La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 21
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Ma vie est devenue un conte

Le 30 octobre 2017 à  03:19
Rubriques : Musique et poésie

 

      À Alain

Le présent occupe mon temps.

À exister, je me prélasse,

Mets en des mots certaines grâces,

Le fis pour mes émois d'antan.


Il advient que je m'en souvienne.

Quand j'admire une photo,

Réagit souvent aussitôt,

La très vigilante gardienne.


La frêle jolie demoiselle.

Aux longs cheveux, et aux yeux clairs,

Radieuse disait des vers,

Surprenant des copains près d'elle.


À la Maison des Étudiants

Avec une grande innocence,

Elle faisait la connaissance

De ceux qu'elle trouvait brillants.


Elle devenait amoureuse.

N'avait le goût de travailler,

Laissait fermés livres, cahiers.

S'émouvait des nuits somptueuses.


Avec vague à l'âme, le soir,

Elle écrivait de courts poèmes

 Ne s'adressant qu'à elle- même.

L'important était de vouloir.


Ma longue vie d'efforts et voeux!

Je souris me sentant sereine.

Ma constance ne fut pas vaine.

Mon sort me semble fabuleux.


  30 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 471    Commentaires : 0     Partager



Après l'ivresse

Le 29 octobre 2017 à  03:38
Rubriques : Musique et poésie

Sans que j'eus l'option de choisir,

J'avais glissé en un espace

Où rien ne se voit ni se passe,

Un vaste lieu de loisir.


Dans un remarquable silence,

Ne ressentant pas d'énergie,

Aucun des besoins de la vie,

Je vécus une autre existence.


Or, portée par de l'allégresse,

J'ouvris les yeux et je pus voir

Qu'il allait sans tarder pleuvoir,

Certainement avec tendresse.


Déjà la fin de matinée!

Continuant à ne rien faire,

J'accueille une pensée très claire,

Médite sans imaginer.


Dans les parcs, ce rare automne

Crée un suave enivrement,

Surprend, ravit à tout moment.

Des feuilles d'or y papillonnent.


Je sais qu'arrivent après l'ivresse,

Même parfois rapidement,

 D'inévitables changements,

Du chagrin ou de la détresse.


Bien heureuse d'être en éveil,

Je ne crains pas l'inexistence.

Dans la suprême indifférence

  Elle offre un repos sans pareil.


20 octobre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 420    Commentaires : 0     Partager





En ce jour, pensons à Elle !

Le 27 octobre 2017 à  04:10
 En ce jour, pensons à Elle!
À Jacques, Danièle et Michèle
     Je me souviens: vingt-sept octobre!
   Ce jour, on fêtait notre mère,
Sans peu de moyens pour le faire,
Une célébration bien sobre!
Nous chantions, mes soeurs et moi.
En accueillant notre tendresse, 
Elle rayonnait d'allégresse 
Et nous révélait son émoi.
Plus tard, à son anniversaire
Nous pûmes enfin compenser
Joyeuses, la récompenser.
Je crois  qu'elle se sentait fière.
Ses filles et ses petits enfants 
Avons eu une énorme chance.
Elle fixait les exigences
À satisfaire au cours des ans.
Et comme elle chantait toujours,
 Même arrivée à son vieil âge,
 Et partageait son héritage, 
Elle nous rendit troubadours. 
 27 octobre 2017

 En ce jour, pensons à Elle!

À Jacques, Danièle et Michèle


     Je me souviens: vingt-sept octobre!
   Ce jour, on fêtait notre mère,
Sans peu de moyens pour le faire,
Une célébration bien sobre!


Nous chantions, mes soeurs et moi.
En accueillant notre tendresse, 
Elle rayonnait d'allégresse 
Et nous révélait son émoi.


Plus tard, à son anniversaire
Nous pûmes enfin compenser
Joyeuses, la récompenser.
Je crois  qu'elle se sentait fière.


Ses filles et ses petits enfants 
Avons eu une énorme chance.
Elle fixait les exigences
À satisfaire au cours des ans.


Et comme elle chantait toujours,
 Même arrivée à son vieil âge,
 Et partageait son héritage, 
Elle nous rendit troubadours.
 

 27 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 571    Commentaires : 0     Partager



Les dix commandements

Le 27 octobre 2017 à  11:27
Rubriques : Musique et poésie


Suite de l'article...

Lectures : 646    Commentaires : 0     Partager



Stagnation

Le 26 octobre 2017 à  03:50
Rubriques : Musique et poésie

Pantoum
Avec un ciel d'un blanc uni,
L'espace est sans magnificence.
Ne le trouble pas le silence.
Se répand un maussade ennui.
L'espace est sans magnificence.
Aucune grâce ne surgit.
Se répand un maussade ennui.
Ô que paraisse la brillance!
Aucune grâce ne surgit.
Tout demeure sans différence.
Ô que paraisse la brillance!
Rien n'exalte l'âme et l'esprit.
Tout demeure sans différence.
Le blanc n'a nullement bleui.
Rien n'exalte l'âme et l'esprit.
 L'instant stagne, sans souvenance.
26 octobre 2017
Pantoum

Avec un ciel d'un blanc uni,
L'espace est sans magnificence.
Ne le trouble pas le silence.
Se répand un maussade ennui.


L'espace est sans magnificence.
Aucune grâce ne surgit.
Se répand un maussade ennui.
Ô que paraisse la brillance!


Aucune grâce ne surgit.
Tout demeure sans différence.
Ô que paraisse la brillance!
Rien n'exalte l'âme et l'esprit.

Tout demeure sans différence.
Le blanc n'a nullement bleui.
Rien n'exalte l'âme et l'esprit.
 L'instant stagne, sans souvenance.


26 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 629    Commentaires : 0     Partager



Délicieux instants

Le 25 octobre 2017 à  06:25
Rubriques : Musique et poésie
Dans la rareté du moment,
Empli d'une exquise tendresse,
Je fus pénétrée d'allégresse.
Avait lieu un enchantement.
Fascinent par leur fantaisie
Les arbres métamorphosés.
Les tons y sont juxtaposés,
Passe un courant de poésie.
Le raz gazon illimité 
Est recouvert de débris jaunes.
Le soleil dore cette zone, 
D'une charmante étrangeté.
Revenue chez moi, suis songeuse,
Émue par la réalité.
Allégée me sentais joyeuse.
Je pense à la précarité.  
25 octobre 2017
Dans la rareté du moment,
Empli d'une exquise tendresse,
Je fus pénétrée d'allégresse.
Avait lieu un enchantement.


Fascinent par leur fantaisie
Les arbres métamorphosés.
Les tons y sont juxtaposés,
Passe un courant de poésie.


Le raz gazon illimité 
Est recouvert de débris jaunes.
Le soleil dore cette zone, 
D'une charmante étrangeté.


Revenue chez moi, suis songeuse,
Émue par la réalité.
Allégée me sentais joyeuse.
Je pense à la précarité. 
 

25 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 571    Commentaires : 0     Partager



J'existe!

Le 24 octobre 2017 à  12:42
Rubriques : Musique et poésie
Immobile dans le silence, 
Mon regard posé sur les toits,
Je ressens un paisible émoi.
J'existe, en prends conscience.
J'aime à paresser au soleil 
Or ce jour manque de brillance.
Je résiste à la somnolence
Désire rester en éveil.
L'espace change constamment 
L'énergie n'est jamais la même.
Elle devient parfois extrême, 
Peut créer un enchantement.
Les feuilles des arbres s'agitent.
Le ciel demeure sans beauté, 
Pourtant n'en suis pas attristée.
Une tranquille joie m'habite.
24 octobre 2017


Immobile dans le silence, 
Mon regard posé sur les toits,
Je ressens un paisible émoi.
J'existe, en prends conscience.

J'aime à paresser au soleil 
Or ce jour manque de brillance.
Je résiste à la somnolence
Désire rester en éveil.


L'espace change constamment 
L'énergie n'est jamais la même.
Elle devient parfois extrême, 
Peut créer un enchantement.


Les feuilles des arbres s'agitent.
Le ciel demeure sans beauté, 
Pourtant n'en suis pas attristée.
Une tranquille joie m'habite.


24 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 630    Commentaires : 0     Partager



Une joie rafraîchissante

Le 23 octobre 2017 à  05:24
  Une joie rafraîchissante
Songerie
Quand je viens d'écrire un poème, 
Dont mon fils me paraît ému,
Que vraisemblablement, il aime,
Me sens joyeuse et parfois plus.
L'inspiration semble une grâce. 
Elle se manifeste en art, 
Merveilleusement efficace.
 Or ne dépend pas du hasard.
Tout art implique un savoir faire,
Un exigeant apprentissage,
 Souvent décourageant, austère.
Être doué, quel avantage!
La poésie, art du langage, 
N'est accessible qu'à certains.
Parmi tous ceux qui s'y engagent,
Nombreux se fourvoient en chemin. 
21 octobre 2017



Songerie

Quand je viens d'écrire un poème, 
Dont mon fils me paraît ému,
Que vraisemblablement, il aime,
Me sens joyeuse et parfois plus.

L'inspiration semble une grâce. 
Elle se manifeste en art, 
Merveilleusement efficace.
 Or ne dépend pas du hasard.


Tout art implique un savoir faire,
Un exigeant apprentissage,
 Souvent décourageant, austère.
Être doué, quel avantage!


La poésie, art du langage, 
N'est accessible qu'à certains.
Parmi tous ceux qui s'y engagent,
Nombreux se fourvoient en chemin. 


21 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 590    Commentaires : 0     Partager



La critique restée muette

Le 22 octobre 2017 à  05:05
Rubriques : Musique et poésie

 

« Ô saisons, Ô châteaux! 

Quelle âme est sans défaut? »

Toute création artistique

Provoque aussitôt la critique.

 

Dans la nature aucune erreur.

Fascinante est la splendeur

Qui résulte de l'harmonie.

Elle est source de poésie.

 

Les trouvères chantaient des phrases,

Majestueuses, sans emphase.

La mémoire les conservait.

Leur grâce portait à rêver.

 

M'est une source de brillance

Le langage de l'élégance.

J'aime redire à haute voix

Des confidences d'autrefois.

 

La poésie contemporaine

A pris des formes qui me gênent.

Je scrute celle d'un auteur

Qui a des millions de lecteurs.

 

Je n'y vois point de merveilleux.

Me surprennent des vers boiteux.

Quelle est sa force de poète?

La critique reste muette.

 

Houellebecq? On ne saura

 Qui apprécie un peu ou pas

Sa poésie originale,

Sans coups de coeur, peu musicale. 

 

                                                           22 octobre 2017

 

 

 


 

« Ô saisons, Ô châteaux! 

Quelle âme est sans défaut? »

Toute création artistique

Provoque aussitôt la critique.

 

Dans la nature aucune erreur.

Fascinante est la splendeur

Qui résulte de l'harmonie.

Elle est source de poésie.

 

Les trouvères chantaient des phrases,

Majestueuses, sans emphase.

La mémoire les conservait.

Leur grâce portait à rêver.

 

M'est une source de brillance

Le langage de l'élégance.

J'aime redire à haute voix

Des confidences d'autrefois.

 

La poésie contemporaine

A pris des formes qui me gênent.

Je scrute celle d'un auteur

Qui a des millions de lecteurs.

 

Je n'y vois point de merveilleux.

Me surprennent des vers boiteux.

Quelle est sa force de poète?

La critique reste muette.

 

Houellebecq? On ne saura

 Qui apprécie un peu ou pas

Sa poésie originale,

Sans coups de coeur, peu musicale. 

 

                                                           22 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 570    Commentaires : 0     Partager



Un écoeurement récurrent

Le 21 octobre 2017 à  11:12


 

Songerie

 

On tenait pour civilisés

  Les citoyens des grandes villes

Or certains se révèlent viles,

Se comportent en dépravés.

 

Le dégoût à divers degrés,

Est ressenti lors des nouvelles;

Des hommes importants harcèlent

Et brutalisent sans regret.

 

Malheureux vivent des êtres, 

Non respectés, souvent blessés.

Ils endurent sans dénoncer.

Ils y seront contraints peut-être.

 

Châtier d'odieux maudits

Est certainement souhaitable

Mais peu souvent réalisable;

Les protègent des interdits.

 

Ce ne sont certes pas des lois

Qui changent des façons de faire.

La prévention est nécessaire

Et urgente nombreuses fois.

 

Les parents et les enseignants

Parlent-ils de dignité

Lui donnant la priorité?

Des actes honteux, répugnants?

 

Les jeunes sont influençables

En éveil et en appétit.

Ne deviendront pas pervertis

Ceux que la vie rendit aimables.

 

21 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 610    Commentaires : 0     Partager




Page 1 de 3

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES