La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 25
Les nouveaux membres : 11
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


À l'enchantement, je succombe

Le 16 mai à  04:03
Rubriques : Musique et poésie
Sans envie, j'ai ouvert les yeux.
Me trouve face à la lumière, 
Je vois l'image familière,
 Ma rue figée sous le ciel bleu.
Une surprise décevante,
Dans mon jardin, le tapis vert
Est jonché de débris divers, 
De taches jaunes envahissantes.
En fleurs, mais demeurant en pleurs,
Le magnolia n'est plus superbe. 
Sa faïence, en morceaux sur l'herbe,
Prend de la rouille la couleur.
Des tulipes majestueuses 
Forment un groupe ravissant.
Le mystère est hallucinant 
Qui crée des grâces fabuleuses.
Inactive, je me sens bien,
N'ai aucun désir en attente,
 De mon énergie me contente 
Mais de mon entrain me souviens.
Certes mes mémoires d'outre-tombe
Confieront de ma longue vie 
De frais instants de poésie.
À l'enchantement, je succombe.
16 mai 2017

Sans envie, j'ai ouvert les yeux.
Me trouve face à la lumière, 
Je vois l'image familière,
 Ma rue figée sous le ciel bleu.

Une surprise décevante,
Dans mon jardin, le tapis vert
Est jonché de débris divers, 
De taches jaunes envahissantes.

En fleurs, mais demeurant en pleurs,
Le magnolia n'est plus superbe. 
Sa faïence, en morceaux sur l'herbe,
Prend de la rouille la couleur.

Des tulipes majestueuses 
Forment un groupe ravissant.
Le mystère est hallucinant 
Qui crée des grâces fabuleuses.

Inactive, je me sens bien,
N'ai aucun désir en attente,
 De mon énergie me contente 
Mais de mon entrain me souviens.

Lors, mes mémoires d'outre-tombe
Confieront de ma longue vie 
De frais instants de poésie.
À l'enchantement, je succombe.

16 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 187    Commentaires : 0     Partager



La puissance de l'énergie que l'on appelle: providence

Le 15 mai à  04:25
Rubriques : Mes écrits, Musique et poésie
Songerie
Le président a désigné 
Le premier ministre de France;
Or n'arrive pas l'espérance
À ceux qui vivent résignés.
Leur sort dépendra, c'est certain
De l'action de la providence.
Avoir accepté des croyances, 
S'est bien souvent révélé vain. 
Ici-bas, le monde a des lois
Qui régissent les créatures 
Et les choses de la nature.
Elles ébahissent parfois.
Les chrétiens semblent avoir compris
Qu'il faut accueillir l'existence
Avec ferveur et patience, 
Apprendre à en payer le prix. 
Mieux vaut souffrir que mourir
Est un choix que nombreux partagent
Sans se demander s'il est sage.
Vivre et se laisser éblouir!
15 mai 2017

Songerie

Le président a désigné 
Le premier ministre de France;
Or n'arrive pas l'espérance
À ceux qui vivent résignés.


Leur sort dépendra, c'est certain
De l'action de la providence.
Avoir accepté des croyances, 
S'est bien souvent révélé vain.
 

Ici-bas, le monde a des lois
Qui régissent les créatures 
Et les choses de la nature.
Elles ébahissent parfois.


Les chrétiens semblent avoir compris
Qu'il faut accueillir l'existence
Avec ferveur et patience, 
Apprendre à en payer le prix.
 

Mieux vaut souffrir que mourir
Est un choix que nombreux partagent
Sans se demander s'il est sage.
Vivre et se laisser attendrir!

15 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 164    Commentaires : 0     Partager





Un murmure troublant

Le 12 mai à  03:33
Rubriques : Musique et poésie
En ce matin empli de grâces, 
Ciel fascinant, jardins en fleurs, 
Couverts de splendides couleurs, 
Allègrement, je me prélasse.
Alors que je ne pense à rien,
 J'entends me dire: es-tu heureuse? 
Ma mère restait soucieuse 
De s'assurer que j'étais bien. 
 - Oui, maman! Mon sort me convient.
Ton amour est inoubliable,
Ton héritage inépuisable.
J'accueille en paix ce qui m'advient.
Audible, son dire d'antan
Rompit doucement le silence.
Lors, je ressentis sa  présence.
De la tendresse se répand.
12 mai 2017
En ce matin empli de grâces, 
Ciel fascinant, jardins en fleurs, 
Couverts de splendides couleurs, 
Allègrement, je me prélasse.

Alors que je ne pense à rien,
 J'entends me dire: es-tu heureuse? 
Ma mère restait soucieuse 
De s'assurer que j'étais bien. 

 - Oui, maman! Mon sort me convient.
Ton amour est inoubliable,
Ton héritage inépuisable.
J'accueille en paix ce qui m'advient.

Audible, son dire d'antan
Rompit doucement le silence.
Lors, je ressentis sa  présence.
De la tendresse se répand.

12 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 186    Commentaires : 0     Partager



Je remercie la providence

Le 12 mai à  10:47
Songerie
Je souris et murmure: étrange,
En pensant à ma destinée.
Je termine une bonne année.
Sans doute sur moi veille un ange.
Bien peu d'âmes sont épargnées.
Après une longue existence,
Elles endurent des souffrances.
N'ai pas besoin d'être soignée.
Je remercie la providence,
Pouvant m'activer à loisir, 
Profiter de nombreux plaisirs,
Sans m'embarrasser de prudence.
Est-ce là l'effet de la chance
 Ou plutôt celui d'une loi,
Qui judicieusement octroie,
Une indicible récompense.
11 mai 2017
Songerie

Je souris et murmure: étrange,
En pensant à ma destinée.
Je termine une bonne année.
Sans doute sur moi veille un ange.


Bien peu d'âmes sont épargnées.
Après une longue existence,
Elles endurent des souffrances.
N'ai pas besoin d'être soignée.


Je remercie la providence,
Pouvant m'activer à loisir, 
Profiter de nombreux plaisirs,
Sans m'embarrasser de prudence.


Est-ce là l'effet de la chance
 Ou plutôt celui d'une loi,
Qui judicieusement octroie,
Une indicible récompense.

11 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 180    Commentaires : 0     Partager



Rafraîchissante souvenance

Le 11 mai à  11:58
Rubriques : Musique et poésie
Attentive dans le silence,
Le corps, l'âme et l'esprit en paix,
J'existe en ce matin de mai, 
Qui est dépourvu de brillance.
Le corps, l'âme et l'esprit en paix, 
Je contemple le ciel immense, 
Qui est dépourvu de brillance.
Rien de nouveau n'y apparaît.
Je contemple le ciel immense ,
D'un blanc à peine coloré.
Rien de nouveau n'y apparaît.
Ô le charme de la mouvance!
D'un blanc à peine coloré, 
Se détachent sans turbulence, 
Ô le charme de la mouvance!
Des îlots  aux contours dorés.
Se détachent sans turbulence
Et voguent jusqu'à moi, tout près
Des îlots aux contours dorés,
Pleins des saveurs de mon enfance.
11 mai 2017
Attentive dans le silence,
Le corps, l'âme et l'esprit en paix,
J'existe en ce matin de mai, 
Qui est dépourvu de brillance.

Le corps, l'âme et l'esprit en paix, 
Je contemple le ciel immense, 
Qui est dépourvu de brillance.
Rien de nouveau n'y apparaît.

Je contemple le ciel immense ,
D'un blanc à peine coloré.
Rien de nouveau n'y apparaît.
Ô le charme de la mouvance!

D'un blanc à peine coloré, 
Se détachent sans turbulence, 
Ô le charme de la mouvance!
Des îlots  aux contours dorés.

Se détachent sans turbulence
Et voguent jusqu'à moi, tout près
Des îlots aux contours dorés,
Pleins des saveurs de mon enfance.

11 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 149    Commentaires : 0     Partager



Une décision questionable

Le 9 mai à  02:59
Rubriques : Musique et poésie
  Soliloque
Je veux comprendre pourquoi j'aime
Ou n'apprécie pas quelquefois
 Une réaction de moi-même.
Alors j'en cherche le pourquoi.
Causer un plaisir à quelqu'un 
Crée toujours un instant de grâce.
Peut y circuler un parfum.
En sympathie, on se prélasse.
Je me suis montrée généreuse 
Envers une femme étrangère
 Alors qu'elle était anxieuse.
Sa détresse fut passagère.
Elle n'a cure que j'existe, 
Ne m'a jamais remerciée.
 Cela ne m'a pas rendu triste.
Ne lui suis nullement liée.
La maladie, présentement,
 La rend à nouveau pitoyable.
Je m'en éloigne promptement
                                                         Refuse d'être secourable.
                                                                   9 mai 2017
Soliloque

Je veux comprendre pourquoi j'aime
Ou n'apprécie pas quelquefois
 Une réaction de moi-même.
Alors j'en cherche le pourquoi.

Causer un plaisir à quelqu'un 
Crée toujours un instant de grâce.
Peut y circuler un parfum.
En sympathie, on se prélasse.

Je me suis montrée généreuse 
Envers une femme étrangère
 Alors qu'elle était anxieuse.
Sa détresse fut passagère.

Elle n'a cure que j'existe, 
Ne m'a jamais remerciée.
 Cela ne m'a pas rendu triste.
Ne lui suis nullement liée.

La maladie, présentement,
 La fait paraître pitoyable.
Je m'en éloigne cependant,
Ne lui serai pas secourable.

9 mai 2017



Suite de l'article...

Lectures : 197    Commentaires : 0     Partager



Le pinceau et la plume

Le 6 mai à  05:18
Rubriques : Musique et poésie

Chaque artiste a des habitudes,

Un style bien particulier.

Favorise des attitudes,

De son art veut tout oublier.

 

Le peintre invente chaque fois

Comment révéler la lumière,

Qui est une source de joie.

Il la compose à sa manière.

 

Un tableau me semble une grâce

Quand il me comble de plaisir.

Je m'introduis en son espace

Pour m'y prélasser à loisir.

 

En m'abandonnant à l'instant,

Lorsque je ressens, je m'exprime.

Le fais toujours spontanément,

Utilisant des mots qui riment.

 

Claude Moulin m'avait écrit:

Moi le pinceau et vous la plume.

Il mettait de l'or sur du gris,

Un clair de lune dans la brume.

 

6 mai 2017



Suite de l'article...

Lectures : 189    Commentaires : 0     Partager



Le plaisir de lire Les Échelles du Levant

Le 5 mai à  03:32
Rubriques : Musique et poésie
Le plaisir de lire Les Échelles du Levant
Affectueux hommage à Amin Maalouf
Ô cet attendrissant conteur,
Au comportement de poète!
Il crée une harmonie parfaite,
En captant toutes les ardeurs. 
Sa spontanéité séduit 
Et le parfum de son langage 
Conduit à d'étranges rivages.
Un drame, souvent s'y produit.
Un héros se montrant  joyeux
Auquel allait notre tendresse
Soudain poussé dans la détresse
Y devient spectre ténébreux.
Or le sauve son créateur.
Employant ou non la magie,
Il manipule l'énergie 
Et fait triompher le bonheur.
5 m
Affectueux hommage à Amin Maalouf


Ô cet attendrissant conteur,
Au comportement de poète!
Il crée une harmonie parfaite,
En captant toutes les ardeurs.
 

Sa spontanéité séduit 
Et le parfum de son langage 
Conduit à d'étranges rivages.
Un drame, souvent s'y produit.

Un héros se montrant  joyeux
Auquel allait notre tendresse
Soudain poussé dans la détresse
Y devient spectre ténébreux
.

Or le sauve son créateur.
Employant ou non la magie,
Il manipule l'énergie 
Et fait triompher le bonheur.

5 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 195    Commentaires : 0     Partager



Une pensée pour Tamara Callot

Le 3 mai à  04:36
Rubriques : Musique et poésie

 

In Memoriam

 

J'ai entendu le nom  de cette jeune femme,

Qui ayant décidé de servir son pays,

S'activa vaillamment, dévouée corps et âme

Mais ne put achever le projet entrepris.

 

En ces temps agités, la providence mène,

Imposant des défis à ceux qui rivalisent.

Ils ne cessent d'agir, sans cesse se surmènent.

Leur excès d'énergie certainement les grise.

 

Or, quand le soir venu, le Marcheur se repose,

Souvent dans la splendeur à nouveau ressurgie,

Pensif, accueille-t-il comme une fleur éclose

L'image de l'amie qui débordait de vie.

 

Je ne l'ai pas connue, son destin me révolte.

Elle avait fait un choix demandant des efforts,

Confiante, attendait les fruits de la récolte.

Sombra sans le néant de l'odieuse mort.

 

  Emmanuel Marcron au jour de la victoire

 Lors des remerciements certes ne manquera

De souligner l'apport joyeux de Tamara

Qui, dès le tout début mit sa foi à y croire.

 

3 mai 2017



Suite de l'article...

Lectures : 218    Commentaires : 0     Partager



Un frais parfum de nostalgie

Le 2 mai à  04:04
Rubriques : Musique et poésie

Inactive dans la lumière,
Je ne ressens aucune envie
Sinon celle de ne rien faire.
 En ce jour, n'ai pas d'énergie.
Par habitude, vais écrire.
M'enchante le pouvoir des mots.
Leur vif éclat fait qu'on s'y mire.
Ils sont voies lactées sur les flots.
Complice, sincère, fidèle, 
Ma mémoire garde des émois.
Des grâces tout à fait nouvelles 
Rejoignent celles d'autrefois.
      Pour m'empêcher d'être morose.
 J'appelle à moi la poésie.
 Sur ma page blanche se pose
Un frais parfum de nostalgie.

Inactive dans la lumière,
Je ne ressens aucune envie
Sinon celle de ne rien faire.
 En ce jour, n'ai pas d'énergie.

Par habitude, vais écrire.
M'enchante le pouvoir des mots.
Leur vif éclat fait qu'on s'y mire.
Ils sont voies lactées sur les flots.

Complice, sincère, fidèle, 
Ma mémoire garde des émois.
Des grâces tout à fait nouvelles 
Rejoignent celles d'autrefois.

      Pour m'empêcher d'être morose.
 J'appelle à moi la poésie.
 Sur ma page blanche se pose
Un frais parfum de nostalgie.

2 mai 2017


Suite de l'article...

Lectures : 187    Commentaires : 0     Partager




Page 11 de 39

11

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES