Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 8
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 10

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


CORA VAUCAIRE, (1918/2011), « la Dame blanche de Saint-Germain-des Prés »


Le 28 octobre à 05:52

Rubriques : Voix de toujours


Sa voix a marqué notre génération.Mon mari aimait  beaucoup, cette chanson qu'il fredonnait tout le temps et que l'une de nos filles, toute peite, reprenait avec lui.

La complainte de la butte

(Paroles : Jean Renoir, Musique : Georges Van Parys)

Interprétée par Cora Vaucaire et rendue publique la première fois dans le film French Cancan, de Jean Renoir (1954) et sous sa direction.

 

Dame Blanche parce qu’elle se présentait traditionnellement au public vêtue d’une longue robe blanche pour masquer les tremblements dus au trac qu’elle avouait n’avoir «jamais pu maîtriser». C’était aussi par refus du noir, couleur dominante après la guerre, et associée à la pauvreté: «je voulais apporter du bonheur, j’ai joué le blanc».

La chanteuse Cora Vaucaire, décédée le 17 septembre 2011, à 93 ans, avait été une subtile interprète de la chanson à textes «rive gauche» à partir des années 50, au service de poètes comme Prévert, Aragon, Trénet, Barbara ou Ferré. Surnommée «la Dame blanche de Saint-Germain-des-Prés» (Juliette Gréco étant «la dame en noir»), créatrice avant Montand de la chanson de Prévert et Kosma «Les Feuilles mortes» (enregistrée en 1948), elle défendait ce qu’elle appelait, «l’esprit français des textes qui expriment souvent la joie de vivre et toujours des sentiments forts».

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

Clichés : CD and LP / Paul' Web Logs /AbeBooks





Trois fois couronnée par l’Académie Charles Cros, elle immortalisa notamment «La Complainte de la Butte» qu’elle interprète dans le film de Renoir «French cancan» en 1955 et «Trois petites notes de musique» dans celui de Colpi, «Une aussi longue absence» en 1960.

Silhouette menue, le sourire éclatant, la voix claire et la diction parfaite, Cora Vaucaire – qui a débuté au théâtre – chantait en comédienne, ciselait chaque chanson en une petite pièce de trois ou quatre minutes, l’interprétant avec charme, émotion et sincérité.

texte :

Son répertoire sans concessions, se composait de chansons oubliées du Moyen-Age («La complainte du Roy Renaud»), de succès de la Belle Epoque (ceux d’Yvette Guilbert), de textes de poètes (Appollinaire, Carco, Aragon), ou d’autres interprètes comme Maurice Fanon ou Jacques Debronckart, qu’elle appréciait particulièrement.

Encouragée par Piaf

Elle a longtemps chanté dans les petits cabarets de la rive gauche, où débutaient la plupart des artistes d’alors. Allergique au show bizz, discrète voire secrète, Cora Vaucaire préféra, une fois connue, offrir à ses fidèles des récitals intimistes – souvent conçus «à la carte» selon son humeur et celle des spectateurs – dans les petits théâtres à l’italienne: l’Oeuvre (1967), Montparnasse (1975), Dejazet (1992), Bouffes du Nord (1999). Elle a toujours évité les grands music-halls, ne se produisant qu’une fois durant un mois à Bobino (1973) et un soir l’Olympia (1991).

Célèbre au Japon et première chanteuse à se produire en Albanie, elle a fait applaudir la chanson française dans le monde entier.

Née le 22 juillet 1918 à Marseille, fille d’un capitaine au long cours, Cora Vaucaire, de son vrai nom Geneviève Collin, s’inscrit au conservatoire de théâtre contre la volonté familiale. On lui coupe les vivres, mais elle fait ses classes sous l’œil de Fernand Ledoux et Charles Dullin, et remporte à seize ans, le premier prix de comédie et de tragédie de la ville de Paris.

Préférant finalement la chanson, elle gagne divers concours, dont l’un présidé par Piaf qui l’encourage. A la Libération, après avoir commencé à chanter à la radio, elle fait ses débuts à l’Echelle de Jacob au même programme que Brel et Fernand Raynaud. Cora Vaucaire était veuve du parolier Michel Vaucaire (décédé en 1980), auteur avec Charles Dumont de la célèbre chanson interprétée par Piaf, «Non je ne regrette rien».

(Source AFP)

next.liberation.fr

Elle se plaît aussi à chanter un vaudeville de Fragson (Je ne peux pas), Yvette Guilbert (Quand on vous aime comme ça), mais aussi à reprendre Le Temps des cerises, elle qui a chanté L'Internationale devant des usines en grève ! (wikipédia)

 


Thea dit :
Dame Blanche, en contraste avec Juliette Gréco, la Muse noire de St Germain-des-Prés. Dame au beau sourire,à la sensibilité à fleur de peau et de voix, qui savait si bien chanter Appollinaire, Carco,


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
Aragon, avec un rien de gouaille dans la voix et ce petit quelque chose de plus qui la personnalisait. Je l'écoute toujours avec émotion. Bonne journée dominicale.


posté il y a 2 semaine


Escargot dit :
Merci Dame Thea !... Cora Vaucaire avait les voix de l'intelligence et de la sensibilité. Ce registre était difficile - vocalement - car l'artiste parlait plus qu'il ne chantait.


posté il y a 2 semaine


Escargot dit :
Comme Francis Lemarque et bien d'autres artistes. Un chanteur pouvait porter un texte ou une musique. Il n'existait qu'en tant que transmetteur d'une ou plusieurs compositions. Il en avait l'humilité.


posté il y a 2 semaine


Escargot dit :
Edith Piaf mentionnait toujours - avant de chanter - les auteurs de la chanson qu'elle interprétait. Emotion devant tant d'humilité.


posté il y a 2 semaine


Giorgino dit :
Merci Théa , beau rétro et souvenir avec cette très BELLE voix ,


posté il y a 2 semaine


Sapience dit :
INOUBLIABLE Cora Vaucaire du moins pour notre génération. Une interprète intelligente qui avait de la classe. J'aime tout son répertoire et je l'écoute avec plaisir. Merci Théa de si bien l'évoquer


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
Oui, Escargot, le registre vocal de ces chansons réalistes demandait bcp de doigté. L'humilité, ces chanteurs, comme Cora Vaucaire, Francis Lemarque, Mouloudji et bien d'autres, ils l'avaient.


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
Effectivement, Edith Piaf mentionnaient toujours paroliers et compositeurs.Modestement, je cherche tjrs les auteurs et compositeurs quand je mets la vidéo d'une chanson sur le blog. On les oublie


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
beaucoup trop et on attribue, sans réfléchir, tout ce travail de l'ombre aux interprètes. Aujourd'hui plus que jamais, hélas ! Rendons à César ce qui est à César. (8(


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
Voix émouvante et sensible, GG...


posté il y a 2 semaine


Thea dit :
Effectivement, Sapience, Cora Vaucaire a marqué notre génération d'après-guerre qui se reconnaissait dans ces textes forts interprétés sur scène sans bling bling ni cris: là est leur FORCE !


posté il y a 2 semaine




Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES