Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


UN MATIN, simplement

Le 13 février 2013 à  02:56
Rubriques : Mots-miroirs

Sur la Symphonie N40 de Mozart

 

Des notes-ballerines

Des notes-pétales

Veloutées

Volantées

Parfumées

Des notes perles et soie

Des notes-caresses

Dans les cheveux

Et sur les joues

Des notes pour un matin douceur

Et bonheur

 

© Thea 2013

 * ilustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 4788    Commentaires : 14     Partager



Au coeur du désert DU RAJASTHAN avec l’ALGOJA

Le 12 février 2013 à  03:02
Rubriques : Musiques du Monde

Splendide musique traditionnelle à l'algoja, instrument à vent particulier, en plein coeur du désert du Rajasthan. Sonorités surprenantes et envoûtantes : particularités harmoniques, mélodiques, de la musique traditionnelle indienne. L’algoja est une flûte à conduit, avec une embouchure de flûte à bec. Elle est constituée d'une paire de segments de bambou ou de bois, percé l'un de huit trous (bourdon), et l'autre de douze (mélodie). L'accord diatonique est obtenu en bouchant à la cire les trous inutiles. Des éléments décoratifs (anneaux de métal ou pompons) ne sont pas rares.

Jeu

Le musicien met en bouche simultanément les deux becs et y souffle à l'aide de la technique de la respiration circulaire. Certains musiciens sont capables de jouer avec quatre tuyaux en même temps.

C'est surtout la musique folklorique du Sind et du Punjab qui est jouée sur cet instrument, souvent accompagné du luth tampura, du tambourdholak et de la percussion ghara.

* illustration : compo perso 



Suite de l'article...

Lectures : 5176    Commentaires : 6     Partager





Philippe BROUSSEAU, un artiste original et citoyen

Le 11 février 2013 à  01:56
Rubriques : TERRE CITOYENNE

C’est à Angkor que s’est  installé Philippe Brousseau il y a deux ans. A Siem Reap.

Angkor, au Cambodge. Elle fut la capitale de l'Empire khmer existant approximativement du ixe au xve siècle. Angkor et ses ruines dans les forêts au nord du Tonlé Sap, en bordure de la ville de Siem Reap, sont classées depuis 1992 au patrimoine mondial par l'UNESCO. Angkor dont les ruines justement ne seraient que la partie monumentale connue d'une présence remontant à l'âge du bronze et révélée la nécropole de Koh Ta Méas, datée d'au moins 1800 avant notre ère.

Angkor et ses Temples dont le plus grand et le principal est Angkor Wat.  Avec  son enceinte immense, entourée de douves, ses fresques splendides et sa majesté. Angkor Wat, que le lever et le coucher du soleil entourent d’une lumineuse et incontournable aura.

Angkor dont le second Temple, plus petit, Le Bayon, au cœur de l'ancienne ville d'Angkgor Thom ("la grande cité") est célèbre pour ses visages sculptés. Ses piliers arborant sur 4 côtés des visages sculptés au sourire énigmatique sont fascinants.

Troisième Temple,  Ta Phrom,  envahi par la jungle. Immenses, les fromagers  écrasent de leurs racines les couloirs de l'ancien temple, mêlant végétal et vieilles pierres. Charme surprenant d’un Temple recouvert par la forêt.

(D’après http://wikitravel.org)

Philippe Brousseau,  nous apprend youtube,  cet ancien créateur de masques de carnaval, s'inspire des statues des temples d'Angkor et les sculpte sur du papier mâché. Regardez le résultat, vous serez bluffé. Important : son entreprise fournit du travail à sept personnes.  

 

Vous voulez rejoindre leur communauté de pionniers et tout savoir de leurs aventures ?

 

Une initiative écologique et équitable.




Suite de l'article...

Lectures : 5279    Commentaires : 12     Partager



Eternels, LES AMANTS : CHARLES DUMONT/INGRID CAVEN

Le 10 février 2013 à  02:52
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Charles Dumont, né en 1929 à Cahors (Lot), est un acteurauteur-compositeur-interprète français.

Jusqu'aux années 1960, il compose, parfois sous des pseudonymes, pour DalidaGloria LassoLuis Mariano ou Tino Rossi. C'est alors qu'il développe une collaboration fidèle avec le parolier Michel Vaucaire. Ensemble, ils écrivent en 1956 Non, je ne regrette rien enregistré en novembre 1960 par Édith Piaf puis Mon Dieu en 1960 qui résonne comme un testament indicible. S'ensuit une large contribution au répertoire de la chanteuse : une trentaine de titres, des Flonflons du Bal à Mon Dieu en passant par Les Amants que Piaf et Dumont écrivent et chantent conjointement en 1962. En 1963, il compose pour elle Je m'en remets à toi, sur des paroles de Jacques Brel ; La chanteuse décédera avant d'avoir pu l'enregistrer. Charles Dumont l'enregistre en 1964.

Dumont compose pour la télévision, Michel Vaillant en 1967, et le cinéma, Trafic de Jacques Tati en 1971. Cette même année il rencontre la chanteuse américaine Barbra Streisand qui reprend Le Mur et en fait un tube sous le titre I've Been Here.

Charles Dumont démarre dans les années 1970 une carrière plus personnelle et interprète lui-même ses compositions où l'amour et les femmes tiennent une place de choix : ses titres Une chanson (1976) et Les amours impossibles (1978) furent disques d'or.

Les 28 et 29 mars 2004, Charles Dumont a fêté ses 50 ans de carrière au Bataclan à Paris.

En 2010 Charles Dumont fait partie de la Tournée Âge tendre et Têtes de bois saison 5, au côté notamment de Michèle TorrSheilaHervé VilardGeorgette LemaireAlain Turban..

 

  • illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 5507    Commentaires : 13     Partager



Envoûtante LORELEI sur le RHIN

Le 9 février 2013 à  02:24
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

Un fleuve impétueux, le Rhin. Un rocher, une nymphe germanique, Lorelei (Loreley, Loreleï ou Lorely)

Le rocher culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin à proximité de Sankt Goarshausen (Saint Goarshausen en français) en Allemagne (Rhénanie-Palatinat).

C’est l’endroit le plus étroit du fleuve entre la Suisse et la mer du Nord. L’avancée du rocher réduit d’un quart la largeur du fleuve. Le courant très violent et les nombreux rochers immergés ont causé de nombreux accidents de navigation.

La Lorelei est aussi le nom d’une nixe (nymphe de la mythologie germanique) qui attire les navigateurs du Rhin à la perdition par ses chants, comme les sirènes de la mythologie grecque ancienne. Ils sont comme envoûtés par ce chant si beau, si mélodieux, qu'ils en oublient les courants du Rhin et chavirent.

Cette légende de la Lorelei sur son rocher a inspiré de nombreux artistes, dont le poète allemand Heinrich Heine qui écrivit en 1824 l’histoire (Die Lore-Ley) qui sera mise en musique et popularisée par le compositeur Friedrich Silcher. Le rocher de la Lorelei est maintenant un site touristique très fréquenté, tant pour la beauté des lieux que pour la légende qui l’entoure. Fantôme devenue femme fatale à la fin du xixe et au début du xxe siècle, elle prit pour quelques poètes la fonction de symbole national, semblable aux Valkyries. La littérature du xxe siècle se détourna de cette interprétation. Elle apparaît sous de nombreuses formes dont certaines sont ironiques, et perpétue ainsi le mythe de la Lorelei.



Suite de l'article...

Lectures : 7228    Commentaires : 10     Partager



De JACQUES BREL, un morceau d'anthologie : « LES MOUTONS ! »

Le 8 février 2013 à  02:34
Rubriques : Voix de toujours

Ecrite pendant  les élections électorales de 1967 par celui qui a toujours voulu VIVRE DEBOUT et  qui  admirait Jaurès à  qui il dédia une chanson  où il disait : »

 

"Oui,not'monsieur oui not'bon maitre
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurés? ...."

 

Chanson dont la vidéo n’est pas accessible en France sur Youtube… Dommage ! 

A défaut, je mets celle-ci  qui est toujours d’actualité  et peu connue me semble-t-il.

 ( illustration : compo perso)



Suite de l'article...

Lectures : 5147    Commentaires : 14     Partager



YIRUMA nous offre une belle échappée vers les beaux jours

Le 7 février 2013 à  02:56
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Tiges tendres et jeunes pousses, pistils délicats et délicates graminées sauvages. Il nous vient des rêves de printemps, de coccinelles-demoiselles, de jonquilles et de cerisiers en fleurs. Il nous vient des ciels légers sur les prairies, les collines printanières et le flanc des montagnes. Il nous vient des envies d’escapades et de corolles soyeuses, des parfums entrelacés aux doigts verts du vent qui peigne les bosquets et les squares. Qui plisse la surface des lacs, des étangs, des rivières et des fleuves. Notes en cascades et en grappes, perles de lumière en colliers et bracelets irisés. Renaissance.

thea

Yiruma (né le 15 février 1978 à Séoul en Corée du Sud) est un compositeur et un pianiste sud-coréen.

Biographie

D'origine coréenne, Yiruma est connu dans le monde entier et ses albums sont vendus partout, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe ou en Asie. Ses morceaux les plus connus sont Kiss the rainDreams et River flows in you.
( * illustration ; compo perso) 



Suite de l'article...

Lectures : 4629    Commentaires : 8     Partager



POPECK, bien vivant, réinvente MOZART…

Le 6 février 2013 à  03:12
Rubriques : ENTRACTE

La fausse nouvelle du décès de Popeck, annoncée lundi 4 février après-midi sur Twitter a provoqué un emballement médiatique. Pas de panique, l'acteur français de 76 ans est vivant et bien portant. Il l’a annoncé lui-même dans sa loge le soir !

Silhouette à la Chaplin, chapeau melon, moustache et nœud pap’, Popeck, le célèbre humoriste est en tournée actuellement en France. "Pour la dernière fois " (la 3ème !!) 

Quelques phrases-cultes :

«  Que Dieu soit loué... mais à des prix raisonnables... » se plaît à dire ce poète qui aime rire mais n'aime pas qu'on se moque.

«  On n’est pas des sauvages, tout de même ! »

Dans cette vidéo l’humoriste Popeck  interprète le sketch "Popeck et Mozart" au cours duquel il chante et joue du clavecin sur un air de MOZART

* illustration : compo perso avec un bin d'humour !


Suite de l'article...

Lectures : 5458    Commentaires : 14     Partager



Couleurs et parfums : GLYCINES & MIMOSAS sur un air de Verdi

Le 5 février 2013 à  02:02
Rubriques : Mots-miroirs

Glycine mauve et odorante de ma petite enfance, tronc noueux, branches enlacées à la tonnelle d’une maison où nous vivions dans un petit bourg au bord de la Loire. Je me souviens de ses grappes majestueuses qui formaient une voûte fleurie et parfumée. Plus jamais je n’ai eu de glycine et il me vient souvent des rêves de pergolas et d’allées fleuries quand je rentre dans mon immeuble qui n’est ni triste, ni laid, mais qui ne m’offre ni terrasse ni coin ombragé sous un léger manteau de glycines, ni odeurs ni goût délicieux de ses fleurs aux narines et aux lèvres. Nostalgie.

Symbole :

La glycine pousse naturellement à l’état sauvage en montagne, s’enroulant autour des arbres. Dès la fin de la période Heian, elle est célébrée lors des fêtes des aristocrates japonais.

 

Les fleurs pourpres forment des grappes tout le long de la tige. C’est l’un des emblèmes familiaux les plus populaires et des motifs décoratifs les plus usités. Elle est représentée sous des formes extrêmement variées : fleurs tombant d’un treillage, dans les paniers de fleurs, avec des papillons, sur des éventails. Elle est utilisée à la verticale en masse foisonnante ou à l’horizontale dans des motifs de vagues.
La Femme à la glycine est un motif traditionnel japonais dans lequel la femme est représentée en kimono, tenant une grappe de fleurs.
La glycine est associée à la famille Fujiwara dont le nom contient l’idéogramme glycine. C’est la famille la plus importante au cours des périodes Nara et Heian.

 



Suite de l'article...

Lectures : 5745    Commentaires : 10     Partager



IVAN REBROFF, authentique chanteur et comédien, une voix oubliée

Le 4 février 2013 à  02:53
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Aujourd’hui encore je suis slave, je reste slave, et  je vous invite à écouter Ivan REBROFF… ce véritable colosse de 1,96 mètre et 115 kilo,  mais aussi colosse musicien  et interprète de renommée internationale.

 

Ivan Rebroff , de son vrai nom Hans Rolf Rippert, né le 31 juillet 1931 à Berlin et mort le 27 février 2008 à Francfort en Allemagne est un chanteur allemand, d'origine russe selon ses dires, à la carrière internationale et au répertoire très varié : chansons traditionnelles russes, mais aussi chants religieux classiques ou orthodoxes, chants de Noël, variété française ou allemande, opéra, opérettes, chansons folkloriques de nombreux pays et de multiples airs connus. Ivan Rebroff disposait d’un registre vocal remarquablement étendu (plus de quatre octaves) ce qui l’a fait entrer dans le Livre Guinness des records. Il chantait aussi bien en allemand qu'en russe, en français, en anglais, en afrikaans et en italien (il parlait d'ailleurs couramment les quatre premières de ces langues ainsi que le grec)

Adolescent, il est soprano soliste de l’un des plus anciens chœurs de garçons d’Allemagne, le Stadtsingechor  puis il fait brièvement partie de la Thomanerchor, le chœur de garçons de la Nikolaikirche – église Saint Nicolas – de Leipzig sous la direction du maître de chœur, organiste et compositeur Günther Ramin.

Plus tard, il est soliste du chœur des Cosaques du Don dirigé par Serge Jaroff et membre des ensembles des Cosaques de la Mer Noire et de l'Oural fondés par Andrej Scholuch.

 (illustration : compo perso)



Suite de l'article...

Lectures : 5809    Commentaires : 15     Partager





Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES