Profession vétérinaire en chef du zoo du Jardin des Plantes

Norin Chai est un vétérinaire comme les autres. Polyvalent, il doit savoir soigner et opérer toutes sortes d’animaux. Sauf qu’ici il n’y a pas de chiens et de chats mais des kangourous, des serpents ou encore des orangs-outangs. « On peut à tout moment être appelé pour une urgence auprès des 2000 animaux que compte le zoo, commente-t-il. Comme par exemple une panthère des neiges qui se coince la patte dans une chaîne. On sait qu’elle peut vite s’énerver vite et se blesser plus gravement. Il faut donc préparer une flèche pour l’endormir (on dit « flécher ») – avec la bonne dose qu’on connaît par cœur – avant d’aller la délivrer. »

Norin Chai (en bleu) et son équipe en plein travail (© F-G Grandin MNHN)

Directeur d’un parc national en Afrique

Norin Chai n’est pas un vétérinaire comme les autres. Diplômé de l’Ecole nationale vétérinaire de Maisons-Alfort en 1994, il commence sa carrière en Afrique, au Tchad : « Depuis tout petit j’ai toujours voulu m’occuper de faune sauvage. Après mon doctorat, j’ai eu la chance de pouvoir aller diriger un parc national au Tchad pendant 2 ans. 180 000 hectares et 50 personnes à diriger ».

S’il y a peu exercé son métier de vétérinaire, il y est devenu un expert du « wild management » (la gestion de la nature). Surtout, il y a initié des actions de développement durable afin de faire la promotion des populations locales et de lutter ainsi contre le braconnage. Pourtant il finit par retourner en France, un peu lassé de se « faire tirer dessus par des braconniers ».