Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 23
Les nouveaux membres : 8
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Élégant et talentueux JEAN ROCHEFORT


Le 11 octobre à 06:09

Rubriques : ENTRACTE


Son père, originaire de Dinan,  le voulait comptable, il a pris des cours de théâtre à Nantes où il a débuté au théâtre Graslin.
Dandy, lord, humoriste, facétieux, tous les qualificatifs lui conviennent. Un acteur à métamorphoses, toujours juste dans ses "jeux de rôles".

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm Tous droits réservés

Crédit photos : Télé Star : /Le Parisien /twitter.com /

 






Monument du cinéma, passionné par les chevaux, l’acteur Jean Rochefort est décédé dans un hôpital parisien, à l’âge de 87 ans, dans la nuit de dimanche à lundi. Longtemps, il s’est souvenu de son enfance heureuse entre les bords de Rance et Saint-Lunaire.

Sa Bretagne résonne de rires d’enfants et d’émois adolescents. Elle s’habille du bleu des marées et du jaune des genêts, elle a l’odeur du cuir tanné de l’atelier où Charles, son oncle cordonnier, exerçait au 13-14, rue Haute-Voie à Dinan.

Ce souvenir de Bretagne, Jean Rochefort l’a souvent raconté dans les colonnes du journal Ouest-France. « C’est à Dinan que se sont fixés mes premiers souvenirs de vacances avec ma mère, Fernande, née Guillot et mon père, Célestin. »

Jean-Rochefort l’enfant du pays de Dinan s’en est allé. (Photo : archives Ouest-France)

« Famille compliquée, s’amusait-il à dire. Comme je tardais à naître, ma grand-mère Marie avait persuadé ma mère  cest bien breton, ça !  de faire le tour des églises parisiennes à pied. À la quatrième paroisse, aux Buttes-Chaumont, je suis arrivé ! »

Premier au certificat d’études

De cette mésaventure prénatale, Jean Rochefort a gardé une affectueuse ironie à l’égard des « bretonneries ». « Mon père était un pur Dinannais, fils de cocher, mes grands-parents signaient dune croix, mais ils m’ont mis à lécole des Cordeliers et j’ai fini premier au certificat détudes. »

Tous les étés, sans exception, la famille Rochefort au grand complet retournait à Dinan, au foyer paternel. « Dinan évoque pour moi une espèce de cocon protecteur, lintérieur douillet des maisons, derrière les colombages, mais aussi les moustiques de la Rance qui nous avaient filé, à mon frère et à moi, une furonculose abominable, à la suite dune baignade près du Vieux pont. Sans oublier les odeurs de colle dans l’atelier du parrain, Charles Gaïton, et la façon un peu leste qu’il avait de héler sa femme à lheure de la sieste : Léonie, mont’là-haut, la natur’m’commande ! »

Premiers succès à Saint-Lunaire

Après la guerre, réussite oblige, la famille Rochefort achète une villégiature à Saint-Lunaire, station balnéaire en plein essor. La Bretagne estivale prend le parfum de l’huile à bronzer et des immortelles que l’on foule dans les dunes. La mèche rebelle et le sourire énigmatique de Jean font vibrer ces jeunes filles qu’il met sur un piédestal, telle l’Immaculée Conception… Pas pour longtemps. Les belles aiment ceux qui les font rire.

Jean Rochefort a passé ses premiers étés à Dinan. (Photo : Ian Langsdon / EPA)

La boule au ventre, Jean fait ses premières imitations de Bourvil et de Luis Mariano au casino de Saint-Lunaire, entouré par le « grand » orchestre d’Olga d’Alevi. « Des moments délicieux, une adolescence magnifique », racontait l’acteur qui préférait oublier les brumes et les ombres de ces années : la rudesse du grand-père qui interdit ses écuries aux enfants (de là viendra sans doute sa passion plus tardive pour les chevaux), la méfiance, voire l’hostilité du père et du frère aîné, Pierre (qui deviendra amiral dans la Royale) à ses fantaisies d’artiste.

Et cette année 1948 où Célestin, en froid avec Fernande, les astreint à résidence, lui et sa mère, à Saint-Lunaire après les vacances. Mortel et bienheureux hiver où l’ennui le lie à Pierre Besson, le fils de la marchande du bazar « Au petit bonheur ».

Contre l’avis paternel, ce nouveau « frère » le persuade de prendre des cours de théâtre à Nantes et même, l’année suivante, de monter à Paris suivre les cours de la rue Blanche. « Lété suivant, au cinéma paroissial, je jouais un roi dEspagne déchu dans la pièce de Michel de Ghelderode, lEscurial. »

Une salle à son nom

Ces premiers pas ont signé le début d’une carrière couronnée du succès que l’on sait. Sur les planches de Molière à Beaumarchais, au cinéma, de Cartouche au Crabe-Tambour, en passant par l’Horloger de Saint-Paul et le Mari de la Coiffeuse. Avec ses amis de Conservatoire, Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, Claude Riche, Yves Robert, Patrice Lecomte et tant d’autres, Jean Rochefort a dessiné le visage du cinéma français : moustache et crinière au vent, voix de stentor, humour et élégance.

Une salle du centre culturel de Dinan porte le nom de l’acteur. (Photo : Benoît Tessier / Reuters)

En 2005, Jean Rochefort repasse à Dinan où il découvre le futur centre de rencontres (centre de congrès). « Donner mon nom à lune des salles de votre nouveau centre culturel ? Vous me flattez, Monsieur le maire Mais est-ce que je le mérite ? »

Jean Rochefort sait jouer les faux modestes devant le maire de Dinan, René Benoit. Imper crème, écharpe bohème au cou et baskets multicolores aux pieds, le plus célèbre moustachu du cinéma est revenu sur les terres de son enfance.

Et sa superbe supplante les autres figures de la cité médiévale des Côtes-d’Armor : l’acteur est nettement plus beau que le connétable Bertrand Du Guesclin ; plus flamboyant que Roger Vercel, l’auteur de Capitaine Conan, et sûrement aussi humaniste qu’Auguste Pavie, le géographe ambassadeur d’Indochine.

« Jai longtemps lutté contre ce besoin de racines, confessait-il. Mais le temps passant, jen ressens un grand désir. Surtout ces dix dernières années. Cest biologique. » Déjà, il a acheté une maison à Saint-Briac, une commune sur le littoral tout proche, où il a passé de plus en plus de temps. « Jai vendu il y a longtemps la maison que ma famille avait à Saint-Lunaire. Il y avait trop de fantômes."

 

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/10590/reader/reader.html#!preferred/1/package/10590/pub/14987/page/6


Thea dit :
Salut l'artiste!Un acteur(et sa célèbres moustache) qui a marqué plusieurs générations et joué, parfois, ds des films "nuls" comme il le disait lui-même, pour entre tenir ses chevaux.Grand respect M.


posté il y a 6 jour


Phatrist dit :
bravo théa un bel article et un brillant hommage a ce monument de la comédie une présence exeptionelle a l'écran raffiné et élégant merci pour ce beau partage dame théa


posté il y a 5 jour


Djituze dit :
J'aimais bien cet acteur ! Article intéressant pour mieux découvrir l'homme. Je regarderai ce soir"le mari de la coiffeuse". Ce sera une découverte.


posté il y a 5 jour


Tozzia dit :
Ils partent tous (ou presque) en même temps, nos grands acteurs. Ceux qui restent, doivent se sentir très seuls. On voit les metteurs en scène se tourner vers la génération qui suit...


posté il y a 5 jour


Tozzia dit :
pour les remplacer, en faisant vieillir prématurément - au besoin - ces nouveaux acteurs dans la force de l'âge et du talent...


posté il y a 5 jour


Tozzia dit :
comme Daniel Auteuil, François Cluzet ("L'école buissonnière") ou André Dussollier, pour n'en citer que quelques-uns. Merci Dame Thea pour ce bel hommage !


posté il y a 5 jour


Thea dit :
Merci Phatrist.Les medias ont parlé de son parcours en long et en large. J'ai choisi celui de Ouest-France qui raconte l'homme, et ses retours au pays de ses ancêtres, loin des paillettes.


posté il y a 5 jour


Thea dit :
Djituze, merci pour votre passage. Comme je le dis à Phatrist, j'ai choisi cet article pour lui rendre hommage car il nous montre la facette moins connue de l'homme,à savoir celle de ses racines.


posté il y a 5 jour


Thea dit :
Oui, Tozzia, ils partent en même temps, en effet.Ils sont de la même génération, ont souvent joué ensemble ds les mm films. Ont marqué plusieurs générations. Jean Rochefort, sa crinière,sa moustache


posté il y a 5 jour


Thea dit :
son franc-parler, sa modestie aussi.Ceux qui suivent et que tu cites ont bcp de talent, nous les apprécions.Eux aussi se métamorphosent au fil des personnages dont ils endossent les vies et bien +


posté il y a 5 jour




Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES