Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 19
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


CORA VAUCAIRE, (1918/2011), « la Dame blanche de Saint-Germain-des Prés »

Le 28 octobre à  05:52
Rubriques : Voix de toujours
Sa voix a marqué notre génération.Mon mari aimait  beaucoup, cette chanson qu'il fredonnait tout le temps et que l'une de nos filles, toute peite, reprenait avec lui.

La complainte de la butte

(Paroles : Jean Renoir, Musique : Georges Van Parys)

Interprétée par Cora Vaucaire et rendue publique la première fois dans le film French Cancan, de Jean Renoir (1954) et sous sa direction.

 

Dame Blanche parce qu’elle se présentait traditionnellement au public vêtue d’une longue robe blanche pour masquer les tremblements dus au trac qu’elle avouait n’avoir «jamais pu maîtriser». C’était aussi par refus du noir, couleur dominante après la guerre, et associée à la pauvreté: «je voulais apporter du bonheur, j’ai joué le blanc».

La chanteuse Cora Vaucaire, décédée le 17 septembre 2011, à 93 ans, avait été une subtile interprète de la chanson à textes «rive gauche» à partir des années 50, au service de poètes comme Prévert, Aragon, Trénet, Barbara ou Ferré. Surnommée «la Dame blanche de Saint-Germain-des-Prés» (Juliette Gréco étant «la dame en noir»), créatrice avant Montand de la chanson de Prévert et Kosma «Les Feuilles mortes» (enregistrée en 1948), elle défendait ce qu’elle appelait, «l’esprit français des textes qui expriment souvent la joie de vivre et toujours des sentiments forts».

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

Clichés : CD and LP / Paul' Web Logs /AbeBooks



Suite de l'article...

Lectures : 133    Commentaires : 12     Partager



Un vœu de Jacques BREL : « L’homme dans la cité » (1958)

Le 14 octobre à  08:04
Rubriques : Voix de toujours

 

Il nous a quittés il y a (déjà!) quarante ans. Demeurent ses paroles, prophétiques comme celles de L’HOMME DANS LA CITÉ. Où est cet Homme ?

Une chanson que j’avais oubliée et qui résonne avec force en ces temps souvent obscurs et hostiles où l’humanité dresse encore et encore des barricades, élève des murs de pierres, de barbelés et de mots autour d’elle-même…

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/ xxxxxxxx Tous droits réservés

Crédit photos :http://www.toolito.com/voyage/siteuniverseldespelerins.org/paroissecolomiers.com/

 



Suite de l'article...

Lectures : 207    Commentaires : 6     Partager





Charles AZNAVOUR nous a quittés : Salut l’Artiste !

Le 2 octobre à  03:31
Rubriques : Voix d'aujourd'hui, Voix de toujours

Il a dit : Si j'avais été blond aux yeux bleus, grand et élégant avec une voix pure, je n'aurais pas fait la même carrière”

Ses chansons et ses mélodies ont marqué nos vies. Elles sont souvent liées à des événements personnels. Son départ brutal nous attriste. Vendredi encore il participait à C à vous, sur France 5. C’est sur la scène qu’il « vivait ». En nous, vous vivrez toujours, M. Aznavour.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

© http://blog.amicalien.com/Thea

crédit photo  C.Aznavour : Radio Swiss Pop



Suite de l'article...

Lectures : 290    Commentaires : 13     Partager



Avec LEO FERRE à bord du « bateau espagnol… » (1953)

Le 6 mai à  04:45
Rubriques : Voix de toujours

J’ai mis tous mes rêves de jeune adolescente dans de grands sacs de matelot en ce temps-là !

J’ai rêvé de m’embarquer sur des vaisseaux si vastes et si beaux qu’ils comblaient mes vœux d’espace dans l’étroitesse de ma chambre et de la cour ou du grenier sous les toits.

J’ai rêvé de l’infini et je me suis perdue dedans…

Le thème du bateau, cher à Rimbaud que Ferré a chanté, symbolise le désir de partir au loin, vers des pays inconnus, des pays de rêve. J’avais ce désir aussi. Avoir débusqué l’enregistrement de cette chanson de 1953 m’émeut car je retrouve avec elle mon âme juvénile.

  1. Aujourd’hui, j’écoute différemment ce sujet déjà mis en ligne en 2012. J’y vois une sorte voyage initiatique : ne s’agit-il pas de conquérir l’amour ? Et le chemin qui y mène est long. Le texte parle de « blés nouveaux » : le blé est le symbole par excellence de la germination. Le poète semble dire qu’il ramène des tropiques des souvenirs et des expériences qui vont fructifier dans sa nouvelle vie en Europe. C’est un homme de « vendanges » aussi qui retourne à ses sources, tel Ulysse revenant à Ithaque. Il indique que le bonheur est ici, mais à condition, d’être d’abord allé là-bas. Conseil qu’il lance à son public : « A ton tour ! »

 

Le texte de Michèle Arnaud et la voix de Ferré sont remplis d’éclairs de tendresse..

 

© thea

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

Clichés : Internet, libres de droits



Suite de l'article...

Lectures : 627    Commentaires : 9     Partager



La Mémoire et la Mer, chanson immortelle de LÉO FERRÉ

Le 25 aout 2017 à  04:07
Rubriques : Voix de toujours

Léo Ferré écrivit La Mémoire et la Mer en 1970, dans l’île Du Guesclin, cette île bretonne qu’il avait acquise. On imagine sans peine la force de son inspiration, la force des mots qui se fracassent comme les vagues sur les rochers autour de lui.

«La marée, je l'ai dans le coeur 
Qui me remonte comme un signe »

Cette chanson est l’une de elles que que je préfère tant elle me parle et me bouleverse à chaque fois que je l’entends.

Les paroles sont sur ce lien

Paroles La Mémoire Et La Mer - Léo Ferre (traduction et lyrics)

paroles2chansons.lemonde.fr/paroles-leo-ferre/paroles-la-memoire-et-la-mer.html

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

crédit photos : association les amis de l ile du guesclin /deezer.com /Weoneart

 



Suite de l'article...

Lectures : 689    Commentaires : 8     Partager



Nostalgique, « Le Temps du Lilas »avec BARBARA (1962)

Le 18 avril 2017 à  03:31
Rubriques : Voix de toujours

Ses jolies grappes de fleurs délicieusement parfumées, couleur lilas ou blanc, rose, rouge, mauve, pourpre… selon les variétés, embaument le printemps.

 

Dans le langage des fleurs, le lilas blanc représente l’innocence, la jeunesse, la pureté. Le lilas mauve, c’est l’inquiétude amoureuse de la personne aimée. S’il est rose, c’est l’amour naissant, Dans l’herbier du zodiaque le lilas avec ses petites fleurs rejoint le monde des Gémeaux avec muguet et le gypsophile.les premiers pas vers le tourmenté et languissant chemin de la passion. (www.sylvie-tribut-astrologue.com)

 

« Étymologie : "Lilas" vient de l'arabe lîlak, lui-même issu du persan nîlak, qui signifie bleuté (dérivé de l'adjectif nil = bleu). Son nom scientifique, Syringa, lui a été donné par Linné. Il correspond au latin syringa, roseau et évoque la tige creuse des pousses de lilas.
Origine : Europe centrale et Orient. De nombreux et très beaux cultivars ont été créés par l'horticulteur Victor Lemoine (1823 - 1911). Le terme Lilas français désigne les cultivars en général. »

www.lesarbres.fr/lilas

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : Tous droits réservés

Crédit photos Barbara : clg-virebelle.ac-aix-marseille.fr/ http://musique.fnac.com/

la femme au lilas (1881) de Marie Bashkirtseff (1858-1884) bashkirtseff.com.ar/ picturalissime.com/

3) Van Gogh (1853-1890) Saint-Rémy, mai 1889/ Hermitage Museum, Sankt Petersburg
vangoghgallery.com

 



Suite de l'article...

Lectures : 1080    Commentaires : 3     Partager



IMANOL LARZABAL  (1947-2004) musicien et chanteur basque

Le 22 janvier 2017 à  04:04
Rubriques : Voix de toujours

Imanol LARZABAL fit de son prénom un nom de scène. Il fut l’une des voix basques les plus marquantes et sa vie, pour différentes raisons (ses combats contre le franquisme), l’éloigna du Pays Basque à plusieurs reprises.

Je l’ai découvert il y a peu et sa voix profonde, son charisme, ses engagements m’ont touchée. La traduction de sa biographie sur Wikipédia est chaotique. J’ai trouvé celle-ci, brève et plus compréhensible.

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

Crédit photos : badok.eus/centerblog.net /shazam.com



Suite de l'article...

Lectures : 2180    Commentaires : 9     Partager



GILBERT BÉCAUD nous interpelle avec L’Indifférence

Le 3 décembre 2016 à  03:54
Rubriques : Voix de toujours

Oui, l’Indifférence tue. Elle tue de… mort naturelle. Sans bruit, méthodiquement. Sans interruption. Partout.

"Elle tue à petits coups"

«  Y a plus de haine, y a plus d'amour
Y a plus grand-chose »

Gilbert Bécaud, né François Gilbert Léopold Silly le 24 octobre 1927 à Toulon et décédé le 18 décembre 2001 à Paris, est un chanteur compositeur, pianiste et acteur français.

Il se produisit trente-trois fois sur la scène de l'Olympia où il gagna son surnom de « Monsieur 100 000 volts », en raison de son sens du swing, mais aussi à cause des passions qu'il soulevait dans son sillage. Il laisse l'image d'un homme électrique, toujours en mouvement. Sa cravate à pois, ses quelque quatre cents chansons et sa main sur l'oreille (pour mieux s'entendre) lors de ses concerts, sont d’autres images spécifiques qui ont marqué les esprits.

Grand fumeur qui menait une vie effrénée, il meurt à 74 ans des suites d'un cancer du poumon opéré plusieurs fois. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 45, transversale 1), voisin de Marie Trintignant, à Paris. Il était le père de six enfants, deux garçons et quatre filles, dont une de son second mariage.

évène

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

crédit photos : Google et libres de droits

 



Suite de l'article...

Lectures : 774    Commentaires : 6     Partager



AMÁLIA RODRIGUES chante la révolte avec Grândola Vila Morena

Le 1 décembre 2016 à  04:30
Rubriques : Voix de toujours

Amalia Rodrigues (01/07/1920 – 06/10/1999) fait partie de ces artistes rares qui parviennent à incarner toute une culture. Pour le monde entier, sa voix bouleversante et la puissance de son interprétation en ont fait l’âme du Portugal.

L'héritière du fado portugais

Cinquième d'une famille de neuf enfants, Amalia Rodrigues est élevée par sa grand-mère maternelle. Elle commence dès 1939 à chanter des textes du compositeur Joaquim José de Lima dans les "maisons de fado" de Lisbonne, et notamment au club Retiro da Severa, sous le nom d'Amalia Rebordao. La jeune femme est en effet attirée depuis toujours par le fado, ce chant populaire portugais nostalgique et sensuel importé du Brésil au XIXe siècle à Lisbonne. Au Solar da Alegria, au Café La Gare, au Luso ou au Café Mondego, Amália reprend la gestuelle d'Alfredo Duarte Marceneiro, autre père du fado. C’est donc figée, les yeux fermés et l’expression pleine de supplice que la jeune femme interprète ses chants.

Soixante ans de carrière internationale

Madrid la découvre en 1942, suivi du Brésil deux ans plus tard, où elle enregistre un album. Elle y reviendra souvent, comme à Paris, où elle chante pour la première fois en 1949, chez Carrère, une boîte chic. (…)

1955 5 joue dans les Amants du Tage d'Henri Verneuil, Amalia accède à l'international.

1956 : l’Olympia.

Suivront ensuite l'ABC, Bobino…

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

crédit photos : senscritique.com /lusitanie.free.fr /rootsworld.com /youtube.com /cdandlp.com



Suite de l'article...

Lectures : 1020    Commentaires : 7     Partager



Paul Tourenne, le dernier des FRÈRES JACQUES, a rejoint ses comparses !

Le 22 novembre 2016 à  05:23
Rubriques : Voix de toujours

C’est à la fin de 1946 qu’ils mettent au point avec le costumier et décorateur Jean-Denis Malclès (1912-2002) les tenues qui seront leur marque de fabrique visuelle et qui changera peu : chapeau melon, collants noirs, justaucorps colorés (Tourenne en bleu-gris, André Bellec en vert et son frère Georges en jaune- natifs de St Nazaire - Soubeyran en rouge) gants blancs, fausses moustaches. Dans la tradition du café-concert, chacun a un rôle dominant, comique, poète…

 

Dans cette vidéo de l’INA datée du 12 octobre 1979 , ils annoncent la fin de leur carrière. En présence d’Yves Robert, rétrospective de leur carrière par France Roche, sur des photos en noir et blanc. Extraits de « Si tu t’imagines » et de « C’que c’est beau la photographie » et le sketch « La Fesse « ; Ils évoquent leurs projets…

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

crédit photos : chansonsnet.com /jechantemagazine.com /lesdurocasseriesdepierlouim.blog50.com

 



Suite de l'article...

Lectures : 889    Commentaires : 7     Partager




Page 1 de 20

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES