La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 39
Les nouveaux membres : 9
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Aphorismes sur le mot bonheur

Le 21 mars à  05:41
Rubriques : Mes écrits

 

Bonheur:

Le bonheur est un composé d' S.L.C.(santé, liberté et confort)

Bonheur:

En voulant du bonheur à tout prix, on prend parfois le risque de s'en offrir un faux.

Bonheur:

Le bonheur pour rester stable, ne doit pas être dérangé.

Bonheur:

Pour s'assurer un bonheur accessible, il faut se réserver des joies à portée de la main.

Bonheur:

On reçoit rarement le bonheur en paiement de l'indu ce qui nous autorise à en jouir sans avoir

à rendre des comptes

Bonheur

Savoir se rendre heureux c'est savoir se mijoter de petites joies quand le besoin s'en fait sentir.

Bonheur:

Le bonheur est un équilibre précaire que l'on risque de rompre en voulant le parfaire.

Bonheur:

Ce qui nous ensoleille est de la joie,  le beau-fixe peut être du bonheur.

Bonheur:

Quand on a le goût de chanter, jour après jour, et même par temps gris, c'est qu'on vit du bonheur.

Bonheur:

Avoir apporté du bonheur ne garantit nullement qu'on en recevra une part.

Bonheur:

Ceux qui ont compris que le bonheur est de n'avoir pas à endurer de grands ou de légers malheurs, distribués à tous inévitablement, se sentiront sans doute heureux.

Bonheur:

Le bonheur de l'humanité viendrait d'un vent généreux, agissant partout à la fois, ce qui est contraire aux lois de la circulation des courants d'air.

 

 ( Extraits de« Mots dites-moi!»  de Suzanne Walther-Siksou)



Suite de l'article...

Lectures : 230    Commentaires : 0     Partager



Premier débat présidentiel

Le 21 mars à  01:44
Rubriques : Mes écrits

Propos

  De dire, il y a la façon,

Qui a certes de l'importance,

Mais ce qui pèse, c'est le fond,

Non pas l'éclat de l'éloquence.
 

 

Or pour convaincre une assistance,

Un orateur doit présenter,

En recourant à l'évidence,

 Chaque probable vérité.
 

 

Ce qui ne fut pas démontré,

Comme il convenait de le faire

Me semble dépourvu d'attrait

Et ne pouvant pas satisfaire
.

 

En silence, je rends hommage

Au candidat seul à douter

D'être l'illustre personnage

Dont la France va se doter

 

                                            20 mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 213    Commentaires : 0     Partager





À la Vie!

Le 20 mars à  12:59
Rubriques : Musique et poésie

 

   La providence me permet

D'accueillir, une fois encore,

Le renouveau qui fait éclore

Tulipes et muguet parfumé.

  

D'accueillir, une fois encore,

L'enchantement qu'il nous promet;

Tulipes et muguet parfumé,

Dans la brillance qui les dore.

  

L'enchantement qu'il nous promet;

 Des tableaux vivants se colorent

Dans la brillance qui les dore,

Les passants en seront charmés.

 

Des tableaux vivants se colorent,

Changent sans être déformés

Les passants en seront charmés.

Champagne: à la Vie que j'adore.

 

 20 mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 200    Commentaires : 0     Partager



Un impromptu sans titre

Le 19 mars à  04:01
Rubriques : Musique et poésie

 

Superbe luminosité.

L'énergie traverse les vitres.

Je ressens son intensité,

L'envie d'un impromptu sans titre.

 

 

J'attends que des mots se présentent,

Papillonnant en liberté.

Voudrais que leur grâce m'enchante,

Qu'ils m'incitent à méditer.

 

 

Mais persiste le doux silence.

Mon âme certes s'y complaît.

Je demeure dans l'innocence,

En joyeuse sérénité.

 

 

Lors, que devient l'impromptu

Que mon esprit me réclamait?

Quand les vocables se sont tus,

Impossible de s'exprimer.

 

 

Il reste sans commencement

Mais cela n'a pas d'importance.

Comment savoir assurément

La valeur de ce que l'on pense?

19 mars 2017 



Suite de l'article...

Lectures : 210    Commentaires : 0     Partager



Ma façon d'exister

Le 17 mars à  02:23

 

Si j'ai trop de choses à faire,

Ne sachant par où commencer,

Je m'assieds afin d'y penser

Mais aussitôt mon esprit erre.

 

Face au bleu de l'immensité,

La lumière me rend joyeuse

Et en même temps oublieuse.

Silence et immobilité.

 

Lors immergée dans l'innocence,

Que ne troublent pas des envies,

J'y reçois la douce énergie

Entretenant mon existence.

 

Le temps avance, peu m'en chaut.

«Rien ne presse, tout peut attendre.»

N'eus pas de mal à le comprendre.

Prudemment, je fais ce qu'il faut.

 

Les mêmes huit jours, chaque mois,

Me tire de mon indolence,

L'impérative providence

Qui me conduit loin de chez moi.

 

 

En circulant, je m'émerveille

Des richesses de la nature,

De ses inouïes créatures.
 Mon goût de capter se réveille.

 

Vendredi 17 mars 2017


Suite de l'article...

Lectures : 418    Commentaires : 0     Partager



Ciel ou enfer

Le 16 mars à  06:35
Rubriques : Musique et poésie

   

Je me souviens que mon grand-père

Fabriquait de petits bateaux

Usant de feuilles de journaux.
Il nous apprenait à en faire.

  

Il créait de même, souvent,

De charmantes choses magiques

Kaléidoscopes cubiques

Et des pliages étonnants.

 

 Une intrigante salière,

Manipulée par en-dessous

Nous amusait par-dessus tout:

Ciel ou enfer. Une prière!

 

Pensant à ces deux univers,

J'évoque le bleu et le rouge.

Où les êtres aiment et bougent

S'étendent des espaces verts.

 

 16 mars 2017

 



Suite de l'article...

Lectures : 498    Commentaires : 0     Partager



Une manne surabondante

Le 15 mars à  03:43
Rubriques : Musique et poésie

 

En accéléré, non bruyante,

Une manne surabondante

De neige superbe est tombée.

Je suis restée la bouche bée.

 

 

Je regarde ma rue qui dort.

Elle offre un tout nouveau décor,

Vivant espace sans nuances,

Où rien ne trouble le silence.

 

 

Étrangeté de l'énergie;

Des bourgeons de fleurs ont surgi

Or le froid devenu intense

Va en suspendre la croissance.

 

 

Cet hiver s'écoula paisible,

À mon bien-être fus sensible.

Qu'adviendra-t-il au mois de mai?

Je n'accueille plus les regrets.

 

 

Au cours des ans, j'ai fait le vide.

Il est vain  de rester avide

D'instants qui furent savoureux?

Mais tout occulter ne se peut.

 

15 mars 2017 



Suite de l'article...

Lectures : 612    Commentaires : 0     Partager



La pandémie des destructions

Le 14 mars à  02:50
Rubriques : Mes écrits

Songerie

 

Dans nombreuses parties du monde,

Devenues zones de combats,

Les actes dramatiques abondent.

La fureur ne s'affaiblit pas.

 

Des agressions innommables

Ensanglantent des innocents.

Ils s'éparpillent pitoyables,

Désespérément impuissants.

 

Toutes les forces destructrices

Restent actives dans la nuit.

S'écroulent de hauts édifices,

Écrasant les êtres qui fuient.

 

Quand la vie s'avère impossible,

Il n'y a pas d'abris ailleurs.

Chaque endroit devient une cible,

Laisse circuler la frayeur.

 

N'est accessible aucun moyen

Pour enrayer la barbarie.

Il ne repoussera plus rien

Où eurent lieu des tueries.

 

À l'abri, tentant d'être heureux,

On peut ne vivre que pour soi,

Se faire sourd, fermer les yeux.

Mais il existe d'autres choix.

 

14 mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 615    Commentaires : 0     Partager



Mégalomanes amoraux

Le 13 mars à  01:27
Rubriques : Musique et poésie

Songerie



Dans l'harmonie de la nature,

 Ressentant tendresse et respect,

L'âme humaine demeure en paix.

L'exaltant mystère perdure.



L'équilibre peut sembler stable,

Douce, l'énergie créatrice.

De nuisibles forces agissent.

Leurs effets sont intolérables.



Sur terre, les êtres avertis

Gardent courage et espérance.

Entre eux, ils se font confiance.

Ne pensent pas aux pervertis.



Purent oeuvrer en malfaiteurs,

Des proches certes insoupçonnables,

Invétérés mégalomanes,

 Ne craignant pas le déshonneur.



Dans un espace misérable,

Privé de courants parfumés,

Qu'ils se retrouvent transformés

De grands seigneurs en corvéables.


13 mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 595    Commentaires : 0     Partager



Des caractères littéraires

Le 11 mars à  04:16
Rubriques : Mes écrits

 

 Songerie

 

Molière aimait faire rire.

Il écrivit des comédies.

Des travers illustra les pires,

Imaginant des parodies.

 

 

La Fontaine aussi se moqua,

Usant d'une exquise malice.

Les histoires qu'il raconta

Contiennent de rares délices.

 

 

La Bruyère sut animer

Des personnages excentriques

Donnant envie des les mimer.

L'amusait ce genre critique.

 

 

Les temps ayant évolué,

 Souvent cachés de nombreux vices,

Pouvant un jour être hués,

Sont couverts de façon propice.

 

 

Des escrocs beaux parleurs, affables,

Se révélèrent fruits pourris.

Ne furent pas héros de fables

Et restèrent des favoris.

 

 

Envoyé par suprême grâce

Un doux prophète est apparu.

Des justes, il a suivi la trace.

Les agnostiques en lui ont cru.

 

 

Quel auteur sera soucieux,

Pris d'une ardeur spirituelle,

D'en faire un portait radieux.

Il répand une foi nouvelle.

 

Montréal, onze mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 637    Commentaires : 0     Partager




Page 10 de 35

10

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES