La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 37
Les nouveaux membres : 9
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


En état de disgrâce

Le 26 aout 2016 à  04:21
Rubriques : Musique et poésie

Pantoum

 

Certes en un état de disgrâce.

 Suis en permanence agressée.

Un courant de feu, par poussées,

Dans ma chair rougie se déplace.

 

Suis en permanence agressée.

En désarroi, à même place.

Dans ma chair rougie se déplace

L'énergie me rendant blessée.

 

En désarroi, à même place.

Me sens à moi-même laissée,

 L'énergie me rendant blessée.

Sur ma peau, je mets de la glace.

 

Me sens à moi-même laissée.

Privée d'un remède efficace.

Sur ma peau, je mets de la glace.

L'ennemie part éclaboussée.

 

26 août 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 188    Commentaires : 0     Partager



Un convive heureux

Le 23 aout 2016 à  03:33
Rubriques : Musique et poésie

Pantoum

 

J'existe sans utilité.

Me plais à demeurer passive,

Aux métamorphoses attentive. 

Me fascine l'immensité.

 

Me plais à demeurer passive.

Ô douceur de la liberté!

Me fascine l'immensité.

Plane mon âme à la dérive!

 

Ô douceur de la liberté!

Glisser dans l'instant qui arrive!

Plane mon âme à la dérive,

Mon moi présent réinventé!

 

Glisser dans l'instant qui arrive,

Parfois chargé de volupté!

Mon moi présent réinventé

Est encore un heureux convive.

 

23 août 2016



Suite de l'article...

Lectures : 161    Commentaires : 0     Partager





de l'insomnie, agression passagère

Le 22 aout 2016 à  02:03
Rubriques : Musique et poésie

 

Soliloque

 

Ne pouvoir dormir quand pourtant il le faut

Incite à des efforts bien souvent inutiles.

Défier l'insomnie n'est pas chose facile.

Mieux vaudrait l'accueillir dans le calme, plutôt.

 

L'insomnie est l'état où, se trouvant couché,

On espère se laisser glisser dans l'innocence,

Rêver qu'on est heureux, si l'on a de la chance.

Une force perverse agit. Tout est gâché.

 

On donne un nom de femme  à l'énergie nocturne

 Émanant du cerveau qui semble délirer.

Défilent des pensées, confuses, accélérées

Qui sont exaspérantes et rendent taciturne.

 

Le corps peut s'agiter d'une manière folle,

 Sans prendre de repos parfois jusqu'au matin.

Or comment retrouver un équilibre sain?

La raison sur l'esprit a perdu tout contrôle.

 

Il faut se souvenir de ce qui réconforte

Cela permet de faire flèche de tout bois.

Appel au tout puissant, lancé à haute voix,

Recours à des chansons, aux charmes qui emportent.

 

À l'aube, les humains qui vivent dans la paix,

Oublieux des démons passagers qui agressent,

Dans la lumière font le plein de l'allégresse,

Se sentent en harmonie, contemplant la beauté.

 

22 août 2016



Suite de l'article...

Lectures : 156    Commentaires : 0     Partager



la poésie qui va au coeur

Le 20 aout 2016 à  03:29
Rubriques : Musique et poésie

 

Je lis émue la poésie,

Traduite harmonieusement,

De jeunes hommes de Russie,

 Décédés dramatiquement.

 

Leur sincérité fut totale.

Ils ne forcèrent pas les mots.

Sans images transcendantales,

Leurs vers mélodieux sont beaux.

 

Ces êtres sensibles, fragiles,

À l'écoute de leurs émois,

Qui évitaient les scènes viles,

Étaient conteurs de bonne foi.

 

Inévitablement, je pense

À de grands poètes d'ailleurs,

Prétendant avec insouciance,

Comme de simples rimailleurs.

 

«Elle était pâle et pourtant rose»

Et alors qu'elle était enfant,

«Elle disait souvent je n'ose»

Hugo mentit effrontément.

 

La poésie est un mystère.

Ne touchent l'esprit ni le coeur,

Les vers ne semblant pas sincères,

Ou engendrés dans la noirceur.

20 août 2015 

 



Suite de l'article...

Lectures : 163    Commentaires : 0     Partager



Mon scooter électrique

Le 19 aout 2016 à  04:14
Rubriques : Musique et poésie

 

Petite fille de cinq ans,

Me déplaçais en pédalant.

J'allais le plus vite possible,

Ma fierté certes visible.

 

J'essaie vainement de trouver

Le nom du merveilleux jouet,

Fait de bois de vive brillance

Qui fut à moi dans mon enfance.

 

De la chance un rare présent,

Accueilli dans l'enchantement.

Hélas! m'en priva un voleur.

Je me souviens de mon malheur.

 

Devenue une vieille dame,

Je ne pédale ni ne rame

Mais marche quotidiennement,

En y trouvant de l'agrément.

 

Or mon fils qui me croyait lasse,

Dans l'espoir que je m'y prélasse,

Me fit l'offrande d'un jouet,

Étonnement perfectionné.

 

Pus avancer ou reculer,

En me laissant véhiculer.

Je ressentis l'exubérance

Qui fut celle de mon enfance.

 

19 août 2016

 

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 156    Commentaires : 0     Partager



Soliloque sur un interdit

Le 15 aout 2016 à  05:06
Rubriques : Musique et poésie

Pour la baignade est interdit

  Le port du maillot burkini.

Il satisfaisait les attentes

De femmes enfin souriantes.

 

Même dans leur pays, chez elles,

Jeunes dames et demoiselles

Ne peuvent pénétrer dans l'eau,

Cachant entièrement leur peau.

 

Rêvaient-elles de profiter

De l'amour de la liberté,

De la tolérance de celles

 Qui à leur gré se montrent belles?

 

À l'ère des calamités

Chacun vit son humanité

En se détournant des disgrâces.

Nombreux interdits prennent place.
 

 15 août 2016



Suite de l'article...

Lectures : 157    Commentaires : 0     Partager



Une émouvante tendresse

Le 13 aout 2016 à  11:17
Rubriques : Musique et poésie

 

 Quand se croisent sur une route

 Deux êtres émus par un frisson,

 À l’attrait physique s’ajoute

 Un sentiment d’admiration.

   

 Ainsi naît l’amour véritable.

 On veut aimer avec ferveur,

 Garder ce don inestimable,

 Le protéger avec ardeur.

 

 

  Or le bonheur est éphémère.

 L’un s’aperçoit, le coeur meurtri, 

Que son conjoint n’est plus sincère;

 Bien trop souvent, il a menti.

 

  Si je vois, se donnant la main,

 Un couple de vieux qui avancent,

 

Confiants en leurs lendemains,

 Je me dis: qu’il ont de la chance!

 

 

 

 

 

 

 Quand se croisent sur une route

 Deux êtres émus par un frisson,

 À l’attrait physique s’ajoute

 

Un sentiment d’admiration.

 

 

  Ainsi naît l’amour véritable.

 

On veut aimer avec ferveur,

 Garder ce don inestimable,

 

Le protéger avec ardeur.
 

 Or le bonheur est éphémère.

 

L’un s’aperçoit, le coeur meurtri,

 Que son conjoint n’est plus sincère;

 Bien trop souvent, il a menti.

 

 

 

 Si je vois, se donnant la main,

 Un couple de vieux qui avancent,

 Confiants en leurs lendemains,

 Je me dis: qu’il ont de la chance!

 

 

 

 

                                                    



Suite de l'article...

Lectures : 144    Commentaires : 0     Partager



âge d'or

Le 12 aout 2016 à  10:26
Rubriques : Musique et poésie

Songerie

 

Âge d'or est l'appellation,

Qui à notre époque désigne

Les aînés, certainement dignes

De grande considération.

 

Ce titre évoque la brillance,

La joie de vivre, le confort,

Peut-être des vertus en or.

 Et en aucun cas l'impuissance.

 

Les vieux du quatrième âge,

À la fin de leur existence,

Reçoivent de la providence

Qu'une faible manne en partage.

 

En habitant leur solitude,

Ils accueillent des souvenirs,

Toujours les mêmes à revenir.

Ô l'heureux temps des certitudes!

 

11 août 2016



Suite de l'article...

Lectures : 143    Commentaires : 0     Partager



En bikini et en burka

Le 9 aout 2016 à  03:12
Rubriques : Musique et poésie

                                                              Croquis de Jacques Choucroun

 

Songerie

 

Oh ces femmes en bikini,
Superbes, faisant des prouesses,
Admirables par leur souplesse!
Leur destin peut sembler béni.

 

Elles feraient pourtant horreur 
À des millions d'hommes infâmes
Qui créent d'insupportables drames, 
Soumis au culte de l'honneur.

 

Fantômes noirs dans la lumière,
Leurs femmes portant burka,
Semblent soumises. Est-ce le cas?
Rêvent-elles de prendre l'air?

 

9 août 2016



Suite de l'article...

Lectures : 156    Commentaires : 0     Partager



Une parade de mots

Le 6 aout 2016 à  10:08
Rubriques : Musique et poésie

 

Des mots qui s'accrochent, se collent.

Des mots qui s'écartent, s'envolent 

Des mots fripons qui déshabillent

Des mots qui hésitent, qui n'osent

Des mots qui claironnent, s'imposent

Des mots qui se métamorphosent.

 

 

Des mots planant en esseulés

Des mots demeurant enlacés

Des mots galopant, effrénés

Des mots mourant déracinés.

 

 

Des mots forgés créant la peur.

Des mots délavés sans couleurs

Des mots parfumés comme fleurs.

 

6 août 2016

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 122    Commentaires : 0     Partager




Page 26 de 35

26

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES