La rivière chantante

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 39
Les nouveaux membres : 10
Anniversaires aujourd'hui : 11

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Des couleurs pour les états d'âme

Le 8 octobre 2017 à  08:43
Rubriques : Musique et poésie

 

Alors que les émois que l'on éprouve et les réactions qu'ils provoquent parfois sont indiqués par des mots abstraits, des couleurs ont surgi pour les concrétiser.

La peur, la tristesse  la colère, la jalousie, l'exagération, l'excitation, l'inquiétude, la honte, la stupéfaction, la méchanceté, l'ivresse, le mécontentement, la provocation, la naïveté, l'innocence, en font voir de toutes les couleurs.

 

Avoir une peur bleue

Broyer du noir

Lancer un regard noir

Voir rouge

Être dans une colère noire

Faire grise mine

Être rouge de honte

En rester bleu (stupéfait)

Être blanc comme neige

Ne pas sentir la rose

En voir ou en dire des vertes et des pas mures

Être dans le noir

Voir tout en noir

Être vert (trompé,)

Être gris

N'y voir que du bleu (se laisser tromper)

En faire une jaunisse (jalousie)

Être vert de jalousie

Se faire des cheveux blancs

Regarder d'un oeil noir

Avoir du bleu à l'âme (tristesse)

Tirer à boulets rouges

Agiter le chiffon rouge( provoquer)

Pousser au noir (exagérer)

Voir la vie en rose.

 

Certaines expressions langagières rendent rose de contentement. 

 

 8 octobre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 151    Commentaires : 0     Partager



Un plaisir nourrissant

Le 7 octobre 2017 à  07:49
Rubriques : Musique et poésie
En hommage aux humoristes.
Éclater de rire parfois
Cause une nourrissante joie.
Quand l'ennui me rend inactive
                                                         La désirer me rend pensive.
Faudrait accueillir la bêtise
Lors la raison soudain surprise
Devrait réagir drôlement.
Mais cela n'est pas évident.
Il n'est pas rare cependant 
Que simplement en me moquant 
D'une de mes tendres faiblesses
Je m'entende rire, en liesse. 
Certes un talent bien personnel
Semblant parfois exceptionnel
Provoque l'énergie du rire.
Humoristes, l'on vous admire!
7 octobre 2017

En hommage aux humoristes.

Éclater de rire parfois
Cause une nourrissante joie.
Quand l'ennui me rend inactive
   La désirer me rend pensive.

Faudrait accueillir la bêtise
Lors la raison soudain surprise
Devrait réagir drôlement.
Mais cela n'est pas évident.

Il n'est pas rare cependant 
Que simplement en me moquant 
D'une de mes tendres faiblesses
Je m'entende rire, en liesse. 

Certes un talent bien personnel
Semblant parfois exceptionnel
Provoque l'énergie du rire.
Humoristes, l'on vous admire!

7 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 130    Commentaires : 0     Partager





Face à l'univers

Le 7 octobre 2017 à  01:25
Songerie
Ô les penseurs de tous les temps
Qui n'acceptent pas l'ignorance
Du mystère de l'existence!
                                                     Leur orgueil les rend confiants.
Ils sont souvent quasi certains,
Confrontant toutes les études,
De comprendre avec certitude
Ce qui dans l'univers advint.
Les peintres et les poètes, 
Contemplant la beauté du monde,
Éprouvent des grâces profondes.
Les capter leur est une fête.
 Lors, ils expriment leurs émois,
Se servant de leur savoir faire.
Ont souvent le plaisir de plaire.
Ils savent créer de la joie.
L'univers souvent les fascine;
Un champ d'étoiles qui éblouit
Ou, sur le velours de la nuit,
La lune semblant cabotine.
7 octobre 2017
Songerie

Ô les penseurs de tous les temps
Qui n'acceptent pas l'ignorance
Du mystère de l'existence!
 Leur orgueil les rend confiants.

Ils sont souvent quasi certains,
Confrontant toutes les études,
De comprendre avec certitude
Ce qui dans l'univers advint.

Les peintres et les poètes, 
Contemplant la beauté du monde,
Éprouvent des grâces profondes.
Les capter leur est une fête.

 Lors, ils expriment leurs émois,
Se servant de leur savoir faire.
Ont souvent le plaisir de plaire.
Ils savent créer de la joie.

L'univers souvent les fascine;
Un champ d'étoiles qui éblouit
Ou, sur le velours de la nuit,
La lune semblant cabotine.

7 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 132    Commentaires : 0     Partager



La ballade de l'innocente

Le 6 octobre 2017 à  02:20
Rubriques : Musique et poésie
Elle existe face au soleil,
Les yeux contemplant les nuages,
Passive, ravie, en éveil.
Elle a sa rue pour paysage,
Une rangée de maisonnettes,
Des jardinets pleins de couleurs,
Des oiseaux qui font la navette.
Elle a l'innocence des fleurs.
Son âme accueille la tendresse,
Un printanier vent de l'oubli,
Soufflant avec délicatesse.
Plus rien désormais ne la lie.
Après des années de courage,
À travailler dans la rigueur,
Elle ignore quel est son âge.
Elle a l'innocence des fleurs.
Les saisons reviennent et passent,
Chacune empreinte de beauté.
Elle aime la neige qui glace,
Se surprend à être exaltée.
Chaque jour, dans l'instable monde,
Hommes et femmes sont en pleurs.
L'horreur se propage à la ronde.
Elle a l'innocence des fleurs.
Pour rester en joie, la sagesse
Lui fait occulter le malheur,
Toutes les  causes de tristesse.
Elle a l'innocence des fleurs.
20 mars 2006
Elle existe face au soleil,
Les yeux contemplant les nuages,
Passive, ravie, en éveil.
Elle a sa rue pour paysage,
Une rangée de maisonnettes,
Des jardinets pleins de couleurs,
Des oiseaux qui font la navette.
Elle a l'innocence des fleurs.


Son âme accueille la tendresse,
Un printanier vent de l'oubli,
Soufflant avec délicatesse.
Plus rien désormais ne la lie.
Après des années de courage,
À travailler dans la rigueur,
Elle ignore quel est son âge.
Elle a l'innocence des fleurs.


Les saisons reviennent et passent,
Chacune empreinte de beauté.
Elle aime la neige qui glace,
Se surprend à être exaltée.
Chaque jour, dans l'instable monde,
Hommes et femmes sont en pleurs.
L'horreur se propage à la ronde.
Elle a l'innocence des fleurs.


Pour rester en joie, la sagesse
Lui fait occulter le malheur,
Toutes les  causes de tristesse.
Elle a l'innocence des fleurs.



Suite de l'article...

Lectures : 211    Commentaires : 0     Partager



Une habitude bénéfique

Le 4 octobre 2017 à  01:46
Rubriques : Musique et poésie
Enfant, j'avais pris l'habitude,
De chanter avec assurance.
Cela fut pour moi une chance.
Je le dis avec certitude.
Il est des chants pour égayer.
On les fredonne dans la joie.
Ils dépaysent bien des fois,
Montrent  des lieux ensoleillés.
Mais durant les jours de regret, 
Accueillant la mélancolie.
Sur soi souvent, on se replie
Dans le silence qui agrée.
Les mots exprimant la tristesse, 
Mis en vers sur une musique,
Créent un espace romantique.
Parfois leur résonance blesse.
Durant un manque persistant,
Je me refusais d'écouter
Les feuilles mortes que chantait 
Si tendrement Yves Montand.
Les poèmes et les refrains 
Qui engendrent de l'allégresse
Et aussi l'envie de sagesse
 Peuvent apaiser un chagrin.
4 octobre 2017
Enfant, j'avais pris l'habitude,
De chanter avec assurance.
Cela fut pour moi une chance.
Je le dis avec certitude.

Il est des chants pour égayer.
On les fredonne dans la joie.
Ils dépaysent bien des fois,
Montrent  des lieux ensoleillés.

Mais durant les jours de regret, 
Accueillant la mélancolie.
Sur soi souvent, on se replie
Dans le silence qui agrée.

Les mots exprimant la tristesse, 
Mis en vers sur une musique,
Créent un espace romantique.
Parfois leur résonance blesse.

Durant un manque persistant,
Je me refusais d'écouter
Les feuilles mortes que chantait 
Si tendrement Yves Montand.

Les poèmes et les refrains 
Qui engendrent de l'allégresse
Et aussi l'envie de sagesse
 Peuvent apaiser un chagrin.

4 octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 214    Commentaires : 0     Partager



Un point de vue désirable

Le 1 octobre 2017 à  08:25
Rubriques : Mes écrits
Tout artiste se sent en joie
Quand il a causé un émoi.
Le poète qui s'entend dire:
 J'ai pris du plaisir à vous lire, 
Ravi, se rassure parfois.
En dépit de son savoir-faire,
Nul ne peut être sûr de plaire.
Présentant une oeuvre artistique,
Chacun s'en remet aux critiques
Qui paraissent souvent sévères.
Or qu'en est-il des coups de coeur
Ressentis par des âmes soeurs?
Ils provoquent des commentaires
Qui certes peuvent satisfaire,
Laissant occultées les erreurs.
Émouvoir, plaisir agréable!
Nombreux artistes en sont capables.
Pour évaluer le talent,
Il faut des juges compétents.
Leur point de vue est désirable.
Ier octobre 2017
Tout artiste se sent en joie
Quand il a causé un émoi.
Le poète qui s'entend dire:
 J'ai pris du plaisir à vous lire, 
Ravi, se rassure parfois.


En dépit de son savoir-faire,
Nul ne peut être sûr de plaire.
Présentant une oeuvre artistique,
Chacun s'en remet aux critiques
Qui paraissent souvent sévères.


Or qu'en est-il des coups de coeur
Ressentis par des âmes soeurs?
Ils provoquent des commentaires
Qui certes peuvent satisfaire,
Laissant occultées les erreurs.


Émouvoir, plaisir agréable!
Nombreux artistes en sont capables.
Pour évaluer le talent,
Il faut des juges compétents.
Leur point de vue est désirable.


Ier octobre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 204    Commentaires : 0     Partager



L'emprise de ma locataire

Le 29 septembre 2017 à  01:49
Rubriques : Musique et poésie

 

Soliloque

 

Alors que la faiblesse cause

Le besoin de se reposer,

La paresse peut imposer

De prendre d'inutiles pauses.

 

Elle n'a pas accès partout,

Ou se voit poussée vers la porte.

Là où le temps d'agir importe,

Se prélasser semblerait fou.

 

Accueillent parfois la paresse

Ceux qui n'ont plus à travailler,

Ne sont nullement surveillés.

C'est un choix que certains délaissent.

 

Pour ma part, j'aime paresser.

En éveil, demeure passive.

Bien des fois mon esprit s'active

Et je médite, intéressée.

 

Se fait présente, le matin,

Ma locataire, la paresse.

Dans le silence, elle me berce,

Me tient captive c'est certain.

 

Je perds mon temps à ne rien faire.

Cela a-t-il de l'importance?

Je conserve mon indulgence

Et demeure vélléitaire.

 

29 septembre 2017



Suite de l'article...

Lectures : 207    Commentaires : 0     Partager



Une attristante certitude

Le 28 septembre 2017 à  09:08
À la mémoire de Raymond Martin
L'ami est parti sans adieux.
Il aimait offrir ses poèmes 
S'entendre dire qu'on les aime.
La beauté le rendait heureux. 
                                                         Il célébrait la providence,
Ses mots étaient hymne à la joie
                                                           Il nous confia ses émois
                                                        Le connaître  fut une chance.
Savoir qu'il ne reviendra pas 
Est une triste certitude. 
Je médite en ma solitude. 
                                                       Sur le vide on croise les bras.
  28 septembre 2017
À la mémoire de Raymond Martin
L'ami est parti sans adieux.
Il aimait offrir ses poèmes 
S'entendre dire qu'on les aime.
La beauté le rendait heureux. 
   Il célébrait la providence,
Ses mots étaient hymne à la joie
    Il nous confia ses émois
       Le connaître  fut une chance.
Savoir qu'il ne reviendra pas 
Est une triste certitude. 
Je médite en ma solitude. 
Sur le vide on croise les bras.
  28 septembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 199    Commentaires : 0     Partager



Dans un parc

Le 27 septembre 2017 à  06:52
Rubriques : Musique et poésie
Pureté du ciel 
fleuve et parc illimités.
silence berceur
Des outardes glissent 
en convoi discipliné.
le courant les pousse.
Des feuilles brunes 
détachées de hautes branches
En l'air papillonnent.
Le fleuve est souillé
s'y animent les débris 
devenus vivants. 
27 septembre 2017
Pureté du ciel 
fleuve et parc illimités.
silence berceur

Des outardes glissent 
en convoi discipliné.
le courant les pousse
.

Des feuilles brunes 
détachées de hautes branches
en l'air papillonnent 

Le fleuve est souillé
s'y animent les débris 
devenus vivants. 

27 septembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 204    Commentaires : 0     Partager



Le don de briller

Le 24 septembre 2017 à  08:05
Rubriques : Musique et poésie

Suis attentive aux souvenances,
Parfois imprégnées de tendresse.
 Soudain me vient le mot: brillance.
Il me surprend, me bouleverse.
Au temps de mon adolescence
Le théâtre me fascinait
 M'éblouissait l'éloquence,
 Elle me semblait spontanée.
J'acquis le goût du beau parler 
Et pus souvent le satisfaire,
 Entendant de brillants confrères
 Et d'illustres conférenciers.
Ne suis plus exposée, hélas! 
À la véritable brillance 
Qui créait de la transcendance.
Certes me manque cette grâce.
24 septembre 2017

Suis attentive aux souvenances,
Parfois imprégnées de tendresse.
 Soudain me vient le mot: brillance.
Il me surprend, me bouleverse.


Au temps de mon adolescence
Le théâtre me fascinait
 M'éblouissait l'éloquence,
 Elle me semblait spontanée.


J'acquis le goût du beau parler 
Et pus souvent le satisfaire,
 Entendant de brillants confrères
 Et d'illustres conférenciers.


Ne suis plus exposée, hélas! 
À la véritable brillance 
Qui créait de la transcendance.
Des instants de suave grâce.

24 septembre 2017


Suite de l'article...

Lectures : 158    Commentaires : 0     Partager




Page 9 de 48

9

Ajouter cette page à :  Ajouter cette page à Facebook  Ajouter cette page sur MySpace  Ajouter cette page à del.ico.us  Ajouter cette page à Google  Ajouter cette page à Netscape.  Ajouter cette page à Windows Live  Ajouter cette page à Yahoo Ajouter cette page à Ask.com  Ajouter cette page à Stumble.  Ajouter cette page à Digg.  Ajouter cette page à reddit.com  Ajouter cette page à NewsVine  Ajouter cette page dans Simpy


© 2003-2018 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES