Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 32
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


LOUIS II de BAVIERE, NEUSCHWANSTEIN, un rêve inachevé

Le 24 février 2013 à  03:39
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

Louis II de Bavière : né le 25.8.1845 au château de Nymphenburg, roi de Bavière de 1864 à 1886, décédé le 13.6.1886 au Lac de Starnberg. Garçon sensible et incompris, le futur roi se réfugia très tôt ans le monde des légendes nordiques et médiévales, dans les arts : poésie, musique ( fervent admirateur et mécène de Wagner) théâtre, peinture.

Ce bel homme à la haute taille, 1, 90m,  laisse le souvenir d’un personnage mystérieux au tragique destin.

Le mythe se créa déjà pendant la vie du roi. "Je veux rester un mystère, pour moi-même et pour les autres", avait autrefois écrit Louis à son éducatrice, et ce "mystère" fascine toujours le monde aujourd'hui.  

Le poète Paul Verlaine a appelé Louis II "le seul vrai roi de ce siècle". Rêveur et peu sociable, tout le contraire d'un roi proche de son peuple, il est aujourd'hui connu sous le nom de "Kini" ("Roi" en patois bavarois) et devenu une idole.

Louis et son frère Otto ont été élevés sévèrement et dans le sens du devoir. Leurs parents Maximilien II de Bavière et Marie de Prusse gardèrent leurs distances.

"Louis aimait à se costumer …, avait plaisir à faire du théâtre, aimait la peinture et autres choses de ce genre … il aimait faire des cadeaux, argent et objets", nota sa mère. Rien de tout ceci ne changea. Son imagination fertile, sa tendance à s'isoler, sons sens prononcé de la souveraineté sont attestés depuis l'enfance.

Tiré de : www.neuschwanstein.de/franz/louis/biograph.htm

 

Illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 5023    Commentaires : 17     Partager



RIVERDANCE, résumé de la culture irlandaise musicale et dansée

Le 23 février 2013 à  02:48
Rubriques : DANSES DU MONDE

Riverdance est un théâtre traditionnel spectacle, composé de gigue irlandaise , connue pour ses mouvements de jambes rapides tandis que le corps et les bras sont maintenus en grande partie à l'arrêt. Elle est née comme une performance lors du Concours Eurovision de la Chanson 1994. Ce moment est considéré comme un tournant significatif dans la culture irlandaise.  Riverdance est, en résumé, l'histoire de la culture irlandaise et de l'immigration irlandaise en Amérique.

Court historique :

Riverdance a ses racines dans une suite en trois parties du baroque influencée par la musique traditionnelle appelée "Timedance", composée, enregistrée et jouée pour le Concours Eurovision de la Chanson 1981 , qui a été accueilli par l'Irlande. À la fois membres de folk groupe irlandais Planxty , Bill Whelan et Donal Lunny  ont  composé la musique en augmentant la bande avec une section rythmique rock de la basse électrique et batterie et une section de cuivres de quatre pièces. La pièce a été réalisée, avec accompagnement de  danseurs de ballet, pour le concours, et sorti plus tard en single Planxty. 

 Riverdance s’est produit durant 7 minutes au Concours Eurovision de la chanson 1994 au Point Theatre  à Dublin le 30 Avril 1994. Il a reçu une ovation debout . Cette année-là, la BBC a ensuite  commandé une répétition de l'acte pour 1994 Royal Variety Show , où il a été introduit sur ??scène par Sir Terry Wogan . Aux Félicitations: 50 ans de l'Eurovision , il a été nommé comme l'un des actes les plus populaires dans l'histoire du concours.


Suite de l'article...

Lectures : 5412    Commentaires : 16     Partager





Un concert CYMBALUM SOLO, ça vous dit ?

Le 22 février 2013 à  02:33
Rubriques : Musiques du Monde

Soirée lecture textes de Marcel ZANG, dramaturge nantais originaire du Cameroun.

Accompagnement musical de «  Mihaï Trestian Compositeur Interprète qui joue du cymbalum solo - D’origine moldave, Mihaï Trestian est l’héritier des écoles classiques et populaires dans les conservatoires de Chisineau, Bucarest et Budapest. Il débute son parcours en tant que concertiste et musicien traditionnel. Il obtient le premier prix au concours National de Stepan Neaga et international Barbu Lautare. En France depuis 2002, il participe à de nombreuses formations et projets musicaux et crée son 5tet sur des compositions personnelles influencées des musiques traditionnelles de sa région natale.

Un moment musical qui nous ouvre à la sonorité lointaine des pays de notre imaginaire. » annonçait le programme de La Ruche. 

J’ai découvert le cymbalum solo et admiré le jeu et la dextérité du musicien qui manie les baguettes et effleure l’instrument avec agilité : un véritable ballet  quasi hypnotique !  Cette musique aux accents des « ailleurs » ne pouvait que me séduire.

Mais, qu’est-ce que le cymbalum solo ?

Le cymbalum est un dulcimer martelé concert: un type de cordophone tiré sur son sommet et composé d'une grande boîte en forme de trapèze avec des cordes en cuivre et métal, comme me l’a expliqué le musicien. Il s'agit d'un instrument de musique popularisé en Hongrie et on en trouve couramment dans le groupe des pays d'Europe orientale et des cultures qui composent l'Autriche-Hongrie (1867 - 1918), à savoir la Grèce contemporaine, le Bélarus, la Hongrie, la Roumanie, la Moldavie, l'Ukraine, la Pologne, la République tchèque République et la Slovaquie.

 

* illustration : compo perso photos wikipédia



Suite de l'article...

Lectures : 5047    Commentaires : 11     Partager



RECUP' & RECYCLAGE

Le 21 février 2013 à  02:53
Rubriques : TERRE CITOYENNE

Les vieilles  palettes ne sont pas des ordures. Très longtemps considérées comme  « tendance » pour bobos branchés, on se rend compte aujourd’hui que c’est écologique !  On les recycle de multiples façons.  Ainsi cette vidéo nous démontre comment la palette en  bois canadien et Container Association  récupèrent cet emballage en bois. Voici leur site :  http://repallet.com

 

Sur Internet j’ai trouvé des sites français où des entreprises et des particuliers mettent gratuitement les palettes à la disposition du public par le biais d’annonces sur des forums.

 

Je me rappelle que mon mari, représentant chez Citroën, récupérait parfois des sièges avant de DS 19 que nous transformions en fauteuils, inclinables, en plus ! Confortables et solides. Je  les recouvrais d’une couverture patchwork au crochet : assemblage de carrés aux couleurs vives avec des laines de vieux pulls détricotés.  Eh oui, l’habitude de faire du neuf avec du vieux.

Bien des années plus tard, vivant près de Genève, mon mari monta sa petite entreprise avec moi. Désireux de séparer espace familial et espace professionnel, il installa dans la cour une … cabine de camion en guise de bureau. Du costaud ! Et original, en plus ! Placé sur plots ou parpaings, je ne me souviens plus. Nous étions écolos avant l’heure, sans le savoir ! Et, une fois par mois, nous partions en équipée à Genève, le soir ou la nuit, car les genevois déposaient sur les trottoirs des frigidaires, congélateurs, fauteuils, meubles de cuisine ou salon, armoires, commodes, le tout en excellent état, impeccables. Et - tenez-vous bien ! - avec les clés adéquates ou notice d’emploi d’appareils ménagers soigneusement scotchés à l’intérieur.  On trouvait de tout. Des vélos et, une fois, une superbe moto quasi de collection : je ne l’ai pas oubliée celle-là ! Vaisselle, outillage, bouquins, revues, cartes postales, pots de peinture... Une vraie brocante mise gratuitement à la disposition des chineurs avant le passage des camions de ramassage à l’aube. Nous nous retrouvions ainsi en véritables commandos, on se reconnaissait, on se saluait, on échangeait. Une sorte de confrérie quoi ! Et j’avoue que j’affectionnais beaucoup ces randonnées nocturnes sous les réverbères ! Un temps hors du temps.

Thea

* illustration : compo perso

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 5673    Commentaires : 21     Partager



HOULES

Le 20 février 2013 à  03:29
Rubriques : Mots-miroirs

Vagues  sauvages

on a creusé vos reins et tapissé de sel vos hanches d’orages

on a scellé votre souffle aux  poumons des naufrages

et  laissé la houle verte gifler vos visages

tandis que le vent se faisait opéra à la voix d’airain

venue tout droit des grands fonds marins

© thea 2013

 

Pour info : coefficient de marées à St Malo  du 11 au 15  janvier 2013 : 98, 104,106, 102, 98.

Les vagues peuvent atteindre 2 à 4 mètres mais nouveau record des plus hautes vagues jamais mesurées dans l'océan, celui de la tempête Quirin, survenue en février 2011 dans

l'Atlantique nord, qui l'emporte avec 20,1 m !

 

*  illustration ! compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 5079    Commentaires : 11     Partager



Emmitouflé de blanc, le CHÂTEAU de BEERSEL en Belgique

Le 19 février 2013 à  02:50

"Il gît là dans le val, le manoir solitaire.
Le moindre bruit s'est tu sous ses mornes arceaux.
Et chaque heure du jour voit tomber une pierre de ses sombres créneaux.
Le corbeau s'est logé dans ses antiques salles.
La chouette y redit sa plainte tous les soirs
Et le brin d'herbe entre les froides dalles de ses vastes couloirs". Victor Hugo

Musique : La Moldau  poème symphonique écrit pour grand orchestre par le compositeur Bedrich Smetana. Pièce inspirée par une idée extramusicale comme un poème, un tableau, une description de paysage. 
Le poème symphonique fait partie de la musique à programme qui comprend aussi l'ouverture, la musique de scène, accompagnant une pièce de théâtre, la musique de film. 
Bedrich Smetana (1824- 1884) est un musicien tchèque qui a exalté le sentiment national de son pays.

 

Le château de Beersel est un château situé à Beersel, au sud de Bruxelles. Il est construit entre 1300 et 1310 et fait partie d’une série de forteresses défensives entourant Bruxelles

Avec les châteaux de Bouillon, de Corroy, de Gand, de Horstde Lavaux et deVêves, il constitue un des plus beaux châteaux médiévaux de la Belgique

C'est pour protéger les frontières du duché de Brabant contre le Comté de Hainaut que le château fut construit au début du XIVe siècle. La seigneurie de Beersel appartint à diverses familles brabançonnes. Le premier seigneur connu de Beersel fut Godefroid de Hellebeke, sénéchal de Brabant, qui bâtit le château entre 1300 et 1310. De la fin du XIVe au XVIe siècle, le château fut entre les mains de la famille de Wittem. En 1356, au cours de la guerre de succession de Brabant, il fut incendié par les troupes du comte de Flandre, Louis de Male. À la fin du XVe siècle, Henri III de Wittem qui soutenait Maximilien d'Autriche dans le conflit qui l'opposait aux villes des Pays-Bas bourguignons, s'attira la colère des habitants de Bruxelles, qui vinrent mettre le siège devant la forteresse en 1488. Repoussés, ils revinrent l'année suivante et se rendirent maîtres du château, après y avoir ouvert une brèche.



Suite de l'article...

Lectures : 4971    Commentaires : 14     Partager



Oui EVA, La neige est si blanche…(1965)

Le 18 février 2013 à  03:35
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

 ... tout s'écrit, tout peut s'écrire dessus : les pas, les mots, la vie et leurs traces infinies s'étendent sous le ciel.
Une femme attend. Une femme lit "Anna Karénine" près d'une fenêtre et attend dans le silence ouaté. Une femme pense à Moscou et au voyageur parti depuis longtemps peut-être.

 

Eva, est une chanteuse allemande née à Berlin le 27 mai 1943. Mère lituanienne, père d’origine russe qu’elle n’a jamais connu. Blessure d’enfance. Très slave dans sa voix germanique, « Eva sait aimer, mais elle sait aussi détester avec fougue, comme tous les êtres écorchés. »

Son interprétation de Libelei  lui vaudra d’être censurée et interdite d’antenne en 1964 sa voix étant jugée d’une « sensualité trop évocatrice »…

 

Elle a notamment interprété des chansons de Barbara, d’Anne Sylvestre et plus récemment de Marlene Dietrich, partagé la scène de Georges Brassens, de Serge Reggiani et de Michel Sardou. Elle a chanté un peu partout en Europe, en Afrique et au Québec, où elle demeure depuis plusieurs années. Elle donne encore des spectacles intimes à l’occasion, mêlant son répertoire à celui de Marlene Dietrich, à qui elle rendait hommage sur son disque À Marlène.

Wikipédia et site http://www.ledevoir.com/non-classe/162799/eva-l-attachante-enchantee

 

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 4732    Commentaires : 12     Partager



LA COMPAGNIE CREOLE nous emmène au Bal Masqué, ohé ! ohé !

Le 17 février 2013 à  02:22
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Gaieté, entrain, dynamisme coloré avec La Compagnie créole ! 


La Compagnie créole est un groupe français (antillo-guyanais) populaire des années 1980 encore très populaire à travers la francophonie.

Le groupe a été fondé en 1975 et a d'abord sorti, en 1976, un album intitulé Ba moin en ti bo, puis en 1982, l'album Blogodo. En 1983, ils sortent Vive le douanier Rousseau! et C'est bon pour le moral (qui sera leur plus grand succès).

Ils ont été l'une des têtes d'affiche des tournées Âge tendre et Têtes de bois saison 4 (2009-2010) et 5 (2010-2011). Le 27 mai 2011, ils organisent une grande soirée en leur honneur à Paris.

La  Compagnie Créeole est composée de :

José ( Guyane )
Clémence ( Martinique )
Julien ( Martinique )
Guy ( Guyane )
http://www.lacompagniecreole.com/

d'après wikipédia

* illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 5384    Commentaires : 10     Partager



BARBARA chante la beauté mystérieuse de MARIENBAD

Le 16 février 2013 à  01:58
Rubriques : Voix de toujours

L’année dernière à Marienbad ( 1960) . Un film étrange où s’entremêlent amour fou et sinuosités de la mémoire. Avec la  mystérieuse Delphine Seyrig. Et la voix "envoûtante" de BARBARA qui reprend le thème.

Errance d'un homme et d'une femme dans un luxueux décor baroque. Sur un scénario d'Alain Robbe-Grillet, Alain Resnais signe un film envoûtant, ouvrant une brèche durable dans la narration cinématographique.


Dans un immense palace de style baroque, un homme tente de persuader une femme qu'ils se sont connus et aimés l'année dernière, à Marienbad - ou était-ce ailleurs ? Distante et parfois inquiète, la femme semble ne se souvenir de rien.
Le sens de ce film, d'une grande beauté formelle, se dérobe sans cesse, à l'image de son héroïne, jouée par Delphine Seyrig, concentré de mystère à elle seule. Sur un scénario d'Alain Robbe-Grillet, figure du nouveau roman, le cinéaste qui voulait arriver à un "jeu de formes plus fort que l'anecdote", déconstruit les règles de la narration, d'abord par jeu, puis pour coller à l'obsession amoureuse de son héros et rejoindre une autre réalité, celle des méandres de la mémoire. Splendide requiem pour un fou d'amour, bercé par d'hypnotisantes variations pour orgue, ce film annonce le cinéma expérimental de Marguerite Duras, Jean-Luc Godard et de bien d'autres.


© http://www.arte.tv/fr/l-annee-derniere-a-marienbad/

* illustration : compo perso avec photos wikipédia et allocine.fr


Suite de l'article...

Lectures : 4645    Commentaires : 7     Partager



Légendaire PANAMA !

Le 15 février 2013 à  02:40
Rubriques : Mots-miroirs

Enfant, je portais un chapeau Miss, en feutre rouge, bord relevé sur le devant, un chapeau de paille style Directoire noué sous le menton par  un ruban. J’en garde un mauvais souvenir parce que la paille me blessait dans la nuque. Béret basque, marron et puis bibis de jeune fille  « pour aller à la messe le dimanche ». Le plus joli, une sorte de béret en gros grain blanc. Puis vinrent les foulards de toutes sortes, style fanchon, à la  « Brigitte Bardot », frangés de coton blanc, carreaux vichy assortis à la robe ou à la jupe, large et juponnée de préférence… Les longues étoles de toutes les couleurs «négligemment »  posées sur les cheveux et dont nous ramenions les pans  « négligemment » attachés à l’arrière du cou, style Sophia Loren, Audrey Hepburn, sauf que personne ne nous emmenait en décapotable sur les routes estivales !!!

J’ai toujours aimé les chapeaux, la mode en est passée puis revenue et je n’osais en porter, sauf depuis 3 ans.

thea

« C'est à Cuenca, ville coloniale de l'Equateur, que nous avons visité une fabrique de chapeaux "panamas",  nous dit le vidéaste, un nom qui rappelle ce pays d'Amérique Centrale...mais ce chapeau est bel et bien équatorien ! Voyons le processus de fabrication et l'histoire de ce chapeau devenu célèbre ! »

Il est traditionnellement soit de couleur ivoire garni d'un ruban marron (ou noir), soit blanc garni d'un ruban noir. Il est entièrement réalisé en fibres naturelles et confectionné à la main avec une patience légendaire. Il est le fruit d’une rencontre harmonieuse entre nature et culture : la beauté de la palme deCarludovica palmata et le savoir-faire d’artisans.



Suite de l'article...

Lectures : 5626    Commentaires : 17     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES