Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 15
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 10

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


La DANSE c’est … parler en SILENCE…

Le 27 juin à  05:08
Rubriques : DANSES DU MONDE

C'est dire plein de choses, sans dire un mot. Musique: Asaf Avidan "Devil's dance"

( Fanny B·) la vidéaste


Le langage de l’âme et du corps passe par cette manière que nous avons de bouger, de mettre en mouvement notre sensibilité, notre état d’esprit, nos émotions du moment ou celles qui reviennent à la surface après de longs mois, de longues années en veilleuse ou attente. Elles font des ricochets, des méandres, des spirales qui s’élargissent, s’éloignent, se rapprochent, se rejoignent et irriguent nos vaisseaux et notre épiderme. A fleur de peau. C’est alors qu’à notre insu, sans même qu’on s’en aperçoive, naît le besoin, l’envie et la fièvre de danser pour exprimer tout cela sans prononcer une parole.

 

C’est l’Instinct de Vie, tout simplement, qui se manifeste chez tout être vivant (la danse nuptiale des oiseaux, par exemple). Cet Instinct de Vie, dont, nous dit le Dictionnaire des Symboles (Jean Chevallier/Alain Gheerbrant © Robert Laffont, 1969/1982) « qui n’aspire qu’à rejeter toute la dualité du temporel, pour retrouver d’un bond l’unité première où corps et âme, créateur et création, visible et invisible se retrouvent et se soudent, hors du temps, en une unique extase. La danse clame et célèbre l’identification à l’impérissable ».

Et les auteurs poursuivent avec la danse rituelle de David devant l’Arche, celle des derviches tourneurs, de l’Inde, des traditions chinoises, égyptiennes et africaines bien entendu. Elles sont multiples, variées, et nous en connaissons tous plusieurs.

© Thea

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/000000000.htm.Tous droits réservés

Photo : Terpsichore Odessa Auteur Assedo



Suite de l'article...

Lectures : 189    Commentaires : 4     Partager



B. comme Brel, Barbara et BÉJART (10 minutes 38 de bonheur)

Le 4 février à  04:51
Rubriques : DANSES DU MONDE

(Dans cet extrait on ne fait qu’entrevoir Barbara, la Grande Dame Brune,  mais il est peut-être  possible de trouver une vidéo où elle est présente)

Laissons-nous emporter par quatre chansons de Brel…  l'Amour, la Valse à mille temps, Rosae rosae rosa etc... sur une chorégraphie aérienne et entraînante.

"Barbara fut comme une sœur pour le chorégraphe. Et Brel une source d’inspiration et d’admiration. Ces légendes revivent le temps d’un ballet, d’une valse à mille temps. Elle tourne et tourne devant nos yeux et dans nos têtes, rappelant que la plus belle histoire d’amour de Barbara, Brel et Béjart, c’était et c’est toujours lui : le public." ai-je lu sur un site.

 

Maurice Béjard (1927-2007)

Fils du philosophe Gaston Berger, Maurice Béjart commence à danser à l'âge de 14 ans et entre à l'Opéra de Paris en 1945. Il s'oriente ensuite vers la chorégraphie avec 'Symphonie pour un homme seul' qu'il monte en 1955. Son premier succès date de 1959 : c'est 'Le Sacre du printemps'. Il s'installe alors à Bruxelles où il crée le Ballet du XXe siècle avec qui il enchaîne des spectacles lyriques, de la danse pure mais aussi des interprétations d'oeuvres narratives (Antonin Artaud, André Malraux). C'est lors des Festivals d'Avignon de 1967 et 1968 qu'il se fait connaître et apprécier du public. En 1987, il quitte Bruxelles pour Lausanne avec le Béjart Ballet Lausanne qui ne regroupe qu'une trentaine de danseurs. Le chorégraphe ne suit pas une ligne unique. Il récuse même l'idée de "style". Les moyens artistiques mis en oeuvre sont toujours fonction du projet en création. Son oeuvre éclectique, foisonnante, imprégnée de musique contemporaine et d'un goût pour le cosmopolitisme culturel, a fait de Béjart une figure du renouveau de la danse et une des personnalités françaises les plus connues dans le monde.

EVENE

 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit :

Tous droits réservés

Crédit Photos : arianeracine.ch/auroraweblog.karmaos.com/chateauversailles-spectacles.fr

 



Suite de l'article...

Lectures : 373    Commentaires : 8     Partager





MANUEL de FALLA : Incandescente, la Danse Rituelle du Feu !

Le 30 septembre 2017 à  03:57
Rubriques : DANSES DU MONDE

Né à Cadix, en 1876 et mort en 1946, en Argentine, Manuel de Falla fut un des principaux représentants de l’école espagnole moderne. Lié à Claude Debussy, Maurice Ravel et Paul Dukas, il enchaîna les réussites musicales et passa de nombreuses années à Grenade. Effrayé par la barbarie de la guerre civile, n’ayant pu empêcher le meurtre de Frederico Garcia Lorca, le grand compositeur quitta l’Espagne pour l’Argentine. Il y mourut en 1946 sans avoir pu

terminer sa cantate scénique l’Atlantide, à laquelle il avait consacré vingt ans de sa vie

Manuel de Falla a composé L’Amour sorcier en 1914 – 1915 pour répondre à la

commande d’une célèbre danseuse de flamenco Pastora Imperio qui lui avait demandé

une « gitanerie musicale ». Ce ballet-pantomime fut révisé pour orchestre

symphonique et mezzo-soprano en 1916. En 1925, L’Amour sorcier est transformé en

ballet, certaines parties chantées sont supprimées et d’autres remplacées par des parties

instrumentales.

wikipédia

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit :

http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm Tous droits réservés

Crédit Photos : fanpop.com/ http://willemsconsultants.hautetfort.com/tag/flamenco



Suite de l'article...

Lectures : 514    Commentaires : 3     Partager



Ouvrons nos quinquets pour OPTICAL DANCE

Le 13 mai 2017 à  03:19
Rubriques : DANSES DU MONDE

Chorégraphie qui joue du noir et blanc avec dextérité

Ballet domino.

 

Techniquement parlant, le noir est l'absence totale de lumière. La couleur étant, elle, la sensation sur notre œil des radiations lumineuses, le noir n'est pas une couleur. De même, le blanc n'est pas une couleur à proprement parler puisqu'il est la "somme" de toutes les couleurs.

Cependant, d'un point de vue plus "artistique", le noir et le blanc jouent un rôle tout à fait semblable à celui que jouent les "vraies" couleurs : ce sont des teintes qui ont leur place sur une palette, qui participent aux mélanges de couleurs, et nous utilisons les mots "noir" et "blanc" pour définir la couleur de certains objets. Dans ce sens, ce sont des couleurs.

www.unine.ch/laquinzainedelascience/question7.htm

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés



Suite de l'article...

Lectures : 847    Commentaires : 3     Partager



Quand la DANSE SEVILLANE allie Flamenco et chorégraphie équestre

Le 19 mars 2017 à  05:22
Rubriques : DANSES DU MONDE

Belle, sensuelle, racée, incandescente, la danse du flamenco fut créée par le peuple andalou, sur la base du folklore populaire issu des diverses cultures qui s'épanouirent au long des siècles en Andalousie. Le flamenco date du xviiie siècle.

À l'origine, le flamenco consistait en un simple chant a cappella (cantes a palo seco (en)) dont le premier genre fut la toná, établie dans le triangle formé par Triana,Jerez et Cadix. Les claquements des mains pour accompagner s'appellent palmas, la danse, el baile (bailaor pour le danseur), la percussion se fait souvent avec lecajon, avec les pieds (zapateado, une sorte de claqué) et avec les castagnettes. La guitare classique en français est la guitare flamenca. La musique peut être nommée le toque.

Le flamenco a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le 16 novembre 20101.

Tradition andalouse et ballet équestre : la femme et le cheval qui, me semble—til, es diriré par une cavalière, évoluent à Isla Mágica, un parc à thèmes situé à Séville, dans la communauté autonome d'Andalousie, en Espagne.

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm Tous droits réservés

clichés : photos perso et Google

 



Suite de l'article...

Lectures : 908    Commentaires : 3     Partager



YANG LIPING la « princesse-paon »

Le 2 mars 2017 à  03:42
Rubriques : DANSES DU MONDE

Duo de danseurs mi humains mi-oiseaux. Duo d’amoureux. Danse de la séduction. Souplesse et grâce sous le plumage ocellé du paon.

 

« Yang Liping est l'aînée d'une famille d'ethnie Bai de quatre enfants. Dès son plus jeune âge, elle a montré des signes d'intelligence et un goût pour les études. Malheureusement, elle ne pouvait pas finir ses études faute d'argent. Elle devait gagner sa vie pour subvenir aux besoins de ses parents et de ses trois frères et soeurs.

Yang Liping est pourtant, très attachée à son pays natal, cette terre de légendes qui lui a rempli sa vie de rêve en kaleidoscope.(…) Les Bai respectent la nature et aiment la nature. Ce caractère est bien représenté par Yang Liping. A ses yeux , la danse existe partout dans la nature, par exemple, l'agitement des nuages, le balancement des arbres et la course des animaux. Tout cela lui inspire le mouvement des danses. La nature lui a donné de l'intelligence et de la sagesse, et lui a permis de créer beaucoup de mouvements de danse

(…)Yang Liping a dit qu'elle a une passion particulière pour le paon. Cette passion est venue d'une belle légende de l'Ethnie Bai.

Il était une fois un lac d'or, au milieu duquel s'épanouissent plein de fleur de lotus et vivait une princesse de paon. Un jour, à la tombée du jour, à l'heure où l'horizon se maquille en rose, un paon d'une blancheur immaculée se posait au bord du lac. Une petite fille s'avançait vers lui et curieusement, le paon ne s'envolait pas, bien au contraire, il lui faisait la roue. Ce spectacle idyllique enchantait Yang Liping. Dès lors, l'idée lui venait de devenir un paon et de danser sur la scène de la nature.

D’après www.chine-informations.com ›

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

Crédit photos : pinterest.com/rench.peopledaily.com.cn/rench.china.org.cn/



Suite de l'article...

Lectures : 1761    Commentaires : 6     Partager



Joyeux, coloré, LE BALLET ALEXANDROV !!

Le 21 aout 2016 à  05:45
Rubriques : DANSES DU MONDE

Ça tourbillonne, ça virevolte, ça chatoie, ça enchaîne les tableaux avec de la couleur, de l’humour, de la gaieté… à une vitesse époustouflante ! Des confins de l’Ukraine aux airs tziganes, on en prend plein les yeux et les oreilles ! Notre âme slave se réveille et pétille… Par ces temps moroses, c’est une excellente thérapie !!

 

Je ne sais rien de cette troupe installée à St Germain les Arpajon en France, sinon que le danseur et chorégraphe qui la dirige s’appelle Alexandre Alexandrov. Le groupe, qui est composé de 204 personnes- pas moins !- donne des spectacles de danse russe, cosaque, tzigane, ukrainienne, musique slave et propose des animations et prestations pour mariages, anniversaires, fêtes d’entreprises. Leur siège se trouve à ST GERMAIN LES ARPAJON, France

www.ballet-alexandrov.com/‎

Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit : 0000000000.htm.Tous droits réservés

Crédit photos : ballet-alexandrov.com



Suite de l'article...

Lectures : 672    Commentaires : 5     Partager



Incandescents, les DANSEURS de FEU, sur l’air de « El Condor Pasa »

Le 12 avril 2016 à  05:10
Rubriques : DANSES DU MONDE

Spectacle donné au Château de la Motte Beaumanoir en Côtes d'Armor, le 17 juillet 2011, vidéo René Flinois .

 

Ils sont canadiens, ils apprivoisent  le feu et le dansent avec fougue, élégance, respect et amour. Sorte de rituel chorégraphique qui illumine la nuit et les esprits.

«  Celui du Feu Sacré nous purifie et nous régénère apprend-on, de l’ancienne Rome à Angkor. Pareil à l’alchimiste, le forgeron confectionne l’immortalité au feu de son fourneau, voire, en Chine, au feu du creuset intérieur qui correspond à peu près au plexus solaire et au manipura-chakra, placé par le Yoga sous le signe du Feu.

(…) Les innombrables rites de purification par le Feu, généralement rites de passage, sont caractéristiques de cultures agraires.(…) Le rite du Feu Nouveau, célébré encore de nos jours par les Chortis (Indiens) au moment de l’équinoxe, c’est-à-dire du brûlage des terres avant les semailles, perpétue ce mythe.

(…) Le Feu, dans les rites initiatiques de mort et de renaissance, s’associe à son principe antagoniste l’Eau. »

 

D’après : Dictionnaire des Symboles de Jean chevalier et Alain Gheerbrant  Ed. Robert Laffont(1969 et 1982)

 

Pour Gaston Bachelard, « avant d’être le fils du bois, le feu est le fils de l’homme… La méthode du frottement apparaît comme la méthode naturelle. Encore une fois, elle est naturelle parce que l’homme y accède par sa propre nature.(…) La vie du feu ,  tout entière en étincelles et en saccades, ne rappelle-t-elle pas la vie de la fourmilière ?  Au moindre événement, on voit les fourmis grouiller et sortir tumultueusement de leur demeure souterraine ; de même à la moindre secousse d’un phosphore on voit les  animalcules lignés  se rassembler et se produire en dehors, sous une apparence lumineuse.(BACF. 47,49, 58)

 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 330    Commentaires : 3     Partager



YANG LIPING la « princesse-paon »

Le 22 mars 2016 à  04:23
Rubriques : DANSES DU MONDE

Sous le plumage ocellé du paon, duo de danseurs mi humains mi-oiseaux. Duo d’amoureux. Danse de la séduction. Souplesse et  grâce.

 

« Yang Liping est l'aînée d'une famille d'ethnie Bai de quatre enfants. Dès son plus jeune âge, elle a montré des signes d'intelligence et un goût pour les études. Malheureusement, elle ne pouvait pas finir ses études faute d'argent. Elle devait gagner sa vie pour subvenir aux besoins de ses parents et de ses trois frères et soeurs.

Yang Liping est pourtant, très attachée à son pays natal, cette terre de légendes qui lui a rempli sa vie de rêve en kaleidoscope.(…) Les Bai respectent la nature et aiment la nature. Ce caractère est bien représenté par Yang Liping. A ses yeux , la danse existe partout dans la nature, par exemple, l'agitement des nuages, le balancement des arbres et la course des animaux. Tout cela lui inspire le mouvement des danses. La nature lui a donné de l'intelligence et de la sagesse, et lui a permis de créer beaucoup de mouvements de danse

(…)Yang Liping a dit qu'elle a une passion particulière pour le paon. Cette passion est venue d'une belle légende de l'Ethnie Bai.

"Il était une fois un lac d'or, au milieu duquel s'épanouissent plein de fleur de lotus et vivait une princesse de paon. Un jour, à la tombée du jour, à l'heure où l'horizon se maquille en rose, un paon d'une blancheur immaculée se posait au bord du lac. Une petite fille s'avançait vers lui et curieusement, le paon ne s'envolait pas, bien au contraire, il lui faisait la roue. "Ce spectacle idyllique enchantait Yang Liping. Dès lors, l'idée lui venait de devenir un paon et de danser sur la scène de la nature.

 D’après www.chine-informations.com ›

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

Crédit photos : pinterest.com/rench.peopledaily.com.cn/rench.china.org.cn


Suite de l'article...

Lectures : 2103    Commentaires : 4     Partager



La DANSE c’est … parler en SILENCE…

Le 7 mars 2016 à  03:05
Rubriques : DANSES DU MONDE

… C'est dire plein de choses, sans dire un mot. Musique: Asaf Avidan "Devil's dance"

( Fanny B·) la vidéaste



Le langage de l’âme et du corps passe par cette manière que nous avons de bouger, de mettre en mouvement notre sensibilité, notre état d’esprit, nos émotions du moment ou celles qui reviennent à la surface après de longs mois, de longues années en veilleuse ou attente. Elles font des ricochets, des méandres, des spirales qui s’élargissent, s’éloignent, se rapprochent, se rejoignent et irriguent nos vaisseaux et notre épiderme. A fleur de peau. C’est alors qu’à notre insu, sans même qu’on s’en aperçoive, naît le besoin, l’envie et la fièvre de danser pour exprimer tout cela sans prononcer une parole.


 

C’est l’Instinct de Vie, tout simplement, qui se manifeste chez tout être vivant (la danse nuptiale des oiseaux, par exemple). Cet Instinct de Vie, dont, nous dit le Dictionnaire des Symboles (Jean Chevallier/Alain Gheerbrant © Robert Laffont, 1969/1982) « qui n’aspire qu’à rejeter toute la dualité du temporel, pour retrouver d’un bond l’unité première où corps et âme, créateur et création, visible et invisible se retrouvent et se soudent,  hors du temps, en une unique extase. La danse clame et célèbre l’identification à l’impérissable ».

Et les auteurs poursuivent avec la danse rituelle de David devant l’Arche, celle des derviches tourneurs, de l’Inde,  des traditions chinoises, égyptiennes et africaines bien entendu. Elles sont multiples, variées,  et nous en connaissons tous plusieurs.

© Thea

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/000000000.htm.Tous droits réservés

Photo : Terpsichore Odessa Auteur Assedo



Suite de l'article...

Lectures : 1965    Commentaires : 7     Partager




Page 1 de 7

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES