La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 24
Les nouveaux membres : 11
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Propos en état second

Le 25 octobre 2016 à  06:43
Rubriques : Musique et poésie

Deux fois, j'ai dit son nom dans le silence.

En son élégant habit de concert,

Tenant sa baguette, la musicienne,

Auprès de moi aussitôt revenue.

 

Blonde comme la plus jeune des fées,

Fluette, avec de très petites mains

Elle est d'une délicate beauté

Surprend  par son énergie mesurée.

 

Occasionnellement reprend son rôle.

L'en a dépossédé la providence.

Un rare hasard  par chance lui offre

De révéler son savoir, son talent.

 

Ils m'apparaissent comme étant des dons.

Mystère de l'intelligence en art.

Certes je peux lui offrir un orchestre

Et un univers de sons à gérer.

 

Salzbourg! Ses années de conservatoire,

Le sublime dans l'ivresse reçu!

 Ce soir, à diriger sera parfaite.

Vais me laisser enivrer à mon tour.

 25 octobre 2016

 

 

 

 

  

   



Suite de l'article...

Lectures : 217    Commentaires : 0     Partager



Mon présent séjour

Le 24 octobre 2016 à  02:41
Rubriques : Musique et poésie
Mon présent séjour
À chacun sa phase de chance.
L'imprévisible providence 
Me permet un présent séjour 
Où n'ai rien à porter de lourd.
Je prends des nouvelles de moi,
Pour me rassurer quelques fois.
Il me faut être vigilante
Pour demeurer intelligente. 
Dans le silence, étant passive, 
J'accueille la lumière vive,
Dés mon lever chaque matin, 
Ma tasse de café en mains.
Ravie, je contemple le ciel, 
Ses continents artificiels 
Qui s'enfoncent dans l'eau profonde, 
En laissant d'éphémères ondes.
Incorporelle, je voyage,
Portée par un flottant nuage.
 Or quand le soleil m'éblouit,
Mon âme vibre, épanouie.
24 octobre 1016


Suite de l'article...

Lectures : 373    Commentaires : 0     Partager





Une troublante exaltation

Le 23 octobre 2016 à  03:44
Rubriques : Musique et poésie

Alors que j'étais dans l'oubli

 De tout ce qui combla ma vie,

 En ouvrant un superbe ouvrage,

  J'y ai trouvé un court message.

 

L'énergie que j'en ai reçue,

 Par battements de coeur perçus

  M'a transportée dans l'allégresse

Auprès du puits de la tendresse.

 

 Oh ce bonheur qui resurgit!

                                                   La mémoire souvent attendrit

                                                        Et incite à faire une halte.

                                                     Rien du passé ne nous exalte.

 

     Se souvenir n'est pas revivre

    Mais les ressentant on s'enivre

     D'émois devenus réversibles.

        Je croyais cela impossible.

 

23 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 356    Commentaires : 0     Partager



Berceuse de l'innocence

Le 22 octobre 2016 à  02:42
Rubriques : Musique et poésie

 

Est arrivé pour moi le temps

Devenu vaporeux espace.

À mon aise, je me déplace

Dans un nouveau commencement.

 

Devenu vaporeux espace,

Silencieux est mon présent.

Dans un nouveau commencement,

J'accueille de nombreuses grâces.

 

Silencieux est mon présent.

À l'imprévisible fais face.

J'accueille de nombreuses grâces.

Mon parcours demeure plaisant.

 

 À l'imprévisible fais face.

  Tout change subrepticement.

Mon parcours demeure plaisant.

Dans l'innocence, me prélasse.

 

22 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 291    Commentaires : 0     Partager



La providence fait ce qu'il faut

Le 21 octobre 2016 à  03:26
Rubriques : Musique et poésie

L'énergie créatrice a été programmée.

Ses réalisations sont incommensurables.

Elle agit en suivant des règles immuables,

Imposant des rapports établis à jamais.

 

Observant la beauté qu'il rencontre partout,

L'être humain en éveil ressent de l'allégresse

Et face au fantastique une grisante ivresse.

Lors, il évoque Dieu, avec ferveur le loue.

 

Après avoir chanté la juste providence

 Depuis mon âge tendre à mon vieillissement,

Je me suis insurgée irrésistiblement

Contre l'inacceptable, infâme déchéance.

 

Mais la vie cependant fascinera toujours.

L'énergie agissant demeurera la même.

C'est une intelligence assurément suprême.

En plus de la splendeur, elle offre de l'amour.

 

Je regarde la pluie qui tombe sans tristesse

Sur les érables verts et le gazon doré.

Les jardins de ma rue demeurent colorés.

La tendresse sans bruit très doucement me berce.

 

21 octobre 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 320    Commentaires : 0     Partager



De l'amitié amoureuse

Le 21 octobre 2016 à  02:30
Rubriques : Mes écrits

Il faut, pour en parler, en avoir savouré les grâces.

Si comme l’a écrit Desttut de Tracy: « L'amour n’est que l’amitié rendue plus vive par la différence des sexes » on devrait pouvoir dire que: L’amitié amoureuse n’est que l’amour dépourvu de l’attrait des relations sexuelles.

 Antoine de St Exupéry a donné au verbe aimer une acception pour le moins surprenante, Pour lui : « Aimer n’est pas se regarder l’un l’autre c’est regarder ensemble dans la même direction » Et pourtant, quand on aime, on ne cesse de s’emplir le coeur et l’esprit de l’image de l’autre.

 Il en est de même dans la relation d’amitié amoureuse. En plus du respect envers l'autre, elle crèe  une tendresse admirative réciproque et le goût d’entretenir un climat de séduction qui rend souvent exquis des échanges imaginatifs.

 Selon Balzac «L’amour n’est pas seulement un sentiment, il est un art aussi».

 La pudeur, le respect, font qu’une amitié amoureuse ne se change pas en désirs charnels. Elle donne toute la place, aux émotions et aux joies de l’esprit.

 Autrefois, elle naissait souvent du badinage. Les mots avaient de la valeur et l’on s’en servait pour séduire. Ce jeu charmant existe-t- il ailleurs?

Des amis de jeunesse qui se retrouvent  des années plus tard, enrichis par leur vécu, peuvent  se sentir à nouveau attirés l'un vers l'autre et désirer entretenir une relation privilégiée. C'est une chance exceptionnelle. Lors, une correspondance entretenue peut être une source extrêmement stimulante.

 

 

 

 Il faut pour en parler, en avoir savouré les grâces.
Si comme l'a écrit Desttut de Tracy: « L'amour n'est que l'amitié rendue plus vive par la différence des sexes » on devrait pouvoir dire que: L'amitié amoureuse n'est que l'amour dépourvu de l'attrait des relations sexuelles.
 Antoine de St Exupéry a donné au verbe aimer une acception pour le moins surprenante, Pour lui : « Aimer n'est pas se regarder l'un l'autre c'est regarder ensemble dans la même direction » Et pourtant, quand on aime, on ne cesse de s'emplir le coeur et l'esprit de l'image de l'autre.
 Il en est de même dans une amitié amoureuse. En plus du respect envers l'autre, elle crée  une tendresse admirative réciproque et le goût d'entretenir un climat de séduction qui rend souvent exquis des échanges imaginatifs. 
 Selon Balzac « L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est un art aussi».
 La pudeur, le respect, font qu'une amitié amoureuse ne se change pas en désirs charnels. Elle donne toute la place, aux émotions et aux joies de l'esprit. 
 Autrefois, elle naissait souvent du badinage. Les mots avaient de la valeur et l'on s'en servait pour séduire. Ce jeu charmant existe-t-il ailleurs?
Des amis de jeunesse qui se retrouvent des années plus tard, enrichis par leur vécu, peuvent  se sentir à nouveau attirés l'un vers l'autre et désirer entretenir une relation privilégiée. C'est une chance exceptionnelle. Lors, une correspondance entretenue peut être une source extrêmement stimulante



Suite de l'article...

Lectures : 328    Commentaires : 0     Partager



Dans le parc aux arbres géants

Le 20 octobre 2016 à  01:47
Rubriques : Musique et poésie

L'automne a rendu somptueux

Le vaste parc longeant la rive

Du Saint-Laurent à la dérive,

Qui scintille devenu bleu.

 

Se laissent emporter sur l'eau,

Par couple, en groupe ou solitaires,

Des canards, du lieu sédentaires.

Les mâles surtout sont très beaux.

 

Le vieux parc aux arbres géants,

En ces jours inondés de grâces,

Accueille en son immense espace

De grands oiseaux fort élégants.

 

Ce sont des oies dites outardes.

À l'aise, comme étant  chez elles,

Elles ont replié leurs ailes

 Et sur le vert gazon s'attardent.

 

Non sauvages, en confiance,

Elles se laissent côtoyer.

 Le promeneur émerveillé,

Se ressource dans le silence.

 

20 0cobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 315    Commentaires : 0     Partager



La bicyclette accrochée

Le 18 octobre 2016 à  07:01
Rubriques : Musique et poésie

 

J'ai accroché ma bicyclette.

J'aimais bien faire des virages.

Il parait que j'ai passé l'âge.

Possible mais je le regrette.

 

Petite fille qui était sage,

Je pédalais avec prudence.

Plus tard, avec exubérance,

À la valse rendais hommage.

 

Ou bien, sans tenir le guidon,

Je fanfaronnais souriante

En allant vite, confiante.

Mes enfants ouvraient des yeux ronds.

 

Dernier plaisir que la vieillesse

Me fait aussi abandonner.

Je peux certes lui pardonner

Elle me laisse ma liesse.   

 

18 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 233    Commentaires : 0     Partager



Goujaterie

Le 18 octobre 2016 à  11:38
Rubriques : Mes écrits

  

Aux informateurs non crédibles.

 

Je trouve vraiment punissables

Ceux dont le rôle est d'informer

Et qui se rendent coupables

De tricher ou de déformer.

 

Nul ne peut être pardonné

D'agir avec désinvolture

Éditant de fausses données

Dont n'est possible la rature.

 

Je dénonce avec véhémence

Des images certes choquantes,

Révélant de la malveillance,

Qui abusent car elles mentent.

 

Illustrant mon nom apparaissent,

Bien mauvaise, plaisanterie

D'étranges photos qui m'agressent.

J'y vois de la goujaterie.

 

18 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 263    Commentaires : 0     Partager



Elle chantait toujours

Le 15 octobre 2016 à  07:44
Rubriques : Musique et poésie

 

Une mère, en douceur, modèle ses enfants.

C’est en la regardant réagir chaque jour,

Aller d’un pas aisé en dépit d’un coeur lourd,

Qu’ils apprennent comment il faut devenir grands.

 

Ma mère, en désarroi s’en remettait à Dieu,

Son confident unique et suprême ressource.

Elle puisait aussi à l’abondante source

D’où coulait la beauté en chants mélodieux.

 

Elle chantait toujours dans les moments de joie

Mais aussi dans la peine et la maladie même,

Aussi quand la troublait un énorme problème.

  Certes la poésie entretenait sa foi.

 

Lors, ce n’est pas Montaigne et ses sages propos

Qui me furent utiles en des temps de souffrance

Mais les chants de ma mère accueillant l'espérance.

La comblait de bonheur ce qu'elle trouvait beau.

 

25 septembre 2004



Suite de l'article...

Lectures : 147    Commentaires : 0     Partager




Page 25 de 39

25

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES