bienvenue dans mon monde

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 5
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 6

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


CHENIL DE LA GENDARMERIE NATIONALE DE GRAMAT


Le 2 octobre 2013 à 11:58

Rubriques : COUP DE COEUR


j'ais assisté a une journée portes ouvertes avec mes filles
de ce site

**********************************************
Reconnu au plan national et international, le savoir-faire du centre d'instruction cynophile de la gendarmerie à Gramat n'est pas remis en cause par la RGPP. Le ministère de l'Intérieur réfléchit à une mutualisation à Gramat des formations de la police et de la gendarmeri
e






Gramat. Le centre cynophile sollicité et conforté

Chaque année, des centaines de stagiaires sont formés à Gramat./Photo DDM, Marc Salvet.

Chaque année, des centaines de stagiaires sont formés à Gramat./Photo DDM, Marc Salvet.


A Pornic comme à Fronton, les maîtres de chiens et les chiens du groupe national d'investigation cynophile de la gendarmerie à Gramat, sont à l'œuvre (lire encadré), dans le cadre d'investigations criminelles. Leur action est internationale mais, déjà pris par l'actualité française, ils ne se rendront sans doute pas en Nouvelle-Zélande, pays disposant déjà de moyens suffisants dans le cadre de recherches de sécurité civiles après le récent séïsme.

Le groupe national d'investigation cynophile est intégré au célèbre CNICG (centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie) existant à Gramat depuis 1945. Une stèle est inaugurée en 1960, en hommage au gendarme Godefroid, tué en opération de pistage en Algérie, et à son chien Gamin, blessé. En 1972, l'établissement est rattaché au commandement des Écoles de la Gendarmerie. L'ancienne appellation de « Chenil central de Gendarmerie » est remplacée par celle de « centre de formation des maîtres de chien de la Gendarmerie ». Avant de devenir le CNICG.

Là, 71 personnes forment (formation initiale ou recyclage) chaque année environ 350 civils ou militaires, à raison de trois stages annuels, et une centaine de chiens. « Depuis les années quatre-vingt, le CNICG de Gramat bénéficie du site de l'ancienne base aérienne de Viroulou. Soit 210 hectares clôturés permettant un entraînement en conditions réelles et en toute sécurité pour la formation des chiens en recherche de personnes, d'explosifs, de munitions, de produits accélérateurs d'incendie, ou personnes ensevelies sous une avalanche… », explique le lieutenant-colonel François Milhaud, commandant le CNICG.

Le site conforté

La RGPP (réforme générale des politiques publiques) pour laquelle une mission sénatoriale d'évaluation des effets, doit se rendre en avril dans le Lot, aura-t-elle des incidences sur l'avenir du centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat ? Pas d'incidences négatives puisque l'existence du CNICG n'est pas remise en question. Mais peut-être des incidences positives : « Une étude de faisabilité est en cours au ministère de l'Intérieur. La réflexion porte sur un regroupement à Gramat de tous les chiens relevant du ministère de l'Intérieur », poursuit le lieutenant-colonel Milhaud.

Si le projet de mutualisation avec le centre national de formation des unités cynophiles de la police (actuellement basée à l'école de police de Cannes-écluse en Seine-et -Marne) aboutissait, la capacité du site de Gramat serait doublée.


Mobilisés à Fronton et Pornic

Depuis 2002, le centre abrite aussi le groupe national d'investigation cynophile, commandé par le capitaine Cristofoli. De compétence nationale et internationale, le groupe est directement rattaché au bureau des affaires criminelles de la direction de la gendarmerie nationale à Paris. « L'affaire Dutroux en Belgique avait mis en exergue la nécessité de savoir retrouver des personnes décédées ». Cinq maîtres de chiens et quinze chiens (soit quinze équipes) assurent environ 60 missions annuelles. Les chiens (malinois, bergers allemands, Springers et un staffordshire bull-terrier) sont spécialement formés à la recherche de restes humains, de traces de sang, et détecter la présence de produits accélérateurs d'incendie. Actuellement deux maîtres de chiens et cinq chiens sont mobilisés à Pornic pour retrouver les restes manquants du corps de Lætitia Perrais. Lundi, une équipe cynophile avec trois chiens s'était rendue à Fronton pour rechercher la joggeuse disparue.

********************************************************

Une retraite bien méritée pour Toki le Chien gendarme.

C'est l'aventure peu banale d'un chien, élevé au grade de chevalier dans l'ordre du Mérite... canin. Toki, fraîchement retraité de l'équipe cynophile du PSIG (Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) de Lannion (22), a reçu sa médaille de la Défense nationale, jeudi. Sa récompense couronne une belle carrière à la recherche des personnes disparues.

Sept ans de bons et loyaux services, soit, en annuités équivalent temps chien, 49 années sous les ordres de la gendarmerie nationale. C'est assez pour valoir à Toki une retraite à taux plein. Le berger belge malinois, qui a rendu ses insignes voici une quinzaine de jours, va bénéficier d'un régime très spécial pour couler des vieux jours paisibles. C'est, en effet, au château de Kerduel, près de Lannion, que Toki va pouvoir se remémorer ses actes de bravoure. Au total, 366 missions dont 61 orientées défense: perquisitions en milieu hostile, mise en place de barrages routiers. Et surtout, 305 missions de recherche de personnes, sa spécialité de chien pisteur.

Nés sous la même étoile

Lors de la petite cérémonie organisée jeudi en son honneur, le capitaine Loïc Noyelle, commandant la compagnie de gendarmerie de Lannion, a justifié la récompense exceptionnelle décernée à Toki - la médaille de bronze de la Défense nationale - par le record de vies sauvées directement imputable au chien: «Dans 23 cas identifiés, c'est bien Toki qui a permis d'orienter les recherches et de retrouver les personnes disparues». Enfants fugueurs, personnes âgées désorientées ou bien désespérés ayant absorbé des médicaments... «À chaque fois, on joue la course contre la montre». Un peu nerveux à l'heure des éloges, l'heureux récipiendaire laisse volontiers son interprète répondre à nos questions. Sylvain Robert (à gauche sur la photo), gendarme maître-chien, est d'autant plus enclin à le faire qu'il est celui qui connaît le mieux Toki. «On a été choisi l'un pour l'autre, quand Toki était encore un chiot. Pendant sept ans, je n'ai pas fait un pas hors de la caserne sans lui. Nous étions, il faut croire, prédestinés à faire équipe: Toki et moi sommes tous les deux nés un 24 novembre...».

Un «go fast» mémorable

Une équipe cynophile de gendarmerie constitue un trinôme indissociable: le chien piste, son maître-chien et le suppléant de celui-ci (le chien, de service sept jours sur sept, n'a pas le droit au sien!). «C'est pendant ses quatre mois de formation au Centre national d'instruction de Gramat, dans le Lot, que le maître-chien se voit attribuer un animal, en fonction du caractère de l'homme et de la bête. «Le chien est débourré mais pas encore dressé. Il sait, par exemple, pister sur un terrain de foot mais pas forcément dans un village ou dans les bois. C'est notre travail de le faire évoluer dans sa technicité pour plus de performance...». Avec Toki, Sylvain Robert se souvient, avec émotion, avoir retrouvé une gamine échappée de sa famille d'accueil, dans le secteur de Lamballe(22). «C'était en plein hiver, en 2008. Le chien l'a repérée saine et sauve au milieu d'un champ de choux». Autre fait d'armes mémorable: l'interpellation, dans le cadre d'un trafic de stupéfiants, en 2006, du conducteur d'une voiture «gofast» qui avait pris la fuite à travers champs, après avoir provoqué un accident sur la voie express. Le bip de Sylvain Robert retentit: il doit partir, une personne âgée a disparu de son foyer en Ille-et-Vilaine. Pas une urgence pour Toki, désormais à la retraite. C'est Elfic, son successeur berger allemand louvé, qui assure la
relève...

toki chien gendarme

 



Phatrist dit :
bon partage


posté il y a 319 semaine


Phatrist dit :
articles sources la dépèche du midi


posté il y a 319 semaine


Giorgino dit :
beau reportage , merci Phatrist . . .


posté il y a 319 semaine


Cherokee85 dit :
Je t'envie un de mes rêves je n'i pu voir que des reportages mais quand on sait la communion qu'il y a entre le chien et son maitre dresseur c'est extraordinaire les animaux nous surpassent souvent


posté il y a 319 semaine


Phatrist dit :
certains chiens sont formés pour les assauts ils ont un gilet pare-balles comme leur maitre et ils font aussi des "roulés -boulés"comme eux merci GG et cherokee pour votre passage


posté il y a 319 semaine


Phatrist dit :
impossible de les empoisonner...seuls leur maitre leur donnent leur nourriture et de la main gauche..meme s'ils n'ont rien mangé depuis 3 jours ils refuseront la nourriture d'un étranger....


posté il y a 319 semaine


Phatrist dit :
chenil 3 étoiles scaner salle d'opération vétérinaire


posté il y a 319 semaine


Phatrist dit :
le labrador possède 370.000 cellules olfatives


posté il y a 319 semaine


Cherokee85 dit :
MERCI pour ce précisions une journée inoubliable pour toi


posté il y a 319 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES