Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 31
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


LINDSEY STIRLING, ELFE des GLACES

Le 6 mars 2013 à  02:39
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Lindsey Stirling est une violoniste au talent original. Elle joue en dansant, sautille, bondit, rebondit, et habite véritablement let transforme le paysage, que ce soit dans une salle de concert, au milieu des bois ou, comme ici,  dans un  univers de cristal à la blancheur lumineuse. Ou bien dans des lieux abandonnés, couverts de graffitis, dalles et murs de béton armé colonisés par les racines, les arbres, les herbes et les fleurs sauvages. Ou encore en longue robe immaculée au  bord d’une falaise, chevelure au vent ! C’est un lutin, un elfe, une petite Fée des Neiges jaillie de nulle part qui joue et danse en même temps avec aisance entre les parois de glace et les stalactites. Espiègle et acrobate. Fantaisiste. 

Voici la traduction de sa biographie que j’ai réécrite au plus juste.

Lindsey Stirling, née le 21 septembre 1986 dans le Comté d'Orange en Californie, est une violoniste, artiste performante et compositrice américaine.

Elle a participé à plusieurs compétitions américaines et est reconnue pour la polyvalence de sa musique. Elle a notamment joué avec des artistes tels que Sean Kingston, Donny Osmond, Allan Jackson, Shaun Barrowes, ou Benton Paul.

En 2010, elle participe comme finaliste à la cinquième saison de America's Got Talent, où elle s'est présentée comme une « violoniste hip hop », et est encouragée par Sharon Osbourne et Piers Morgan, qui la décrivent comme « électrisante « 

 



Suite de l'article...

Lectures : 4601    Commentaires : 11     Partager



Gentleman gouailleur, PHILIPPE CLAY- "Le danseur de Charleston" 1955

Le 5 mars 2013 à  03:30
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Visage anguleux,  silhouette filiforme, soulignant sa grande taille(1,90 m), sa façon d'arpenter la scène à grandes enjambées, son art du mime, sa voix puissante et gouailleuse et son sens du comique  font de Philippe Clay un interprète hors pair… Il appartient au cercle très fermé des comédiens-interprètes de grand talent aux côtés de Serge Reggiani et Yves Montand.

Ici, élégant, spirituel,  il interprète Le Danseur de Charleston avec brio.

 

Bio :

Philippe Clay, de son vrai nom Philippe Mathevet, est un chanteur et acteur français, né à Paris le 27 mars 1927, et mort le 13 décembre 2007 d'une crise cardiaque.

S’engage dans le maquis à 16 ans.  Entre au Conservatoire national d'art dramatique après  la fin de la seconde Guerre mondiale, y apprend à placer sa voix et acquiert l'art du mime. À cette époque, on le cantonne dans des rôles de grand dégingandé. En 1949, presque malgré lui car des amis l'ayant inscrit à son insu, Philippe Clay gagne un concours amateur dans un bar «À la colonne de la Bastille ». Il part pour l'Afrique avec sous le bras des chansons signées par Charles Aznavour, alors peu connu.

Il rode son répertoire pendant un an, rentre à Paris et se produit aux Trois Baudets et à la Fontaine des Quatre Saisons, fréquente alors les caves de Saint-Germain-des-Prés et devient l'ami de Jacques Prévert, Boris Vian et Serge Gainsbourg. En 1957, l'Olympia, y passe quatre reprises en vedette entre 1957 et 1962. Nombreuses tournées à l'étranger avec ses plus grands succès : Les Voyous, Festival d'Aubervilliers, Le Danseur de Charleston. Au cinéma il est Valentin le désossé dans le film French Cancan de Jean Renoir et Clopin le chef de la cour des miracles dans le Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy. Après un passage à vide, il renoue en 1971 avec le succès en chantant des chansons comme Mes universités ou La Quarantaine. 
C'est aussi à lui que l'on doit l'interprétation de La Complainte des Apaches, générique de la série Les Brigades du Tigre, orchestré par Claude Bolling.

Wikipédia

* Illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 5007    Commentaires : 12     Partager





PRIMEVÈRES, douces MESSAGÈRES

Le 4 mars 2013 à  03:37
Rubriques : Mots-miroirs

Délicates, presque timides, rustiques, elles annoncent le printemps. Sauvages, sous le nom de coucous, elles affectionnent les sous-bois. Plus familières, elles égaient jardinières et jardins Qu’elles soient  denticulées comme la Primevère de l’Himalaya, en forme de candélabres, ou plus modestement fleurs des marais, ces demoiselles forment une grande famille aux formes, coloris et feuillage variés.

La primevère symbolise le premier amour, la jeunesse et le  renouveau, les  premiers désirs… Qu’il est bon de se souvenir des amours naissants, avec un bouquet de primevères fraîchement coupées !

 

Un peu d’histoire :
 
La primevère porte ce nom en hommage au printemps qui, en vieux français, se disait primevere. Ce mot vient de la forme latine tardive prima vera, construite d’après la locution primo vere : ‘au début du printemps’.
A l’état sauvage, les primevères poussent principalement dans les régions proches de l’Himalaya et de la Chine, mais aussi en Europe, comme dans les Alpes ou dans les Ardennes.

 

 

Anecdote :
Les oiseaux se délectent de la sève particulièrement sucrée des primevères ; elles attireront les plus beaux volatiles.

 

 Tirés de www.langage-des-fleurs et www.aujardin.info

 

le langage de la primevère :

 

 

- primevère blanche : amour idéalisé et pur
- primevère bleue : amour tendre
- primevère mauve : innocence d'un premier amour
- primevère rose : amour naissant chaste

 

 

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 5206    Commentaires : 15     Partager



Ô FEMME, bénie sois-tu par la SAINTE PUB !

Le 3 mars 2013 à  03:11
Rubriques : Libres propos

Années 50/70

 

Mesdames, en ce 1er dimanche de mars, remerciez l’ABBE SOURY, un saint homme : il veille  à la purification  du sang féminin… Mon Dieu,  que serions-nous sans sa JOUVENCE ? (C’est une solution à base de plantes (Hamamélis, Viburnum, Calamus et Piscidia), inventée en 1745 par deux abbés normands, l’abbé Soury et l’abbé Delarue, qui lui donnèrent alors le nom de « Tisane des deux Abbés ).  Alleluia !


Et maintenant, Mesdames, toutes à la cuisine ! Avec la purée MOUSSELINE le si crémeux fromage GERAMONT et les esquimaux GERVAIS pour gâter Monsieur « Georges » qui ne daigne même pas répondre à sa femme, le goujat !  Vous vous distrairez ensuite en  lavant les plats, assiettes et couverts qui, ô  miracle, embelliront vos mains avec PALMOLIVE vaisselle !!! C’est une manucure qui l’affirme…

Surtout, surtout, n’oubliez pas MONSAVON qui vous fera la peau si douce, si douce… que vous serez prêtes pour le grand jeu de la séduction en gaine SCANDALE, collants DIM, et chaussures ERAM ! Ensuite, Mesdames, une fois vantées les formes de l’ARONDE aussi bien carrossée qu’une belle femme,  prenez la route des vacances  après un détour par Montlhéry ! L’AMBRE SOLAIRE vous attend à la plage et… sur le chemin de la SAMARITAINE.


Au retour ce sera avec bonheur que vous retrouverez votre cher aspirateur et la bien-aimée purée MOUSSELINE…( à relever avec du beurre car elle est un peu fade, non ?) pour satisfaire la gourmandise de Monsieur et des enfants en chantant dans la cuisine comme Blanche-Neige et les Sept Nains !

L'est pas belle, la vie ?  

Messieurs les Publicitaires, dites-moi : les choses ont-elles vraiment évoluées depuis les années 50/70, celles d’avant et celles d’après ? Je n'en suis pas sûre car le corps de la femme est toujours utilisé pour la pub qui crée les comportements, les clichés, et les entretient allègrement sous des prétextes divers.Qu'en dites-vous, Mesdames ? 

 

© thea 2013


Suite de l'article...

Lectures : 7394    Commentaires : 29     Partager



Ambassadeurs ? Marchands ? Les ROMAINS et la CHINE en l’an 166

Le 2 mars 2013 à  02:02
Rubriques : ARCHEOLOGIE

Ma passion pour l’Archéologie et l’Histoire  des peuples, ainsi que pour l’Histoire tout court, me conduit spontanément vers des sujets comme celui-ci que je trouve particulièrement intéressant et même fabuleux.

 

Il s’agit d’extraits du documentaire "Des romains au coeur de la Chine" de Patrick Cabouat, Kaoru Kawada, Atsushi Murayama et Jean-François Delassus. Série Eurasia, en huit épisodes, écrite par Alain Moreau et coproduite par France 5, NHK et Point du jour. 2004. 48 minutes.

 

Des textes chinois, vieux de seize siècles, ont révélé la présence en l’an 166 de notre ère, de Romains au cœur même de la Chine. Selon ces chroniques, ils auraient été mandatés par Rome pour établir des relations avec l’Empire des Han. Ambassadeurs, ou simplement marchands ? Peut-être les deux.



Des découvertes récentes ont permis de montrer que les Romains utilisaient couramment des vêtements tissés de soie venant de Chine. C'est sous l'impulsion d'Auguste, premier empereur des Romains, au début de notre ère, que les relations se nouent entre les deux empires dominants de la planète.

D'abord mis en relation par la route de la soie, le commerce entre les Romains et les Chinois va connaître un essor important lorsque les navigateurs européens vont apprendre à utiliser les courants et les vents de la mousson. La possibilité leur est offerte de traverser l'océan indien et de parvenir au sud de l'Inde et à Ceylan. 

Des traces de monnaie romaine retrouvée en Chine, atteste de ces contactes, comme en témoignent aussi les vestiges retrouvés dans une épave à la Madrague de Giens. Ces routes commerciales prospères vont toutefois péricliter à la fin de l'empire romain, aux IVème et Vème siècle de notre ère.


 

Textes relevés sur www.pointdujour-international.com/ et  youtube en accompagnement de la vidéo

 

Illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 4684    Commentaires : 16     Partager



Du Bleu, encore du Bleu avec TED SCOTTO

Le 1 mars 2013 à  01:50
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Le bleu coulisse quelque part entre les yeux au milieu du front

Le bleu jaillit et s’épanouit en spirales et tourbillons

Au soir du dernier jour de février juste avant la nuit

Tandis que l’oreiller accueille  un rêve qui s’enfuit

 

Et si tout à coup le rêve existait ?

 

© thea 28 février 2013

 

 Vidéo Myosotisbleuinuit

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 4462    Commentaires : 14     Partager



Au revoir Monsieur Stéphane HESSEL, « père des indignés »

Le 28 février 2013 à  03:22
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

En pensant à Stéphane Hessel qui vient de nous quitter :

"Je sais la force des mots
la force des mots-tocsin"
Maïakovski

 

Stéphane Frédéric Hessel, né le 20 octobre 1917 à Berlin  nous a quittés  à Paris le 27 février 2013 .  Diplomateambassadeurrésistant, écrivain et militant politique français, impliqué dans la rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme des Nations unies en 1948... Son petit livre de 22 pages à 3 euros, publié chez Indigène-Editions : "Indignez-vous " a eu un succès mondial, inattendu, ainsi qu’une vidéo, réalisée par Le Conseil national de la résistance.

 

Stéphane HESSEL, un humaniste, un Grand Monsieur. A un journaliste du  (NOUVEL OBS/FRANCE 5), dont la VIDÉO est publiée sur Dailymotion,  il  parlait de sa mort avec naturel, aisance, sérénité.  Il la considérait  comme une amie, avec beaucoup de respect et l’attendait à son heure, souhaitant ne pas souffrir. Amoureux de la poésie il disait des poèmes en meeting et à l'oreille.

 

Le mouvement des indignés s’est manifesté dans le monde entier. Il ne m’appartient pas d’en débattre ici,  aucun d’entre nous ne l’ignore.


Suite de l'article...

Lectures : 4147    Commentaires : 14     Partager



MAURICE FANON, homme libre, chante « La petite Juive »

Le 27 février 2013 à  03:18
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Une voix oubliée. Visage taillé au couteau, voix à vous mettre des frissons. Surtout connu pour sa chanson « L’Echape », Maurice Fanon est un auteur-compositeur et chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Ancien professeur d'anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo dont il divorcera en 1963. Il écrit à ce moment-là l'un de ses titres les plus connus, L’Écharpe,titre fétiche qui lui vaut le prix de l’Académie Charles-Cros et que Pia Colombo chantera malgré tout.*

Il a côtoyé Moustaki et, cette même année, tourne dans des cabarets comme « Chez Patachou » et  signe un contrat de 3 ans avec  Odéon .

Chanteur atypique et bohême, un rebelle, un idéaliste diront certain. Il a été chanté par les plus grands dont Juliette Gréco qui lui consacra un album complet : Juliette Gréco chante Maurice Fanon (productionBarclay), en 1972.

Il fréquente le mythique cabaret bordelais du peintre Raymond Nabos, « La Cour des miracles », où se côtoient Bernard DimeyBernard LavilliersGérard AnsaloniGilles Elbaz. il chante plusieurs fois en 1980-1981 au café-théâtre « Au Ruisseau » à Saint-Félicien (Ardèche).

Boycotté par les médias, catalogué "Chanteur Rive Gauche", Maurice Fanon refuse le système du spectacle, il le dit dans sa chanson "Avec Fanon". Il assure des premières parties de Jacques Brel, chante à Bobino et écrit une chanson hommage à Léo Ferré "Léo de Hurlevent. Antimilitariste, libertaire, c’est un homme libre qui  a eu le courage de chanter ses convictions au détriment de sa carrière.

 

Tiré de : chansonrebelle.com › et wikipédia

 

 

* Cette chanson sera également reprise par Cora Vaucaire,Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

 

*illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 4651    Commentaires : 12     Partager



Belles, belles à croquer…

Le 26 février 2013 à  03:06
Rubriques : Mots-miroirs

… les sculptures fruits et légumes

 

Les carottes ont le sourire

Les pommes se prennent pour des mappemondes

Les citrons ont des nageoires et des ouïes

Les oranges offrent leur coeur

Les pastèques font des cauchemars

Les choux-fleur moutonnent en troupeau

Ça fleurit ça s’envole ça papillonne ça tourbillonne

Ça skie et ça valse en relief et en couleurs…

 

Bon, je vous laisse partir à l’aventure… sur le chemin de table

Et n’oubliez pas : il est permis de  manger ses baskets en courgette ! Semelles et lacets compris.

Un conseil : cinq fruits et légumes par jour !

Cuistots, à vos couteaux éplucheurs !

Gourmandes et gourmands, à vos cuillères et fourchettes !

Bon appétit ! 

 

© thea 2013

 

* illustration : compo perso

 



Suite de l'article...

Lectures : 4365    Commentaires : 13     Partager



Comment DIDIER EUZET a rencontré KOREDA

Le 25 février 2013 à  03:22
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

« Tout a commencé dans un de mes rêves....  écrit Didier Euzet.

 

Il était une fois dans un pays très lointain, une petite fille qui se prénommait Koreda ... Elle vivait dans un petit village coloré, au bord d'une rivière tranquille, à l'orée d'une forêt luxuriante et à quelques encablures seulement d'un lagon au bleu transparent que l'on pouvait apercevoir du haut des cocotiers. Lorsque je fis sa connaissance, une idée bien précise germa dans mon esprit romantique... Dès que je serais sorti de ce merveilleux rêve, je créerai un groupe de musique relaxante, qui aura son nom, Koreda, et reflètera la quiétude que j'avais ressenti dans ce merveilleux village. Et pour que les personnes qui voudraient rentrer dans mon rêve, n'ai pas de difficulté à le faire, j'ai ajouté "dream" au nom du groupe, afin que l'ambiance soit certaine. Ainsi est né Koreda Dream. 
La musique que m'inspirait ce concept était magique... Sous mes doigts, les mélodies néo-classiques se mélangeaient avec bonheur aux séquences rythmiques assourdies par les battements songeurs de la basse...une nouvelle musique de relaxation utilisant à la fois des mélodies fortes et des climats musicaux profonds était née... KOREDA-DREAM. 
Dans mes rêves musicaux, j'avais déjà sélectionné les meilleurs musiciens de la côte ouest. Il fallait que ces musiciens puissent ressentir et jouer sur scène la musique relaxante que j'avais expurgée de mes états d'âme. 
Le groupe Koreda Dream serait composé de musiciens ayant du coeur... A la guitare et aux claviers, mon ami Claude Marotta, qui travaille dans les studios d'enregistrements Californiens et qui s'est chargé de recruter un excellent bassiste-claviers, Louis Tierno, et un batteur-percussioniste-claviers, Andy Roy. Comme en studio, je continuerai à jouer le piano et les claviers.. Après les enregistrements, les répétitions pour une grande tournée fin 2013 vont bon train... 30 tonnes d'instruments et d'équipements de scène, la tournée s'annonce une réussite. 
En attendant que nous venions dans votre région, écoutez Koreda Dream ... et surtout rêvez !
Amitiés. »
Didier Euzet.

 

© http://www.koreda.us/
 

Le Passage, nom du morceau que j’ai choisi pour nous introduire dans cet univers musical de relaxation. Le Passage, un  rite d’initiation, un symbole, une clé, celle d’un rêve au visage de petite fille.

Où se trouve le Passage ? Un sentier dans la forêt ou la montagne, des branches qui s’inclinent, des roches qui vous saluent. Ou un sillage entre les vagues aux doigts bagués d’écume .. Ou encore,  dans mon rêve à moi,  une longue route toute droite sous un ciel de Toscane. Peu importe. Le Passage est présent dans nos vies aux moments-clés, nous l’avons tous suivi et souhaitons le suivre  encore le plus longtemps possible.

+ illustration : compo pers. La photo de Koreda Dream est intégrée avec l’autorisation de l’auteur.

N.B. On peut retrouver Didier Euzet sur  http://www.oscarmelody.com


Suite de l'article...

Lectures : 4691    Commentaires : 15     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES