La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 38
Les nouveaux membres : 9
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Grisants instants de liberté

Le 20 septembre 2016 à  04:23
Rubriques : Musique et poésie

J'ai un passeport pour l'espace.

Peux y circuler librement.

M'y trouve accidentellement,

De la providence, une grâce!

 

Mon âme se métamorphose,

S'emplit d'une énergie nouvelle.

Un puissant courant se révèle,

Me mène à une apothéose.

 

Alors qu'elle plane en errance,

Mon âme écoute des propos,

Un éparpillement de mots,

Désassortis, sans connivence.

 

Est-ce le langage des anges

Qui ne se soucient que des sons,

Émis ou non à l'unisson?

Cette litanie semble étrange.

 

J'aimerais faire parader

Des mots voluptueux et tendres

Que l'on ne puisse pas comprendre.

Or ne sais comment procéder.

 

Me donne un répit ma raison.

Je me grise de liberté.

Je peux encore en profiter.

Se dore et rougit l'horizon.

 

20 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 197    Commentaires : 0     Partager



Un dimanche paradisiaque

Le 19 septembre 2016 à  12:27
Rubriques : Musique et poésie






Sur les rives du Saint-Laurent,

On fait face à l'immensité

D'une indescriptible beauté.

Éblouissant est son courant.

 

Sous la voûte bleu, vaporeuse,

La nature offre mille grâces.

Elle féconde tout l'espace,

                                                                                                                                                                      Crée des espèces fabuleuses.

 

Partout fleurissent des jardins

                                                                                                                                                                     Offrant des images magiques,

                                                                                                                                                                         Des compositions féeriques

                                                                                                                                                                    Sorties de lampes d'Aladin.

 

Fasciné, on voudrait capter

La splendeur du ciel et de l'eau

Or on n'en saisit en photos

Que des parcelles découpées.

 

Pour satisfaire notre envie

Nous avons vogué sur le fleuve

Comme les canards le peuvent

Caressés du vent de la vie.

 

18 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 195    Commentaires : 0     Partager





Une plaisante activité

Le 19 septembre 2016 à  09:11
Rubriques : Musique et poésie

 


Illustration de Jacques Choucroun : Vise bien!


On a recours aux mots d'usage
Dont abonde chaque langage.

Or on peut en faire un pillage

Pendant un jeu où l'on s'engage.

 

Ce jeu consiste au décollage

De mots jaillis sans décalage,

Porteurs de souvenirs, d'images,

Ayant même rime en partage. 

 

Le cerveau garde un héritage.

Sans faire de remue-ménage,

On trouve des vocables en age

En partant du mot éclairage.

 

En ce jour, cette rime sage,

Qui termine le mot hommage

Et aussi celui de courage

Nous fit faire un riche voyage.

 

18 septembre 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 195    Commentaires : 0     Partager



Un inoubliable quatrain

Le 17 septembre 2016 à  02:36
Rubriques : Musique et poésie

On redit des vers d'un poème

Que l'on avait appris par coeur.

Ils ont conservé leur saveur.

Leur charme est demeuré le même.

 

Me revient aux lèvres un quatrain,

Parfumé d'une odeur de soupe,

Spontanément écrit sans doute,

 Par un garçon empli d'entrain.

 

«J'aime ce que j'aime,

J'aime la soupe au chou.

J'aime aussi la crème

Et je t'aime beaucoup.»

 

M'étais amusée à le lire

Dans leur journal, les étudiants

Ne tentaient pas d'être brillants.

Ils avaient des choses à dire.

 

14 février 2014

 



Suite de l'article...

Lectures : 193    Commentaires : 0     Partager



Vers autrefois

Le 17 septembre 2016 à  11:57
Vers autrefois
Doux ami,
Si tu le peux, emmène-moi
Où tu aimes à flâner toi-même.
Nous y glanerons sans problème,
Encore en pensée, cette fois.
 
 J'ai perdu le goût du voyage,
Ne le retrouverai jamais.
Or fréquemment, je me permets,
Une errance en ton voisinage.
 
 Là, en t'apercevant, je fais
Les gestes vrais de ma jeunesse,
Empreints de charme et d'allégresse
Et j'en recueille les effets.
Malgré ma tendresse pour toi,
Je ne quitterai plus mon monde.
Viens me rejoindre sur les ondes,
Emmène-moi vers Autrefois!
 
 8 janvier 2009

Doux ami,

Si tu le peux, emmène-moi
Où tu aimes à flâner toi-même.
Nous y glanerons sans problème,
Encore en pensée, cette fois.
 
 J'ai perdu le goût du voyage,
Ne le retrouverai jamais.
Or fréquemment, je me permets,
Une errance en ton voisinage.
 
 Là, en t'apercevant, je fais
Les gestes vrais de ma jeunesse,
Empreints de charme et d'allégresse
Et j'en recueille les effets.

Malgré ma tendresse pour toi,
Je ne quitterai plus mon monde.
Viens me rejoindre sur les ondes,
Emmène-moi vers Autrefois!
 
 
 8 janvier 2009


Suite de l'article...

Lectures : 170    Commentaires : 0     Partager



Dans le noir de la nuit

Le 17 septembre 2016 à  11:48
Rubriques : Musique et poésie

 

 Pantoum
 

 Me trouve en ce moment dans un état joyeux.

Inactive au dehors j'accueille la tendresse.

Un radieux rayon qui prés de moi paresse,

Dore le vert feuillage en le rendant soyeux.

 

Inactive au dehors j'accueille la tendresse.

Dans le parfait silence elle surgit du bleu,

 Dore le vert feuillage en le rendant soyeux.

La grâce passagère éloigne la tristesse.

 

Dans le parfait silence elle surgit du bleu.

L'énergie qui surprend me ranime sans cesse.

La grâce passagère éloigne la tristesse.

                                                                                                                                                          La nuit le sort humain peut sembler odieux.

 

L'énergie qui surprend me ranime sans cesse.

J'ai l'âme satisfaite et l'esprit curieux.

La nuit le sort humain peut sembler odieux.

                                                                                                                                                          Dans le noir de la nuit, l'inacceptable oppresse.

 

17 octobre 2011

 

 

 

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 183    Commentaires : 0     Partager



Autant en emporte le vent!

Le 16 septembre 2016 à  01:44

Certes pour paraître à la page,

À Facebook ai ouvert un compte.

Ne sais pas ce qui s'y raconte

Mais reçois de nombreux messages.

 

Ne peux directement les lire.

 Leur contenu étant caché,

Il me faudrait les rechercher

Pour savoir ce qu'on veut me dire.

 

S'affiche une offre d'amitié.

Je l'accepte sans commentaire.

M'en advint de peu ordinaires;

À des proches me suis liée.

 

Étions devenues étrangères

Mes cousines germaines et moi?

Je pense avec un doux émoi

Aux deux tantes qui m'étaient chères.

 

Étonnamment en peu de temps,

Ceux nés dans la même famille,

À tire d'aile s'éparpillent.

Lors s'ignorent ses descendants.

 

                                      16 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 186    Commentaires : 0     Partager



Une évidence émouvante

Le 15 septembre 2016 à  03:32
Rubriques : Musique et poésie

 

 Moi qui existe solitaire,

Je me déplace sans bagages,

Et fais de savoureux voyages,

Tout en demeurant sédentaire.

 

Dans un silence harmonieux,

Je reçois l'énergie solaire. 

Sans recours à l'imaginaire,

Je rencontre le merveilleux.

 

Partout, non loin de ma maison,

 De nouvelles grâces surgissent.

Des canards sur le fleuve glissent,

Même en la plus froide saison.

 

Des mouettes offrent des ballets

Et quand arrivent les outardes,

Bien accueillies, elles s'attardent

En cet espace qui leur plaît.

 

Ces magnifiques  créatures,

 Tout près des promeneurs avancent.

Je m'émeus de leur confiance.

 Que surprenante est la nature!

 

15 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 164    Commentaires : 0     Partager



Les modes passagères

Le 14 septembre 2016 à  07:09

 

Attristées de vieilles personnes,

En ce temps de l'évolution,

 Favorable aux révolutions,

Silencieusement s'étonnent.

 

Restées sensibles à la beauté,

Qui abonde dans la nature,

Tous ceux qui la caricaturent

À leurs yeux paraissent frustrés.

 

Pour les détromper, on leur dit,

En montrant de la complaisance, 

L'art s'adresse à l'intelligence

Et ne connaît pas d'interdit.

 

Se souvenant des Dadaïstes

Elles pensent: cela est vrai.

La bêtise ne peut durer

Vont se reprendre les artistes.

 

14 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 182    Commentaires : 0     Partager



Des îlots se teintent de rose

Le 13 septembre 2016 à  04:47
Rubriques : Musique et poésie

 

Des îlots se teintent de rose

 

Devrais-je avoir honte de moi?

Ne peux surmonter ma faiblesse,

Sans souci du temps, je paresse,

M'abandonnant à mes émois.

 

Je reste passive, en éveil,

Ressentant une douce grâce,

À contempler l'immense espace

Que rend splendide le soleil.

 

Les célestes métamorphoses

Se réalisent en silence.

Je savoure mon existence.

Des îlots se teintent de rose.

 

Quand harmonieux, un instant

Est imprégné de poésie,

C'est certes en vers que je choisis

D'en capter le charme chantant.

 

                                        13 septembre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 181    Commentaires : 0     Partager




Page 24 de 35

24

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES