La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 25
Les nouveaux membres : 11
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Le rire blâmable

Le 7 avril à  05:21
Rubriques : Mes écrits


 


                                          Propos
 

Des humoristes, fréquemment, se permettent de se moquer, sans aucune méchanceté, des maniesde gens bien connus. Ceux-ci ne leur en veulent guère; tout au contraire peuvent en rire.

Durant des manifestations, il arrive qu'un malappris déclenche une joie collective. Il sait que le culot fait rire. Lors, à l'improviste, voulant le rendre ridicule, il fait subir un entartage à un personnage important. Le résultat se réalise. Mais comment trouver du plaisir face à une semblable agression?

Étant ministre, Mannuel Walls avait fermement déclaré toute violence inadmissible.

Or ma surprise fut grande quand je vis le comportement de François Fillon, indignement  enfariné, opter pour faire de l'humour. Quel respect a-t-il pour lui-même?

 Le monde est au courant de tout et sans doute doit s'étonner de l'attitude des Français dont était loué  le bon goût.

Puisque leur pays est en marche, il est probable qu'ils arrivent dans un espace de détente, propice aux saines réjouissances, où les rires seront tendresse.

 7 avril 2017



Suite de l'article...

Lectures : 227    Commentaires : 0     Partager



ce renouveau, en ma vieillesse

Le 6 avril à  04:28
Rubriques : Musique et poésie

 

Il y aura certes des fleurs

Et des oiseaux en ce printemps.

Or fade est son commencement,

 Il n'engendre pas de ferveur.
 

 

L'instant s'écoule sans brillance,

M'offre l'image de la paix.

L'équilibre semble parfait;

Le garde intacte le silence.

 

Ma rue reste imbibée de pluie.

Volatile ma pensée erre.

Sans intérêts, la laisse faire.

Je ne ressens aucune envie.

 

Ne me manque pas la tendresse,

Qui m'arrive très fréquemment,

D'un rayonnant ruissellement

Se posant sur moi en caresses.

 

Lors où en est ma joie de vivre?

Ai reçu mon lot de bonheur,

L'ai savouré dans la candeur.

  Paraît loin le vent qui enivre. 

 

6 avril 2017



Suite de l'article...

Lectures : 224    Commentaires : 0     Partager





Vague à l'âme face à la nuit

Le 5 avril à  10:32


 

Vague à l'âme face à la nuit

 

 

L'espace est devenu très noir.

J'aurais plaisir à recevoir

Une bouffée de poésie.

L'instant manque de fantaisie.

 

Je sais que les êtres s'activent,

Croient aux forces évolutives.

Ils avancent bon gré, malgré

 Et participent au progrès.

 

Venue d'une tout autre époque,

Me tiens des propos équivoques.

Je n'arrive pas à conclure

 Pourquoi un chagrin ne perdure.

 

Par son pouvoir, la providence

 Délivre de sa persistance.

Quand de l'oubli, il resurgit,

Le transcende la poésie.

 

5 avril 2017



Suite de l'article...

Lectures : 211    Commentaires : 0     Partager



À la recherche du plaisir

Le 4 avril à  12:02
Rubriques : Mes écrits
 Propos

La joie de vivre s’alimente aux sources des plaisirs. L’homme n’étant ni ange ni bête, doit satisfaire les besoins de son corps et ceux de son esprit. Pour se sentir joyeux, il part à la recherche de sensations agréables ou exaltantes si possible.

Je conçois mal cette pensée de Proust qui a écrit: on est impuissant à trouver du plaisir quand on se contente de le chercher. Je crois, au contraire qu’il est fort aisé à trouver en allant à sa rencontre. La vue d’une fleur nous est une caresse et celle d’un coucher de soleil

un délicieux émoi.

La beauté simple ou envoûtante ne peut laisser indifférent quelle que soit la forme qu’elle prend. Elle surgit dans la nature, partout et en toute saison.

L'art permet de capter l'essence des instants de grâce. Ils se renouvellent  car la nature se transforme en restant éternellement la même.

Dans le travail ou les loisirs, la joie ressentie a un effet énergétique.

Pascal pensait que l’homme suit sa raison en se donnant du plaisir. Elle permet d’apprécier ce qui est profitable ou à craindre.

Les libertins blasés se renfermaient maussades. Du plaisir, toujours du plaisir, n’est plus du plaisir selon la sagesse populaire. Mais est-ce vrai?

Il y a des plaisirs qui restent ignorés des pauvres et d’autres dont les gens riches n’ont même pas l’idée.

 Les bons vivants sont d’un commerce agréable. Ceux qui semblent bouder le plaisir ne nous stimulent guère.

Le corps a des pulsions et l’esprit des aspirations. Les plaisirs sont de natures différentes et causent des émois qui varient en intensité.

Chacun essaie de combler ses envies. Nul ne peut échapper à sa nature. Ceux qui se mortifient satisfont leur orgueil.

L’on ne devient que ce qu’on est. Il est sage de s’accepter, n’éprouvant aucune honte quand on cherche à se faire plaisir, en dépit du jugement des bien pensants souvent hypocrites.

Chaque plaisir qui se présente spontanément est une grâce.

 


 

 


Suite de l'article...

Lectures : 213    Commentaires : 0     Partager



C'est un autre pritemps

Le 3 avril à  02:35

 

Doux ami,

 

J’ai caressé mes joues,

jusque sous les cernes des yeux,

attendrie, j’ai souri.

Il n’y coulera plus de larmes

ou alors des larmes de joie,

quand le rire est devenu fou.

 

J’ai caressé mes joues,

attendrie, j’ai souri.

C’est au printemps que je rends grâce,

en hommage à la vie,

qui chaque  année s’y renouvelle.

 

J’ai reçu le don d’innocence.

J’accueille la beauté  dans un élan de joie.

Gloria! Gloria! C’est un autre printemps!

 

      21/3/90

 



Suite de l'article...

Lectures : 205    Commentaires : 0     Partager



Noblesse et bassesse

Le 3 avril à  12:21
Rubriques : Mes écrits


 

 Propos

 

 Il ne serait pas indécent que les candidats à la présidence invitent les électeurs à considérer  que l'un deux n'a pas le sens de l'honneur. Mais ils ont la noblesse de n'en rien faire.

 Ils ne veulent pas profiter des terribles accusations portées contre lui par les instances judiciaires. Leur comportement devrait avoir pour effet une gratitude certaine.

Or que se passe-t-il? Le coupable épargné fait preuve d'une bassesse écœurante en tentant de les discriminer. Ce sont de respectables patriotes, certainement tout aussi compétent que lui.

Qui s'indigne, en silence, des ignobles attaques répétées dont ils font l'objet?

Je grincerais des dents si je devais me taire.

 

 3 avril 2017



Suite de l'article...

Lectures : 208    Commentaires : 0     Partager



L'ombre de la honte

Le 1 avril à  12:11
Rubriques : Mes écrits

  

 - Croyez-moi, il n'y a rien là,

Tous les péchés sont rémissibles!

Ce sont paroles de prélat,

Quand un fidèle est pris pour cible.

 

L'un d'eux face au flagrant délit,

 Mais rassuré, en confiance,

A foi en un  rapide oubli,

 Conserve une vive arrogance.

 

Il sait demeurer populaire,

Hypocrite on ne le peut plus.

Parce qu'il connaît l'art de plaire,

Il obtint ce qu'il a voulu.

 

Ce Tartuffe demeure en attente,

De sa valeur persuadé,

 Sûr d'atteindre ce qui le tente:

Être Président sans tarder.

 

La disgrâce, odieuse boue,

Se répand sur toutes les zones

Où des inconscients le louent.

Certes leur tolérance étonne.

 

Ne pourra le peuple de France

Se résigner, ne dire mot,

Laisser triompher l'indécence.

La honte est l'un des pires maux.

 

 1/04/2017

 



Suite de l'article...

Lectures : 205    Commentaires : 0     Partager



L'histoire d'un canard enchaîné

Le 31 mars à  12:45
Rubriques : Musique et poésie
Un canard, par inadvertance,
Près d'un arbre déraciné, 
Se trouva un jour enchaîné.
  Il y demeura en souffrance.
Or renonçant à l'espérance
De se délivrer de ses liens,
Eut l'idée d'appeler les siens,
Sans doute non loin, en errance.
Désormais, de la même place,
N'a pas le besoin de rêver;
Il peut à loisir observer.
Certaines choses le dépassent.
Lui vint l'envie de cancaner
Une façon de se distraire,
Il a du plaisir à le faire.
Voilà des passants renseignés.
Cette histoire semble être une fable
Mais sans morale elle finit.
Dans ce fichu monde où l'on vit 
Tout est tenu pour acceptable.
31 mars 2017
Un canard, par inadvertance,
Près d'un arbre déraciné, 
Se trouva un jour enchaîné.
  Il y demeura en souffrance.
 

Or renonçant à l'espérance
De se délivrer de ses liens,
Eut l'idée d'appeler les siens,
Sans doute non loin, en errance.

Désormais, de la même place,
N'a pas le besoin de rêver;
Il peut à loisir observer.
Certaines choses le dépassent.

Lui vint l'envie de cancaner
Une façon de se distraire,
Il a du plaisir à le faire.
Voilà des passants renseignés.
 

Cette histoire semble être une fable
Mais sans morale elle finit.
Dans ce fichu monde où l'on vit 
Tout est tenu pour acceptable.
 

31 mars 2017


Suite de l'article...

Lectures : 331    Commentaires : 0     Partager



Propos sur la complicité

Le 29 mars à  04:00
Rubriques : Mes écrits, Musique et poésie

 

Je pense qu'il est opportun de s'exprimer sur des termes confus. On peut également désirer donner son avis sur des circonstances semblant obscures.

 Il a été publié, le 27 mars courant, que madame Péneloppe Fillon a été mise en examen pour « complicité et recel de fonds publics et d’abus de biens sociaux et recel d’escroquerie aggravée ». 

L'article 121-7 du code pénal français définit le complice d'une infraction comme celui « qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation », ou celui « qui par don, promesse, menace, ordre, abus d'autorité ou de pouvoir aura provoqué une infraction ou donné des instructions pour la commettre».

 Peut-on  dire que madame Fillon a participé sciemment aux infractions de son mari plutôt que d'en avoir été informée tardivement?
O
r une fois au courant des faits était-elle libre de s'exprimer et  de réagir volontairement?

 Il est bien évident que non.

29 mars 2017

   

 

Propos sur la complicité
Je pense qu'il est opportun de s'exprimer sur des termes confus. On peut également
désirer donner son avis sur des circonstances semblant obscures.
Il a été publié, le 27 mars courant, que madame Péneloppe Fillon a été mise en examen
pour « complicité et recel de fonds publics et d'abus de biens sociaux et recel d'escroquerie aggravée ». 
L'article 121-7 du code pénal français définit le complice d'une infraction comme celui « qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation », ou celui « qui par don, promesse, menace, ordre, abus d'autorité ou de pouvoir aura provoqué une infraction ou donné des instructions pour la commettre».
Peut-on  dire que madame Fillon a participé sciemment aux infractions de son mari plutôt que d'en avoir été informée tardivement?
Or une fois au courant des faits était-elle libre de s'exprimer et  de réagir volontairement?
 Il est bien évident que non.  


 



Suite de l'article...

Lectures : 214    Commentaires : 0     Partager



Des voeux et des actes

Le 28 mars à  03:46
Rubriques : Musique et poésie

 

 Soliloque

 

«Assez!» est un impératif.

Or parfois, on peut se permettre

De ne pas vouloir s'y soumettre.

 Il apparaît rébarbatif.

 

Quand on accueille la promesse

De changer un comportement,

D'y mettre fin hâtivement,

On doit redouter la faiblesse.

 

Il faut certes une volonté

Qui ne diverge ni ne baisse.

Quand un choix vers sa fin progresse,

Des gestes pourraient persister.

 

Les voeux sont de l'espoir qui erre,

Suivant diverses directions,

Pendant que de nobles actions

Allègent les maux qui atterrent.

 

28 mars 2017



Suite de l'article...

Lectures : 203    Commentaires : 0     Partager




Page 13 de 39

13

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES