Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 29
Les nouveaux membres : 11
Anniversaires aujourd'hui : 10

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


CANTILENE

Le 24 avril 2013 à  05:22
Rubriques : Mots-miroirs
CANTILENE
(Poème de mes vingt ans.
Illustation : compo avec photos perso côte sauvage du Croisic, en filigrane du scan des deux pages du recueil.  C'est le mien et j'y avais collé des fleurs séchées.
J'ai choisi une vidéo en accord.)

Mer,
ma soeur en dentelles,
ma fille aux vastes ailes,
ma rutilante nacelle,
où vas-tu ?

L'oeil ami du vent déteint
sur ton coeur infidèle
et mon oeil, pareil au sien,,
cherche en vain son image
dans le tien. 

Mer,
ma soeur de mirages,
ma fille sans alliages,
mon double décalqué
sur tous les rivages...

Ton chant bosselé
ne m'est pas inconnu :
j'en connais tous les couplets
et ce chant de tous les âges
ressemble à mon chant.

Mer,
ma soeur d'algue et de sel,
ma fille d'étincelles,
ma sirène aux yeux pervers.

J'aime ta cantilène.
Tes dents,
sous la vague déchirée,
me sont familières
et tranquillement je m'endormirai
au creux de ton aisselle.

© thea  
 
extrait d'un recueil publié aux Nouveaux Cahiers de jeunesse/Bordeaux 


Suite de l'article...

Lectures : 3034    Commentaires : 9     Partager



Incantations des Indiens SIOUX

Le 23 avril 2013 à  04:56
Rubriques : Musiques du Monde

Ce chant serait une prière traditionnelle Sioux invoquant l’eau. Elle s’accompagne de danses. J’ai trouvé ces paroles que je vous communique sous toute réserve.Quelqu'un pourra peut-être nous en dire davantage ??? Elles sont présentes dans plusieurs vidéos. 

Dans celle-ci, le « flou » des images crée une sorte de climat onirique comme si ces hommes appartenaient à un autre dimension où étaient perçus à travers un voile de fumée, silhouettes que les flammes d’un bivouac rendent vaporeuses : qui se dissolvent, se superposent, disparaissent, réapparaissent.

« Les plumes d’aigle, chez les Indiens d’Amérique du Nord ne sont pas qu’une simple ornementation, elles on un caractère sacré et représentent LA  PAIX."

« Les plumes d’aigle mènent  nos pensées et prières vers le Grand Esprit »

"Avec le don d’une plume nous recevons une partie de son essence."

"Ainsi quand une personne reçoit une plume d’aigle c’est le plus grand cadeau d’une distinction honorifique »

(cité dans amerindien.e-monsite.com/pages/les-plumes.html) un site que je vous invite à visiter, il est très beau ! 

 


PRIERE TRADITIONNELLE  SIOUX INVOQUANT L'EAU 



Ô eau,
Le long des méandres étroits du torrent, 
Là ou tu frappes le plus fort, 
Là où tu t'enroules le plus, 
Entre les mousses suintantes, 
Fait que chaque impureté, 
Qui nous entravent soit balayée


 

  • illustration : compo perso

Photos : .myspace.com/country-cheyenne.skyrock.com/wat.tv/futura-sciences.com



Suite de l'article...

Lectures : 4687    Commentaires : 18     Partager





C’est le Printemps, vive LA MUSIQUE VERTE !

Le 22 avril 2013 à  03:54
Rubriques : TERRE CITOYENNE

Qui d’entre nous n’a pas  fabriqué des sifflets avec des roseaux ?  Emis de la musique en frottant ( ou froissant) deux feuilles l’une contre l’autre ? Tout comme nos grands-parents, nos oncles et nos tantes qui savaient s’amuser avec ce que la nature leur offrait.

Rondins de bois, feuille de lierre, pissenlit, racines et…hop, on crée de la musique avec beaucoup d’ingéniosité et d’imagination. Comme le fait Frédéric Tellier qui  écrit sur son site associatif de musique bricolée :

« Je présente dans cette vidéo quelques recettes et démo de " musique verte"  (on devrait plutôt parler "d'instrument vert", ou de "lutherie verte" car il n'y a pas de musique spécifique à cette pratique de bricole populaire. Chacun joue ce qui lui passe par la tête au moment où il joue, selon ses aptitudes et ses influences musicales, selon l'environnement sonore qui l'entoure... )
Hormis le xylophone à rondin de bois et la racine sonore, les recettes présentées sont issues des cultures populaires de nos régions françaises. La plupart des anciens ont encore en mémoire ces jouets d'enfants qu'ils fabriquaient. »

Il propose aussi des stages.

Un univers ludique à découvrir sur http://www.degourdi-son.fr/Photos_F.Tellier.htm

* Illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 3831    Commentaires : 15     Partager



Belles et vivaces FLEURS DU DESERT

Le 21 avril 2013 à  04:23
Rubriques : Mots-miroirs

Douceur colorée ou blonde du désert, ces plantes d’une grande variété n’en sont que plus importantes dans ces régions arides. Joyaux et perles. 

 

François Soleilhavoup écrit :

« Dans le désert où la pluie tient du miracle, où la chaleur et la sécheresse sont leurs pires ennemies, leurs graines s’arrangent pour limiter les pertes  d’eau en réduisant leurs tailles jusqu’à l’état de petits coussins au ras du sol…Elles s’enterrent partiellement et n’exposent que des épines ligneuses et sèches qui se protègent de leurs minuscules feuilles vernissées. Plus philosophes, d’autres plantes, telle la rose de Jéricho (Anastatica hierochuntina), s’en remettent aux aléas de la pluie et du temps qui passe.

D’autres, dont la vie est très brève, produisent des graines encapsulées ans une enveloppe étanche qui leur conserve leur pouvoir germinatif. Certains végétaux vivaces, ignorant les dures conditions de la surface, plongent leurs racines dans le sol jusqu’à ce qu’elles rencontrent suffisamment d’humidité. Ainsi l’Acacia radiana, par exemple, l’un des arbres les plus typiques des plaines et des oueds sahariens, est capable d’aller puiser l’eau à trente-cinq mètres de profondeur ! Citons encore les plantes avides qui absorbent instantanément l’eau de pluie, de la rosée ou du brouillard et résistent à la dessiccation comme lichens et algues. C’est une vie au ralenti. »

L'auteur poursuit : « Le pâturage extensif, l’émondage des arbres pour nourrir le bétail et surtout les besoins en bois domestique, qui l’emportent sur les ressources et les possibilités de régénération des végétaux, menacent de désertifier davantage de vastes régions déjà désertisées. »

 

© d'après des extraits du livre de François Soleilhavoup " Sahara, visions d’un explorateur de la mémoire rupestre "

 

 

* illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 3663    Commentaires : 27     Partager



Bateau-blog vous invite à bord de l’ESCAL’ATLANTIQUE de ST-NAZAIRE !

Le 20 avril 2013 à  03:20
Rubriques : Mots-miroirs

Le lancement du France, j’y étais !

Les croisières immobiles à bord de l’Escal’Atlanique, j’en ai faites quelques unes. J’ai dit adieu aux gens restés sur les quais qui agitaient leurs mouchoirs, j’ai senti le vent du large sur le pont et croisé des paquebots immenses… Je me suis perdue dans les coursives et j’ai cherché ma cabine… j’ai dégusté, non pas du champagne, mais une coupe de glace dans la somptueuse salle à manger et je suis descendue là où étaient entassés les migrants au milieu de leurs ballots… J’ai vécu de fortes sensations pendant deux heures ! Et j’ai hâte d’embarquer sur l’Escal’Atlantique 2 en juin/juillet … pour vivre de nouvelles aventures !!! Passagère le temps d’une croisière de l’ imaginaire.

« Escal’Atlantic est une expérience à vivre - seul, en famille ou entre amis - qui est unique au monde.

Au cœur de la base sous-marine, un parcours interactif pour s’étonner, rêver, comprendre l’univers magique de ces fabuleuses machines à voyager qui ont sillonné les mers du monde.
Au fil des ans, la Ville de Saint-Nazaire a constitué la plus importante collection d’objets de paquebots de ligne. Ses plus belles pièces vous sont dévoilées sur le lieu même où s’élevaient autrefois les quais transatlantiques… »


http://www.mairie-saintnazaire.fr/tourisme-loisirs/escalatlantic/

* illustration : compo avec la base-sous-marine en fond :  photo perso

- lancement du paquebot France, le 11 mai 1960 crédits photos meretmarine.com

et ma-planete.com

- Normandie frenchlines.com



Suite de l'article...

Lectures : 3299    Commentaires : 10     Partager



Escapade et pause aux JARDINS AQUATIQUES

Le 19 avril 2013 à  03:36
Rubriques : Mots-miroirs

Dans mes rêves il y a une maison blanche avec jardin, des volets ouverts sur l’été, terrasse et allées, fontaines et bassins…

Rêvons un peu ensemble en visitant ce Musée des Jardins Aquatiques unique en France.

 

Il s’étend sur un hectare de parc paysager avec une multitude de cascades et ruisseaux où évoluent les splendides carpes Koi du Japon, tant convoitées par les Collectionneurs.

Imaginez un parc paysager haut en couleur de 15 000 m2, entre Dombes et Beaujolais

Lieu de détente aux inspirations asiatiques ou une multitude de bassins vous permettra de découvrir non seulement le patrimoine végétal local, mais aussi des plantes aquatiques telles les mythiques lotus … sans oublier le ballet aquatique des carpes Koï aux tons si chatoyants !
Dépaysement garanti dans l’univers tout particulier du « Jardins des Bambous » où vous pourrez flâner et observer près de 50 variétés de bambous.
Osez une pause rafraîchissante au pied de la cascade de 3 mètres de haut !

C’est au

Moulin des Vernes

Rte de Châtillon sur Chalaronne
01140, St Didier/Chalarone

 

Visite virtuelle sur : musee.lesjardinsaquatiques.fr/musee/le-musee.php

*illustratration : compo perso 



Suite de l'article...

Lectures : 3764    Commentaires : 13     Partager



Et que ça SWINGUE avec DJANGO REINHARDT ! (See You In My Dreams 1939)

Le 18 avril 2013 à  04:19
Rubriques : Musique de toujours

Django Reinhardt (g solo) /Pierre "Baro" Ferret (g) /Emmanuel Soudieux (b) 

"Django mort, c’est un de ces doux fauves qui meurent en cage. Il a vécu comme on rêve de vivre : en roulotte" écrira Jean Cocteau en 1953.Il avait 43 ans. 

Famille manouche de Belgique. Enfants des « fortifs » ( à l’emplacement du périphérique parisien actuel, Porte de Choisy, puis Porte d’Italie, dans cette Zone où s’amoncelle la misère parisienne). Vie nomade et fulgurante. Météoriste à la croisée des musiques du jazz et des musiques tziganes, il a parcouru la France, l’Italie et l’Afrique du Nord.

Vidéo :

1939 Juin 30 – Swing. Paris. Enregistré à peine deux mois avant le déclenchement d'une guerre qui allait changer sa vie et sa carrière à jamais, la version trio de Django Reinhardt de «Je te verrai dans mes rêves" est une sommation brillante de son style en solo fin des années 30 avec des notions intéressantes pour de futurs développements. Le solo est presque entièrement en une seule ligne : écouter  Django créer ce chef-d'œuvre de deux minutes et demie, c'est comme si nous étions à l'intérieur de sa tête alors qu'il découvre et développe ses idées. La logique musical précise qui a toujours été présente dans le jeu de Django est  ici d’une très grande netteté. En effet,  il prend motif après motif et les transforme dans tous les sens jusqu'à ce que chacun se transforme en une nouvelle phrase qu'il peut manipuler. Dans un cas, ce motif est une note, et comme il joue la note une douzaine de fois en couple, il change subtilement le son en changeant la façon dont il attaque la chaîne. Si ses expériences harmoniques sont limitées à un court passage au début, il trouve un nouveau défi dans les rythmes de compensation et à la fin de la partie, il y a une séquence merveilleuse avec triolets de noire contre la régulière à quatre temps de Ferret et Soudieux.

Reinhardt aurait encore 14 ans à vivre sur la planète, mais même si sa carrière avait pris fin avec la Seconde Guerre mondiale, des enregistrements comme celui-ci aurait assuré son immortalité.

 

© youtube, traduction un peu…hésitante  du vidéaste je pense.

 

illustration :compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3171    Commentaires : 9     Partager



MARIANNE OSWALD : « La Chasse à l’enfant » (du bagne) de PREVERT/KOSMA

Le 17 avril 2013 à  03:24
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Une chanson : « La Chasse à l’enfant », un poème de Jacques Prévert qui évoque la mutinerie d'août 1934 de Belle-Île-en-Mer. Le poème, mis en musique par Joseph Kosma, a été interprété par Marianne Oswald.

"C'est à un évènement qui se produit à Belle île en mer dans l'été 1934 que se rapporte cette chanson. A l'époque, les prisons pour enfants, bagnes pour mineurs et autres maisons de correction ou de redressement sont monnaies courantes en France. Pour un délit, un conflit avec les parents, avec une famille d'accueil pour les enfants de l'assistance publique, la justice et l'état n'hésitaient pas à envoyer des mineures, parfois très jeunes dans des centres qui tenaient plus de la prison que de la « rééducation ». Marie Rouanet a écrit un très beau livre sur ce thème : « Enfants du bagne »
Ces centres sont souvent des zones de non droit, de brimades et d'humiliation que l'on aurait de la peine à imaginer aujourd'hui.
Eté 1934, suite à un incident, 55 pensionnaires s'évadent du centre. Le directeur lance un appel à la population en promettant une récompense de 20 francs à qui aidera la police à rattraper les évadés. L'engouement peu glorieux mis par « les honnêtes gens » à cette « chasse à l'enfant » provoque la réaction de Jacques Prévert qui, d'une traite, écrit le poème qui servira de texte à la chanson.
On trouvera beaucoup de renseignements sur le centre de Belle île en mer sur le site suivant
:
http://www.bzh-explorer.com/spip.php?...
Pour la petite histoire on notera que le centre change de nom en 1940 devenant un IPES « Institut public d'éducation surveillée ». A la libération il accueille des jeunes miliciens mineurs, coupables de collaboration. Le centre sera définitivement fermé en 1977."
source : http://www.ac-grenoble.fr/lycee/vince...

* illustration : compo perso 


Suite de l'article...

Lectures : 5201    Commentaires : 16     Partager



PIGEON VOLE !

Le 16 avril 2013 à  04:17
Rubriques : ENTRACTE

Il était une fois un petit agent secret, bien gentillet, bien propret, bien discret qui traversait la ville et prit la petite mallette  qu'on lui refilait. Vint à passer un pigeon gourmand et curieux… Rou rou rou...

 

 

SITE : www.pigeonimpossible.com

 

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3328    Commentaires : 13     Partager



BRASSENS/LE FORESTIER : « Les Châteaux de Sable »…

Le 15 avril 2013 à  03:29
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Cette chanson de Brassens fut retrouvée dans ses tiroirs après sa mort, comme d’autres, inachevées.

Avec elle  quelque chose de notre enfance nous revient des plages du souvenir... Un maillot de bain, une pelle, un seau, une casquette et le sable comme immense terrain de jeu pour nos royaumes imaginaires peuplés de forteresses éphémères que la marée montante contournait de ses vagues, léchait, détruisait, emportant avec elle les butins de nos batailles. Le lendemain, nous bâtissions de nouvelles citadelles, nous inventions de nouvelles épopées et de fantastiques chevauchées que la mer, de nouveau, effaçait.

* illustration : compo perso 



Suite de l'article...

Lectures : 3159    Commentaires : 17     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES