La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 23
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 9

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Silence, brillance et transcendance

Le 29 janvier à  05:23
Rubriques : Musique et poésie

Soliloque
Un seul témoin ne suffit pas.
Lors je ne pourrais être sûre
Du vrai poids et de la mesure 
De ce que furent mes ébats.
Ma mémoire sauve des faits 
Et me présente des images.
Étonnamment aucun visage.
Son énergie me stupéfait.
Reste crédible et vertueux,
Me révélant des évidences 
Sur mes désirs et mes tendances, 
Mon journal voulu rigoureux.
Seule, émergée dans le silence, 
Je continue à me parler.
Le fais en un style perlé,
Lorsque m'éblouit la brillance.
  29 janvier 2018
Soliloque

Un seul témoin ne suffit pas.
Lors je ne pourrais être sûre
Du vrai poids et de la mesure 
De ce que furent mes ébats.

Ma mémoire sauve des faits 
Et me présente des images.
Étonnamment aucun visage.
Son énergie me stupéfait.

Reste crédible et vertueux,
Me révélant des évidences 
Sur mes désirs et mes tendances, 
Mon journal voulu rigoureux.

Seule, émergée dans le silence, 
Je continue à me parler.
Le fais en un style perlé,
Lorsque m'éblouit la brillance.

  29 janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 251    Commentaires : 0     Partager



Le sublime et l'odieux

Le 28 janvier à  10:41
Ô le plaisir de décider!
Demeurer sans faire de gestes,
Est un privilège qui reste
À très peu de gens accordé.
Arrivant au monde, tout être
Se sent contraint de s'activer.
Le plus souvent, peu motivé,
Il s'attriste sans le paraître.
Ceux qui savent comment rêver
Se représentent un espace
Où séjourner semble une grâce.
De doux tapis, il est pavé.
Or moi, n'ayant pas hérité 
De ce pouvoir compensatoire,
Je ne m'invente pas d'histoires,
M'émeus de la réalité.
Suis fascinée en contemplant 
Les créatures captivantes
Que des énergies réinventent.
Leur mystère est époustouflant.
Le silence a ma préférence 
Occulte les atrocités.
Me révolte la cruauté
Qui surgit de la providence.
28 Janvier 2018
Ô le plaisir de décider!
Demeurer sans faire de gestes,
Est un privilège qui reste
À très peu de gens accordé.

Arrivant au monde, tout être
Se sent contraint de s'activer.
Le plus souvent, peu motivé,
Il s'attriste sans le paraître.

Ceux qui savent comment rêver
Se représentent un espace
Où séjourner semble une grâce.
De doux tapis, il est pavé.

Or moi, n'ayant pas hérité 
De ce pouvoir compensatoire,
Je ne m'invente pas d'histoires,
M'émeus de la réalité.

Suis fascinée en contemplant 
Les créatures captivantes
Que des énergies réinventent.
Leur mystère est époustouflant.

Le silence a ma préférence 
Occulte les atrocités.
Me révolte la cruauté
Qui surgit de la providence.

28 Janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 233    Commentaires : 0     Partager





Le beau devenu littéraire

Le 26 janvier à  05:02
Rubriques : Musique et poésie
Sur une feuille de papier,
Écran qu'éclaire la lumière, 
J'attends que viennent s'aligner
Des mots en liberté qui errent.
De l'ombre y fait des déchirures
Sous l'effet de rayons dorés.
Mais pas de traces d'écriture
Et nulle tache colorée.
Soudainement, je m'attendris,
 Posant mon regard sur des plantes.
L'hibiscus jaune a fleuri.
Elles existent sans attente.
Je ressens la joie qui agit
Face à la beauté naturelle.
Elle met, dans l'âme et l'esprit,
Une énergie spirituelle.
Lors, je m'abandonne à l'instant, 
Joyeuse, sans faire de gestes.
Être en éveil est l'important,
Incite à demeurer modeste.
N'ai plus le désir d'exprimer 
  Le beau sous forme littéraire. 
Or surprise, j'entends rimer
  Des mots simples planant dans l'air.
  
26 janvier 2018.

Sur une feuille de papier,
Écran qu'éclaire la lumière, 
J'attends que viennent s'aligner
Des mots en liberté qui errent.

De l'ombre y fait des déchirures
Sous l'effet de rayons dorés.
Mais pas de traces d'écriture
Et nulle tache colorée.

Soudainement, je m'attendris,
 Posant mon regard sur des plantes.
L'hibiscus jaune a fleuri.
Elles existent sans attente.

Je ressens la joie qui agit
Face à la beauté naturelle.
Elle met, dans l'âme et l'esprit,
Une énergie spirituelle.

Lors, je m'abandonne à l'instant, 
Joyeuse, sans faire de gestes.
Être en éveil est l'important,
Incite à demeurer modeste.

N'ai plus le désir d'exprimer 
  Le beau sous forme littéraire. 
Or surprise, j'entends rimer
  Des mots simples planant dans l'air.

  
26 janvier 2018.


Suite de l'article...

Lectures : 181    Commentaires : 0     Partager



Un autre hiver!

Le 25 janvier à  01:58
Rubriques : Musique et poésie


Suite de l'article...

Lectures : 258    Commentaires : 0     Partager



Le philosophe troubadour

Le 23 janvier à  07:21
Rubriques : Musique et poésie
Le philosophe troubadour
Écouter chanter Moustaki
Me conduit dans une clairière.
À l'ombre ou en pleine lumière,
Surgissent des aveux acquis.
Se promenant, il soliloque, 
Il chante, le sourire aux lèvres, 
S'attendrit sur son nouvel être,
Se sent d'ailleurs, d'une autre époque.
Il vit libre, en l'état d'éveil,
 Sensible à l'énergie vibrante, 
Capte l'harmonie qui l'enchante,
Un émoi semblant sans pareil.
Ce troubadour, qui se perçoit
Sans se donner de l'importance,
A reçu de la providence 
Le don le plus charmant qui soit.
Je parle de lui au présent. 
   Est invulnérable aux dommages,
Sa vitalité en images.
Elle a échappé au néant.
23 janvier 2018
Écouter chanter Moustaki
Me conduit dans une clairière.
À l'ombre ou en pleine lumière,
Surgissent des aveux acquis.


Se promenant, il soliloque, 
Il chante, le sourire aux lèvres, 
S'attendrit sur son nouvel être,
Se sent d'ailleurs, d'une autre époque.

Il vit libre, en l'état d'éveil,
 Sensible à l'énergie vibrante, 
Capte l'harmonie qui l'enchante,
Un émoi semblant sans pareil.


Ce troubadour, qui se perçoit
Sans se donner de l'importance,
A reçu de la providence 
Le don le plus charmant qui soit.


Je parle de lui au présent. 
   Est invulnérable aux dommages,
Sa vitalité en images.
Elle a échappé au néant.


23 janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 238    Commentaires : 0     Partager



Sur le versant de son couchant

Le 18 janvier à  11:35
Rubriques : Musique et poésie
J'existe sans utilité.
Pendant de longs instants, je reste,
 Ne faisant pas le moindre geste,
À l'aise dans l'oisiveté.
Je ne manque pas d'énergie
 Mais m'abandonne à la paresse.
À l'évidence rien ne presse
Et la brillance me ravit.
Mon âme s'emplit d'allégresse
Quand le ciel devient fabuleux,
Vaste océan de zones bleues,
Où des continents apparaissent.
Ô la tendresse de l'instant!
Dans l'harmonie silencieuse, 
Ma vie resplendit radieuse,
Sur le versant de son couchant. 
  18 janvier 2018 
J'existe sans utilité.
Pendant de longs instants, je reste,
 Ne faisant pas le moindre geste,
À l'aise dans l'oisiveté.


Je ne manque pas d'énergie
 Mais m'abandonne à la paresse.
À l'évidence rien ne presse
Et la brillance me ravit.


Mon âme s'emplit d'allégresse
Quand le ciel devient fabuleux,
Vaste océan de zones bleues,
Où des continents apparaissent.


Ô la tendresse de l'instant!
Dans l'harmonie silencieuse, 
Ma vie resplendit radieuse,
Sur le versant de son couchant. 


  18 janvier 2018 


Suite de l'article...

Lectures : 287    Commentaires : 0     Partager



À l'épreuve du temps

Le 13 janvier à  12:05

En poussière et gros flocons, 
Tombe une manne inquiétante.
Déjà des masses importantes
Bloquent l'accès à ma maison.
Je n'ai pas besoin de sortir
 Mais ne veux pas être cloîtrée.
Me faudra déneiger l'entrée, 
Serai forcée de réagir.
Après la dernière bordée,
J'avais fait d'épuisants efforts. 
À moi, je vis venir la mort
Certes pas pour me seconder.
Cette fois, sagesse, prudence!
Tout pourrait bien recommencer, 
Pas d'acharnement insensé!
L'hiver avait ma préférence. 
13 janvier 2018.
En poussière et gros flocons, 
Tombe une manne inquiétante.
Déjà des masses importantes
Bloquent l'accès à ma maison.


Je n'ai pas besoin de sortir
 Mais ne veux pas être cloîtrée.
Me faudra déneiger l'entrée, 
Serai forcée de réagir.


Après la dernière bordée,
J'avais fait d'épuisants efforts. 
À moi, je vis venir la mort
Certes pas pour me seconder.


Cette fois, sagesse, prudence!
Tout pourrait bien recommencer, 
Pas d'acharnement insensé!
L'hiver avait ma préférence. 


13 janvier 2018.


Suite de l'article...

Lectures : 239    Commentaires : 0     Partager



Une énergie délectable

Le 12 janvier à  06:27
Rubriques : Musique et poésie

Les yeux fermés pour rêvasser
Dans le silence m'abandonne.
Tout tourne autour de ma personne,
Mais rien ne semble se passer.
Certes une puissante énergie,
Qui est une force troublante,
Me fit trouver intéressante 
La voie qu'avait prise ma vie.
Je menais à bien des défis. 
Ils changèrent mon existence. 
Puis, tout perdit de l'importance; 
Ma confiance se défit.
 Lors, suis-je à jamais devenue
Indifférente à me surprendre?
M'excitait l'envie de me rendre
Où l'on ne vient pas les mains nues.
Une délectable énergie
A raison de l'indifférence,
Fait réagir l'intelligence.
 Et délivre de l'apathie.
12 janvier 2018

Les yeux fermés pour rêvasser
Dans le silence m'abandonne.
Tout tourne autour de ma personne,
Mais rien ne semble se passer.

Certes une puissante énergie,
Qui est une force troublante,
Me fit trouver intéressante 
La voie qu'avait prise ma vie.

Je menais à bien des défis. 
Ils changèrent mon existence. 
Puis, tout perdit de l'importance; 
Ma confiance se défit.

 Lors, suis-je à jamais devenue
Indifférente à me surprendre?
M'excitait l'envie de me rendre
Où l'on ne vient pas les mains nues.

Une délectable énergie
A raison de l'indifférence,
Fait réagir l'intelligence.
 Et délivre de l'apathie.

12 janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 239    Commentaires : 0     Partager



Profession: musicien

Le 11 janvier à  07:47
Nombreuses baguettes magiques
S'agitent frénétiquement,
Délogent très certainement
Des créatures chimériques.
Violents et mélodieux, 
Des sons envahissent l'espace, 
L'emplissent de sublimes grâces,
Créent un univers lumineux.
Pénétré par tant d'énergies,
Le témoin s'ouvre à la tendresse,
S'émeut d'un courant de tristesse,
Se délecte de poésie.
Dans un orchestre symphonique,
Chaque membre est un magicien,
Or son talent de musicien
 A parfois un brio unique.
11 janvier 2018

Nombreuses baguettes magiques
S'agitent frénétiquement,
Délogent très certainement
Des créatures chimériques.


Violents et mélodieux, 
Des sons envahissent l'espace, 
L'emplissent de sublimes grâces,
Créent un univers lumineux.


Pénétré par tant d'énergies,
Le témoin s'ouvre à la tendresse,
S'émeut d'un courant de tristesse,
Se délecte de poésie.


Dans un orchestre symphonique,
Chaque membre est un magicien,
Or son talent de musicien
 A parfois un brio unique.


11 janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 212    Commentaires : 0     Partager



Les émois d'une vieille dame.

Le 9 janvier à  05:38
Rubriques : Musique et poésie
Plus besoin de papier timbré,
Ni de formules consacrées,
Pour rédiger une requête.
Il fallait qu'elle fût parfaite.
Au sommet de la pyramide,
Aucun des élus n'intimide.
Or, il peut paraître normal.
De penser être leur égal.
Il y a des façons de faire 
Dont les effets peuvent déplaire.
L'irrespect, certes décevant,
Cause le rire bien souvent. 
Moqueries et tromperies,
                                                         Actuellement se marient.
                                                          Les humoristes, à loisir 
                                                       À offenser prennent plaisir.
                                                 Troublée, une très une vieille dame,
                                                      S'émeut, interroge son âme,
                                                      La trouve emplie de poésie,
                                                       Dont l'élégance l'attendrit.
 
                                                              9 janvier 2018
Plus besoin de papier timbré,
Ni de formules consacrées,
Pour rédiger une requête.
Il fallait qu'elle fût parfaite.


Au sommet de la pyramide,
Aucun des élus n'intimide.
Or, il peut paraître normal.
De penser être leur égal.


Il y a des façons de faire 
Dont les effets peuvent déplaire.
L'irrespect, certes décevant,
Cause le rire bien souvent. 


Moqueries et tromperies,
 Actuellement se marient.
 Les humoristes, à loisir 
  À offenser prennent plaisir.


           Troublée, une très une vieille dame,
          S'émeut, interroge son âme,
            La trouve emplie de poésie,
           Dont l'élégance l'attendrit.

 
          9 janvier 2018


Suite de l'article...

Lectures : 253    Commentaires : 0     Partager




Page 1 de 2

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES