La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 26
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Requête à mes lecteurs

Le 15 mai 2016 à  06:46
Rubriques : Mes écrits

Je viens de faire un constat consternant. M'étant rendue à la librairie Renaud-Bray de Montréal avec l'intention d'y trouver au moins un recueil de poésie publié par la maison des Éditions David et n'en ayant trouvé aucun, je me suis étonnée de ne voir dans le petit espace récemment consacré à la poésie québécoise aucune anthologie de poèmes contemporains. Il s'y trouvait un essai, intitulé
«Pour une poésie impure» L'auteur Robert Melançon y révèle sa déception: aucun livre de poésie québécoise contemporaine n'a été vendu selon ce qui lui fut dit par des éditeurs d'ici. Certes il est triste de savoir que seulement un pour cent des lecteurs de poésie dans le  monde 
achètent ce qu'ils aiment lire sur la toile.
J'avais en parfaite ignorance de ces faits travaillé à une anthologie de mes poèmes, confiée en avril dernier aux éditions David. Ce recueil de

cent-soixante-six poèmes sera certainement refusé à moins que je puisse avoir l'assurance de mes lecteurs virtuels qu'ils feraient l'effort de l'acheter connaissant mes choix poétiques.

 

J'ai la naïveté de vous inviter à vous manifester auprès de l'éditeur qui a mon manuscrit pour lui signifier votre intérêt à voir mes poèmes publiés sur papier. Le Québec se trouve dans un vide poétique qu'il ne mérite pas.

 

Les éditions David reçoivent des subventions des deux gouvernements

 

Références de mon livre à éditer;

 À Capella

Poèmes de Suzanne Walther-Siksou

 Pour Voix intérieures

Éditions David.com

Directeur littéraire Marc Pelletier

e.mail

marcpelletier@editionsdavid.com 



Suite de l'article...

Lectures : 657    Commentaires : 0     Partager



Sa beauté n'aura ps de fin

Le 14 mai 2016 à  07:11
Rubriques : Musique et poésie

Je regarde l'épais gazon,

Incrusté de morceaux d'assiettes.

Ne sais si je suis inquiète

Car cela serait sans raison.

 

Un magnolia est dépouillé

De sa parure somptueuse.

La pluie tombe silencieuse,

M'incite à rester éveillée.

 

Du vert apparaît sur ses branches,

Étoffe d'un nouvel habit.

En lui s'active l'énergie.

Jamais le vent ne la débranche.

 

Tout autre, dans bien peu de jours,

L'arbuste deviendra superbe.

Auront séché ses pleurs sur l'herbe.

Semble illimité son séjour.

 

14 mai 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 715    Commentaires : 0     Partager





Le silence à perte de vue

Le 14 mai 2016 à  12:31
Rubriques : Musique et poésie

J'embrasse la vue du silence,

Baignée d'une vive clarté.

Ne me laisse pas épatée

Une grâce de l'existence

 

Baignée d'une douce clarté,

Ma rue est privée de présences.

Une grâce de l'existence

Chasse la quotidienneté.

 

Ma rue est privée de présences.

Pas d'ombres aux teintes bleutées.

Chasse la quotidienneté

La muse de la transcendance.

 

Pas d'ombres aux teintes bleutées.

  Je me plie à l'accoutumance.

  La muse de la transcendance
Jamais ne vint me visiter.

 

14 mai 2016



Suite de l'article...

Lectures : 745    Commentaires : 0     Partager



L'offrande

Le 11 mai 2016 à  11:15
Rubriques : Musique et poésie

Fleur de Pissenlit

 

Épanoui, courant vers moi,


Un enfant de deux ans me tendit une fleur

.
Sa fleurette sauvage n'était qu'un pissenlit.


Or confrontée à son émoi,


Je compris aussitôt qu'il m'offrait un poème.



Suite de l'article...

Lectures : 1036    Commentaires : 0     Partager



Une abondante récolte

Le 11 mai 2016 à  11:11
Rubriques : Musique et poésie

 

À Liliane Magotte

 

Les fleurs des champs ont resurgi.

Invasion de corolles jaunes.
Les resplendissants pissenlits, 
Créent sur le vert diverses zones.

 

Ils sortent de terre au hasard, 
S'éparpillent sans harmonie,
Défiant les règles de l'art.
Surprenante est leur énergie.

 

Faut-il simplement laisser faire?
Ne le croient pas les bien-pensants.
Pour eux agir est nécessaire.
Ils les trouvent envahissants.

 

Je me souviens bien clairement 
Avoir reçu avec tendresse
Une de ces fleurs, d'un enfant
Qu'elle avait empli d'allégresse.

 

10 mai 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 1042    Commentaires : 0     Partager



En ce matin d'un anniversaire historique

Le 9 mai 2016 à  02:25
Rubriques : Musique et poésie

Me parle mon ami absent

Et à l'écouter je ressens

Des plaisirs ou émois les mêmes

Et je comprends combien je l'aime.

 

Nous émeuvent les coquillages

Qui abondent sur une plage.

Ils abritaient des êtres en vie,

Leur parfaite beauté survit.

 

Une fois rayé de la liste

De ceux qui dans le monde existent

L'humain disparaît sans laisser

De parcelles de sa beauté.

 

Or par la force qu'ont les mots,

S'il avait transmis ses propos

Son énergie se fait sensible

Et peut sembler indestructible.

 

La sienne pour moi est certaine.

Qu'il se répète ne me gêne.

Il m'avait réclamé le droit

De radoter certaines fois.

 

L'amour pour défier la mort,

 Ou tout autant qu'elle être fort,

A besoin qu'une âme gardienne,

Avec tendresse, l'entretienne.
 

 8 mai 2016



Suite de l'article...

Lectures : 1123    Commentaires : 0     Partager



Perles d'eau

Le 6 mai 2016 à  04:12
Rubriques : Musique et poésie

À Jacqueline Nanson

 

Je ne pleurais jamais de joie

Mais bien souvent dans la tristesse.

Lors on me dit, dans ma jeunesse,

De mieux modérer mes émois.

 

N'étais pas triste dans l'ivresse

Mais profondément quand la vie

Me délestait de mes envies

Et m'enfonçait dans la détresse.

 

 En un infligeant désarroi

Qui me rattrapait tout le temps,

Privée de mes larmes d'enfant,

Je dus les regretter, je crois.

 

Mes yeux se mouillent à nouveau

Par une grâce époustouflante.

D'une lumière éblouissante,

Les protègent des perles d'eau.

 

 6 mai 2016


Suite de l'article...

Lectures : 1179    Commentaires : 0     Partager



En métamorphose avancée

Le 6 mai 2016 à  12:10
Rubriques : Musique et poésie

 

À Béatrice  Joly

 

Je vis au ralenti au temps de la vitesse.

Les exploits surhumains ne m’émerveillent plus.

Est devenu confus ce que j'aurais voulu.

J'essaie de conserver ma présente sagesse.

 

 Aurai-je quelques fois de nouveaux coups de coeur?

Mes amis tant aimés reposent en silence.

Nous partagions des joies et des souhaits intenses,

Étant parfaitement préparés au bonheur.

 

Depuis un an surtout, je n'ose pas prétendre.

Je ne suis nullement en manque d'énergie,

Mais me vois chaque jour un peu plus enlaidie,

Sans vainement chercher à pouvoir m'en défendre.

 

Mon esprit qui médite et exprime mon âme

Circule virtuel sans besoin de mon corps.

Il a le  même allant, prend souvent son essor,

Parait être celui d'une très jeune femme.

 

Sereins ou souvent tendres demeurent mes écrits.

J’aimerais terminer sans maux mon existence,

Enlaidir ne fait pas éprouver de souffrance,

Peut sembler une farce. Certaines nuits, j'en ris.

6 mai 2016

 



Suite de l'article...

Lectures : 1137    Commentaires : 0     Partager



Entrée libre

Le 5 mai 2016 à  02:16
Rubriques : Musique et poésie

 

Dès que la porte fut ouverte,

entrèrent langoureusement

L'ennui suivi de la paresse.

Le rire vint avec l'ivresse,

l'orgueil avec la gloriole.

 

Très vite arriva le mépris

qui enlaçait la vanité.

Le bien présenta la beauté.

 Le regret et la nostalgie

escortèrent la solitude.

 

Le rêve avec la somnolence,

tous deux les hôtes du logis,

Firent soudain cesser le bruit.

S'ouvrit un espace onirique.

L'amour fit danser l'amitié.

 

La colère loin de courroux,

se mit à chanter des berceuses.

La paresse gesticula,

elle croyait avoir des ailes.

Cela amusa fort l'ennui.

 

Se sentant emplis d'allégresse,

les coulpes souriaient ravis.

Un vent frais les mit en éveil.

Au-delà de la porte ouverte,

la nuit offrait sa poésie.

 

                                                 5 mai 2016 



Suite de l'article...

Lectures : 1106    Commentaires : 0     Partager



Au mois de mai

Le 30 avril 2016 à  01:04
Rubriques : Musique et poésie

 

Refrain

 

Voici venu le mois de mai

 Plein de chansons et de muguet.

Parfums subtils, toilettes claires

Tendre soleil, douce lumière.

Lors comment ne pas vous aimer

Dans la splendeur du mois de mai?

 

 Ier couplet

 

Le mois de mai est un poète.

Il ne permet pas les défaites,

Tous les amours y sont vainqueurs

Il met de l'espoir dans les coeurs.

Ô mois de mai de ma jeunesse,

Que de souhaits et quelle ivresse!

Les ans ont fui mais tu reviens,

 En t’accueillant je me souviens.

Sont effacés craintes et peines,

                                                       J'éprouve une grâce sereine.

 

Refrain

 

2 dème couplet

 

Je  n’ignore pas qu'un matin

Tout disparaîtra du jardin,

 Se dissipera cette gloire 

Mais j'ai de la peine à y croire.

Sans la beauté, riche en couleurs,

Moins d’espérance dans nos coeurs.

Chantons, dansons à perdre haleine.

Tant que la coupe reste pleine.

Aimons - nous fort présentement

Célébrons la vie ardemment!

 

Refrain

 

 NB: Cette chanson a été mise en musique par le regretté Maurice Durieux compositeur.

 



Suite de l'article...

Lectures : 1178    Commentaires : 0     Partager




Page 35 de 37

35

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2017 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES