La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 20
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Quand j'étais fraîche jeune fille

Le 12 octobre 2016 à  05:02
Rubriques : Musique et poésie

Quand j'étais fraîche jeune fille,

Je portais des bijoux Burma,

Chaînes, bagues de pacotille,

Et ces robes que la mama

Nous cousait avec tant d'amour

Qu'elles nous semblaient des atours.

 

Il a fallu bien des années,

Pour que ma rude destinée

Devienne vraiment généreuse

Mais sans me rendre plus heureuse.

 

J'ai tout plein d'étranges trésors,

Vêtements, livres et tableaux,

Poupées, chaînes et bagues en or,

Mais mon visage n'est plus beau.

 

J'exultais, pauvrette, autrefois.

Or sur la fin de mon parcours,

S'élève un petit feu de joie,

Dès que j'évoque mes amours.

 

Sur des photos figeant le temps

Où j'étais fraîche jeune fille,

Qui gardent ma grâce d'antan

Et mes bijoux de pacotille,

Je retrouve mon allégresse

Que n'altère pas la vieillesse.
 

 21/6/2004



Suite de l'article...

Lectures : 392    Commentaires : 0     Partager



Les mains pleines

Le 12 octobre 2016 à  05:01
Rubriques : Musique et poésie

 

Depuis que je suis peu vaillante,

Non pas par manque de vouloir

Mais par énergie défaillante,

N'ai pour sentier que le couloir.

 

J'y circule sans allégresse,

Aller-retour, en pas perdus.

Je me convaincs que rien ne presse;

C'est souvent vrai, bien entendu.

 

Ce jour, je manque d'appétit.

Dois-je manger une salade?

Je grignote quatre biscuits

Et bois un peu de limonade.

 

Près de moi, surgit, les mains pleines,

En souriant, mon fils Alain.

Parfums et saveurs me parviennent.

Je savoure l'odeur du pain.

 

                                             8 juin 2015           



Suite de l'article...

Lectures : 329    Commentaires : 0     Partager





en ce matin de deuil

Le 11 octobre 2016 à  04:01
Rubriques : Musique et poésie

 

Mon jardin côté cour me semble un cimetière.

J'y demeure figée, seule avec ma tristesse.

Des souvenirs vivants planent dans le silence.

Le grand monsieur m'aimait; il ne m'écrira plus.

 

- Et comment va l'amie Suzanne? Au cours des ans,

Il ressentait pour moi toujours même tendresse.

 Monsieur le Président, moi j'osais l'appeler

«Mon bon juge», en ce temps lointain de ma jeunesse

 

Et quarante ans après quand je pus l'accueillir,

Homme fort devenu un vieillard malheureux.

Rien ne le consolait du décès de sa femme.

 Il en voulait au sort trouvé inéquitable.

 

En ce jour de printemps, tout me semble éphémère.

Je me sens déroutée, perdue dans le silence.

Mon âme est alourdie par le poids du chagrin.

Non voilé par les pleurs, mon regard reste clair.

 

Le ciel est nuageux. À la tombée du jour

J'assisterai sans doute à une apothéose.

La splendeur est toujours source de joie intense

Lors je me sentirai baignant dans la tendresse.

 

28 mars 1995



Suite de l'article...

Lectures : 315    Commentaires : 0     Partager



Une errance suave

Le 10 octobre 2016 à  11:32
Rubriques : Musique et poésie

Du ciel batik illimité,

D'un bleu grandement dilué,

 Sont descendues des formes roses

Fasciné mon regard s'y pose.

 

À l'horizon de l'or qui brille,

Rivages d'îlots qui scintillent.

Semblant d'une soie transparente

 

Je sens pleinement que j'existe.

Aimerais tant être une artiste,

Mettre sur toile la splendeur

Qui me captive avec douceur.

 



Suite de l'article...

Lectures : 336    Commentaires : 0     Partager



Procès à l'Aréopage

Le 9 octobre 2016 à  07:04
Rubriques : Musique et poésie
 

Jupiter entouré de sa divine cour,

Doit rendre son verdict avant la fin du jour.

Il s'agit du procès d'Espérance, accusée

De se jouer des hommes et de les abuser.

 

Tous les dieux sont présents. Pluton fut l'orateur,

Se montra c'est certain sévère accusateur.

Le splendide Apollon, affirma l'innocence,

De la nymphe affligée par tant de violence.

 

Est-elle ou non coupable? Elle a souvent déçu.

 Échecs de projets cependant bien  conçus.

Une foule partout,  dans  un parfait silence,

Attend que soit rendue l'imminente sentence.

 

Un message envoyé répand enfin la joie.

Jupiter a tranché en imposant son choix:

« Laissons-la s'envoler ! Qu'elle aille à ses affaires!

Elle aide les humains dont la vie est amère.

 

C'est pourquoi de nos jours, par sa seule présence,

Épargnée des soupçons et de la médisance,

La nymphe gracieuse apaise les douleurs

Stimule ceux qui osent et écarte les peurs.

 

 10 mars 2004



Suite de l'article...

Lectures : 349    Commentaires : 0     Partager



La beauté des fleurs

Le 8 octobre 2016 à  03:12
Rubriques : Musique et poésie

Une force infernale, immonde,

Crée un univers de maudits

En nombreuses parties du monde.

Les rescapés restent meurtris.

 

Là-bas, dans l'horrible carnage,

Aucune présence d'un dieu

Venu mettre fin à la rage.

Seuls des martyrs sont sur les lieux.

 

Pour ceux des îlots épargnés,

Il convient de rester soi-même,

De partager les biens gagnés

Avec les proches que l'on aime.

 

On n'évite pas les souffrances.

Or il faut occulter les peurs,

Au cours d'agréables errances,

Contempler la beauté des fleurs.

 



Suite de l'article...

Lectures : 352    Commentaires : 0     Partager



Requiem pour une perdrix

Le 8 octobre 2016 à  01:07
Rubriques : Musique et poésie

Résultats de recherche d'images

 

Des plumes duveteuses, ailes d'ange brisées
et petit à petit, de la chair apparaît.
rose bonbon, devenue émouvante chose.

 

Le tueur sans mémoire et sans aucun remords,
offrira, à sa table, sans doute fièrement,
l'énergie retombée de ce bel oiseau mort,

 

Mais dans les bois touffus, colorés de l'automne,
le vent de vie ardent qui secoue et qui sème,
soufflera dans la nuit, un vibrant requiem.

 

25/10/1997

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 457    Commentaires : 0     Partager



Un signe

Le 7 octobre 2016 à  04:26
Rubriques : Musique et poésie

 

J'accueille ce jour la tendresse

D'une inconnue nommée Linda.

Sur les ondes la déposa

Avec grande délicatesse.

 

Un signe de la providence!

Venu d'un lointain horizon,

M'a surprise dans ma maison 

Un baiser dissipant l'absence.

 

Une « légende personnelle »

S'accomplit dans la confiance

Qu'entretiennent à l'évidence

Les offrandes occasionnelles.

 

Mieux vaut demeurer en éveil

Pour percevoir ce qui arrive.

Ne pas laisser à la dérive

Un apport parfois sans pareil.

 

Alors que mon cheminement

Me conduit vers d'autres rivages,

Je reçois souvent davantage

Que ma part d'ensoleillement.

 

7 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 384    Commentaires : 0     Partager



Songerie face à une image de Cosette

Le 6 octobre 2016 à  03:32
Rubriques : Musique et poésie

                                                                                                                Semble sur ses gardes, craintive,

L'enfant en haillons qui balaie.

Elle se méfie, attentive,

Tout peut sur elle débouler.

 

Certes, elle demeure occupée

À ce qu'elle est forcée de faire.

Ne rêve pas d'une poupée

Ou d'être bercée par sa mère.

 

Ne sait pas que les fées existent,

Quelles répandent de l'espoir

En survenant à l'improviste,

 Imprégnées des parfums du soir.

 

Coule le temps au sablier!

D'étonnantes choses arrivent,

Parfois faisant tout oublier.

Ce qui est part à la dérive.

 

Se trouvant face à la misère,

 Bien souvent, Hugo s'attristait,

Captait des rayons de lumière,

Des gestes qui l'attendrissaient.

 

6 octobre 2016



Suite de l'article...

Lectures : 402    Commentaires : 0     Partager



Une idée qui me divertit

Le 5 octobre 2016 à  07:25
Rubriques : Musique et poésie

Au cours de toute notre vie,

Nous ressentons bien des envies.

Elles sont plus ou moins actives.

Nombreuses fois, elles motivent.

 

Des hommes et des femmes espèrent

Ne pas devenir éphémères.

Ils ont du mal à  supporter

Qu'on ignore qu'ils aient été.

 

Ce sont des existentialistes,

Souvent poètes ou artistes.

Ils ne cessent pas de créer;

Leur séjour doit être prouvé.

 

Sans doute pour me dérider,

 J'accueillis soudain une idée,

 Agir d'une manière telle

Que ma vie soit existentielle.

 

Sur un des murs de ma maison,

Largement ouverte aux saisons,

M'offrant un merveilleux silence

Et protégeant mon innocence,

 

Une plaque sera posée,

Mon identité exposée.
« Là vécut cette poétesse

Aimant la vie avec tendresse » 

 

5 octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours de toute notre vie,

Nous ressentons bien des envies.

Elles sont plus ou moins actives.

Nombreuses fois, elles motivent.

 

Des hommes et des femmes espèrent

Ne pas devenir éphémères.

Ils ont du mal à  supporter

Qu'on ignore qu'ils aient été.

 

Ce sont des existentialistes,

Souvent poètes ou artistes.

Ils ne cessent pas de créer;

Leur séjour doit être prouvé.

 

Sans doute pour me dérider,

 J'accueillis soudain une idée,

 Agir d'une manière telle

Que ma vie soit existentielle.

 

Sur un des murs de ma maison,

Largement ouverte aux saisons,

M'offrant un merveilleux silence

Et protégeant mon innocence,
 

 Une plaque sera posée,

Mon identité exposée.
« Là vécut cette poétesse

Aimant la vie avec tendresse » 

 

5 octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Suite de l'article...

Lectures : 472    Commentaires : 0     Partager




Page 46 de 59

46

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES