La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 39
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Vivre dans l'accéléré

Le 9 décembre 2017 à  01:55
Rubriques : Musique et poésie

Lorsque le hasard nous présente
L'être qui nous est destiné, 
On sent parfois que l'on renaît, 
Empli d'une joie exaltante.
On croit qu'on veillera sur l'autre,
Tentant d'alléger ses efforts,
D'écarter les possibles torts.
Dans la volupté, l'on se vautre.
Mais l'énergie imprévisible, 
Qui agit dans l'espace humain,  
Souvent peut faire que soudain
 Se réalise l'impossible.
Lors dans ce monde où rien ne dure, 
Exister dans l'accéléré 
Est de plus en plus célébré. 
Fort est le besoin d'aventures.
Sont troublants les couples bénis
Qui à la fin de leur voyage,
Dans la tendresse et le partage,
Se dirigent vers la sortie. 
 9 décembre 2017
Lorsque le hasard nous présente
L'être qui nous est destiné, 
On sent parfois que l'on renaît, 
Empli d'une joie exaltante.

On croit qu'on veillera sur l'autre,
Tentant d'alléger ses efforts,
D'écarter les possibles torts.
Dans la volupté, l'on se vautre.

Mais l'énergie imprévisible, 
Qui agit dans l'espace humain,  
Souvent peut faire que soudain
 Se réalise l'impossible.

Lors dans ce monde où rien ne dure, 
Exister dans l'accéléré 
Est de plus en plus célébré. 
Fort est le besoin d'aventures.

Sont troublants les couples bénis
Qui à la fin de leur voyage,
Dans la tendresse et le partage,
Se dirigent vers la sortie. 

 9 décembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 174    Commentaires : 0     Partager



La mal paraît inexistant

Le 7 décembre 2017 à  02:47
Rubriques : Musique et poésie
En hommage à ceux qui dénoncent.
  Dénoncer un crime commis
Est certes un besoin qui persiste.
Or quand peu de moyens existent, 
Au silence, on reste soumis.
Certaines personnes pourtant 
Ne veulent pas se l'interdire,
Relèvent le défi de dire, 
Prennent des risques parfois grands.
Elles s'exposent au courroux 
De ceux tout à fait incapables 
De penser que serait coupable 
Un être ayant tous les atouts.
Je trouve démoralisant 
Que l'immoralité profonde
Dérange bien peu en ce monde.
Le mal paraît inexistant.
7 décembre 2017
En hommage à ceux qui dénoncent.


  Dénoncer un crime commis
Est certes un besoin qui persiste.
Or quand peu de moyens existent, 
Au silence, on reste soumis.


Certaines personnes pourtant 
Ne veulent pas se l'interdire,
Relèvent le défi de dire, 
Prennent des risques parfois grands.


Elles s'exposent au courroux 
De ceux tout à fait incapables 
De penser que serait coupable 
Un être ayant tous les atouts.


Je trouve démoralisant 
Que l'immoralité profonde
Dérange bien peu en ce monde.
Le mal paraît inexistant.


7 décembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 156    Commentaires : 0     Partager





L'incontournable vérité

Le 4 décembre 2017 à  02:10
Rubriques : Musique et poésie
Soliloque
La nature crée la beauté, 
Qui le plus souvent est instable,
Entretient la félicité 
Par ses grâces renouvelables.
Chaque jour, sur mon grand écran, 
Je vois des visages de femmes,
 Empreints de fraîcheur, ravissants. 
S'emplit de tendresse mon âme.  
Elles ne pensent pas du tout, 
Quand se rabougrissent des fleurs, 
Que les rides creusent les joues. 
Du présent goûtent les saveurs. 
Se conserve l'insouciance
Loin de l'ombre de la vieillesse.
L'énergie donne confiance,
Est souvent source d'allégresse.
Les miroirs présentent le vrai,
Offrent en couleurs des images.
                                                          Je me sens certes chavirée,
                                                  Quand ils me montrent mon visage.
4 décembre 2017



Soliloque

La nature crée la beauté, 
Qui le plus souvent est instable,
Entretient la félicité 
Par ses grâces renouvelables.


Chaque jour, sur mon grand écran, 
Je vois des visages de femmes,
 Empreints de fraîcheur, ravissants. 
S'emplit de tendresse mon âme.
  

Elles ne pensent pas du tout, 
Quand se rabougrissent des fleurs, 
Que les rides creusent les joues. 
Du présent goûtent les saveurs.
 

Se conserve l'insouciance
Loin de l'ombre de la vieillesse.
L'énergie donne confiance,
Est souvent source d'allégresse.


Les miroirs présentent le vrai,
Offrent en couleurs des images.
  Je me sens certes chavirée,
       Quand ils me montrent mon visage.


4 décembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 168    Commentaires : 0     Partager



Vivre mieux

Le 3 décembre 2017 à  03:48
Soliloque
- Que pourrais-je faire pour moi?
Ma vie se prolonge sereine 
Or en ce temps me semble vaine
 Et je n'ignore pas pourquoi.
Me reconnais velléitaire.
J'essaie d'éviter les efforts.
Ne semble me causer de torts
De paresser  à ne rien faire. 
Percevant mon insignifiance, 
J'éprouve un persistant regret.
Tout demeure inchangé malgré.
Me complais en ma nonchalance.
Soudain, d'agir je sens l'urgence.
Je fais preuve d'ingratitude,
Devrai changer mes habitudes,
Je le dois à la providence.
Vivre mieux est certes mon choix. 
Me faut accueillir la sagesse,
 Et la stimulante tendresse,
Reprendre confiance en moi.
  3 décembre 2017

Soliloque

- Que pourrais-je faire pour moi?
Ma vie se prolonge sereine 
Or en ce temps me semble vaine
 Et je n'ignore pas pourquoi.


Me reconnais velléitaire.
J'essaie d'éviter les efforts.
Ne semble me causer de torts
De paresser  à ne rien faire. 

Percevant mon insignifiance, 
J'éprouve un persistant regret.
Tout demeure inchangé malgré.
Me complais en ma nonchalance.


Soudain, d'agir je sens l'urgence.
Je fais preuve d'ingratitude,
Devrai changer mes habitudes,
Je le dois à la providence.


Vivre mieux est certes mon choix. 
Me faut accueillir la sagesse,
 Et la stimulante tendresse,
Reprendre confiance en moi.


  3 décembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 147    Commentaires : 0     Partager



face à l'inexprimable

Le 30 novembre 2017 à  04:55
Rubriques : Musique et poésie

J'absorbe l'énergie qui rayonne palpable.
Près de moi un bouquet de feuilles me ravit.
De l'observer me prend soudainement l'envie.
Je reste médusée face à l'inexprimable

30 novembre 2017
J'absorbe l'énergie qui rayonne palpable.
Près de moi un bouquet de feuilles me ravit.
De l'observer me prend soudainement l'envie.
Je reste médusée face à l'inexprimable
30 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 196    Commentaires : 0     Partager



L'énergie posthume

Le 27 novembre 2017 à  04:36
Rubriques : Musique et poésie
Songerie
Si mon silence perdurait,
Laissant surprises, sans nouvelles,
Des âmes me semblant fidèles,
Entraînerait-il des regrets?
Je sais que non, certainement.
Mes confidences poétiques
Me font paraître sympathique,
Sans créer un attachement.
Des amis demeurant absents,
Parfois éteints sans qu'on le sache.
D'eux, très vite, tout se détache.
Bienvenus sont les remplaçants.
Le poète qui disparaît, 
S'il était existentialiste,
Semblait parfois irréaliste:
Du néant, il triompherait!
Or même sans l'avoir voulu,
Des êtres qui offraient leurs oeuvres
Nous ont apporté cette preuve. 
Ils continuent à être lus.
27 novembre 2017
Songerie

Si mon silence perdurait,
Laissant surprises, sans nouvelles,
Des âmes me semblant fidèles,
Entraînerait-il des regrets?

Je sais que non, certainement.
Mes confidences poétiques
Me font paraître sympathique,
Sans créer un attachement.


Des amis demeurant absents,
Parfois éteints sans qu'on le sache.
D'eux, très vite, tout se détache.
Bienvenus sont les remplaçants.


Le poète qui disparaît, 
S'il était existentialiste,
Semblait parfois irréaliste:
Du néant, il triompherait!


Or même sans l'avoir voulu,
Des êtres qui offraient leurs oeuvres
Nous ont apporté cette preuve. 
Ils continuent à être lus.


27 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 157    Commentaires : 0     Partager



Le choix du laisser-aller

Le 25 novembre 2017 à  04:52
Rubriques : Musique et poésie
Certainement est beau un homme,
Les cheveux propres, bien peignés, 
L'apparence claire, soignée.
La peau pelure d'une pomme.
Alors que sa vie est publique, 
                                                       N'échappant pas à la critique,
Le laisser-aller est un choix.
Un visage rugueux déçoit.
En dépit de leur compétence, 
Et de leurs propos éclairés, 
Ceux qui paraissent négligés
Ne provoquent pas d'attirance.
Le charisme agit sur tout l'être
L'intelligence, l'éloquence
 Sont activées dans l'élégance.
En son absence, ne peut naître.
25 novembre 2017
Certainement est beau un homme,
Les cheveux propres, bien peignés, 
L'apparence claire, soignée.
La peau pelure d'une pomme.


Alors que sa vie est publique, 
N'échappant pas à la critique,
Le laisser-aller est un choix.
Un visage rugueux déçoit.


En dépit de leur compétence, 
Et de leurs propos éclairés, 
Ceux qui paraissent négligés
Ne provoquent pas d'attirance.


Le charisme agit sur tout l'être
L'intelligence, l'éloquence
 Sont activées dans l'élégance.
En son absence, ne peut naître.


25 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 138    Commentaires : 0     Partager



L'avant, l'après

Le 23 novembre 2017 à  05:58
Rubriques : Musique et poésie
L'avant, l'aprés
Pantoum
Continu, reste le silence.
Stagnent des nuages nacrés. 
La lumineuse clarté crée 
Un bien-être sans appétence.
Stagnent des nuages nacrés.
Aucune trace de brillance.
Un bien-être sans appétence.
Le silence fond les regrets.
Aucune trace de brillance.
L'énergie change de degré.
Le silence fond les regrets,
Apparaissent des souvenances.
L'énergie change de degré.
Elle demeure sans puissance.
 Apparaissent des souvenances.
Ô ce qui fut! Et puis, l'aprés.
23 novembre 2017



Pantoum

Continu, reste le silence.
Stagnent des nuages nacrés. 
La lumineuse clarté crée 
Un bien-être sans appétence.


Stagnent des nuages nacrés.
Aucune trace de brillance.
Un bien-être sans appétence.
Le silence fond les regrets.


Aucune trace de brillance.
L'énergie change de degré.
Le silence fond les regrets,
Apparaissent des souvenances.


L'énergie change de degré.
Elle demeure sans puissance.
 Apparaissent des souvenances.
Ô ce qui fut! Et puis, l'aprés.


23 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 177    Commentaires : 0     Partager



Une triste pensée

Le 21 novembre 2017 à  11:36
Rubriques : Musique et poésie

Un univers voluptueux,
Durant un concert symphonique.
Au piano, un vieux monsieur.
Son beau visage est euphorique.


La dextérité de ses doigts 
Révèle un art qui me fascine, 
Me cause un savoureux émoi,
 Me semble une grâce divine.


Je ne cesse de contempler 
Ce musicien aux cheveux blancs 
Qui sourit faisant s'envoler 
Des sons allègres et troublants.


Soudainement mon coeur se serre.
Me vient une triste pensée;
Certes va s'éteindre cet être,
Qu'en restera-t-il? Ne le sais.


21 novembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 172    Commentaires : 0     Partager



L'antimatière

Le 20 novembre 2017 à  04:20
Rubriques : Musique et poésie


Suite de l'article...

Lectures : 143    Commentaires : 0     Partager




Page 5 de 48

5

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES