La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 14
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


face à l'inexprimable

Le 30 novembre 2017 à  04:55
Rubriques : Musique et poésie

J'absorbe l'énergie qui rayonne palpable.
Près de moi un bouquet de feuilles me ravit.
De l'observer me prend soudainement l'envie.
Je reste médusée face à l'inexprimable

30 novembre 2017
J'absorbe l'énergie qui rayonne palpable.
Près de moi un bouquet de feuilles me ravit.
De l'observer me prend soudainement l'envie.
Je reste médusée face à l'inexprimable
30 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 447    Commentaires : 0     Partager



L'énergie posthume

Le 27 novembre 2017 à  04:36
Rubriques : Musique et poésie
Songerie
Si mon silence perdurait,
Laissant surprises, sans nouvelles,
Des âmes me semblant fidèles,
Entraînerait-il des regrets?
Je sais que non, certainement.
Mes confidences poétiques
Me font paraître sympathique,
Sans créer un attachement.
Des amis demeurant absents,
Parfois éteints sans qu'on le sache.
D'eux, très vite, tout se détache.
Bienvenus sont les remplaçants.
Le poète qui disparaît, 
S'il était existentialiste,
Semblait parfois irréaliste:
Du néant, il triompherait!
Or même sans l'avoir voulu,
Des êtres qui offraient leurs oeuvres
Nous ont apporté cette preuve. 
Ils continuent à être lus.
27 novembre 2017
Songerie

Si mon silence perdurait,
Laissant surprises, sans nouvelles,
Des âmes me semblant fidèles,
Entraînerait-il des regrets?

Je sais que non, certainement.
Mes confidences poétiques
Me font paraître sympathique,
Sans créer un attachement.


Des amis demeurant absents,
Parfois éteints sans qu'on le sache.
D'eux, très vite, tout se détache.
Bienvenus sont les remplaçants.


Le poète qui disparaît, 
S'il était existentialiste,
Semblait parfois irréaliste:
Du néant, il triompherait!


Or même sans l'avoir voulu,
Des êtres qui offraient leurs oeuvres
Nous ont apporté cette preuve. 
Ils continuent à être lus.


27 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 386    Commentaires : 0     Partager





Le choix du laisser-aller

Le 25 novembre 2017 à  04:52
Rubriques : Musique et poésie
Certainement est beau un homme,
Les cheveux propres, bien peignés, 
L'apparence claire, soignée.
La peau pelure d'une pomme.
Alors que sa vie est publique, 
                                                       N'échappant pas à la critique,
Le laisser-aller est un choix.
Un visage rugueux déçoit.
En dépit de leur compétence, 
Et de leurs propos éclairés, 
Ceux qui paraissent négligés
Ne provoquent pas d'attirance.
Le charisme agit sur tout l'être
L'intelligence, l'éloquence
 Sont activées dans l'élégance.
En son absence, ne peut naître.
25 novembre 2017
Certainement est beau un homme,
Les cheveux propres, bien peignés, 
L'apparence claire, soignée.
La peau pelure d'une pomme.


Alors que sa vie est publique, 
N'échappant pas à la critique,
Le laisser-aller est un choix.
Un visage rugueux déçoit.


En dépit de leur compétence, 
Et de leurs propos éclairés, 
Ceux qui paraissent négligés
Ne provoquent pas d'attirance.


Le charisme agit sur tout l'être
L'intelligence, l'éloquence
 Sont activées dans l'élégance.
En son absence, ne peut naître.


25 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 304    Commentaires : 0     Partager



L'avant, l'après

Le 23 novembre 2017 à  05:58
Rubriques : Musique et poésie
L'avant, l'aprés
Pantoum
Continu, reste le silence.
Stagnent des nuages nacrés. 
La lumineuse clarté crée 
Un bien-être sans appétence.
Stagnent des nuages nacrés.
Aucune trace de brillance.
Un bien-être sans appétence.
Le silence fond les regrets.
Aucune trace de brillance.
L'énergie change de degré.
Le silence fond les regrets,
Apparaissent des souvenances.
L'énergie change de degré.
Elle demeure sans puissance.
 Apparaissent des souvenances.
Ô ce qui fut! Et puis, l'aprés.
23 novembre 2017



Pantoum

Continu, reste le silence.
Stagnent des nuages nacrés. 
La lumineuse clarté crée 
Un bien-être sans appétence.


Stagnent des nuages nacrés.
Aucune trace de brillance.
Un bien-être sans appétence.
Le silence fond les regrets.


Aucune trace de brillance.
L'énergie change de degré.
Le silence fond les regrets,
Apparaissent des souvenances.


L'énergie change de degré.
Elle demeure sans puissance.
 Apparaissent des souvenances.
Ô ce qui fut! Et puis, l'aprés.


23 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 447    Commentaires : 0     Partager



Une triste pensée

Le 21 novembre 2017 à  11:36
Rubriques : Musique et poésie

Un univers voluptueux,
Durant un concert symphonique.
Au piano, un vieux monsieur.
Son beau visage est euphorique.


La dextérité de ses doigts 
Révèle un art qui me fascine, 
Me cause un savoureux émoi,
 Me semble une grâce divine.


Je ne cesse de contempler 
Ce musicien aux cheveux blancs 
Qui sourit faisant s'envoler 
Des sons allègres et troublants.


Soudainement mon coeur se serre.
Me vient une triste pensée;
Certes va s'éteindre cet être,
Qu'en restera-t-il? Ne le sais.


21 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 402    Commentaires : 0     Partager



L'antimatière

Le 20 novembre 2017 à  04:20
Rubriques : Musique et poésie


Suite de l'article...

Lectures : 376    Commentaires : 0     Partager



La force de mes habitudes

Le 17 novembre 2017 à  04:24
On aime croire qu'il suffit
 De choisir ce que l'on veut faire,
Quand dans l'oisiveté l'on erre,
Sans aucun besoin ni envie.
Or, dans mon cas, il n'en est rien.
Me programment des habitudes,
Acquises dans ma solitude.
Elles règlent mon quotidien.
Avec une grande douceur, 
Leur énergie se manifeste, 
Et m'impose les mêmes gestes. 
 Lors, je ne commets pas d'erreur.
Certes bien souvent ma mémoire
Se propose à m'entretenir,
 Veut ranimer mes souvenirs,
Elle a un vaste répertoire.
Le présent me tient en éveil.
J'ai la grâce, la certitude 
De capter avec promptitude
Des effets étant sans pareils. 
Je les saisis dans des poèmes,
Innocents, emplis de tendresse,
Ou d'une exaltante allégresse.
   Les disperse le vent que j'aime.  
17 novembre 2017

On aime croire qu'il suffit
 De choisir ce que l'on veut faire,
Quand dans l'oisiveté l'on erre,
Sans aucun besoin ni envie.

Or, dans mon cas, il n'en est rien.
Me programment des habitudes,
Acquises dans ma solitude.
Elles règlent mon quotidien.

Avec une grande douceur, 
Leur énergie se manifeste, 
Et m'impose les mêmes gestes. 
 Lors, je ne commets pas d'erreur.

Certes bien souvent ma mémoire
Se propose à m'entretenir,
 Veut ranimer mes souvenirs,
Elle a un vaste répertoire.

Le présent me tient en éveil.
J'ai la grâce, la certitude 
De capter avec promptitude
Des effets étant sans pareils. 

Je les saisis dans des poèmes,
Innocents, emplis de tendresse,
Ou d'une exaltante allégresse.
   Les disperse le vent que j'aime.  

17 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 464    Commentaires : 0     Partager



Désormais, paraissant mon âge

Le 16 novembre 2017 à  10:53
Rubriques : Musique et poésie

Désormais paraissant mon âge,

 Dans un corps certes décevant,

J'apprécie nombreux avantages

Qui perdurent au cours des ans.

 

 

Dans la grâce de ne rien faire,

Le silence, la liberté.

 M'émeut sans cesse la beauté.

Me trouble son divin mystère.

 

 

Si me déplaît mon apparence,

Détestable réalité,

Certainement est une chance

Ma parfaite lucidité.

 

Je ne ressens aucune peur.

Je vis en un lieu mirifique

Y éprouve des coups de coeur

De mystiques élans lyriques.

 

  16 novembre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 387    Commentaires : 0     Partager



Un partage ininterrompu

Le 14 novembre 2017 à  03:32

 

En dépit des métamorphoses

Rendant mon âme toute chose,

Me laissant parfois hébétée,

Je ne me sens pas attristée.

 

Ne veux pas être indifférente,

Accepter d'être somnolente.

J'alimente mon énergie,

Reste en éveil et réagis.

 

 Solitaire dans le silence,

Quand rien ne m'occupe, je pense.

Habituellement, j'écris

Ce qu'en méditant j'ai compris.

 

J'ai gardé le goût du langage

Et acquis celui du partage.

Je me sais fidèlement lue

Lors à offrir n'hésite plus.

 

J'éprouve une innocente joie

 Quand contactée certaines fois

 J'apprends d'un inconnu qu'il aime

Lire ou relire mes poèmes.


14 novembre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 407    Commentaires : 0     Partager



Rayonnement du bien

Le 13 novembre 2017 à  03:30

 

De nombreuses choses surprennent

Ne laissant pas indifférent.

 Elles provoquent de la peine,

De la joie, d'autres sentiments.

 

Extrême parfois, la beauté,

 Que partout répand la nature,
Transcende la médiocrité,

 Change les poids et les mesures.

 

Le beau est la splendeur du bien,

Souvent dans l'ombre, non visible.

Quand dans la lumière, il survient

Y crée un émoi indicible.

 

Je pus voir un grand de ce monde,

Qui, pénétré de compassion,

Offrait sa tendresse profonde,

Simplement, sans ostentation.

 

Apparut un rayonnement.

Dans la joie l'accueillit mon être.

Lors un si  doux comportement.

 Permit à des rêves de naître.

 

12 novembre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 398    Commentaires : 0     Partager




Page 1 de 2

1

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES