Tournesol .   .   .

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 4
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


je vous la fait écouter , chantée par une autre artiste . . .mais qui n'est plus parmi nous . . .


Le 7 mars 2013 à 01:30


Bonne fin de soirée . .

J'aime  les 2versions .  .  .





Rina Ketty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

Rina Ketty

Surnom Rina Ketty
Nom Cesarina Picchetto
Naissance 1er mars 1911
Sarzana, Ligurie
Drapeau d'Italie Italie
Décès 23 décembre 1996 (à 85 ans)
Cannes
Drapeau de France France
Activité principale Chanteuse
Genre musical Chanson française
Années actives 1936 - 1950
Labels Pathé

Rina Ketty, de son vrai nom Cesarina Picchetto, née le 1er mars 1911 à Sarzana, dans la province de La Spezia, en Ligurie et morte à Cannes le 23 décembre 1996, est une chanteuse française d'origine italienne. Elle est l'interprète de deux chansons qui l'ont rendue célèbre : J'attendrai, et Sombreros et mantilles.

Biographie[modifier]

Chanteuse exotique et sentimentale[modifier]

On croit généralement que Rina Ketty est native de Turin ; cependant, elle est née en réalité à Sarzana, une petite ville de Ligurie près de La Spezia, le 1er mars 1911 dans le vieux quartier de la Vetraia (son certificat de baptême n° 586 est conservé dans la paroisse de Saint André). Elle arrive à Paris dans les années 1930 pour y retrouver ses tantes. Elle découvre alors avec ravissement l'atmosphère de la Commune Libre de Montmartre. Elle commence à se produire dans les cabarets du quartier, en particulier en 1934 au Lapin Agile, où elle interprète des chansons de Paul Delmet, Gaston Couté, Théodore Botrel, Yvette Guilbert. En 1936, elle enregistre ses premiers morceaux dont La Madone aux fleurs, Près de Naples la jolie ou encore Si tu reviens, assez rapidement tombés dans l'oubli. En 1938, elle accède à la notoriété avec la reprise de succès italiens : Rien que mon cœur, qui obtient le Grand Prix du disque, Prière à la Madone. Puis vient la consécration avec la chanson Sombreros et mantilles dont la musique est l'œuvre de l'accordéoniste Jean Vaissade, qu'elle épouse la même année, et les paroles de Chanty.

En 1938, elle interprète le fameux J'attendrai, autre adaptation (paroles françaises de Louis Poterat) d'une chanson italienne écrite par Nino Rastelli (musique de Dino Olivieri), Tornerai, elle-même inspirée du chœur à bouche fermée de Madame Butterfly, de Puccini. Publiée en 78 tours Pathé, la chanson connaît un énorme succès et sera plus tard une des chansons emblématiques du début de la Seconde Guerre mondiale. Pour le moment, l'accent turinois qu'elle cultive fait merveille à la radio, mais aussi à l'ABC, à L'Européen (où elle se produit en 1938), à Bobino (en 1939). Plusieurs compositeurs écrivent en pensant à ce que son charmant phrasé apportera à leurs textes. Ainsi Paul Misraki (Rendez-moi mon cœur, une reprise de Sombreros et mantilles collant plus près à l'actualité espagnole) ou encore Jean Tranchant (Pourvu qu'on chante). En juin 1939, Rina Ketty fait une incursion dans le classique avec Mon cœur soupire, adaptation du Voi che sapete, extrait des Noces de Figaro de Mozart.

En 1940, elle divorce de Jean Vaissade. Compte tenu de son origine italienne, elle se fait prudemment oublier pendant le conflit, se produisant uniquement en Suisse. À la Libération, après une rentrée à l'Alhambra en 1945 et cinq mois de tournée en France, elle ne parvient pas à retrouver son rang de vedette d'avant-guerre. Souvent décrite comme une « chanteuse exotique et sentimentale », elle est en effet supplantée dans le genre par Gloria Lasso, elle-même évincée ensuite par Dalida, qui reprendra le J'attendrai de Rina Ketty en version disco. Son répertoire compte pourtant de nouvelles chansons, comme Sérénade argentine (1948), La Samba tarentelle, La Roulotte des gitans (1950). Elle partira en 1954 s'installer au Canada une dizaine d'années, au Québec et dans l'Ontario, ne chantant plus que son fameux Sombreros et Mantilles, dans des réserves indiennes et même chez les Esquimaux ! Elle tente sans succès un retour sur scène en France, en 1965, se produisant notamment à Nice, puis au Don Camilo, en 1967, et au nouvel Alcazar, en 1968.

Remariée avec Jo Harman, elle devient restauratrice à Cannes. En mars 1996, elle effectue une dernière apparition sur scène. Elle meurt le 23 décembre 1996 à l’hôpital des Broussailles à Cannes.

Près de soixante-dix ans après sa création, J'attendrai poursuit sa carrière, notamment au cinéma dans le film allemand de Wolfgang Petersen, Das Boot en 1981, dans la publicité (Renault, MEDEF).


Fleurchampetre dit :
Ah les sombreros et mantilles ... C'était avant hier, je m'en souviens encore un peu ... Toujours plaisante cette chanson et cette voix ... Merci GG ...


posté il y a 340 semaine


Daisie dit :
merci ...G.G cette chanson pour la femme ...bizzz..


posté il y a 340 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES