bienvenue dans mon monde

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 14
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


CADOUIN ET SON ABBAYE CISTERCIENNE...../ DORDOGNE


Le 7 janvier 2014 à 10:41

Rubriques : l'aquitaine


toujours mon département de naissance

pour ceux qui regarde TF1 et l'émission bienvenue chez nous concours de chambres d'hotes et bien l'émission d'hier soir se passait pres de cette abbaye

*******************************************************
L'ordre cistercien a mis en place un mode d'organisation fondé sur de solides liens de charité et de coresponsabilité entre les monastères tout en laissant à chaque abbaye sa pleine autonomie. Ainsi a pu être réalisée l'articulation harmonieuse entre l'autonomie locale et la discipline instaurée pour l'ensemble du réseau. Autant de réalités auxquelles sont confrontés aujourd'hui les grands groupes industriels...






LA CLEF DE VOÛTE. Cadouin, abbaye de Dordogne fondée en 1115 par Géraud de Salles, est affiliée à l'ordre cistercien en 1119. Cadouin est très vite devenue la plus prestigieuse abbaye périgourdine. Sa notoriété s'est en grande partie construite autour d'une pièce de tissu qui a longtemps été considérée comme le Saint Suaire. Un important pèlerinage s'est développé autour de cette relique, ce qui a enrichi l'abbaye.

Au moment de la prise d'Antioche, lors de la première Croisade, Adhemar de Monteil, évêque du Puy, récupère un tissu qui aurait été le suaire de la tête du Christ. Au moment de la mort de l'évêque, il confie le linceul à son chapelain, un prêtre périgourdin, qui le ramène dans le Périgord. Cependant la présence du suaire à l'abbaye n'est attestée que vers 1214. Dès lors, l'abbaye devint un lieu de pèlerinage, ce qui a favorisé l'enrichissement et le développement de l'ensemble religieux et du village qui s'est construit autour.

La façade de l'église abbatiale, divisée en trois par des contreforts massifs, rappelle, par ses arcatures, celle des églises de Saintonge. Au milieu de rez-de-chaussée s'ouvre une porte en plein cintre sans tympan. L'église comporte trois nefs avec quatre travées voûtées en berceau brisé. Le choeur terminé en hémicycle est flanqué de deux absidioles s'ouvrant sur les bras du transept. Au-dessus de la croisée du transept, s'élève une superbe coupole sur pendentifs. Le clocher pyramidal, au-dessus de la coupole, n'est qu'une modeste construction de bois. L'église possède la particularité d'être percée de trois oculi (petite fenêtre ronde) alignées, une sur la façade et deux sur la coupole. Ces oculi, lors de chaque équinoxe, sont traversés par un rayon de soleil, matérialisant l'orientation symbolique de l'église vers l'Orient. Le style roman de l'église est perceptible par son style assez épuré et sobre en opposition à celui du cloître.

Les galeries du cloître entourent un espace rectangulaire et s'ouvrent sur un jardin intérieur par des baies à claire-voie. Les galeries nord, est et sud sont de style gothique flamboyant daté de la fin du XVe siècle, alors que la galerie ouest, construite au début du XVIe siècle est de style renaissance. Elles comportent un décor sculpté riche et varié. Les voûtes sur croisées d'ogives renforcées de liernes et de tiercerons, décorées de clefs pendantes, retombent sur des colonnettes en formes de tours. Les chapiteaux, appelés marmousets (sorte de petites figures excentriques et grotesques), sont placés à mi-hauteur et représentent des pêchés et des scènes de la vie quotidienne. Le siège de l'abbaye, l'escabeau du lecteur et les bancs des moines sont richement décorés de sculptures en haut et bas relief : moines et abbé à gauche ; montée au calvaire à droite.

À partir des années 1920, des doutes sont apparus sur l'authenticité du Suaire. En 1934 une expertise fut confiée à un savant orientaliste par l'évêque de Sarlat. L'expert démontre l'inauthenticité du suaire du fait de la présence de bandes décoratives ornées d'inscriptions à longues hampes blanches, rédigées en écriture arabe ancienne (le coufique). D'autres expertises confirmèrent que cette pièce de tissus ne pouvait dater de l'époque du Christ. Elle daterait plutôt de la fin du XIe siècle. Le pèlerinage s'effondra aussitôt.

Mais aujourd'hui l'abbaye Notre-Dame de la Nativité de Cadouin est bien autre chose que le reliquaire de pierre d'un objet précieux de lin et de soie. L'abbaye cistercienne de Cadouin était et demeure le témoignage de la profonde foi des hommes. Elle est un chef d'oeuvre de l'architecture religieuse en Périgord.


France dordogne 64 cadouin cloitre2


Giorgino dit :
merci Phatrist pour ce beau partage . . .


posté il y a 318 semaine


Dohardy dit :
magnifique Phatrist que de beauté par rapport au modernisme.


posté il y a 318 semaine


Phatrist dit :
merci GG pour ton passage


posté il y a 318 semaine


Phatrist dit :
comme tu dis Dohardy il n'y a pas photo merci pour ton passage


posté il y a 318 semaine


Thea dit :
oui, que de beautés qui ont résisté aux siècles !C'est magnifique de visiter ces lieux et merci à ceux qui les préservent. Merci à toi Phatrist, d'une amoureuse des pierres...******


posté il y a 318 semaine


Phatrist dit :
merci pour ton passage théa on ne s'en lasse pas il y a tellement de richesses similaires dans notre pays.....


posté il y a 318 semaine


Fleurchampetre dit :
Vieilles pierres et histoire j'aime ... Merci Phatrist de me faire découvrir cette abbaye .J'aimerais la voir de près ,la toucher ...


posté il y a 318 semaine


Phatrist dit :
merci pour ton passage fleur j'aime ma dordogne natale....


posté il y a 318 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES