Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 25
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Et que ça SWINGUE avec DJANGO REINHARDT ! (See You In My Dreams 1939)

Le 18 avril 2013 à  04:19
Rubriques : Musique de toujours

Django Reinhardt (g solo) /Pierre "Baro" Ferret (g) /Emmanuel Soudieux (b) 

"Django mort, c’est un de ces doux fauves qui meurent en cage. Il a vécu comme on rêve de vivre : en roulotte" écrira Jean Cocteau en 1953.Il avait 43 ans. 

Famille manouche de Belgique. Enfants des « fortifs » ( à l’emplacement du périphérique parisien actuel, Porte de Choisy, puis Porte d’Italie, dans cette Zone où s’amoncelle la misère parisienne). Vie nomade et fulgurante. Météoriste à la croisée des musiques du jazz et des musiques tziganes, il a parcouru la France, l’Italie et l’Afrique du Nord.

Vidéo :

1939 Juin 30 – Swing. Paris. Enregistré à peine deux mois avant le déclenchement d'une guerre qui allait changer sa vie et sa carrière à jamais, la version trio de Django Reinhardt de «Je te verrai dans mes rêves" est une sommation brillante de son style en solo fin des années 30 avec des notions intéressantes pour de futurs développements. Le solo est presque entièrement en une seule ligne : écouter  Django créer ce chef-d'œuvre de deux minutes et demie, c'est comme si nous étions à l'intérieur de sa tête alors qu'il découvre et développe ses idées. La logique musical précise qui a toujours été présente dans le jeu de Django est  ici d’une très grande netteté. En effet,  il prend motif après motif et les transforme dans tous les sens jusqu'à ce que chacun se transforme en une nouvelle phrase qu'il peut manipuler. Dans un cas, ce motif est une note, et comme il joue la note une douzaine de fois en couple, il change subtilement le son en changeant la façon dont il attaque la chaîne. Si ses expériences harmoniques sont limitées à un court passage au début, il trouve un nouveau défi dans les rythmes de compensation et à la fin de la partie, il y a une séquence merveilleuse avec triolets de noire contre la régulière à quatre temps de Ferret et Soudieux.

Reinhardt aurait encore 14 ans à vivre sur la planète, mais même si sa carrière avait pris fin avec la Seconde Guerre mondiale, des enregistrements comme celui-ci aurait assuré son immortalité.

 

© youtube, traduction un peu…hésitante  du vidéaste je pense.

 

illustration :compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3454    Commentaires : 9     Partager



MARIANNE OSWALD : « La Chasse à l’enfant » (du bagne) de PREVERT/KOSMA

Le 17 avril 2013 à  03:24
Rubriques : Voix oubliées/ méconnues

Une chanson : « La Chasse à l’enfant », un poème de Jacques Prévert qui évoque la mutinerie d'août 1934 de Belle-Île-en-Mer. Le poème, mis en musique par Joseph Kosma, a été interprété par Marianne Oswald.

"C'est à un évènement qui se produit à Belle île en mer dans l'été 1934 que se rapporte cette chanson. A l'époque, les prisons pour enfants, bagnes pour mineurs et autres maisons de correction ou de redressement sont monnaies courantes en France. Pour un délit, un conflit avec les parents, avec une famille d'accueil pour les enfants de l'assistance publique, la justice et l'état n'hésitaient pas à envoyer des mineures, parfois très jeunes dans des centres qui tenaient plus de la prison que de la « rééducation ». Marie Rouanet a écrit un très beau livre sur ce thème : « Enfants du bagne »
Ces centres sont souvent des zones de non droit, de brimades et d'humiliation que l'on aurait de la peine à imaginer aujourd'hui.
Eté 1934, suite à un incident, 55 pensionnaires s'évadent du centre. Le directeur lance un appel à la population en promettant une récompense de 20 francs à qui aidera la police à rattraper les évadés. L'engouement peu glorieux mis par « les honnêtes gens » à cette « chasse à l'enfant » provoque la réaction de Jacques Prévert qui, d'une traite, écrit le poème qui servira de texte à la chanson.
On trouvera beaucoup de renseignements sur le centre de Belle île en mer sur le site suivant
:
http://www.bzh-explorer.com/spip.php?...
Pour la petite histoire on notera que le centre change de nom en 1940 devenant un IPES « Institut public d'éducation surveillée ». A la libération il accueille des jeunes miliciens mineurs, coupables de collaboration. Le centre sera définitivement fermé en 1977."
source : http://www.ac-grenoble.fr/lycee/vince...

* illustration : compo perso 


Suite de l'article...

Lectures : 6293    Commentaires : 16     Partager





PIGEON VOLE !

Le 16 avril 2013 à  04:17
Rubriques : ENTRACTE

Il était une fois un petit agent secret, bien gentillet, bien propret, bien discret qui traversait la ville et prit la petite mallette  qu'on lui refilait. Vint à passer un pigeon gourmand et curieux… Rou rou rou...

 

 

SITE : www.pigeonimpossible.com

 

* illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3623    Commentaires : 13     Partager



BRASSENS/LE FORESTIER : « Les Châteaux de Sable »…

Le 15 avril 2013 à  03:29
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Cette chanson de Brassens fut retrouvée dans ses tiroirs après sa mort, comme d’autres, inachevées.

Avec elle  quelque chose de notre enfance nous revient des plages du souvenir... Un maillot de bain, une pelle, un seau, une casquette et le sable comme immense terrain de jeu pour nos royaumes imaginaires peuplés de forteresses éphémères que la marée montante contournait de ses vagues, léchait, détruisait, emportant avec elle les butins de nos batailles. Le lendemain, nous bâtissions de nouvelles citadelles, nous inventions de nouvelles épopées et de fantastiques chevauchées que la mer, de nouveau, effaçait.

* illustration : compo perso 



Suite de l'article...

Lectures : 3491    Commentaires : 17     Partager



C'est la Valse des BULLES !

Le 14 avril 2013 à  04:49
Rubriques : Mots-miroirs

Eclats légers

Lumière goutte à goutte

L’univers en suspens

Bulle irisée naît et s’évanouit

Dans l’instant

 

© thea 2013

 

La réalisation de bulles de savon, de simple jeu enfantin attesté par la peinture depuis le xviiie siècle, est devenu de nos jours un véritable sport, avec ses concours et ses compétitions.

 

Illustr :  Compo perso avec un Tableau de Chardin, « Bulles de savon » 2ème moitié du 18ème siècle, œuvre  tombée dans le domaine public



Suite de l'article...

Lectures : 3264    Commentaires : 14     Partager



IKUKO KAWAI, violoniste japonaise, et l'Univers du blues

Le 13 avril 2013 à  05:06
Rubriques : Musique d'aujourd'hui

Après Rokia Traore, la jeune chanteuse compositrice africaine, coup de cœur également pour cette artiste japonaise qui, elle aussi, explore plusieurs registres musicaux dont celui des Gypsy Kings . Ici elle évolue dans le blues avec maestro.

 

Ikuko Kawai , née le 19 janvier 1968 à Takamatsu, est une violoniste et compositrice japonaise de formation classique.

Elle s'est produite au niveau international, y compris à l’invitation de l’Orchestre philharmonique de Varsovie avec  le célèbre chef d'orchestre Myung-Whun Chung .

Ikuko Kawai a réalisé à New York son premier Carnegie Hall concert au Zankel Hall le 4 Octobre 2008.

Elle a enregistré de nombreux CD et vidéos de performance diffusés à la fois au Japon et à l'étranger. En plus de son travail comme artiste classique, elle a travaillé  la musique populaire avec des artistes américains de différents genres, y compris Sheila E. et les Gypsy Kings. Elle est également apparue comme une actrice dans une série télévisée japonaise.

Ikuko Kawai occupe actuellement un poste de professeur à l'Université d'Osaka des Beaux-Arts et de la Musique. En l'honneur de son art, Kawai a pu jouer à  l'université de 1715 Stradivarius. (Le Stradivarius 1715 est connue comme l'une des plus grandes œuvres de Antonio Stradivari de l '«âge d'or».) Elle a également interprété l’oeuvre  au violon de Francesco Ruggieri grâce  à l'Université d'Osaka. Auparavant, elle a joué le Guarneri del Gesu (Muntz), prêté en grandis Agnitio de la Nippon Foundation .


extrait de Wikipédia traduction dont je ne garantis pas la formulation exacte.

 *illustration : compo perso



Suite de l'article...

Lectures : 3834    Commentaires : 11     Partager



ROKIA TRAORÉ, femme libre et voix tissée de mille univers

Le 12 avril 2013 à  04:07
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

Elle est belle, fine, élégante, elle a une voix un peu voilée, presque feulée, et danse « Mélancolie » avec une émouvante ferveur dans le clip officiel de son cinquième album qui  vient de sortir :  "Beautiful Africa". Les  silhouettes en ombres chinoises font penser à certaines gravures rupestres. Grâce et douce sensualité.

Récemment récompensée par prix Babel Med Music 2013, Rokia Traoré, née le 24 janvier 1974 à Bamako au Mali, est une chanteuseauteur-compositeur-interprète, et guitariste malienne qui chante en  bambara, français et anglais.

Je vous conseille vivement de lire l’article qui lui est consacré dans

 www.metrofrance.com/...rokia-traore.../mmcE!nJClhvGPiz9..

 

Rokia Traoré est Bambara originaire de la région de Bélédougou. Comme son père était diplomate, elle a beaucoup voyagé dans sa jeunesse : AlgérieArabie saouditeFrance et Belgique où elle étudie à Bruxelles. Elle s'entoure d'une équipe formée à l'école de la tradition. Elle se distingue par son style artistique mêlant tradition malienne (musique mandingue) et modernisme occidental*. Ses musiciens utilisent surtout les instruments traditionnels : balafonn'gonikarignanguitaredjembéyabara mais sa voix reste libre de s'éloigner des canons esthétiques établis. Ses débuts sur la scène européenne datent de 1997 lors d'un concert au festival « Musiques Métisses » d'Angoulême. Très influencée par Billie Holiday, Rokia Traoré participe en 2005, aux États-Unis, au spectacle « Billie & Me », consacré à la vie de la chanteuse légendaire.

En 2009, elle remporte une Victoire de la musique dans la catégorie « musiques du monde » pour son album Tchamantché.

Rokia Traoré vit dans le nord de la France à Amiens.

* « C'est lors de fêtes de mariages et de baptêmes, où j'allais avec ma mère, que j'ai découvert un instrument comme le gros balafon, les chants et les orchestrations de chez moi. Travailler avec des instruments acoustiques traditionnels correspondait à ce besoin de renouer avec mes racines. Cette démarche a duré une dizaine d'années, le temps de trois albums, et ça m'a fait beaucoup de bien. Aujourd'hui, le fait de me savoir enfin à ma place me donne la liberté d'explorer d'autres univers musicaux. »

 Propos recueillis par Jérôme Sandlarz, Mondomix no 28 mai/juin 2008, p.35

Extraits de wikipédia

* illustration : compo perso avec photos © 1 stars-celebrites.com & concertandco.com



Suite de l'article...

Lectures : 3558    Commentaires : 5     Partager



HUGUES AUFRAY s’accompagne à l’Autoharp dans « Le rossignol anglais »

Le 11 avril 2013 à  03:53
Rubriques : Voix d'aujourd'hui

31 mars 1966.
En direct et en public, Hugues AUFRAY chante "Le rossignol anglais" accompagné par quelques musiciens. Il joue de l'autoharpe, un instrument de musique proche de la cithare qu'il a contribué à populariser en France.Vers la fin, il dédie sa chanson à des sportifs français.

« L'autoharp,  nous dit wikipédia, est une variation nord-américaine de la cithare autrichienne ; elle est jouée dans la région des Appalaches pour accompagner la musique folk ou le bluegrass. Le mot Autoharp a été déposé en 1926 ; la société US Music Corporation prétend en être propriétaire. L'organisme d'enregistrement des marques aux USA (USTPO) ne protège que les mots, lettres et/ou nombres dans leur forme stylisée. De fait, seul le graphisme du motAutoharp est protégé, le terme lui-même étant devenu un mot d'usage général. »

* illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 3282    Commentaires : 16     Partager



HELEN KELLER & ANNE SULLIVAN deux destins liés

Le 10 avril 2013 à  03:41
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

On ne peut dissocier le nom d’Helen Keller de celui d’Anne Sullivan. Soucieuse de vérité, je les ai donc réunies toutes les deux. La vidéo est un extrait du film « "The Miracle Worker",qui, bien qu’en anglais, ne nous empêche pas de comprendre car il y a peu de dialogues.Scène-clé où Helen, grâce à Anne, découvre qu'elle peut communiquer.
Née en Alabama, en 1880, Helen Keller est victime, vers l'âge de 19 mois, d'une maladie infantile qui la laisse sourde, muette et aveugle. Helen décrira son état d'alors comme un « non-monde » qui la prive de toute communication avec l'extérieur.

Envoyée à l'Institut Perkins pour les Aveugles, la petite Helen rencontre Annie Sullivan qui devient son professeur particulier. Avec une méthode bien particulière basée sur le toucher, l'un des seuls sens épargnés à Helen, elle la conduira d'un état presque sauvage à un diplôme « cum laude » (avec les félicitations du jury) du collège Radcliffe 17 ans plus tard. Helen Keller est la première personne de sa condition à obtenir un tel diplôme.
Son « non-monde » évanoui, Helen Keller consacre le reste de sa vie à donner une voix aux opprimés, aux ouvriers, aux femmes et aux minorités, toujours avec Annie Sullivan à ses côtés. Elle se revendique socialiste, et se bat pour des causes qui défraient alors la chronique : contraception, droit de vote des femmes... Elle fonde en 1915 la Helen Keller International, l'une des premières ONG au monde, dédiée à la lute contre la cécité et la faim dans le monde.
Son ouvrage le plus célèbre ‘The Story of My Life’ (1903) est le seul publié en France, sous le titre ‘Sourde, muette et aveugle’ : histoire de ma vie aux éditions Payot. L'histoire d'Annie Sullivan et de Helen Keller est portée à l'écran par Arthur Penn en 1962 dans ‘Miracle en Alabama’ (The Miracle Worker), long-métrage récompensé par deux oscars. Helen est décédée en 1968.


EVENE

*illustration : compo perso

Photos 1, 3 ,6 : Helen Keller enfant, jeune fille, femme

Photos : 2 :  Anne Sullivan jeune femme  - 4, 5 : Helen Keller et Anne Sullivan



Suite de l'article...

Lectures : 4585    Commentaires : 12     Partager



Jeune et talentueux, THIERRY le LURON ( 1952/1986) imite les politiques

Le 9 avril 2013 à  03:31
Rubriques : ENTRACTE

Il a ouvert la voie à de nombreux imitateurs qui le citent aujourd’hui encore comme référence.

Vedette à 20 ans, mort à 34, Thierry Le Luron a marqué les esprits. Dès l’enfance, il se prend de passion pour la chanson et le cinéma. Très vite, il sait qu’il veut devenir un artiste. Mais ses parents ne le voient pas d’un très bon oeil et l’obligent à travailler dans une banque. Ce n’est qu’à force de persuasion qu’il arrive à leur faire entendre raison. Il a un don et il veut l’exploiter. Jacques Martin lui offre l’occasion de se faire connaître en l’invitant à son émission 'Le jeu de la chance'. Nous sommes en 1970. C’est le début du succès. Avec une voix exceptionnelle et un talent d’imitation hors pair, il provoque les applaudissements mais fait aussi grincer des dents et notamment celles des hommes politiques. Au menu de ses victimes : Johnny, Dalida, Line Renaud, VGE, François Mitterrand… Sa disparition prématurée due à un cancer des cordes vocales laisse beaucoup d’orphelins.

extrait EVENE

Pendant des décennies, le mot est resté tabou chez les proches de l'humoriste, malgré les rumeurs. Aujourd'hui, à l'occasion de la sortie d'une biographie sur son frère Thierry, "La vie est si courte, après tout", sa soeur Martine ose prononcer le nom de la terrible maladie : l'humoriste aurait succombé au virus du sida. Une rumeur que la famille de l'humoriste se refusait toujours à confirmer.

lci.tf1.fr › People

* illustration : compo perso


Suite de l'article...

Lectures : 3324    Commentaires : 15     Partager




Page 97 de 236

97

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES