La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 37
Les nouveaux membres : 9
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Le grand amour

Le 5 juillet à  09:40
L'amour qui unit deux amants
Engendre une énergie intense, 
Stimule leur intelligence,
Les rend parfois très émouvants.
Ils se plaisent à inventer 
Des conditions particulières, 
Une atmosphère printanière.
Peu les trouble s'il va venter.
Peut faire naître des regrets
Une amante religieuse
Qui soudain devient trop pieuse.
L'amour survole d'autres près.
En fait on a compris pourquoi
 Deux êtres s'aimant se séparent.
Cela ne nous semble plus rare.
Le coup de foudre à chaque fois. 
 5 juillet 2017
L'amour qui unit deux amants
Engendre une énergie intense, 
Stimule leur intelligence,
Les rend parfois très émouvants.

Ils se plaisent à inventer 
Des conditions particulières, 
Une atmosphère printanière.
Peu les trouble s'il va venter.

Peut faire naître des regrets
Une amante religieuse
Qui soudain devient trop pieuse.
L'amour survole d'autres près.

En fait on a compris pourquoi
 Deux êtres s'aimant se séparent.
Cela ne nous semble plus rare:
Le coup de foudre à chaque fois. 

5 juillet 2017


Suite de l'article...

Lectures : 75    Commentaires : 0     Partager



Venant à passer près de moi

Le 5 juillet à  02:46
Rubriques : Musique et poésie
Je soliloque à haute voix.
Venant à passer près de moi,
Vous arrêtant pour une pause,
Vous m'entendrez parler de roses.
Venant à passer près de moi,
Vous partagerez mes émois,
Vous m'entendrez parler de roses.
Je me souviens de tendres choses.
Vous partagerez mes émois,
S'offrant en bouquet chaque fois.
Je me souviens de tendres choses,
Comme fleurs, images écloses.
S'offrant en bouquet chaque fois,
Les parfums des instants de joie,
Comme fleurs, images écloses.
Oh! cet oiseau qui se repose!
14/4/2005


Suite de l'article...

Lectures : 73    Commentaires : 0     Partager





L'art de séduire en affirmant

Le 3 juillet à  05:21
   L'art de séduire en affirmant
                                                                         Propos
 L'art oratoire le plus souvent provoque un émoi indicible. S'il le maîtrise, un conférencier 
peut créer une ambiance savoureuse.
Persuader impose une démonstration solide, faisant appel à la raison, présentée avec élégance. 
Or cela bien souvent suffit.
Vouloir séduire en même temps demande un long apprentissage et n'est possible sans talent.
Or, comme en poésie, il existe des muses inspiratrices, emplies de grâces.
Préparant un discours destiné aux Français, leur président n'a certainement pas tenté d'être magiquement guidé. 
 Les avocats voulant convaincre, agrémentent leurs arguments de remarquables citations ou d'images qui font sourire.
N'ayant rien osé de semblable, le président continua à discourir en s'écoutant, sans que soit troublé le silence.
En ce trois juillet à Versailles la griserie était absente.
  3  Propos

Propos

 L'art oratoire le plus souvent provoque un émoi indicible. S'il le maîtrise, un conférencier peut créer une ambiance savoureuse.
Persuader impose une démonstration solide, faisant appel à la raison, présentée avec élégance. Or cela bien souvent suffit.
Vouloir séduire en même temps demande un long apprentissage et n'est possible sans talent.
 Comme en poésie, il existe des muses inspiratrices, emplies de grâces.
Préparant un discours destiné aux Français, leur président n'a certainement pas tenté d'être magiquement guidé. 
 Les avocats voulant convaincre, agrémentent leurs arguments de remarquables citations ou d'images qui font sourire.
N'ayant rien osé de semblable, le président continua à discourir en s'écoutant, sans que soit troublé le silence.
En ce trois juillet à Versailles la griserie était absente.

  3 juillet 2017


Suite de l'article...

Lectures : 74    Commentaires : 0     Partager



Les gens qui ne sont rien

Le 3 juillet à  06:56
Rubriques : Mes écrits
Oeuvrer en restant anonyme
Ne fait pas se sentir minable 
Et n'a rien de désagréable.
Excepté pour les orgueilleux, 
Voulant un rôle dans le jeu.
Ils désirent paraître bien 
Aux yeux de leurs concitoyens.
Oeuvrer, en restant anonyme?
Parfois pensent qu'ils ne sont rien 
Nombreux travailleurs syndiqués, 
Par obligation impliqués, 
Des chômeurs restant inactifs,
 Ne sachant être créatifs, 
Ceux qui n'ont plus le goût d'aimer,
D'autres fatigués de ramer.
Persistants ou velléitaires, 
D'innombrables gens ordinaires 
Parfois pensent qu'ils ne sont rien.
L'ardent  président des Français
A évoqué leur existence 
Ce fut un constat d'évidence.
Or se méfiant du langage,
Des ignorants du nouvel âge
S'avisèrent de protester.
 Il est triste de constater
Le manque absolu de rigueur 
De ces critiques amateurs.
L'ardent président des Français!
 2 juillet 2017
Oeuvrer en restant anonyme
Ne fait pas se sentir minable 
Et n'a rien de désagréable.
Excepté pour les orgueilleux, 
Voulant un rôle dans le jeu.
Ils désirent paraître bien 
Aux yeux de leurs concitoyens.
Oeuvrer, en restant anonyme?

Parfois pensent qu'ils ne sont rien 
Nombreux travailleurs syndiqués, 
Par obligation impliqués, 
Des chômeurs restant inactifs,
 Ne sachant être créatifs, 
Ceux qui n'ont plus le goût d'aimer,
D'autres fatigués de ramer.
Persistants ou velléitaires, 
D'innombrables gens ordinaires 
Parfois pensent qu'ils ne sont rien.

L'ardent  président des Français
A évoqué leur existence 
Ce fut un constat d'évidence.
Or se méfiant du langage,
Des ignorants du nouvel âge
S'avisèrent de protester.
 Il est triste de constater
Le manque absolu de rigueur 
De ces critiques amateurs.
L'ardent président des Français!

 2 juillet 2017


Suite de l'article...

Lectures : 77    Commentaires : 0     Partager



Le goût des fleurs

Le 1 juillet à  08:53
Rubriques : Musique et poésie
Le goût des fleurs
En bouton ou corolle ouverte,
Chaque poème est une fleur,
Surprise qui nous est offerte,
Simple plaisir ou coup de coeur.
Or c'est une fleur immortelle,
Non pas de soie ni de velours
Mais faite de substance telle
Qu'elle conserve ses atours.
Dans l'allée où on l'a placé
Parfois dans l'ombre, le poème,
En dépit des hivers passés,
A un charme resté le même.
À l'ère des métamorphoses,
De la magie et des clameurs,
De la turbulence des choses,
Les fleurs engendrent la douceur.
24 septembtre 2007
En bouton ou corolle ouverte,
Chaque poème est une fleur,
Surprise qui nous est offerte,
Simple plaisir ou coup de coeur.

Or c'est une fleur immortelle,
Non pas de soie ni de velours
Mais faite de substance telle
Qu'elle conserve ses atours.

Dans l'allée où on l'a placé
Parfois dans l'ombre, le poème,
En dépit des hivers passés,
A un charme resté le même.

À l'ère des métamorphoses,
De la magie et des clameurs,
De la turbulence des choses,
Les fleurs engendrent la douceur.

24 septembtre 2007


Suite de l'article...

Lectures : 87    Commentaires : 0     Partager



L'esprit et l'âme

Le 27 juin à  03:32
Rubriques : Musique et poésie
L'énergie joue des tours, engendre des présages,
Crée des embûches étant évitables ou non.
Les personnes âgées, généralement sages,
Ne boudent l'évidence, écoutent la raison.
L'énergie joue des tours, engendre des présages.
Les jeunes, très souvent, pensent à leur futur,
Espèrent que leur vie deviendra savoureuse.
En doutent cependant, comment en être sûr?
Déjà la providence leur sembla hasardeuse.
Les jeunes, très souvent pensent à leur futur.
L'acharnement est nécessaire bien des fois.
Un animal, pris dans un piège, s'en délivre,
Ne se résout à renoncer, n'a pas ce choix.
Il fait des efforts inouïs, paraissant ivre.
L'acharnement est nécessaire bien des fois.
Je regarde le ciel, certes par pure grâce, 
Ses rivières et lacs, dorés par le soleil.
Je m'installe en l'instant, mon âme s'y prélasse.
Écoutant ma pensée, je n'étais en éveil.
Je regarde le ciel, certes par pure grâce.
27 juin 2017

L'énergie joue des tours, engendre des présages,
Crée des embûches étant évitables ou non.
Les personnes âgées, généralement sages,
Ne boudent l'évidence, écoutent la raison.
L'énergie joue des tours, engendre des présages.

Les jeunes, très souvent, pensent à leur futur,
Espèrent que leur vie deviendra savoureuse.
En doutent cependant, comment en être sûr?
Déjà la providence leur sembla hasardeuse.
Les jeunes, très souvent pensent à leur futur.

L'acharnement est nécessaire bien des fois.
Un animal, pris dans un piège, s'en délivre,
Ne se résout à renoncer, n'a pas ce choix.
Il fait des efforts inouïs, paraissant ivre.
L'acharnement est nécessaire bien des fois.

Je regarde le ciel, certes par pure grâce, 
Ses rivières et lacs, dorés par le soleil.
Je m'installe en l'instant, mon âme s'y prélasse.
Écoutant ma pensée, je n'étais en éveil.
Je regarde le ciel, certes par pure grâce.

27 juin 2017


Suite de l'article...

Lectures : 83    Commentaires : 0     Partager



L'adieu

Le 25 juin à  07:06

 

Accompagnent l'adieu des larmes de tristesse

Mais il est doux à l'âme de l'être qui s'en va

Quand il entend des mots débordant de tendresse.

Jusqu'à son dernier souffle, il ressent qu'ils sont là.

Accompagnent l'adieu des larmes de tristesse.

 

Il sait qu'il va mourir le parent que l'on veille.

Il a vécu longtemps, sur différents rivages,

 En ayant contemplé les monts et les merveilles

Puis s'était préparé à l'ultime voyage.

Il sait qu'il va mourir le parent que l'on veille.

 

Des enfants qu'il chérit, il reçut de l'amour.

Ils sont dans la douleur en ce dernier adieu.

La fin d'une existence doit arriver un jour,

Même s'il est tardif, il parait odieux.

Des enfants qu'il chérit, il reçut de l'amour.

 

La providence fait que l'apaisement vient.

Il surprend quelques fois, d'autres chagrins perdurent.

Si l'on ne souffre plus, sans cesse on se souvient.

On pense à des instants de joies qui étaient pures.

La providence fait que l'apaisement vient.

 

                                                                         24 juin 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

L'adieu

 

Accompagnent l'adieu des larmes de tristesse

Mais il est doux à l'âme de l'être qui s'en va

Quand il entend des mots débordant de tendresse.

Jusqu'à son dernier souffle, il ressent qu'ils sont là.

Accompagnent l'adieu des larmes de tristesse.

 

Il sait qu'il va mourir le parent que l'on veille.

Il a vécu longtemps, sur différents rivages,

 En ayant contemplé les monts et les merveilles

Puis s'était préparé à l'ultime voyage.

Il sait qu'il va mourir le parent que l'on veille.

 

Des enfants qu'il chérit, il reçut de l'amour.

Ils sont dans la douleur en ce dernier adieu.

La fin d'une existence doit arriver un jour,

Même s'il est tardif, il parait odieux.

Des enfants qu'il chérit, il reçut de l'amour.

 

La providence fait que l'apaisement vient.

Il surprend quelques fois, d'autres chagrins perdurent.

Si l'on ne souffre plus, sans cesse on se souvient.

On pense à des instants de joies qui étaient pures.

La providence fait que l'apaisement vient.

 24 juin 2017 

                                                                                       


Suite de l'article...

Lectures : 58    Commentaires : 0     Partager



Muses et poètes

Le 24 juin à  06:08
Rubriques : Musique et poésie

Les muses, par leur présence,

Favorisaient la transcendance,

Révélaient une poésie,

 Souvent pleine de fantaisie.

 

Les poètes de grand talent,

Animés d'un heureux allant,

Accueillaient, de lieux mirifiques,

Des personnages idylliques.

 

Leur langage voluptueux

Entretenait le merveilleux.

Il était facile de croire

À leurs émouvantes histoires.

 

De nos jours, pour sortir de l'ombre

Hommes et femmes, en grand nombre,

Devenus poètes par choix,

 

Ont-ils aussi l'envie de plaire,

Si difficile à satisfaire?

La poésie, un art mineur,

 Cause pourtant des coups de coeur.

 

                                                                                  23 juin 2017



Suite de l'article...

Lectures : 89    Commentaires : 0     Partager



À la grâce de la Providence!

Le 23 juin à  11:21
Rubriques : Musique et poésie

Face à la nuit, peu souvent noire,

J'ai quelques fois la nostalgie

D'une sublime griserie

Que garde vive ma mémoire.

 

À moi-même souvent laissée,

Je contemplais l'immense espace

Où toujours à la même place,

Les étoiles m'éblouissaient.

 

Je n'aurais pu imaginer

Être privée de cette extase,

Que j'exprimais avec emphase.

Ô l'incertaine destinée!

 

Nous sont données et puis reprises

Des possibilités d'aimer.

On voit des portes se fermer.

Même en été souffle la bise.

 

23 juin 2017



Suite de l'article...

Lectures : 89    Commentaires : 0     Partager



Les muses contemporaines

Le 21 juin à  02:41
Rubriques : Musique et poésie


 

Voulant exprimer une idée,

Qui me semble devenue claire,

Je trouve certes nécessaire

De ne pas vite décider.

 

J'examine parmi les mots

Les plus justes qui se proposent,

 Les combine en vers ou en prose,

Lors, ils deviennent des propos.

 

Mais pour traduire mes émois,

Ce que très souvent j'aime faire,

J'accueille un familier mystère;

Attentive, écoute une voix.

 

Sans doute celle de ma muse,

Me gardant, comme elle, innocente.

Plutôt que parler, elle chante.

Jamais n'intrigue ni ne ruse.

 

Abondent non loin, fascinantes,

De fatales inspiratrices.

Par leurs fabuleux artifices

Rendent des âmes délirantes.

 

19 juin 2017



Suite de l'article...

Lectures : 97    Commentaires : 0     Partager




Page 3 de 35

3

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES