bienvenue dans mon monde

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 2

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Bugatti Royale, 1927 : La voiture la plus luxueuse de l’histoire


Le 15 janvier 2016 à 09:51

Rubriques : COUP DE COEUR


« Bugatti », un nom universellement connu, comme Michel-Ange, Léonard de Vinci, Stradivarius ou Picasso. Pourtant Ettore Bugatti n’était ni peintre, ni sculpteur, ni musicien. Mais, constructeur automobile, il éleva ses créations au rang d’œuvres d’art. Des centaines de livres lui ont été consacrés. Le Club Bugatti France rappelle ici les grandes étapes de sa vie.







Bugatti Royale Type 41 (1926-1930)

Bugatti Royale "Coupé Napoléon"

 

Publié par Philippe Baron le 24 octobre 2012.

 

Véritables monuments de l’histoire de l’automobile, les Bugatti Royale représentent l’élitisme d’Ettore Bugatti à son apogée. Testament du génie de leur inventeur, les Bugatti Royale aux proportions délirantes conjuguent prestige, performances et exception. Conçues pour les têtes couronnées, elles surclassaient en dimensions, en prix et en luxe tout ce qui existait. Ces chefs-d’œuvre imposants se comptent au nombre de six, mais, seules, trois Royale seront vendues pendant la Grande Dépression. Inestimables à leur époque, elles le sont encore davantage aujourd’hui.?

 

 

La Bugatti Type 41 dite Bugatti Royale est née d’un rêve ambitieux d’Ettore Bugatti de produire la voiture la plus luxueuse, la plus grande et la plus chère de son temps. « Rien n'est trop beau, rien n'est trop cher » disait le patron de Molsheim. Elle coûtait 500 000 francs d'époque, trois fois plus qu'une Rolls-Royce. Ettore Bugatti avait planifié une production de 25 voitures pour les vendre à l'aristocratie européenne mais les événements économiques inattendus de 1929 allaient refroidir la demande, même pour les plus riches de la planète.?

 

Le premier prototype est construit en 1926 et son châssis porte le numéro 41100. Connue sous le nom de Coupé du Patron, la voiture exhibe une carrosserie ouverte de tourisme récupérée sur une Packard avec un empattement long (4,57 mètres) et le moteur à course longue (14726 cm3). En 1928, elle change deux fois de carrosserie, toutes deux d’Ettore Bugatti, d’abord en Coupé fiacre puis en berline de style hippomobile. En 1929, elle est équipée d’une carrosserie deux portes signée du carrossier parisien Weymann. Malheureusement, un jour sur le chemin de Strasbourg, Ettore Bugatti s’endort au volant du coach et le détruit. Il est alors entièrement reconstruit sur un empattement plus court (4,21 mètres), mais le Coach conserve le même numéro (41100). La carrosserie est redessinée par le jeune fils, Jean Bugatti, et reçoit une nouvelle appellation « Coupé Napoléon ». Ce modèle restera dans la famille Bugatti jusqu'à ce que Fritz Schlumpf en fasse l'acquisition pour sa collection en 1963, collection par la suite incorporée dans ce qui est maintenant ‘La Cité de l’Automobile’.?

 



Phatrist dit :
la joconde du musée de l'automobile de Mulhouse.....valeur + de 20 millions d€


posté il y a 174 semaine


Giorgino dit :
MA-GNI-FI-QUE , merci Phatrist . . .


posté il y a 174 semaine


Sapience dit :
Merci Phatrist pour ce reportage sur cette belle voiture de légende. Mais dis-moi, quand il pleut, le chauffeur n'est pas à l'abri ? il n'a pas de toit au-dessus de sa tête ?


posté il y a 174 semaine


Phatrist dit :
merci GG pour la visite


posté il y a 174 semaine


Phatrist dit :
bonjour sapience il y a bien une capote démontable merci pour la visite


posté il y a 174 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES