Tournesol .   .   .

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 16
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Un très beau documentaire , très intéressant . . . il faut une très grande précision . . . un merveilleux petit insecte . ..


Le 8 février 2013 à 06:21


J'aimùe ce petit  insecte . . .





 

Abeille

Abeille
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Abeille » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Abeille en train de collecter du pollen.
Abeille en train de collecter du pollen.
Taxons concernés

voir aussi :

Sous-pages sur les abeilles

Abeille est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains insectes hyménoptères de la superfamille des Apoidea. Au moins 20 000 espèces d'abeilles sont répertoriées sur la planète[1] dont environ 2 500 en Europe et 1 000 en France[2]. En Europe, l'espèce la plus connue est Apis mellifera qui, comme la plupart des abeilles à miel, appartient au genre Apis. Cependant, la majorité des abeilles ne produisent pas de miel.
Les abeilles peuvent être classées selon leur mode de vie : les abeilles domestiques, sauvages, solitaires ou bien sociales… Les abeilles sont nettement distinctes des guêpes, par leur morphologie et leur comportement. Les bourdons en revanche sont un groupe particulier d'abeilles[3].

Étymologie et histoire du mot[modifier]

Le mot abeille est attesté en français pour la première fois au XIVe siècle[4].

D'abord mentionné sous les formes abueille, abele, aboille ou encore abeulle, ce mot est un emprunt à l'occitan abelha[4],[5], lui-même issu du latin apicula « petite abeille », diminutif d’apis « abeille »[6].

Il remplace un terme d'oïl ef issu directement du latin apis (Flandre, îles Anglo-Normandes, ainsi que dans l'estuaire de la Gironde), tandis que dans l'Est, l'abeille est considérée comme étant une « petite mouche » (mouchette, mohhate, môtchotte) et que, plus au sud, on la nomme avette ou aveille[4]. Le terme de mouche-ep est aussi trouvé et eps employé par Montaigne.

L'usage du mot abeille domine progressivement celui des termes employés régionalement. Cependant, une autre expression « mouche à miel » va se substituer dans bien des dialectes d’oïl aux formes plus anciennes issues du latin apis (exemple en cauchois mouque à mié).

Dans sa première édition de 1694, le Dictionnaire de l'Académie française définit l'abeille comme étant une « mouche à miel », sauvage ou domestique[7]. La définition du mot abeille dans les dictionnaires évolue peu avec le temps. Il faut attendre le XIXe siècle avec la 6e édition (1832-1835) de ce dictionnaire pour voir apparaître des précisions sur cette sorte de mouche : « Insecte ailé […] qui produit la cire et le miel » et le XXe siècle avec la 8e édition de 1932-1935 pour qu'elle soit classée parmi les hyménoptères tout en précisant également qu'elle « vit en essaim »[8]. Cette définition est très proche de celle donnée par le Trésor de la Langue Française (1971-1994)[4], ce qui réduit progressivement l'usage du mot aux seules abeilles à la fois sociales et productrices de miel[9].

Pourtant, parmi les insectes appelés « abeille » en français, il existe en réalité des espèces solitaires et d'autres qui ne produisent que peu ou pas du tout de miel. Cette différence va être intégrée à la 9e édition du Dictionnaire de l'Académie française qui, tout en réduisant la définition de l'abeille à la « famille des Apidés », explique qu'elle vit en société et produit du miel mais élargit cette définition en ajoutant « le plus souvent[5] ».

Noms vernaculaires d'hyménoptères appelés « abeilles » et taxons correspondants

Liste alphabétique des noms vernaculaires attestés[10] en français.

Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. En gras, les espèces les plus connues des francophones.

Différencier les abeilles

Toutes les abeilles sont des insectes hyménoptères, végétariens et butineurs. Butiner signifie voler de fleur en fleur à la recherche de nourriture. L'abeille récolte ainsi dans la nature nectar, propolis, miellat et pollen. En butinant l'abeille assure également la pollinisation, c'est-à-dire le transport du pollen permettant la reproduction des plantes.

Leur taille distingue les abeilles des bourdons, aux mœurs comparables mais plus ronds et généralement plus gros. Les guêpes ont quant à elles la taille fine, pas de poils et sont volontiers carnivores[27]. Le nom d'abeille est ainsi généralement accordé aux espèces dont l'aspect se rapproche de celui des mouches. Leurs quatre ailes reliées deux à deux différencient pourtant facilement les abeilles des mouches, notamment des syrphes, ces diptères également pollinisateurs qui arborent par mimétisme le costume rayé de la guêpe et parfois celui, plus poilu, de l'abeille.

Selon les habitudes de vie des espèces, on distingue plusieurs catégories d'abeilles : l'expression « abeille domestique » est l'un des noms usuels de l'abeille européenne (Apis mellifera)[19] mais elle peut aussi être employée pour toute autre abeille domestiquée par l'Homme. Par opposition, on nomme « abeille sauvage » une abeille non domestiquée. L'expression « abeille sociale » désigne une espèce d'abeille vivant en colonie, sinon il s'agit d'une « abeille solitaire » constituant plutôt des agrégations (ou bourgades) de terriers individuels[28]. D'autres espèces sont des « abeilles parasites » qui pratiquent le cleptoparasitisme.

Certaines abeilles transforment une partie de leur récolte en produits dérivés : miel, cire ou gelée royale. Ces produits sont stockés dans des nids plus ou moins élaborés : de simples galeries pour les espèces solitaires, des assemblages complexes de rayons de cire pour les espèces sociales. Les espèces qui en produisent en quantité significative sont appelées des « abeilles à miel ».

La taille et le poids des abeilles varie selon les espèces, leur taille va de 9 à 15 mm de long et elles peuvent peser de 60 à 80 mg.

Grands types d'abeilles

Les ancêtres des abeilles

On ignore encore quel est l’ancêtre commun à tous les Apoidea[1].

Les premières abeilles sont probablement apparues en même temps que les premières fleurs, c'est-à-dire il y a plus de 100 millions d’années[1].

On a retrouvé les plus anciens fossiles d'abeilles en inclusion dans de l'ambre. Ces abeilles appartiennent à un genre à présent éteint : le genre Electrapis. Elles vivaient au Crétacé supérieur, il y a environ 70 millions d’années, dans l’actuelle région de la Baltique et n'étaient pas très différentes pourtant de l'abeille à miel contemporaine[1].

Les abeilles sociales

Articles détaillés : Apis (genre) et Meliponini.


Phatrist dit :
elles sont tres organisées et disciplinées....on devrait prendre exemple sur eles merveilleux partage GG merci


posté il y a 356 semaine


Thea dit :
Une vraie vie en société, une magnifique organisation. Merci GG. J'aime bcp les abeilles également. Bon w end


posté il y a 356 semaine


Giorgino dit :
merci Phatrist , Théa . . . . . .


posté il y a 356 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES