle puissant. Musicien, chanteur et historien de la chanson française l’homme au chapeau est né en 1950 à Casablanca.  Enfance dans le nord de la France. Etudes d’architecture. Il apprend la musique, notamment le banjo, séjourne au Danemark (1966) et au Kenya (1968). En 1970, Il monte son premier groupe folk, apprend le dulcimer. Il forme en 1975 le groupe Bière Brune & Misère Noire, puis en Bretagne en 1977 le groupe Marc Robine, Bouzouki & Compagnie. C'est en 1979, il devient professeur au conservatoire municipal de Concarneau. En 1981, il s'installe à Paris, collaborer à diverses revues dont Paroles & Musique. En 1992, Marc Robine participe à la création de la revue Chorus - Les Cahiers de la Chanson. En 1995, il reçoit le prix de l'Académie Charles Cros, pour L'Anthologie de la chanson française traditionnelle »  www.bibliomonde.com/

*illustration :compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 2081    Commentaires : 13     Partager



Juste envie de parler des MAGNOLIAS…

Le 15 mai 2013 à  02:42

Juste envie de mettre un peu de douceur ici avec cet arbre fleur magnifique.
Dans le langage des fleurs, le magnolia symbolise la dignité et la gaieté.

Magnolia jaune : Expression de la fidélité.

Magnolia rose : Expression d'un amourtimide.

Les magnolias forment un genre de plantes à fleurs, de la famille des Magnoliacées, qui comprend environ cent dix espèces, essentiellement des arbres et arbustes, des régions tempérées chaudes.

Les magnolia sont apparus avant les coléoptères, les fleurs sont faites pour encourager lapollinisation par les insectes. Pour éviter les dommages causés par les coléoptères pollinisateurs, les carpelles des fleurs de magnolia sont extrêmement robustes. Les spécimens fossilisés de Magnolia acuminata datent de 20 millions d'années et des spécimens appartenant à la famille des Magnoliaceae à 95 millions d'années. Un autre aspect primitif de Magnolias est leur absence de sépales ou de pétales distincts
* illustration : compo perso 


Suite de l'article...

Lectures : 2708    Commentaires : 13     Partager



« Quelque part, chante CHARLES DUMONT, il y a une embellie… »

Le 14 mai 2013 à  04:17
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

On se souvient tous de Non je ne regrette rien  et de Mon Dieu (1960) avec Edith Piaf puis Les Amants en 1962

Cette voix sensuelle et mélodieuse nous dit avec force et douceur qu’il est bon de croire que l’on « peut changer de vie » et « rêver sa vie, quelque part » car « tout est permis ». Le compositeur a mis en musique les paroles de Sophie Makhno, sa fidèle complice depuis les années 60, décédée en mars 2007 à 71 ans. Ancienne compagne d’un inconnu, un certain Pierre Perret…

 

Charles Dumont, né en 1929, à Cahors, (Lot)   chante la femme et l'amour depuis quarante ans. Crooner à la française, il a été lancé par Édith Piaf pour qui il a écrit de nombreuses chansons avant de rencontrer sous son nom un grand succès dans les années soixante-dix. Au cours de la décennie suivante, sa discographie s'enrichit d'un disque presque tous les ans. 2004 marquait ses 50 ans de carrière, revenant aux petites salles de ses débuts. Et après le Bataclan, Charles Dumont passa à l'Olympia pour un concert exceptionnel. En  2010, Charles Dumont fit partie de la tournée Age tendre et Têtes de bois, saison 5.

 

.D’après Evène et autres sites

illustration : compo perso

crédit photos : 50ansedithpiaf.wordpress.com/ sudouest.fr



Suite de l'article...

Lectures : 2335    Commentaires : 7     Partager



Attention Messieurs, CLAUDIA ( TAGBO) arrive !

Le 13 mai 2013 à  04:13
Rubriques : ENTRACTE

…Elle arrive avec son humour caustique qui décortique les grands et petits travers de l’espèce humaine dans ses comportements, tous pays et toutes sociétés confondus ! Ça pétille ! Une tornade ! Un champagne millésimé !

 

Comédienne et humoriste, Claudia est née en 1973 à Abidjan, Côte d’Ivoire.  Elle a grandi à Alès dans le Gard où elle s’installe  à l’âge de 13 ans. Elle se découvre dès son plus jeune âge une passion pour l'art en général et pour le théâtre en particulier. Après l'obtention de son bac, elle monte à Paris afin d'y suivre des études en Arts du Spectacle. Sa licence en poche, elle décide de s'investir dans le métier qu'elle a choisi : comédienne.
Elle suit les cours de Véronique Nordey et obtient une maîtrise des Arts du spectacle à Paris VIII. Elle tourne dans quelques courts métrages, puis apparaît à la télévision dans les série R.I.S, Le tuteur de Molinaro, P.J, et dans des fictions : Ma meilleure amie de E. Rappeneau, Pas sage de L. Gloreau, Fatou l'espoir et Fatou la malienne de Daniel Vigne.



Suite de l'article...

Lectures : 2970    Commentaires : 11     Partager



Luc ROMANN , « paysagiste de l’âme » document INA

Le 12 mai 2013 à  04:58
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues
  1. Une vidéo qui date de 1978. On y fait la connaissance de  Luc ROMANN, un auteur compositeur interprète que j’ai découvert   en novembre 2012. J’ai alors mis en ligne l’une de ses œuvres : « L’Homme de Lune » avec les paroles. Dans cette vidéo d'archives de l’INA, il en chante deux autres en extérieur et raconte trois courtes histoires sur l’homme, pleines de poésie et de sagesse. D’humour aussi.

Il est de la génération des Grands pour qui il a composé des chansons et s'est retiré à Aire sur l'Adour pour pouvoir vivre au contact de la nature qu'il aime.

On trouve peu de choses sur lui, c’est un artiste insaisissable et discret, unique et très touchant avec son foulard, son paletot patchwork, ses longues enjambées.. Il chante l’homme, la Liberté, les routes, l’exil et l’amour en fleurs…Chronique tzigane, La fille de l’étang, l’Habitude, Quand on voyage … autant de morceaux aussi variés que les carrés de son paletot…

Néanmoins j’ai fini par trouver sur http://mapage.noos.fr/carl.treese/luc.htm# traces de son itinéraire sous la plume de Fred HIDALGO « Paroles Musique » n°14  que je me permets de citer.

« "La notion de "carrière" lui est totalement inconnue: LUC ROMANN se contente d'écrire 
des chansons et de les chanter (un peu-trop peu à notre goût) en province et à l'étranger.
Ses chansons, des petites merveilles de simplicité, de tendresse et d'humour, 
sont profondément empreintes des choses de la nature, au contact de laquelle il vit.
Bref, LUC ROMANN fait de la chanson vivante et cela ne se sait pas assez,
c’est un naïf qui s'attache mordicus à privilégier la qualité des rapports humains au détriment
(forcément?) d'une carrière qui selon lui l'aurait immanquablement "broyé" quelque part.
ROMANN, lui, préfère penser qu'il existe d'autres chemins..."

illustration : compo perso

crédit photos Luc Romann : mapage.noos.f/ pressibus.org


Suite de l'article...

Lectures : 3408    Commentaires : 9     Partager



L’ESCLAVAGE, de l’Antiquité à nos jours

Le 11 mai 2013 à  04:31
Rubriques : Libres propos

 

Esclave : individu privé de liberté et soumis à l'autorité tyrannique d'une personne ou d'un État. Il est contraint au travail forcé. Son maître lui impose de dures épreuves. Il peut être acheté et revendu comme un objet, moins bien traité qu'un animal. Il peut subir la torture, la violence et des abus sexuels.

  Dès l'Antiquité

Les Égyptiens, les Grecs et les Romains préféraient garder vivants leurs prisonniers de guerre et en faire leurs esclaves, plutôt que les tuer. l'époque, les esclaves étaient de race blanche. Ceux qui ne pouvaient pas payer leurs dettes devenaient esclaves, ainsi que les peuples barbares qui ne parlaient pas "leur" langue. D'ailleurs, chez les Romains, c'est le même mot qui désignait à la fois l'esclave et l'étranger. Il travaillait la terre dans les immenses propriétés nécessitant beaucoup de main-d'oeuvre. Au 2e siècle, à Rome, il y avait 20 000 citoyens libres pour 400 000 esclaves!


 XVI e siècle: la colonisation du Nouveau Monde

Au Moyen âge, l'esclavage continue. Mais c'est au 16e siècle, avec la découverte de l'Amérique et la conquête du Nouveau Monde par les Espagnols, que l'esclavage s'intensifie. Les premiers esclaves sont les Indiens d'Amérique. Puis les Hollandais, les Français, les Portugais, les Espagnols et les Anglais font venir en Amérique des centaines de milliers d'esclaves noirs d'Afrique. C'est ce qu'on a appelé la "traite des Noirs", c'est-à-dire le commerce et la déportation d'esclaves noirs.

 

 

XIXe siècle: la révolte des esclaves

Au XIXe siècle, la lutte contre l'esclavage est menée par les esclaves eux-mêmes. Dans tous les pays (États-Unis, Martinique, Cuba, Honduras, Jamaïque... ils se révoltent. Dans les colonies françaises (Martinique, Guadeloupe et Guyane), c'est un Français, Victor Schoelcher, qui contribue à faire adopter, le 27 avril 1848, le décret sur l'abolition de l'esclavage. Aux États-Unis, la fin de l'esclavage est proclamée le ler janvier 1863, par le Président Abraham Lincoln, entraînant ainsi l'émancipation de 3 millions d'esclaves. Les Noirs deviennent alors citoyens américains à part entière.

Et aujourd'hui?

L'UNICEF estime que 200 millions d'enfants (et des millions d'adultes) sont exploités dans le monde. Pour rembourser une dette, ou pour survivre, leurs parents les ont vendus. Ces enfants travaillent comme domestiques, dans les mines ou dans les champs. En Haïti, des enfants sont employés dans les champs de canne à sucre. Au Soudan, où une guerre oppose le Nord et le Sud du pays, les villageois, faits prisonniers, deviennent esclaves. Ils travaillent aux champs, gardent le bétail. Les jeunes filles sont employées de maison.

perso.inforoutes.fr/ec-lampr/page_cm/histesc.htm

illustration : compo perso avec photo du Mémorial de l’abolition de l’esclavage que j’ai prise à Nantes et  fers d’esclave d’Antoine Tavenaux/2008/licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported 

 



Suite de l'article...

Lectures : 3545    Commentaires : 18     Partager



Enchantez-nous, BELLES DAMES D’ANTAN !

Le 10 mai 2013 à  04:28
Rubriques : Mots-miroirs

 

La musique: «La prière d'un Maiden" (Molitwa dziewicy) pour piano, op. 3 (ou 4 op.) 
par le compositeur romantique polonais: Tekla Badarzewska

 

 

Charme suranné, plumes, boas, strass, paillettes, dentelles et satin des robes aux plis souples succédant aux corsets de la belle Epoque. Cheveux crantés, bouclés, puis coupe à la garçonne : lèvres rouges en forme de cœur, sourcils épilés et redessinés. On sort de la guerre de 14/18, on craint l’avenir et la femme commence à s’émanciper. Elle conduit, fume, fait du sport, se teint en blond oxygéné selon les canons de la mode chez les stars du cinéma muet américain. Arrive la silhouette longiligne, taille escamotée, poitrine effacée, mousseline et longs sautoirs, perles, franges de soie… Avènement de Coco Chanel et de ses petites robes passe-partout, de ses tricots, chapeaux cloche et capelines. Chaussures plus basses permettant de se déplacer plus aisément  et de danser le charleston…

A vous, belles dames d’antan !

© thea 2013

 

illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 3421    Commentaires : 20     Partager




Page 82 de 224

82

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES